Quantcast
Loading...
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)
Loading...

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Loading...

Channel Description:

Pour une REVolution de civiLISATION

older | 1 | .... | 9 | 10 | (Page 11) | 12 | 13 | .... | 36 | newer

    0 0



    par Yanick Toutain
    9/3/14
    "Mais après enquête, aucun signe de radicalisation religieuse ou de quelconque complicité dans les récentes attaques chez la jeune femme n'a pu être établi. Le proche de Coulibaly a, lui, été arrêté le 23 janvier dernier par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la préfecture de police de Paris.
     La jeune femme, quant à elle, continue à occuper ses fonctions et aucune sanction administrative n'a été prise à son encontre."

    Canard Enchaîné 4 février 2015
     Il y a 1 mois et 5 jours

    Les enquêteurs antiterroristes sont moins pressés que les policiers qui ont auditionné pour "apologie de terrorisme"Ahmed 8 ans et mis en garde à vue pour "apologie de terrorisme" encore, le prof de philo Jean-François Chazerans !
    Il est vrai ce que celui-ci est antifascistes !
    Les juges n'aiment pas ça !
    Il est vrai que, aux dernières nouvelles, l'organisateur présumé du réseau terroriste des Buttes Chaumont - Boubakeur Al Hakim - n'est toujours pas recherché. Ses complices du gouvernement tunisien (l'ancien et l'actuel) ne sont en aucune façon mis en cause.

    DEUX MOIS POUR PLACER EN GARDE A VUE
     UNE GENDARME MEMBRE
    D'UN RESEAU TERRORISTE CRIMINEL
    LA NOUVELLE FARCE DE LA POLICE FRANCAISE !!!


    Il est vrai qu'il a fallu 2 mois à la police française pour mettre en garde à vue l'adjudante Emmanuelle X.... Celle qui faisait entrer au fort de Rosny le terroriste Amar R.
    Il est vrai que, le mois dernier, elle n'était coupable de rien.... absolument rien :
    "Mais après enquête, aucun signe de radicalisation religieuse ou de quelconque complicité dans les récentes attaques chez la jeune femme n'a pu être établi. Le proche de Coulibaly a, lui, été arrêté le 23 janvier dernier par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la préfecture de police de Paris. La jeune femme, quant à elle, continue à occuper ses fonctions et aucune sanction administrative n'a été prise à son encontre."
    Canard Enchaîné 4 février 2015
     Il y a 1 mois et 5 jours

    Les juges de la farce antiterroriste ne sont pas pressés d'enquêter.
    C'est seulement aujourd'hui que vient de commencer la garde à vue pour cette infiltrée...
    Sa compagne, gendarme, également entendue. A la demande des juges antiterroristes, Amar R. a donc été extrait de prison pour être entendu par les enquêteurs de la police judiciaire, au 36 Quai des Orfèvres. Il n’est pas seul en garde à vue. Sa compagne, Emmanuelle, adjudante de la gendarmerie nationale, est également interrogée. Convertie à l’islam depuis deux ans, elle est en poste au fort de Rosny-sous-Bois, où elle aurait consulté les fichiers informatiques de la gendarmerie concernant son compagnon, après les attentats.
    Deux autres suspects entendus. Selon l'AFP, deux autres individus figurant dans l'entourage d'Amédy Coulibaly sont également entendus dans les locaux de la PJ parisienne. (Europe 1)
    Pendant ce temps, c'est l'assassin de Thomas Sankara qui est pressenti comme responsable de l'antiterrorisme au Faso !
    On vous le dit : terrorisme et anti-terrorisme sont deux faces de la même pièce de monnaie !
    La pièce Franceàfric, la pièce de la bourgeoisie esclavagiste !!!
    Rien d'étonnant à ce que ces gardes à vue n'aient lieu que maintenant : les juges font semblant d'enquêter pendant que les innocents sont persécutés !!

    MERCREDI 4 FÉVRIER 2015


    Amar R. un des complices de Coulibaly entrait "comme s'il était chez lui" dans le fort de Rosny avec "son amante Emmanuelle X sous-officier chargée du renseignement opérationnel" (Scoop Didier Hassoux Canard Enchaîné)

    par Yanick Toutain

    REVACTU
    4/2/2015



    "Les deux amants [le terroriste et la femme] s'engouffrent dans le parking,
    sans que le planton y trouve à redire.
    Et pour cause : la voiture appartient à la gendarmerie nationale
    et la jeune femme est sous-officier,
    chargée du renseignement opérationnel !
    Le lendemain, Amar R. revient sur les lieux.
    Mais seul, cette fois, et au volant de sa propre voiture.
    Comme la veille, il pénètre sans difficulté dans le fort de Rosny.
    Comme s'il était chez lui.


    On peut pas poursuivre et interroger pour "apologie du terrorisme" Ahmed 8 ans, Ayman 9 ans et le prof de philo Jean-François Chazerans et en même temps surveiller les terroristes...
    On ne peut pas persécuter les témoins de violences à enfants dans les écoles, les interpeller manu militari, les juger sans convocation et en même temps punir les terroristes..
    En conséquence de quoi, ceux qui les financent sont leurs amis et leurs pantins terroristes "s'aimaient d'amour tendre" avec une sous-officier chargée du renseignement opérationnel.

    MARDI 3 FÉVRIER 2015





    0 0


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    16/3/15

    1,47 milliards d'euros réclament les putschistes mercenaires ONUCI-FMI qui ont pris le pouvoir en Côte d'Ivoire de 2002 à 2011.
    Les résistants ne sont donc pas surpris d'entendre l'avocate Habiba Touré de la femme du président de Côte d'Ivoire se pouvoir en cassation.
    Simulacre de justice dans un pays sous la botte fasciste !



    L'accusation et la défense de Simone Gbagbo se sont pourvues en cassation contre la lourde condamnation à vingt ans de prison de l'ex-Première dame ivoirienne pour « attentat à la sûreté de l'Etat » durant la crise de 2010-2011, a-t-on appris lundi de sources judiciaires.« Le parquet a introduit un pourvoi en cassation au regard de la loi », a affirmé à l'AFP l'avocat général Simon Yabo Odi, sans préciser les motivations de ce pourvoi.« On s'est pourvu en cassation. La procédure est irrégulière et doit être frappée de nullité », a déclaré Habiba Touré, une avocate de Mme Gbagbo. (OMEGABF)






    MERCREDI 25 FÉVRIER 2015


    Procès truqué, faux témoins : Simone Gbagbo n'est pas coupable ! Les violences post-électorales de 2010 commencèrent le 16 décembre 2010 par l'attaque terroriste de la RTI par les milices organisées et protégées par Soro-Ouattara-ONUCI-Jean-Marie Bourry

    Quand Le Point publie une photo non diffamatoire
    Simone Gbagbo, à son arrivée au tribunal d'Abidjan

    , le 23 février 2015.
     © ISSOUF SANOGO / AFP PHOTO
    par Yanick Toutain
    REVACTU
    24/2/15

    Témoin: Monsieur le juge, c’était le 16 décembre 2011, après tout le monde a eu des armes.
    -Juge: Tu es sur que c’était le 16 décembre 2011?
    -Témoin: Oui Monsieur c’était le 16 décembre 2011
    Juge: Mais le 16 Décembre 2011, Mme Gbagbo était en prison, comment toi tu as fais pour la voir à Abobo?
    Témoin : Silence radio (Source Abyssa Abidjantalk)



    Au moment où les fascistes tentent de condamner la femme du président de Côte d'Ivoire dans un procès truqué.(Le Monde Le Point)
    "Les avocats de Simone Gbagbo ont demandé lundi l'annulation de son procès pour "atteinte à la sûreté de l'État", invoquant l'immunité parlementaire de l'ex-première dame ivoirienne, députée au moment de la crise postélectorale de 2010-2011, mais la cour a rejeté leur requête. "Les poursuites ont été engagées en violation de l'immunité de Simone Gbagbo, députée de 2000 à 2011", qui "n'a jamais été levée", a déclaré Me Rodrigue Dadjé, l'un de ses avocats, exigeant "la fin de la procédure". Le parquet général a demandé de passer outre cette requête que la cour, après une brève suspension d'audience, a rejetée, se déclarant incompétente en la matière.
    Simone Gbagbo est arrivée visiblement détendue au palais de justice d'Abidjan-Plateau lundi en fin de matinée. Vêtue d'une robe en pagne à motifs vert et marron, parée de quelques bijoux, l'ex-première dame a salué de la main les journalistes présents, leur adressant un grand sourire. Elle s'est ensuite assise dans le box des accusés aux côtés de Me Dadjé. "À l'heure où je vous parle, je ne sais pas exactement quels sont les actes matériels qu'on me reproche", a déclaré Simone Gbagbo à la barre. "Laurent Gbagbo est le vainqueur de la présidentielle de 2010", a-t-elle également lancé, contestant une nouvelle fois la victoire d'Alassane Ouattara." 
    Le souvent excellent Mondafrique complète le portrait de la résistante Simone Gbagbo
    Depuis le 23 février, elle comparaît devant un tribunal d'Abidjan, comme des dizaines de coaccusés, pour la plupart détenus sans jugement depuis 2011, pour atteinte à la sûreté de l'État. Le visage éclairé d'un large sourire, dans une robe pagne aux motifs marrons et verts. Son séjour forcé dans un lieu de détention du nord du pays où elle a vécu dans des conditions spartiates, n'a en rien entamé sa détermination.
    "De quoi le président Sarkozy se mêle-t-il ?", lanca t-elle en dénonçant "l’ingérence des autorités françaises" dont l’armée a, selon elle, "bombardé la résidence présidentielle alors qu’aucune résolution de l’ONU ne lui donnait ce pouvoir". Elle accuse les "troupes rebelles" de Guillaume Soro, l'actuel président de l'Assemblée nationale et de Ouattara, "appuyées par l'ONU et les forces françaises d'avoir massacré des populations civiles, humilié des représentants de l'État".  "Comment puis-je être poursuivie sur la base d’une décision politique ? Alors que j’ai respecté la décision du Conseil constitutionnel ?", demande-t-elle. "J’ai été battue avec une violence inouïe" lors de l’interpellation, affirme-t-elle encore à la barre. 
    SIMONE GBAGBO, L’IMPOSSIBLE PROCÈS  - Publié le 


    Au moment où le président de la Cour d'Appel de Rouen fait avertir le 23 février 2015 Julie Amadis d'une décision prise en octobre  - l'audience d'appel (la 7°) en faveur du barbouze ONUCI ex-chef de la police des troupes d'occupation UNOCI en Côte d'Ivoire (devenu candidat Nouvelle Donne) Jean-Marie Bourry.
    Au moment où je découvre que pour la 7° fois des juges vont me juger sans que JAMAIS l'adresse courriel des deux blogs Revactu et LHavraisVérité n'aient JAMAIS reçu aucun courriel pour informer de quelque plainte ou poursuite que ce soit....
    Au moment où les juges voyous et procureurs voyous de France crachent sur la loi impunément....
    Au moment où les juges voyous de CPI séquestrent un président élu - Laurent Gbgabo...
    Au moment où des juges voyous de Côte d'Ivoire jugent de façon totalement illégale Simone Gbagbo,

    16 DECEMBRE 2010 : 10 MORTS DE POLICIERS LOYALISTES DANS L'ATTAQUE SORO-OUATTARA-ONUCI-BOURRY DE LA RTI D'ABIDJAN

    ........... il faut rappeler inlassablement que les violences post-électorales ont commencé par la proclamation d'un résultat truqué, suivie de l'attaque de la RTI Radio Télévision Ivoirienne par des milices terroristes sans aucun statut légal : les voyous dozos de Guillaume Soro, protégés par les troupes d'occupation de l'ONUCI.
    Si Bernard Cazeneuve est allé harceler Google, Twitter et Facebook pour obtenir la censure, ce n'est pas la censure des terroristes - les terroristes ils les ont armé en Côte d'Ivoire et ils les financent (20 M€) au Mali. La censure de Cazeneuve ce sont les tweets suivants qui sont ses cibles.
    Ce que tente de censurer Cazeneuve et les juges voyous d'Angoulême et de Bordeaux c'est l'article du 2 janvier 2011


    DIMANCHE 2 JANVIER 2011



    Procès de Simone Gbagbo : Ca se passe actuellement au palais de justice. Témoignage du Témoin Ibrahim
    -Juge: Que reprochez vous a Mme Gbagbo ?
    -Témoin: Moi je suis gardien du siège du RDR à Abobo. Mme Gbagbo est venue. Elle était dans une 4X4. Un long cortège. Elle passait, et elle est partie chez BAH BIENTO (comédien). Après ça tous les jeunes là ont eu des armes dans le quartier.
    -Juge: Qui a donné ces armes là aux jeunes?
    -Témoin: Quand Mme Gbagbo est venu elle a vu Bah Biento, Bah Biento même il est encore la au quartier.
    -Juge: Tu as vu Mme Gbagbo donner des armes aux gens la?
    Témoin: Oui Monsieur.
    -Juge: Mais tu as dit qu’elle était dans une 4X4 et qu'elle passait dans un long cortège, comment tu l'a vu. Et c'était quand?
    Témoin: Monsieur le juge, c’était le 16 décembre 2011, après tout le monde a eu des armes.
    -Juge: Tu es sur que c’était le 16 décembre 2011?
    -Témoin: Oui Monsieur c’était le 16 décembre 2011
    Juge: Mais le 16 Décembre 2011, Mme Gbagbo était en prison, comment toi tu as fais pour la voir à Abobo?
    Témoin : Silence radio (Source Abyssa Abidjantalk)

    0 0

    Abdoulaye Camara
    avec son petit frère, il y a 6 ans

    présentation Yanick Toutain
    17/3/15

    Cette police qui menaçait Abdoulaye Camara, c'est cette même police havraise qui nous a interpellé le 28 juillet 2014 Julie Amadis et l'auteur de cet article. La BAC nous a interpellé 22 jours après le délai de prescription avec des faux en écritures du procureur Nachbar.
    Cette même police qui a tiré sur le frère de Abdourahmane Camara.
    Faux en écritures que ce procureur voyou du Havre a réitéré pour une convocation (de Julie Amadis seule) à un procès truqué dont on attend encore le résultat...
    Faux en écritures que la Cour de Cassation laisse circuler !!!
    Une police qui ne nous a toujours pas expliqué de quoi est mort en garde à vue le client de Joué Club en août - Mohamed Rajhi 31 ans.
    On attend que le juge d'instruction Marc Hedrich ait le courage de demander à de vrais policiers d'enquêter sur les agissements du réseau raciste du Havre. En particulier sur cette brigade canine qui assassina en décembre celui qu'elle menaçait depuis plus d'un an.
    Voici l'article du frère de la victime - Abdourahmane Camara :

    "On aura ta peau !" Depuis plus d'un an, Abdoulaye Camara se disait menacé par la Brigade canine du Havre

    par Abdourahmane P. Camara
    12/3/2015

    Mort tué de 10 balles le 16 décembre 2014, Abdoulaye Camara avait parlé à sa famille et à des amis des menaces que lui faisaient les policiers de la Brigade canine.
    Depuis plus d'un an Abdoulaye me répétait souvent :
    "La police me piste""Ils me disent "On aura ta peau".
     Je lui disais
    "Tu délires, tu deviens parano"
    Je lui demandais :
    "Pourquoi ils font ça ? Tu fais pas de bizness" ....
    Il me répétait .. plusieurs fois. :
    "Quand ils me contrôlent dans la rue... j'étais avec des amis ils me contrôlent et me prennent à part de mes amis.... Il me disent "on aura ta peau t'inquiète pas allez tu peux partir...."
    Quand j'essayais de lui demander des explications, il ne savait pas pourquoi :
    "Je sais pas ? Pour casser les couilles..... à chaque fois je sors de chez moi je les croise toujours la canine et la BAC ils me pistent......"

    "ON AURA TA PEAU" LES AMIS DE ABDOULAYE
     L'ONT AUSSI ENTENDU SE PLAINDRE 

    Plusieurs amis qui connaissent également Abdoulaye m'ont répété la même chose avec les mêmes mots "On aura ta peau"
    "Ton frère nous a dit plusieurs fois qu'il était pisté par les keuf et quand il était contrôlé ils lui disaient "on aura ta peau"

    On attend que la police - une vraie police - viennent relever les empreintes des agresseurs du 15 décembre dans l'appartement de Abdoulaye.
    On attend que la  police montre toutes les vidéos du quartier le jour de l'assassinat de Abdoulaye.
    On attend que la police interroge les témoins qui ont entendu Abdoulaye dire être menacé par la Brigade Canine.
    On attend que la police retrouve la trace de ceux qui se sont vanté d'être allé agresser Abdoulaye le 15 décembre au soir.
    On attend que la police et la justice viennent rectifier tous les mensonges du procureur Nachbar et nous explique pourquoi celui-ci a affirmé des choses contraires à la vérité.
    On attend les excuses des médias qui, sachant que ce procureur était un faussaire dans d'autres affaires (en particulier concernant Julie Amadis et Yanick Toutain) ont répété sans aucune vérification tous les mensonges de ce procureur.

    0 0



    par Yanick Toutain
    18/3/15
     "Ce PV, côté "D104", est truffé d'inexactitudes, au point que la cour d'appel de Versailles ordonne, le 26 octobre 2012, l'audition de tous les flics présents cette nuit-là. Le 27 mai 2013, le brigadier V. (...)   est alors totalement affirmatif : « J'ai bien participé à cette surveillance. [en Seine-et-Marne,]
     » Il détaille son emploi du temps : entre 23 h 40 et 5 h 55, il assure avoir été positionné « sur des points de passage possibles » de la fameuse Mercedes." (...) "Cette même nuit du 7 au 8 novembre 2008, à 3 h 13 précisément, le brigadier Stéphane V. dresse pourtant un tout autre procès-verbal ! On y lit : « Etant au service,(...) à Levailois-Perret (Hauts-de-seine), le rédacteur de ce PV était donc au même moment à quelques centaines de bornes, en Seine-et-Marne 
    (Didier Hassoux Canard Enchaîné) 


    PLAINTE POUR
     "TÉMOIGNAGE MENSONGER SOUS SERMENT"
    CONTRE LE POLICIER DE L'ANTI-TERRORISME ,
    LE BRIGADIER STEPHANE V. 

    La lutte contre le terrorisme est un farce criminelle.
    Les vrais terroristes - que ce soit la clique Ouattara-Soro-Dozos au pouvoir en Côte d'Ivoire ou leurs homologues islamofascistes Ansar Eddine, Boko Haram, DAECH etc...., ce sont tous des marionnettes financées, protégées et dirigées par les gouvernements impérialistes de la bourgeoisie esclavagiste. A commencer par Hollande, Valls, Le Drian, Fabius, Taubira et leurs homologues étasuniens, britanniques, allemands etc....
    Le pire des criminels de l'agression contre le Mali est protégé par Serval-Barkhane Hollande après avoir été hébergé - impuni - par le tyran du Burkina Faso, Blaise Compaoré, au 11° étage d'un hôtel de luxe de Ouagadougou.
    C'est le même criminel qui est actuellement protégé près de Kidal par les troupes d'occupation impérialistes au Nord Mali.

    VENDREDI 20 FÉVRIER 2015




    EN 2007 LE TERRORISTE IYAD AG GHALI RECU PAR
    L'AMBASSADEUR TERENCE McCULLEY A BAMAKO
    APPELAIT LES USA A ENVAHIR LE NORD-MALI

    Ce même criminel Iyad Ag Ghali avait été reçu par l'ambassadeur des USA à Bamako.
    Iyad ag Ghali, the leader of the Tuareg rebel Alliance 
    for Democracy and Change (ADC), met with the Ambassador on
    May 30 (Source Wikileaks cables)
    Les enfants élèves de l'école Hollande-Ag Ghali
     vont apprendre eux-aussi à assassiner comme
     leur professeur le fit le 24 janvier 2012 à Aguel Hoc
    En 2007, comme on peut le lire dans un câble fuité du département d’Etat, il s’est même fendu d’une visite à l’ambassade des Etats-Unis à Bamako, où il a rencontré l’ambassadeur de l’époque, Terence McCulley.
    «Parlant avec une voix douce, réservé, Ag Ghali n’a rien montré du personnage de guerrier insensible créé par la presse malienne», note le câble.
    On y lit également qu’Ag Ghali, «apparemment fatigué», sollicita une aide militaire américaine dans le cadre d’opérations spéciales contre AQMI.
    Malgré ses efforts pour imposer la charia, Ag Ghali avoua à l’ambassadeur des Etats-Unis que «l’un des points faibles d’AQMI était que peu d’habitants du nord du Mali adhéraient à son idéologie extrémiste».
    Son aptitude à dresser chaque camp contre l’autre est depuis longtemps l’une de ses caractéristiques les plus notoires, et contribue à accentuer l’aura de mystère qu’il cultive autour de son personnage. (Slate Afrique)

    LES FLICS PERSECUTENT LES ANTI-TERRORISTES
    JULIEN COUPAT ET YLDUNE LEVY AVEC DES MENSONGES

    Les flics qui sont chargés de la prétendue lutte anti-terroriste sont des menteurs.
    C'est ce que Didier Hassoux dans le Canard Enchaîné d'aujourd'hui vient confirmer une nouvelle fois : Pour surveiller Julien Coupat le brigadier de l'antiterrorisme se trouvait en Seine-et-Marne et dans les Hauts-de-Seine en même temps ! Au même moment, à 3h13 du matin le 8 novembre 2008.
    Cette farce n'est que le sommet de l'iceberg géant du mensonge.

    Deux flics pour le prix d'un (par Didier Hassoux Canard Enchaîné)

    "Si tous les flics étaient comme lui, la police ne serait plus en sous-effectif. Le brigadier Stéphane V. (1) est un as de l'ubiquité, une sorte de Flash Gordon de la maison poulaga. Ses extraordinaires qualités lui valent cependant d'être visé par une plainte, déposée le 16 janvier, pour « témoignage mensonger sous serment ». Il encourt 5 ans de taule et 75 000 euros d'amende. Une plaisanterie, pour un super-héros de l'antiterrorisme ! 
    Dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008, le brigadier est affecté à la surveillance de deux drôles de zigotos Lui, Julien Coupat, et elle, Yldune Lévy, sont soupçonnés d'être des terroristes en puissance. Cette nuit-là, au fin fond de la Seine-et-Marne, les poulets sont une douzaine à filer leur vieille Mercedes, le long de la ligne TGV Est, dont on les suspecte de vouloir saboter les caténaires. 

    Nuit au poste 

    Après leur folle virée nocturne, les policiers rédigent un procès-verbal de surveillance. C'est le lieutenant M. qui tient la plume. Il note, en particulier, la présence de son collègue Stéphane V Le document atterrit sur le bureau du juge antiterroriste Thierry Fragnoli chargé de l'enquête. Ce PV, côté "D104", est truffé d'inexactitudes, au point que la cour d'appel de Versailles ordonne, le 26 octobre 2012, l'audition de tous les flics présents cette nuit-là. Le 27 mai 2013, le brigadier V. est entendu par l'Inspection générale de la police nationale. Il est alors totalement affirmatif : « J'ai bien participé à cette surveillance.» Il détaille son emploi du temps : entre 23 h 40 et 5 h 55, il assure avoir été positionné « sur des points de passage possibles » de la fameuse Mercedes."

    LA DEUXIEME PARTIE DE L'ARTICLE DEMONTE TOUS LES MENSONGES PRECEDENTS DU FLIC "ANTITERRORISTE"

    "Cette même nuit du 7 au 8 novembre 2008, à 3 h 13 précisément, le brigadier Stéphane V. dresse pourtant un tout autre procès-verbal ! On y lit : « Etant au service, sommes informés ce jour, à l'heure figurant sur l'en-tête du présent, qu'en raison de l'acheminement de matière radioactives entre la Hague (Seine-Maritime (sic) et Gorleben (Allemagne) C. ..), des contrôles d'identité ont été mis en place (...). » Le « service » en question se trouvant à Levailois-Perret (Hauts-de-seine), le rédacteur de ce PV était donc au même moment à quelques centaines de bornes, en Seine-et-Marne Effectivement, un superpoulet... Le ministre a bien quelques décorations en réserve ? "
    Didier Hassoux 
    (1) Dont l'identité est protégée par le « secret-défense » ! 
    Le mensonge est le premier outil des dictatures 
    En Côte d'Ivoire, les terroristes, ils sont au pouvoir. Ils n'ont cessé de commettre leurs crimes de 2002 à 2011. Soutenus par Chirac, Sarkozy, Bush, Obama et Hollande.
    Ceux qui ont soutenu ces terroristes criminels - comme Jean-Marie Bourry de l'ONUCI - sont soutenus par les juges voyous de France, les procureurs voyous et leur ministre voyou Christiane Taubira : leurs faux en écritures sont même validés par la Cour d'Appel de Bordeaux.
    Les juges voyous pour soutenir le terrorisme en Côte d'Ivoire vont même jusqu'à fabriquer eux-mêmes des faux en écritures publiques !

    TRAFIC D'OR DE L'ONUCI POUR FINANCER LES TERRORISTES

    Celui qui protégeait les terroristes assassins du 16 décembre 2010 - Jean-Marie Bourry - devra répondre aussi du financement par trafics d'or illégaux de ces mêmes terroristes.


    MERCREDI 4 DÉCEMBRE 2013



    Jean-Marie Bourry et les trafics d'or de l'ONUCI pour financer le coup d'Etat contre le président Gbagbo

    LES VERITABLES MOTIFS DU BARBOUZE ONUCI JEAN-MARIE BOURRY, IL NE DEMANDA PAS AUX JUGES VOYOUS DE FAIRE CONDAMNER CET ARTICLE QUI DEMASQUAIT SES ACTIVITES MAFIEUSES, MAIS UN AUTRE ARTICLE..... QUE PERSONNE N'AVAIT LU !!!
    Armement à prix d'or


    Cet héroïque canardage, qui, selon l'Élysée, laissait entrevoir une reddition rapide de Gbagbo, risque pourtant de laisser des traces profondes. Et une situation difficilement gérable à Abidjan. D'abord parce que Ouattara pourrait pâtir, dans cette ville majoritairement acquise à Gbagbo, de son image de protégé de la France et des pays riches. L'armement de ses troupes. son équipement tout neuf ont suscité l'étonnement des Ivoiriens. Si l'aide du Burkina et du Nigeria est reconnue, d'autres pistes de financement apparaissent. Selon des témoignages et des documents obtenus par « Le Canard », des proches de Ouattara ont monnayé, en 2009 et en 2010, d'importantes quantités d'or extraites des mines du Nord. Plusieurs tonnes ont été acheminées au Ghana voisin sous couvert de véhicules de... l'ONU. Puis envoyées, par petites quantités, à Anvers (Belgique) pour y être transformées. A l'état de poudre, cet or a été négocié à plus de 15 000 euros le kilo.
    Il est vrai que les terroristes au pouvoir condamne la femme du président à 20 ans de prison et les résistants à payer 1,47 milliards d'euros....

    FINANCEMENT DU TERRORISME : 
    HOLLANDE SARKOZY 58 MILLIONS POUR AQMI

    Le financement des terroristes ? C'est la France de Hollande qui a battu les records : 58 millions de dollars versés à Al Qaeda (AQMI).


    LUNDI 19 JANVIER 2015



    Qui finance Al Qaeda, Ansardine, Boko Haram ? France a versé 45 millions d'euros à Al Qaeda et Hollande 20 millions à Ansardine

    TABLEAU NEW YORK TIMES  (Rukmini Callimachi)














    Combien chaque pays a payé Al Qaeda

    Total Montant total payé à Al Qaeda et ses filiales en rançons depuis 2008 pour les kidnapping recensés(dollars 2014).


    France
    $58.1 million
    Qatar et Oman
    $20.4 million
    Suisse 
    $12.4 million
    Espagne
    $11.0 million
    Autriche 
    $3.2 million
    Source non déterminée
    $21.4 million


    HOLLANDE ET SARKOZY SONT LES PRINCIPAUX FINANCIERS DES TERRORISTES

    2 DOCUMENTS NEW YORK TIMES



    Paying Ransoms, Europe Bankrolls Qaeda Terror

    Le soutien aux terroristes ? Blaise Compaoré protégeait MNLA et Ansar Eddine au Burkina Faso : c'est Hollande lui-même qui a envoyé un hélicoptère pour exfiltrer ce protecteur du terrorisme en Afrique !

    MARDI 4 NOVEMBRE 2014

    L'assassin a été protégé par ses donneurs d'ordre.
    Un hélicoptère français, probablement des forces spéciales basées à Ouagadougou, est envoyé sur les lieux, a appris Jeune Afrique de sources diplomatiques concordantes. L'appareil exfiltre Blaise Compaoré et quelques proches, tandis que la majeure partie des membres du convoi est laissée sur place pour des raisons logistiques, avant de se diriger nuitamment vers le Bénin.L'ancien président est ainsi héliporté vers Fada N'Gourma, à une centaine de kilomètres dans l'est du Burkina. Là, une piste d'atterrissage a permis à un avion français venu de Côte d'Ivoire de se poser. Le groupe embarque à son bord et décolle en direction de Yamoussoukro, où il arrivera en fin d'après-midi.

    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Crise au Burkina | Exclusif. Burkina : comment la France a exfiltré Blaise Compaoré | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook
    Hollande avait donc menti une fois de plus !
    "Cette évacuation, nous ne l’avons pas faite nous-mêmes, mais nous avons fait en sorte qu’elle puisse se faire sans drame", avait-il seulement expliqué.
    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Crise au Burkina | Exclusif. Burkina : comment la France a exfiltré Blaise Compaoré | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook
    Celui qui avait été mis en place par Jacques Foccart en construisant un complot qui mélait Houphouet Boigny, Kadhafi, et Charles Taylor était le chef esclavagiste de la région.
    Pour le compte de la Franceàfric
    Protecteur des criminels qui avaient attaqué le Mali en janvier 2012, Compaoré avait hébergé le MNLA et Iyad Ag Ghali qui logeait à Ouagadougou quand les militaires français faisaient semblant de le chercher dans le nord Mali
    Compaoré fut l'agent de la Franceàfric pour pourrir la Côte d'Ivoire.
    C'est lui qui tenait les ficelles de IB et du commando invisible, de Soro et Ouattara, de toutes les agressions contre la CIV depuis 2002 !
    C'est à 50 kilomètres de la capitale que le parrain Hollande de la mafia esclavagiste envoya chercher son mercenaire local
    Blaise Compaoré quitte le palais de Kosyam vers midi, le vendredi 31 octobre. Déjà en contact avec les autorités françaises, il prend la direction de Pô, dans un convoi de 28 véhicules civils, sous escorte militaire. Il n'aura cependant jamais le temps d'atteindre son fief du sud.
    Averti que la population l'y attend, le convoi est arrêté dans la région de Manga et de Nobéré à environ cinquante kilomètres au nord de Pô.

    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Crise au Burkina | Exclusif. Burkina : comment la France a exfiltré Blaise Compaoré | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook



    Tout ce cirque contre des prétendus ennemis fabriqués et financés par les impérialistes eux-mêmes vise à la mise en oeuvre d'un COUP D'ETAT RAMPANT
    On apprenait hier dans le Figaro de nouvelles mesures de surveillance des citoyens
    Les opérateurs télécoms et les sites Internet vont devoir participer plus activement à la lutte contre le terrorisme en France. 
    Le projet de loi renseignement présenté jeudi, qui étend le champ de l'interception des communications électroniques, réserve plusieurs surprises aux intermédiaires techniques dont Le Figaro dévoile le contenu.
    Les acteurs du Net et des télécoms participent déjà à l'identification de personnes suspectées de terrorisme. La loi les oblige à conserver leurs données de connexion et à les transmettre sur requête aux services administratifs de renseignement. Le délai de conservation de ces informations sera porté de un à cinq ans une fois les renseignements recueillis.
    Le projet de loi va plus loin. Dans son article 3, le texte permet aux enquêteurs d'obtenir un «recueil immédiat, sur les réseaux des opérateurs» des données de connexion des suspects. De même, il veut contraindre les intermédiaires à «détecter, par un traitement automatique, une succession suspecte de données de connexion». Les fournisseurs d'accès à Internet, mais aussi aux plates-formes comme Google, Facebook, Apple ou Twitter, pourraient devoir déceler eux-mêmes des comportements suspects, en fonction d'instructions qu'ils auront reçues, et transmettre ces résultats aux enquêteurs. Le texte ne le précise pas, mais il pourrait s'agir de connexions fréquentes sur des pages surveillées.
    Une autorisation du premier ministre
    Les opérateurs télécoms et les sites Internet ayant une activité en France devront se plier à cette obligation de surveillance après accord du premier ministre, c'est-à-dire sans passage devant un juge. L'anonymat des personnes identifiées sera levé «en cas de révélation d'une menace terroriste», prévoit le texte. Cette obligation de surveillance est une manière de durcir la loi antiterroriste du 13 novembre 2014, qui avait retenu, dans les éléments signalant une entreprise de terrorisme individuelle, «la consultation habituelle de sites Internet appelant à la commission d'actes de terrorisme».
    Le projet de loi renseignement aborde aussi sur les obligations à la charge des opérateurs et des plates-formes «en matière de déchiffrement des données». Plus que jamais, la France veut disposer des clés permettant de lire des conversations interceptées, même si elles sont protégées. Lors de son voyage dans la Silicon Valley pour rencontrer les géants du Web en février, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait indiqué qu'il s'agissait d'une «question centrale» dans les demandes des États.
    Le projet de loi prévoit également que les entreprises du Web et des télécoms devront être en mesure de respecter le secret de la défense nationale, pour s'assurer que leurs échanges avec les autorités ne seront pas dévoilés. Les locaux de ces entreprises pourront aussi être contrôlés par les membres et les agents de la nouvelle Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), l'autorité administrative indépendante qui sera créée.
    Des amendements sur le statut des hébergeurs
    Toutes ces mesures devront aider les enquêteurs à détecter les internautes suspectés de préparer des actions terroristes, estime le gouvernement. Le ministre de l'Intérieur, qui regrette une trop faible collaboration des acteurs d'Internet, a plusieurs fois indiqué que «90 % de ceux qui basculent dans des activités terroristes en Europe le font après avoir fréquenté Internet». Ce chiffre, issu d'une enquête sur un nombre réduit de familles, est cependant contesté.
    La France est aussi à la manœuvre pour inciter les géants du Net à retirer plus rapidement des contenus faisant l'apologie du terrorisme, comme ils s'y sont engagés à l'occasion du déplacement de Bernard Cazeneuve aux États-Unis. Une réunion d'étape doit se tenir en avril à Paris. Le projet de loi renseignement pourrait encore évoluer sur la question de la responsabilité des hébergeurs Internet, avec le dépôt d'amendements pour leur faire respecter de nouvelles obligations plus fermes. Ce sujet fait l'objet de discussions au sein des ministères.

    L'avocat Rubin Sfadj commente ces mesures sur son blog :


    Rubin Sfadj :
    "Les mesures proposées portent une atteinte sérieuse au respect de la vie privée que les citoyens sont en droit d’attendre de leur prochain et surtout de l’État. Cette règle se place au sommet de la hiérarchie des normes pour une raison simple : si l’État peut inspecter à tout moment ce que les citoyens communiquent, écrivent ou même pensent, l’application de la règle de droit devient pour le moins déséquilibrée.
    Quant à la procédure envisagée, elle constitue sans conteste une entorse importante au principe de séparation des pouvoirs, puisqu’elle met l’application et le contrôle de la règle entre des mains sinon identiques, du moins intimement liées, puisque toutes deux filles de l’exécutif". (
    Qu’est-ce que la démocratie ? (Ou une analyse préliminaire de la loi Renseignement) le 18 mars 2015 14H05 | par Rubin)

    MINUSMA PROTECTEURS DU TERRORISTE MOHAMED ALY AG WADOUSSENE QUI A ENLEVE SERGE LAZAREVIC

    Toutes ces mesures fascistes sont ridicules quand on sait que les terroristes agissent au vu et au su de toute l'armée française.
    Le terroriste Mohamed Aly Ag Wadoussène qui a enlevé Serge Lazarevic a
    "accepté de rencontrer de rencontrer des émissaires de la MINUSMA".
    Non vous ne rêvez pas : celui qui est coupable de séquestration et dont la libération des prisons de Bamako par IBK sur demande de Hollande avait scandalisé tout le Mali fait des "rencontres" avec les troupes d'occupation de l'ONU " !!!  

    MINUSMA PROTECTEURS DES TERRORISTES
     ASSASSINS DU 24 JANVIER 2012

    Dans Jeune Afrique du 8 mars on lit
    "Les leaders des groupes armés du Nord-Mali [Il s'agit ici des terroristes assassins qui tuèrent 82 militaires maliens antifascistes le 24 janvier 2012] , les chefs traditionnels et les représentants de la société civile se réunissent ce 10 mars à Kidal...."
    On voit donc les assassins du 24 janvier 2012 se pavaner tranquillement sous protection Serval-Barkhane et MINUSMA.
    Le titre de l'article est révélateur : "Casse-tête logistique pour la MINUSMA".

    Casse-tête logistique pour la Minusma 
    Les leaders des groupes armés du Nord-Mali, les chefs traditionnels et les représentants de la société civile se réunissent ce 10 mars à Kidal, fief de la rébellion touarègue, pour décider s'il convient de parapher le pré­accord de paix conclu le 1er mars à Alger. Il a fallu pour cela surmonter de redoutables difficultés logistiques.
    Désireux d'aboutir à un large consensus, Bilal Ag Acherif, chef du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), souhaitait inviter le plus grand nombre possible de personnalités. Il avait donc sollicité l'aide de Mongi Hamdi, patron de la Minusma. Sa requête ayant été acceptée, des délégations devaient être conduites à Gao par des avions onusiens à partir de Nouakchott, Ouagadougou et Niamey, puis gagner Kidal par hélicoptère.
    Seul problème : le 6 mars, les groupes rebelles n'avaient toujours pas communiqué la liste de leurs invités, suscitant chez les responsables onusiens une certaine fébrilité.


    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Mali | Mali : réunion cruciale à Kidal et casse-tête pour la Minusma | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
    Les prétendus libérateurs du pays sont les protecteurs des terroristes agresseurs de janvier 2012 !!!  

    Le lecteur pourra lire en détail sur Revactu les mille et unes activités criminelles des troupes d'occupation Serval Barkhane MINUSMA qui ont imposé aux Maliens le retour des assassins du 24 janvier 2012 : MNLA et Ansar Eddine de Iyad Ag Ghali.
    Après le modèle algérien des années 90, après le financement officiel de la CIA (et de Hillary Clinton qui s'en revendique) des terroristes islamofascistes Ben Laden, Al Qaeda etc...
    Après le financement par le Qatar et l"Arabie Saoudite de tous les psychopathes islamofascistes de la planète - y inclus DAECH
    Après que la Turquie ait envoyé des officiers encadrer DAECH..... etc etc.....


    UNE VASTE CONSPIRATION SUR LE MODELE NORTHWOODS


    Tout ce qui concerne le terrorisme est la mise en oeuvre d'une vaste conspiration sur le modèle du plan criminel Northwoods de 1962


    (Wikipédia) L'opération Northwoods est un projet d'opérations militaires clandestines sous fausse bannière destinées à manipuler l'opinion publique. Il s'agissait de blesser ou tuer des citoyens américains pour ensuite accuser les Cubains et envahir leur pays.
    Conçu par des chefs de l'état-major américain de leur propre initiative, ce projet d'opération fut proposé à l'exécutif américain en 1962 (Administration Kennedy), qui le rejeta. Il ne fut jamais mis à exécution.
    L'opération consistait, dans le contexte de la guerre froide, en l'organisation d'une série d'actions d'intoxications pour justifier aux yeux de l'opinion américaine une intervention militaire contre Cuba et obtenir l'appui diplomatique, voire militaire, des nations occidentales, le Royaume-Uni en particulier1. La commission d'attentats sur des cibles situées aux États-Unis par lesforces armées américaines elles-mêmes de manière à en imputer la responsabilité au régime cubain, était envisagée.
    (...)

    Le contenu du plan

    Le plan conçu par Craig consistait à faire subir des dommages aux biens et personnels américains civil et/ou militaire, suffisamment importants pour susciter une forte indignation dirigée contre Fidel Castro et son régime. Ainsi, il était prévu3 de :
    • lancer des rumeurs en utilisant des radios clandestines,
    • faire entrer des Cubains alliés en uniforme dans la base de Guantanamo,
    • simuler des émeutes près de l'entrée de la base,
    • faire exploser des munitions à l'intérieur de la base et provoquer des incendies,
    • saboter un avion et des navires de la base de Guantanamo,
    • bombarder la base avec des obus de mortier,
    Il était par ailleurs envisagé4 de :
    • couler un navire de guerre américain dans les eaux territoriales cubaines avec la présence proche de navires ou avions cubains aux fins d'imputation5,
    • simuler des funérailles pour les fausses victimes,
    • mener une campagne terroriste communiste cubaine contre les exilés cubains de Floride en organisant des attentats contre eux « en allant même jusqu'à leur infliger des blessures dans les cas à publiciser largement »; couler, réellement ou en simulation, une embarcation de réfugiés fuyant le régime castriste. De faux agents cubains auraient été arrêtés et contraints aux aveux afin d'exhiber des preuves, des bombes auraient explosé dans des endroits bien choisis. De faux documents compromettants préétablis auraient été diffusés,
    • violer l'espace aérien d'États voisins avec de faux avions cubains.
    • simuler la destruction d'un avion charter, d'une compagnie aérienne détenue en sous-main par la CIA, dont les passagers, des étudiants en vacances, auraient été transférés sur un avion similaire puis le drone serait allé exploser vide sur Cuba tout en envoyant des messages radio indiquant une attaque par un chasseur cubain6.
    En plus de ces projets, le ministère de la Défense avança plusieurs idées d'opérations, telle l'opération Coup vicieux, partie d'un ensemble de projets baptisé « opération Mongoose »7, qui envisageait un possible accident du vol Mercury devant envoyer dans l'espace John Glenn et prévoyait d'en rendre les Cubains responsables à l'aide de preuves préfabriquées établissant des interférences électroniques.
    Conscient de la difficulté dans un État démocratique comme les États-Unis de maintenir le secret de telles opérations, l'état-major interarmes insistait sur la nécessité de limiter la participation aux personnes de totale confiance8

    Pour les naïfs qui prétendrait que la France serait vaccinée contre de telles méthodes de "fausse bannière" : Pendant le Front Populaire, l'extrême-droite patronale française assassina deux policiers pour ensuite tenter d'accuser le parti communiste du crime.


    • Le 11 septembre 1937, le groupement CSAR (plus connu sous le sobriquet de La Cagoule) provoque un attentat à la bombe contre la Confédération générale du patronat français (4, rue de Presbourg à Paris) et l'Union des industries et métiers de la métallurgie, pour faire accuser les communistes. Deux agents de police, en faction devant les bâtiments, sont tués par l'explosion. L'enquête permet d'établir la responsabilité des membres de la cagoule clermontoise.


    Quant à la propagande de la ministre française de l'Education Najat-Vallaud Belkacem, elle n'est qu'un vaste rideau de fumée : celle-ci est une marionnette tenue par Hollande et Valls pour ses agressions commises contre ses propres enfants. Elle en avait fait l'aveu en mai 2014 et fut nommée ministre en août pour poursuivre les activistes anti-impérialistes, anti-Franceàfric, abolitionnistes et persécuter les enseignants qui luttent contre les violences à enfants commises par leurs collègues.
    Nommer une conspiratrice comme drapeau de la lutte anti-conspiration, est équivalent à nommer une agresseuse d'enfants comme ministre censée protéger les enfants des agressions.
    Son rôle principal consiste à monter des complots avec la ministre de la "justice" Taubira et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve pour détruire la réputation et les positions sociales et professionnelles des militants anti-terroristes.
    On s'attend à ce que tous ces braves gens-là militent pour donner le prix Nobel de la paix au rappeur Médine du Havre qui appelle à "crucifier les laïcards".




    COMPLEMENTS

    CONCERNANT Julien Coupat, on peut lire les articles du blog Monsyte
    Par exemple

    JEUDI 1 JANVIER 2009


    0 0

    Le terroriste islamofasciste Iyad Ag Ghali
    et son complice Djibril Bassolé
    envoyé par Blaise Compaoré


    par Yanick Toutain
    19/3/2015



    "Plusieurs personnalités de renom issues de la haute hiérarchie militaire, du gratin politique et du milieu des affaires défilent en longueur de journée. Djibril Bassolé, Francois Campaoré, Djenderé, Moustapha Chafi, le milliardaire Lancine Diawara le côtoient et le protègent. Chouchouté et cadeauté par l'entourage présidentiel immédiat, [le criminel terroriste islamofasciste] Iyad Ag Ghali est une pièce maîtresse du leadership du chef de l'état, Blaise Campaoré"
    Aguel Hoc 82 militaires
     maliens assassinés :
     les victimes du protégé de Djibril Bassolé


    Un grand débat agit le marigot les larbins Franceàfric de la bourgeoisie esclavagiste : le militaire Djibril Bassolé peut-il être le candidat du système pour succéder à l'assassin Blaise Compaoré.
    Adama Kiéma, coordonnateur du Comité des structures et associations pour la candidature de Djibrill Bassolé à la présidentielle de 2015, est contre l’exclusion des militaires de la politique. Et plus précisément contre les critiques sur la récente mise en disponibilité du Général Bassolé, qui s’apprête à prétendre au fauteuil présidentiel burkinabè.
    Naturellement, les véritables débats sont camouflés : le fait que ce sont les CDR qui sont les seuls organes légitimes après la chute de la dictature, le fait que la constitution Rectification de 1991 pleine du sang de Thomas Sankara est à jeter aux poubelles de Histoire pendant que ses auteurs devraient croupir en prison, le fait que seul un CNR avec des délégués révocables devraient gouverner le Burkina Faso.
    On est loin des états d'âme des gredins du sytème Compaoré.
    Mais c'est un autre débat qui est occculté : le fait que Djibril Bassolé fut, depuis 2012 le principal organisateur et protecteur des criminels terroristes du Mali. A commencer par Iyad Ag Ghali.
    Djibril Bassolé figurait en janvier 2013 dans la liste des invités de l'assassin :
    Selon une source autorisée, jointe par Les Afriques, Iyad Ag Ghali, (... ) Mollah de Kidal, 54 ans, patriarche respecté, à la fois craint et adulé par la communauté des Ifoghas où sa voix est prépondérante, vit dans une suite de luxe du 11 ème étage de l'hôtel Laico, un des bijoux du défunt guide libyen, Mouammar Khadaffi.  (Les Afriques 16/1/2013)
    Rappelons que Iyad Ag Ghali et son groupe Ansar Eddine sont les assassins du 24 janvier 2012. Les criminels associés aux narco-terroristes du MNLA qui assassinèrent 82 militaires maliens à Aguel Hoc.
    C'est ce criminel à qui Compaoré offrit protection et refuge à Ouagadougou.
    On vit là la preuve que Sarkozy puis Hollande étaient les maitres d'oeuvre des activités terroristes au Nord-Mali.
    S'empressaient autour de l'assassin tous les pantins de la Franceàfric, au 11° étage de l'hôtel Laïco.

    "C’est là qu’il {Iyad Ag Ghali] reçoit et consulte. Plusieurs personnalités de renom issues de la haute hiérarchie militaire, du gratin politique et du milieu des affaires défilent en longueur de journée. Djibril Bassolé, Francois Campaoré, Djenderé, Moustapha Chafi, le milliardaire Lancine Diawara le côtoient et le protègent. Chouchouté et cadeauté par l'entourage présidentiel immédiat, Iyad Ag Ghali est une pièce maîtresse du leadership du chef de l'état, Blaise Campaoré dans la géopolitique du no man 's land sahélien. Qui le tient, contrôle la nomenclature des chefs de guerre du Nord Mali. C'est le prix à payer, car tout le monde devra s'y accommoder. L'homme fort de Ouagadougou l'a si bien compris en devenant le tuteur attitré aux petits soins de celui qui est par ailleurs très écouté à Doha et à Riyad. " (Les Afriques 16/1/2013)
    Ces visites se deroulaient fin 2012 début 2013 et faisaient suite aux affrontements armés entre les criminels du MUJAO et de Ansar Eddine. Affrontements entre gredins qui succédèrent aux affrontements entre complices du MNLA et de Ansar Eddine.
    En Août 2012, Jeune Afrique - sans utiliser le vocabulaire adéquat contre ces narco-terroristes et leurs protecteurs de l'Elysée, de l'ONU et du régime Compaoré relatait la visite de Bassolé à son complice et protégé Iyad Ag Ghali
     [Djibril Bassolé] s'est surtout entretenu en tête à tête avec Iyad Ag Ghali, le leader d'Ansar Eddine, qui, il y a peu, voulait instaurer la charia. Le ministre lui a demandé de rompre avec Al-Qaïda, de respecter les droits de l'homme et de participer au processus de sortie de crise
    Voici comment se déroulait le 7 août 2012 la prétendue lutte anti-terroriste ! On y voit des assassins et leurs protecteurs négocier tranquillement.
    L'auteur de 82 crimes était traité par Djibril Bassolé en 2012 comme un individu fréquentable.


    Djibril Bassolé rencontre Iyad Ag Ghaly (G.), le 7 août, à Kidal, au Nord-Mali.
    Djibril Bassolé rencontre Iyad Ag Ghaly (G.), le 7 août, à Kidal, au Nord-Mali. © Romaric Hien/AFPLe ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, s'est rendu dans le Nord-Mali, le 7 août. Objectif : rallier les rebelles d'Ansar Eddine à une solution pacifique. Pas gagné...
    Est-ce la visite de la dernière chance ? En se rendant dans le Nord-Mali, le 7 août, le médiateur de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a en tout cas privilégié une solution politique à la crise. Préparée depuis plusieurs semaines par Moustapha Chafi et Gilbert Diendéré, conseillers du président burkinabè, cette visite a débuté à Gao. Arrivé tôt par avion militaire, Djibrill Bassolé a été accueilli par les hommes du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui contrôlent la ville depuis qu'ils en ont chassé le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA). Le ministre burkinabè des Affaires étrangères s'est d'abord rendu à l'hôpital pour faire le point sur la situation sanitaire et sociale, puis a rencontré les différents représentants des communautés de la ville (Touaregs, Songhaïs, Arabes...) et de la société civile. Au menu des discussions : les difficultés des populations et les conditions de vie imposées par le Mujao.
    Rompre avec Al-QaïdaEn fin de matinée, le médiateur s'est envolé pour Kidal, à 350 km au nord. Dans cet ancien fort colonial occupé par les islamistes d'Ansar Eddine, il a rencontré des notables comme le chef traditionnel de l'Adrar des Ifoghas, le vieil Intalla Ag Attaher. Il s'est surtout entretenu en tête à tête avec Iyad Ag Ghali, le leader d'Ansar Eddine, qui, il y a peu, voulait instaurer la charia. Le ministre lui a demandé de rompre avec Al-Qaïda, de respecter les droits de l'homme et de participer au processus de sortie de crise. Auront probablement été abordées les conditions de son ralliement à une issue pacifique. Différentes solutions sont à l'étude : s'il n'est pas question d'indépendance pour le Nord-Mali, l'autonomie et la régionalisation peuvent faire l'objet de discussions. Cette tournée n'empêche pas la Cedeao de peaufiner les préparatifs de la mise en place d'une force d'intervention africaine de plus de 3 300 hommes, qui pourrait recevoir le soutien logistique des Occidentaux dans le cadre d'une résolution des Nations unies. Si tu veux la paix, prépare la guerre... 

    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Mali - Burkina Faso | Crise malienne : Djibrill Bassolé, médiateur des sables | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

    Mais nous savons depuis janvier 2015 avec des preuves que l'attaque de janvier 2012 avait été un complot organisé Sarkozy et les services secrets français.
    Aveux d'un dirigeant du MNLA


     "La France a demandé au MNLA de l’aider à faire déserter tous les combattants de l’Azawad qui étaient dans l’armée libyenne, pendant la guerre de Libye. (...)  Et en contrepartie, elle nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad. C’est l’accord qui a été conclu avant la guerre entre le MNLA et la France. Et immédiatement la guerre gagnée par le MNLA, la France a changé complètement de politique." 

    Quant à l'assassin du 24 janvier, il a maintenant une école de jeunes terroristes près de Kidal. Sous protection de l'armée de Hollande et de la MINUSMA !


    Les enfants élèves de l'école Hollande-Ag Ghali
     vont apprendre eux-aussi à assassiner comme
     leur professeur le fit le 24 janvier 2012 à Aguel Hoc

    VENDREDI 20 FÉVRIER 2015


    20M€ Hollande finance une école d'enfants terroristes au Mali "Nous formons ici les petits combattants du jihad" clame Iyad Ag Ghali l'assassin des 82 militaires maliens de Aguel Hoc le 24/1/2012






    COMPLEMENT
    UN WIKIPEDIA BIEN COMPLAISANT POUR LE COMPLICE DE TOUS LES CRIMES DE COMPAORE



    Général de Gendarmerie Djibrill Bassolé (né le 30 novembre 1957 à NounaBurkina Faso) est un homme politique burkinabè. Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale du Burkina Faso depuis le11 juin 2007.
    Il est du 11 janvier 1999 au 12 janvier 2000, vice-ministre de la Sécurité, il en devient titulaire le 12 novembre2000 jusqu'à sa nomination aux Affaires étrangères le 11 juin 2007. Promu général de gendarmerie en avril 2014.

    Loading...
    0 0


    présentation Yanick Toutain
     20/3/15 

    Abdourahmane P. Camara a de bonnes raisons d'observer le comportement de la "justice"à Rennes. Son frère Abdoulaye Camara a été tué par des policiers havrais qui le menaçaient depuis plus d'un an. ("On aura ta peau !" Depuis plus d'un an, Abdoulaye Camara se disait menacé par la Brigade canine du Havre)
    Il a donc de bonnes raisons de devenir blogueur et de dire une vérité que les médias locaux camouflent. Tel Paris Normandie (Havre Libre Havre Presse) protecteur du procureur menteur du Havre Francis Nachbar - un procureur voyou qui mentait dès les premières minutes de la pseudo enquête. Un Paris Normandie qui ment en protégeant les profs qui agressent les enfants des écoles ( à commencer par les profs agresseurs des écoles Valmy et Jules Guesde). Un Paris Normandie qui ment en diffamant "ce sont des fous" les activistes anti-violences à enfants.
    Pour contrer la propagande colonialiste et OMERTA76 des médias locaux, un blogueur comme Abdourahmane P. Camara est un exemple pour les Havrais, un exemple pour les Français, un exemple pour les Africains. Il faut que chaque Terrien crée son propre blog et dise sa vérité. C'est aussi ce que pense Abdourahmane P. Camara. Son avant-dernier article avait pour titre : "
    Comment faire un blog pour accuser honnêtement les coupables en signant nom+prénom"



    Zyed & Bouna: La procureure adj. de Rennes Delphine Dewailly demande la relaxe pour les 2 policiers

    par Abdourahmane P. Camara
     19/3/2015

    Une nouvelle fois, un procureur refuse la justice. A Rennes pour Zyed et Bouna, c'est la même chose qu'au Havre pour mon frère Abdoulaye, il n'y a aucune justice pour ces procureurs.



    La procureure adjointe de la République de Rennes Delphine Dewailly a réclamé ce jeudi après-midi la relaxe pour les deux policiers jugés depuis lundi pour «non-assistance à personne en danger» après la mort de Zyed et Bouna dans un site EDF le 27 octobre 2005.Pendant les dix ans de la procédure judiciaire, le parquet avait systématiquement réclamé le non-lieu. Les deux policiers mis en cause, Sébastien G., 41 ans, et Stéphanie K., 38 ans, encouraient au maximum cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. (20 minutes à l'instant)

    "JE NE DONNE PAS CHER DE LEUR PEAU "
    (aveu du policier Sébastien Gaillemin par radio) 

    Pourtant hier on avait eu la preuve par les messages radios
    "Dans la matinée, la diffusion d’un message radio émis par le gardien de la paix à 17h33 le jour du drame avait pourtant jeté le trouble dans la salle. «En même temps, s’ils entrent dans le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau», indiquait alors Sébastien Gaillemin. «J’ai prononcé ce message pour attirer l’attention. C’est une réflexion fort maladroite et j’en suis désolé mais ce n’était que l’expression orale d’une pensée parmi plusieurs hypothèses. Il y avait plusieurs directions de fuites possibles pour les jeunes», assure le policier en pleurs. (20 minutes hier)
     Ce drame avait retenu l'attention des médias
    Fin du procès vendredi
    Ouvert depuis lundi devant le tribunal correctionnel Rennes, le procès a passé l'affaire au crible depuis l'intervention de la police sur un chantier de Livry-Gargan le 27 octobre 2005 à 17h21, qui avait mis en fuite un groupe de jeunes. Bouna Traoré, 15 ans, Zyed Benna, 17 ans, et Muhittin Altun, 17 ans et seul rescapé du drame, avaient alors pris la fuite jusqu'à un cimetière de Clichy-sous-Bois avant d’enjamber le mur d’un site EDF.A 18h11, Bouna et Zyed mouraient électrocutés dans un local du site abritant une réactance, Muhittin étant quant à lui grièvement blessé. Le drame de Clichy-sous-Bois avait provoqué trois semaines d’émeutes dans les banlieues françaises.

    0 0



    présentation Yanick Toutain
    20/3/15


    On peut voir en ligne, en direct, la vidéo de l'éclipse depuis l'archipel Svalbard


    Eclipse à 10h40 (Svalbard)


    Le Svalbard est un archipel de l'océan Arctique, s'étendant entre 74° et 81° de latitude nord et entre 10° et 34° de longitude est, formant la partie la plus au nord de la Norvège. Les îles s'étendent sur 62 050 km2. Les trois îles principales sont Spitsbergen (ou Spitzberg) (39 000 km2),Nordaustlandet (14 600 km2) et Edgeøya (5 000 km2).

    Eclipse à 10h50 (Svalbard)


    Eclipse à 11h00 (Svalbard)


    Pour tous renseignements sur le lieu d'observation de l'éclipse : Svalbard site en français

    Eclipse à 11h10 (Svalbard)



    Eclipse à 11h18 (Svalbard)

    Eclipse à 11h22 (Svalbard)

    Eclipse à 11h29 (Svalbard)

    Eclipse à 11h34 (Svalbard)

    L'OBS CENSURE MON ARTICLE SUR L'ECLIPSE

    Eclipse à 11h54 (Svalbard)


    copie du site www.nrk.no
    On March 20th day turned to night in Longyearbyen on the archipelago of Svalbard. Watch the total solar eclipse here.
    Se solformørkelsen igjen
    Relive the solar eclipse.

    0 0

    présentation Yanick Toutain
    REVACTU
    20/3/2015

    Par 3 fois mon article sur l'éclipse vient d'être censuré sur l'OBS
    En voici la copie conforme (avant les dernières actualisations avec les photos prises depuis l'archipel norvégien visibles sur ce lien

    L'article censuré par l'Obs avait le même titre
    En direct depuis Svalbard : l'éclipse du 20 mars 2015 (images en direct)
    En voici la copie telle que l'article apparaissait sur l'Obs avant censure

    20/03/2015

    En direct depuis Svalbard : l'éclipse du 20 mars 2015 (images en direct)



    présentation Yanick Toutain
    20/3/15


    On peut voir en ligne, en direct, la vidéo de l'éclipse depuis l'archipel Svalbard


    Eclipse à 10h40 (Svalbard)


    Le Svalbard est un archipel de l'océan Arctique, s'étendant entre 74° et 81° de latitude nord et entre 10° et 34° de longitude est, formant la partie la plus au nord de la Norvège. Les îles s'étendent sur 62 050 km2. Les trois îles principales sont Spitsbergen (ou Spitzberg) (39 000 km2),Nordaustlandet (14 600 km2) et Edgeøya (5 000 km2).

    Eclipse à 10h50 (Svalbard)


    Eclipse à 11h00 (Svalbard)


    Pour tous renseignements sur le lieu d'observation de l'éclipse : Svalbard site en français

    Eclipse à 11h10 (Svalbard)



    Eclipse à 11h18 (Svalbard)

    Eclipse à 11h22 (Svalbard)

    Eclipse à 11h29 (Svalbard)

    Eclipse à 11h34 (Svalbard)



    Écrire un commentaire


    0 0



    Les juges voyous de Cour d'Appel de Bordeaux
     m'ont condamné  à "supprimer toute référence à M Bourry
    sur le site internet
    http:// revalorisationactu.blogspot.fr/2011/01
    /jeanmarie-bourry-criminel-fasciste.html
     dont en particulier
    son nom,
    sa date de naissance,
     sa nationalité,
    sa situation familiale,
    son activité
     et son parcours professionnel
     ainsi que les trois photos
    sur lesquelles il apparaît
    par Yanick Toutain
    REVACTU
    20/3/15



    Ordonne à M Toutain et à Mme Amadis de supprimer toute référence à M
    Bourry sur le site internet http:// revalorisationactu.blogspot.fr/2011/01/jeanmarie-
    bourry-criminel-fasciste.html dont en particulier son nom, sa date de
    naissance, sa nationalité, sa situation familiale, son activité et son parcours
    professionnel ainsi que les trois photos sur lesquelles il apparaît








    Guillaume Champeau soutient le site victime du Coup d'Etat fasciste de Hollande Valls Cazeneneuve Taubira Le Drian Fabius and Co...

    "Moi, censuré par la France pour mes opinions politiques"


    Depuis le début de semaine et l'annonce du blocage du site Islamic-News sur ordre du ministère de l'intérieur, Numerama s'interroge sur la réalité de l'accusation qui vaut au média d'être bloqué pour apologie du terrorisme. Même la presse la mieux informée ne fournit pas d'explication à ce qui pourrait bien être un abus de pouvoir portant atteinte à la liberté d'expression. Un sentiment renforcé par la longue lettre ouverte communiquée en exclusivité à Numerama par le créateur d'Islamic-News.info, et que nous avons choisie de publier telle qu'elle, sans en changer une virgule.

    Guillaume Champeau répondait à un lecteur


    Guillaume Champeau (Administrateur) le 18/03/2015 à 10:35Absolument pas schizophrène. Il suffit d'avoir des principes et des les appliquer en toutes circonstances. En l'espèce, le principe que la liberté d'expression et l'accès à l'information sont des droits, et que tout le monde doit en bénéficier quelles que soient les opinions exprimées ou recherchées, jusqu'à ce que la preuve d'une publication illégale soit apportée. Preuve qui n'existe pas pour Islamic News, à ma connaissance.
    Voici ma réponse



    C'est bien de votre part que de participer à une telle défense de la liberté d'expression et de dénoncer les comportements fascistes de Cazeneuve.
    Mais cela ne commence par aujourd'hui. Cet Etat fait bien pire.
    Et je suis bien placé pour le voir agir ainsi. Etant la première victime (ainsi que Julie Amadis dont les juges voyous ont inventé qu'elle était co-auteur de l'article anti Franceàfric du 2/1/2011 que ces faussaires poursuivent avec des faux depuis novembre 2011.
    Je suis harcelé par des juges voyous menteurs et faussaires receleurs et même auteurs (pour 2 juges de cour d'appel de Bordeaux) de faux en écritures, un procureur qui n'hésite pas lui aussi à commettre des faux en écritures publiques (décalant d"'un mois la date d'un commentaire Youtube pour valider l'interpellation de son auteur 3 mois et 22 jours plus tard et pour la poursuivre comme "complice" d'un article publié postérieurement à son interpellation)
    Vous pourriez donc aussi militer contre les arrêts fascistes prononcés au TGI d'Angoulême et en Cour d'Appel de Bordeaux
    Leur jurisprudence est 1000 fois plus grave que les décisions de Cazeneuve : demain vous pourriez être condamné à "supprimer toute référence à Bernard Cazeneuve"" supprimer toute référence à Manuel Valls" " sur votre site et devoir effacer "notamment, son nom, sa date de naissance, sa nationalité, sa situation familiale, son activité et son parcours professionnel, les 3 photographies où il apparaît "
    Cela parait impossible ? délirant ? Absurde ?
    Non seulement ils l'ont fait mais ils ont construit une 2° procédure pour chasser de l'Education Nationale celle qu'ils avaient condamnée avec des faux en inventant qu'elle avait co-écrit mon article.
    Ils sont allés rechercher un inspecteur de l'Education Nationale qui avait étouffé en 2008 un scandale de double violences à enfants pour construire une provocation dans l'école où ils l'avaient nommée.
    https://www.youtube.com/watch?v=5ODFRtCRWJQ
    Un arrêt de Cour d'Appel permettant la SUPPRESSION de la TOTALITE de l'INFORMATION en FRANCE :
    "SUPPRIMER SON NOM, SA DATE DE NAISSANCE, SA NATIONALITE, SA SITUATION FAMILIALE SON ACTIVITE ET SON PARCOURS PROFESSIONNELLE"
    Ce qui suit est l'arrêt du TGI d'Angoulême que tous les médias s'acharne à cacher du public depuis septembre 2012
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2012/11/en-septembre-le-president-du-tribunal.html
    Une telle jurisprudence fasciste totalement folle a été validée en Cour d'Appel de Bordeaux le 3 juillet 2013
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2013/07/le-texte-du-jugement-du-372013-de-la.html
    ++++
    voici le jugement du TGI d'Angoulême
    ORDONNER à Monsieur TOUTAIN et à Madame AMADIS de supprimer toute référence à Monsieur BOURRY sur le site internet dont le nom de domaine est :
    « http://revaIorisationactu.blogspot.fr/201 1/01/jean-marie-bourry-criminel-fasciste.htmI » et notamment, son nom, sa date de naissance, sa nationalité, sa situation familiale, son activité et son parcours professionnel, les 3 photographies où il apparaît ainsi que les commentaires et annotations suivantes : « Jean-Marie BOURRY: criminel fasciste ONUCI en Côte d'ivoire. Protège des harkis-putschistes, défend le fasciste FMI" Ouattara. Coupable du génocide sanitaire contre l'Afrique. Il sera jugé avec Chirac, Sarkozy, Bouygues, Bolloré dans le Nuremberg de l'Afrique !


    VOIC l'arrêt de Cour d'Appel
    Y ajoutant en cause d’appel :
    Ordonne à M Toutain et à Mme Amadis de supprimer toute référence à M
    Bourry sur le site internet http:// revalorisationactu.blogspot.fr/2011/01/jeanmarie-
    bourry-criminel-fasciste.html dont en particulier son nom, sa date de
    naissance, sa nationalité, sa situation familiale, son activité et son parcours
    professionnel ainsi que les trois photos sur lesquelles il apparaît




    LIRE AUSSI

    JEUDI 22 NOVEMBRE 2012


    0 0

    Les 82 victimes de l'attaque d'Aguel Hoc
    sont aussi les victimes de Sarkozy qui
    appela le MNLA et Iyad Ag Ghali à envahir le Mali
     le 24 janvier 2012 à Ménaka puis Aguel Hoc


    Par Yanick Toutain


    20/3/15

    @Damaye
    Vous écrivez 
    "la théorie du complot : le méchant Etat français qui vous veut du mal et vous ment en permanence"

    Vous semblez ne rien voir de l'actualité.
    Il y a effectivement un complot permanent contre les Africains.
    Et ce complot Franceàfric commence à faire exploser les "libertés démocratiques"à l'intérieur même des frontières de la France :
    Voici quelques faits (parmi des dizaines d'autres depuis 3 ans) qui ne peuvent être que le résultat d'un vaste complot contre l'Afrique et contre les Français qui en subissent le contre-coup sous la forme d'une dictature en construction dans la métropole :


    1° Sarkozy et Hollande ont versé 58 millions de dollars à Al Qaeda AQMI (source New York TImes)
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/01/qui-finance-al-qaeda-ansardine-boko.htmlDe quoi financer 10000 terroristes pendant 3 anshttp://revolisationactu.blogspot.fr/2014/05/mali-nigeria-le-salaire-de-10000.html
    2° (on sait depuis janvier que) L'invasion du Mali en janvier 2012 a été faite sur demande de Sarkozy (la source est l'aveu d'un de principaux coupables, dirigeant du MNLA 
     Hama Ag Mahmoud (Beau fils de Mohamed Ali Ag Attaher, l'Amenokal des Kal-Ansar,)
    "La France a demandé au MNLA de l’aider à faire déserter tous les combattants de l’Azawad qui étaient dans l’armée libyenne, pendant la guerre de Libye. (...)  Et en contrepartie, elle nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad. C’est l’accord qui a été conclu avant la guerre entre le MNLA et la France. Et immédiatement la guerre gagnée par le MNLA, la France a changé complètement de politique."


    Ce sont ces mêmes terroristes MNLA que l'opération Serval a ré-installé au Nord Mali en janvier 2013.
    Assassins, narco-trafiquants, ils sont coupables des 82 morts de Aguel Hoc le 24 janvier 2012

    3° Le principal psychopathe islamofasciste du Mali, le leader de Ansar Eddine Iyad Ag Ghali (qui était l'allié du MNLA pendant le début de l'année 2012 avant que les complices ne s'entretuent) est protégé par toute la Franceàfric : il logeait début 2013 à Ouagadougou au 11° étage d'une suite de luxe de l'hôtel de l'hôtel Laïco
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/03/djibril-bassole-complice-du-terroriste.htmlOn le voit ici en photo avec le probable sucesseur de Compaoré

    4° Le même Iyad Ag Ghali se vante de son école de "combattants du jihad"
    Il est revenu au Nord Mali et prépare de nouveaux terroristes


    5° Le terroriste Mohamed Aly Ag Wadoussène  qui a organisé l'enlèvement de Serge Lazarevic n'a pas seulement été libéré des prisons de Bamako sur exigence de François Hollande (le président IBK craignait la colère des Maliens) : ce terroriste est devenu un interlocuteur pour les troupes d'occupation MINUSMA dont le rôle était - le prétexte - de libérer le Mali de ces terroristes
    Mohamed Aly Ag Wadoussène "accepté de rencontrer de rencontrer des émissaires de la MINUSMA".


    Cet enchevètrement de terroristes et de militaires français qui les financent, les soutiennent et les protègent est la cause de la dictature qui est en train de s'instaurer en France.
    Demain vous ne pourrez plus rien écrire sur telle ou telle personne sous peine d'un blocage policier immédiat de votre blog ou votre site.
    Le complot n'est pas une invention : il est devenu permanent !





    LIRE AUSSI

    LIRE AUSSI

    JEUDI 22 NOVEMBRE 2012


    Loading...
    0 0

    Présentation 2015
    par Yanick Toutain
    RevActu
     23/3/15


    "Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu."  
    Thomas Sankara 4 avril 1986
    "Nous ne sommes pas CDR simplement pour crier des slogans. 
    Nous sommes CDR pour conscientiser, pour poser des actes, pour produire. 
    C'est pourquoi nous devons bannir de nos manifestations les slogans creux, les slogans lassants, inutilement répétitifs et finalement irritants. 
    Thomas Sankara avril 1986."


    Thomas avait le sens de l'humour

    Thomas était un égalitariste drôle.
    Thomas Sankara a été assassiné par François Mitterrand, Jacques Chirac, Jacques Foccard, Félix Houphouet-Boigny, Mouammar Kadhafi, Félix Compaoré, Charles Taylor et des dizaines d'autres comploteurs de la CIA, de la DGSE etc... .

    TUER THOMAS ET
    DETRUIRE LES CDR A JAMAIS !
    LE BUT DES ASSASSINS FRANCEàFRIC

    Mais tuer Thomas n'était pas suffisamment !
    Il fallut aussi tuer son programme, tuer ses analyses.
    C'est le travail de certaines officines. A commencer par Bruno Jaffré, l'un des pires ennemis des CDR, un activiste au service de la Franceàfric de gauche. Avec ses complices de Survie, de CADTM etc.... organismes qui sont dans les coulisses du Balai à chiottes pro-Zida.

    MERCREDI 3 DÉCEMBRE 2014

    Mais, au-delà des saboteurs actifs du Balai Citoyen, on a aussi les saboteurs ignares, les perroquets des slogans magnétophones.
    Thomas critiquait les CDR magnétophone.
    Mais en 2015, si on a encore les magnétophones se prétendant sankaristes, ils ne font plus rien du tout pour construire des CDR...
    Ils braillent "La patrie ou la mort"à longueur de pages Facebook.
    Alors vous croisez un perroquet des CDR magnétophone..... sans CDR.... envoyez-le construire des CDR en participant au groupe CDR.


    "ON VOUS CRIE 25 FOIS :
    "LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS"
    CA COMMENCE A ETRE UN PEU TROP"
     

    On arrive à des manifestations, on vous crie 25 fois « La patrie ou la mort, nous vaincrons ! » : ça commence à être un peu trop ! [Rires] surtout quand ce n'est même pas accompagné d'une belle explication militante.C'est une répétition.

    "LES CDR MAGNETOPHONE DE CÔTE ! "

    Non ! Les CDR-magnétophone, de côté ! [Applaudissements] On improvise des slogans pour meubler le temps. 
    Alors «les voleurs, à bas ! Les menteurs, à bas ! A bas !» [Rires] 
    Ce n'est pas bon ! 
    Nous devons marquer la différence avec les troupes d'animation folklorique. 
    À certains spectacles, on trouve des scènes grossièrement montées où des camarades se livrent à des danses parfois obscènes, cela également n'est pas révolutionnaire. 
    La révolution doit avoir sa pudeur.[Applaudissements] 
    Il importe que nous critiquions le manque d'organisation dans nos manifestations. 
    Si dans certains domaines, des victoires ont été remportées, ce n'est pas le cas dans d'autres domaines. 
    Non ! 
    Certaines cérémonies sont lassantes et sans donner raison aux ambassadeurs qui sont souvent absents de nos cérémonies, je comprends néanmoins qu'ils ne veuillent pas venir ! 
    Eh bien, il faut écarter, et c'est très important, les formes de louanges qui sont des expressions de réflexes mal étouffés en nous, mal éteints. 
    Par exemple, cette chanson : 
    « Oh CNR, Thomas Sankara qu'il soit toujours le Président », 
    ce n'est pas bons [Applaudissements] parce que quand on est Président, on est Président. 
    On est Président, ou on ne l'est pas.[Applaudissements] 
    Il faut que nous soyons clairs. 
    Cette chanson n'est pas bonne. 
    À ce rythme, dans un an, dans deux ans, eh bien nous allons nous retrouver dans certains festivals avec certaines troupes qui sont beaucoup plus entraînées à cela, et puis, peut-être, qui n'auront que ça à faire. 
    Les Comités de défense de la révolution, c'est la production ! 
    Certes s'il faut des thèmes de mobilisation, s'il faut des slogans ? 
    Oui ! Il faut des slogans ! 
    S'il faut des images, des symboles de la révolution, pour comprendre ! 
    Oui ? 
    il en faut. 
    Nous n'hésiterons pas ! 
    Mais nous ne devons pas mettre la forme avant le fond, et la révolution ne se mesurera pas au nombre de slogans et au nombre de ténors, de stentors dans les cris. 
    Ce sera à autre chose, ce sera à la production. 
    Il faut produire, il faut produire et c'est pourquoi, je salue le mot d'ordre de : 
    « Deux millions de tonnes de céréales ». 
    Notre pays produit suffisamment de quoi nous nourrir. 
    Nous pouvons dépasser même notre production.



    LIRE AUSSI

    JEUDI 4 DÉCEMBRE 2014



    "... beaucoup étaient venus pour fêter la disparition de ces fameux CDR.
    Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
    Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
    Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
    [Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
    [Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
    Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
    Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
    Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
    [Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.
    Nous savons que nous CDR, nous ne sommes pas parfaits.
    Nous le savons, mais nous continuons de rechercher dans ce monde les exemples de perfection.
    Nous CDR, avons eu à exercer le pouvoir populaire.
    Sur le plan politique, sur le plan économique, sur le plan militaire, sur tous les plans de la vie nationale, à tous les niveaux de la vie des Burkinabè, nous, CDR, sommes impliqués directement.
    Il est donc important que nous comprenions que la marche correcte des CDR a une conséquence bénéfique et heureuse pour chacun de nous.
    Se détourner des CDR, c'est se faire à soi-même du tort ; à moins que l'on ne soit en mesure de quitter le Burkina Faso.
    Nous avons besoin des CDR et nous aurons toujours besoin des CDR quelle que soit la forme qu'un jour ils pourraient prendre.

    "Nous ne pouvons pas accepter de mettre les CDR de côté.
    Il n'y a pas deux Burkina Faso.
    Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR.
    Il commence avec les CDR et finit avec les CDR.
    [Applaudissements] C'est pourquoi, il faut que là où il n'y a pas encore des CDR qu'ils soient rapidement constitués.
    Partout où se trouvent des Burkinabè, le premier réflexe doit être pour eux de constituer un Comité de défense de la révolution parce qu'ils sont et existent grâce à la révolution.
    Et s'ils ne le font pas, ils vont à l'encontre de la révolution et il n'y a pas de raison qu'ils bénéficient des bienfaits de la révolution."



     Les menteurs provocateurs tel l'agent saboteur anti-CDR Bruno Jaffré agissent pour nuire à la révolution africaine.

    Ceux qui publient les textes de Thomas Sankara ajoutent des commentaires puants, des titres diffamants etc etc.C'est le cas ici. Bruno Jaffré et son acolyte X ont ajouté un titre de critique stupide contre les CDR "L'abus de pouvoir doit être étranger aux CDR". Ces gens-là puent du cerveau. Ils sont les agents de la gauche franceàfric française. Agents de sabotage des CDR, agents de sabotage de la révolution africaine. Il faut les démasquer. Il faut surtout faire CIRCULER les VERITABLES TEXTES.
    "Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
    [Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso."

    Quand on lit ceci, on comprend le TRAVAIL DES SABOTEURS DU BALAI POUR EMPECHER LES CDR DU 30 OCTOBRE 2014

    GRANDIR EN REVOLUTIONNAIRES
    "Nous n'avons pas le droit, en tant que révolutionnaires, de considérer que les Pionniers doivent être tenus en marge de l'action révolutionnaire et n'être intégrés à notre action qu'une fois l'âge de 18 ans atteint.
    Partout où des révolutionnaires sont concernés directement par la vie de ces Pionniers, ils devront prendre leurs responsabilités : encadrer, éduquer, conscientiser ces jeunes enfants afin qu'ils grandissent en révolutionnaires, qu'ils vivent en révolutionnaires et meurent en révolutionnaires.
    [Applaudissements] Ainsi donc, comment ne pas féliciter, comment ne pas admirer ces jeunes enfants : l'orchestre la Voix des pionniers de Bobo-Dioulasso, les Petits chanteurs aux poings levés de Ouagadougou, les Petits danseurs du secteur 27 de Ouagadougou et du secteur 6 de Banfora qui se sont produits tout à l'heure ! Comment ne pas être encouragés ! Nous savons, dès lors que nous les voyons se produire, se manifester, que notre culture est en de bonnes mains.
    Si seulement chacun de nous, à l'âge où nous étions comme ces enfants, avait appris et la musique et la maîtrise de notre culture, aujourd'hui Mozart serait une piètre célébrité à côté de nous."

    TORTUES A DOUBLE CARAPACE, HIBOUX AU REGARD GLUANT, CAMELEONS EQUILIBRISTES
    Hélas, nous avons grandi avec des défauts."
    "Et puis, il me faut quand même dire à nos chers camarades anciens que s'il est vrai que la neige sur le toit n'implique pas qu'il ne fait pas chaud à l'intérieur, il faut comprendre qu'à l'intérieur même des anciens se trouvent des tortues à double carapace.
    [Applaudissements] Il se trouve à l'intérieur des anciens des hiboux au regard gluant [Applaudissements], c'est-à- dire un certain nombre de caméléons équilibristes qui pensent et estiment que, comme au jeu de dames, la révolution vient de faire une ouverture très dangereuse dont ils vont profiter pour s'installer afin de retrouver leur sport favori : les intrigues, les complots, les règlements de comptes, les dénigrements, les calculs et que sais-je encore ! Il appartient d'abord prioritairement aux anciens de démasquer et de combattre ces mauvais anciens."

    MOBILISER LES FEMMES DU MONDE ENTIER
    nous faisons confiance à l'UFB pour que toutes les femmes, toutes nos femmes, toute femme et toutes les femmes du monde entier soient mobilisées.
    La tâche est donc dure.
    TPR TRIBUNAUX POPULAIRES DE LA REVOLUTION
     Le dernier Tribunal populaire de la révolution (TPR), le quinzième du genre, a été, lui aussi une consécration internationale de cette juridiction révolutionnaire.
    [Applaudissements] Nous avons jugé et condamné des malfrats internationaux ! [Applaudissements] Nous avons osé faire ce que beaucoup n'ont pas osé faire.
    Nous avons donc installé glorieusement les TPR parmi les formes de juridictions dont les peuples ont réellement besoin.




    PLUS DE 1310 DELEGUES des CDR de tout le Faso se sont réunis  du 31 mars au 4 avril.
    La source du texte suivant est une brochure publiée par le Secrétariat national des DR.

     DISCOURS DE CLÔTURE DE LA PREMIERE CONFERENCE NATIONALE DES CDR 4 Avril 1986




    Après le spectacle auquel nous venons d'assister, après ce que nous avons entendu, ma tâche est facilitée.
    Elle est facilitée parce que je n'aurai que très peu de choses à vous dire.
    Chers camarades, Chers amis invités : Nous voilà au terme d'un dur labeur.
    Nous voilà au terme d'une épreuve particulière.
    La première du genre, durant laquelle les Comités de défense de la révolution (CDR) ont volontairement, consciemment accepté de se remettre en cause.
    Pendant des jours et des nuits, ils ont siégé sans désemparer dans un esprit de critique et d'auto-critique, pour examiner leur action depuis plus de deux ans et demi de révolution au Burkina Faso.
    Le principe en luimême est une victoire.
    Victoire en ce sens que seules les révolutions acceptent de se remettre en cause, seules les révolutions acceptent de faire le point critique de leur combat ; à la différence de la réaction qui passe le temps à se faire des louanges et des éloges pour aboutir à un échec fatal.
    [Applaudissements] Camarades, je voudrais tout d'abord demander à toutes les délégations étrangères qui n'ont pas pu être représentées ici, de bien vouloir comprendre et excuser cette démarche : si nous avons estimé que cette première Conférence nationale des CDR devait se dérouler pratiquement à huis clos, à savoir entre Burkinabè exclusivement, cela ne veut pas dire que nous méconnaissions l'internationalisme qui nous lie aux autres luttes.
    Je suis persuadé que nous bénéficierons de leur indulgence, de leur compréhension.
    En effet, partout dans le monde, des messages avaient été préparés pour nous être envoyés.
    On voulait nous envoyer également des délégations.
    Nous demandons à tous les pays amis, à toutes les révolutions soeurs qui, dans la compréhension, ont bien voulu retenir l'envoi de leurs délégations, nous leur demandons de transmettre à leurs militants le salut internationaliste des Comités de défense de la révolution du Burkina Faso.
    [Applaudissements].
    Je voudrais remercier les Pionniers qui se sont présentés, et qui ont animé de bout en bout cette Première conférence nationale.
    Les Pionniers constituent pour nous l'espoir, l'espoir de demain.
    Ils symbolisent et représentent l'avenir dans le présent.
    Mais en même temps, ils indiquent à chacun de nous notre tâche quotidienne, à savoir que leur devenir, leur évolution, dépendent étroitement de notre prise de conscience, de la façon avec laquelle nous assumerons nos responsabilités face à ces jeunes révolutionnaires.
    Nous n'avons pas le droit, en tant que révolutionnaires, de considérer que les Pionniers doivent être tenus en marge de l'action révolutionnaire et n'être intégrés à notre action qu'une fois l'âge de 18 ans atteint.
    Partout où des révolutionnaires sont concernés directement par la vie de ces Pionniers, ils devront prendre leurs responsabilités : encadrer, éduquer, conscientiser ces jeunes enfants afin qu'ils grandissent en révolutionnaires, qu'ils vivent en révolutionnaires et meurent en révolutionnaires.
    [Applaudissements] Ainsi donc, comment ne pas féliciter, comment ne pas admirer ces jeunes enfants : l'orchestre la Voix des pionniers de Bobo-Dioulasso, les Petits chanteurs aux poings levés de Ouagadougou, les Petits danseurs du secteur 27 de Ouagadougou et du secteur 6 de Banfora qui se sont produits tout à l'heure ! Comment ne pas être encouragés ! Nous savons, dès lors que nous les voyons se produire, se manifester, que notre culture est en de bonnes mains.
    Si seulement chacun de nous, à l'âge où nous étions comme ces enfants, avait appris et la musique et la maîtrise de notre culture, aujourd'hui Mozart serait une piètre célébrité à côté de nous.
    Hélas, nous avons grandi avec des défauts.
    [Applaudissements] Je remercie également l'Union nationale des anciens du Burkina (UNAB) pour sa  participation à cette première Conférence nationale des CDR du Burkina Faso.
    [Applaudissements] L'Union nationale des anciens du Burkina Faso nous apporte une contribution importante.
    Elle est très importante parce que, tactiquement, nous savons que si nous, nous ne mobilisons pas les anciens, nos ennemis les mobiliseront contre nous.
    [Applaudissements] Tous les réactionnaires, tous les contre-révolutionnaires nous invitent à laisser les anciens de côté afin qu'ils puissent les mobiliser contre nous.
    [Vifs applaudissements] Eh bien ! Camarades, ne faisons point le jeu de la réaction et de la contre-révolution.
    Ne faisons point le jeu du populisme et au contraire, disons-nous qu'il ne doit pas y avoir au Burkina Faso un être humain quel que soit son âge qui n'ait été mobilisé.
    Nous en avons besoin.
    Et puis, il me faut quand même dire à nos chers camarades anciens que s'il est vrai que la neige sur le toit n'implique pas qu'il ne fait pas chaud à l'intérieur, il faut comprendre qu'à l'intérieur même des anciens se trouvent des tortues à double carapace.
    [Applaudissements] Il se trouve à l'intérieur des anciens des hiboux au regard gluant [Applaudissements], c'est-à- dire un certain nombre de caméléons équilibristes qui pensent et estiment que, comme au jeu de dames, la révolution vient de faire une ouverture très dangereuse dont ils vont profiter pour s'installer afin de retrouver leur sport favori : les intrigues, les complots, les règlements de comptes, les dénigrements, les calculs et que sais-je encore ! Il appartient d'abord prioritairement aux anciens de démasquer et de combattre ces mauvais anciens.
    [Applaudissements] Si après avoir croisé le fer contre ces mauvais anciens qui, généralement, sont tenaces parce qu'ils ont le cuir dur, [Rires] les bons anciens n'ont pas réussi, qu'ils fassent appel aux CDR.
    Qu'ils nous accordent la permission : nous saurons ce qu'il faudra faire.
    N'est-ce pas, camarades, n'est-ce pas ? [Cris de « Oui 1', applaudissements] Soyons donc vigilants.
    Nous remercions également l'Union des femmes du Burkina (UFB) [Applaudissements] dont le silence à l'ouverture de la Première, conférence nationale des CDR a été particulièrement « bruyante» et remarquée.
    [Applaudissements] Organisation de masses, tard venue par rapport à d'autres, elle n'est pas pour autant en marge de notre marche victorieuse et nous faisons confiance à l'UFB pour que toutes les femmes, toutes nos femmes, toute femme et toutes les femmes du monde entier soient mobilisées.
    La tâche est donc dure.
    Je félicite le Secrétariat général national des CDR pour l'important travail d'organisation qui vient d'être accompli.
    [Applaudissements] Je le félicite d'autant plus qu'il n'était pas certain que nous puissions organiser de façon aussi minutieuse et dans des délais aussi courts une réunion aussi importante.
    Notre quotidien, le Sidwaya, a même, dans un écart d'impertinence, osé dire du mal du Secrétariat général national des CDR.
    Le Secrétariat général des CDR répondra en temps opportun à cet intrus de Sidwaya.
    [Applaudissements] Eh bien ! Je félicite tous les organisateurs, tous ceux qui sont venus de toutes les provinces pour cette grande manifestation parce qu'encore une fois nous venons d'inscrire une victoire à notre actif.
    Souvenez-vous, après la célébration du premier anniversaire de la Révolution démocratique et populaire le 4 août 1984, la réaction, la contre-révolution, chantant en choeur, avaient dit que nous avions dépensé des milliards et des milliards pour organiser cette fête ; tellement la Tete avait été grandiose et belle.
    Affolés, ces messieurs ne pouvaient pas imaginer que la capacité des révolutionnaires était de nature à pallier et même à dépasser le manque de moyens ! Depuis, ils ne parlent plus de milliards dépensés.
    Au contraire ; lorsqu'ils entendent que nous organisons une manifestation, ils sont pris de panique et tentent du mieux qu'ils peuvent de la saboter.
    La dernière Conférence au sommet des chefs d'Etat de la Communauté économique de l'Afrique de l'Ouest (CEAO) a été un succès éclatant pour la Révolution démocratique et populaire.
    [Applaudissements nourris] Elle a été un succès, non pas parce qu'on nous a apporté beaucoup de moyens, mais parce que les révolutionnaires se surpassent lorsqu'on les attaque.
    Et nous avons été attaqués, vous le savez très bien ! [Applaudissements] Nous avons forcé l'admiration même de ceux qui ne voulaient pas venir.
    Mais ils sont venus malgré eux, ici même à Ouagadougou.
    [Applaudissements] Le dernier Tribunal populaire de la révolution (TPR), le quinzième du genre, a été, lui aussi une consécration internationale de cette juridiction révolutionnaire.
    [Applaudissements] Nous avons jugé et condamné des malfrats internationaux ! [Applaudissements] Nous avons osé faire ce que beaucoup n'ont pas osé faire.
    Nous avons donc installé glorieusement les TPR parmi les formes de juridictions dont les peuples ont réellement besoin.
    Nous sommes heureux de constater que notre exemple suscite çà et là des tentatives d'imitation.
    [Applaudissements] Ailleurs, on veut également juger et condamner et nous savons que partout on pourra juger, partout on pourra condamner.
    Mais la différence se situera toujours entre la vérité, toute la vérité que l'on osera dire et la demi-vérité que l'on sera obligé de proclamer parce que ....on est peut-être soi-même impliqué ou, en tout cas, on anime un régime réactionnaire, corrompu.
    [Applaudissements] Avez-vous déjà vu un chat demander un certificat de bonne moralité pour son fils ? [Rires, applaudissement] Lui-même, il est voleur.
    Mais, enfin, on sait que même les chats essaient de prendre des mines de personnes sérieuses.
    Nous mettons en garde les imitateurs.
    Ils nous suivent, ils nous imitent, mais il reste un secret, un seul secret : celui qui nous permet de franchir les grands obstacles et que eux ne détiennent pas et qui précipitera leur chute.
    [Applaudissements] Camarades, lorsque cette Conférence nationale des CDR a été convoquée, beaucoup de choses ont été dites ici et ailleurs.
    L'on a dit que ce serait l'occasion de tout dire.
    Par «tout dire», certains entendaient également par là que ce serait l'occasion pour eux de régler certains comptes avec certaines personnes.
    D'autres disaient aussi que cette Conférence nationale des CDR allait être une simple mascarade pour faire semblant de donner la parole au peuple mais, en réalité, pour empêcher que la vérité ne transparaisse.
    Pendant et même à l'heure où je vous parle, des participants à cette Conférence estiment que c'est plus qu'une mascarade puisqu'on ne leur a pas donné la parole ! Il y avait plus de 1 310 délégués et rien qu'en donnant 10 minutes à chaque délégué faites le calcul, les matheux ça aurait fait plus de 10 jours d'affilée à écouter rien que les interventions.
    Manifestement cela aurait été impossible ! On a dû donc procéder par synthèses.
    Mais je dois reconnaître que la synthèse des synthèses a parfois dénaturé certaines pensées.
    Certains propos, certains points de vue ne s'expriment plus entièrement et convenablement dans ce qui est présenté en dernière analyse, en dernière mouture.
    Ce sont, hélas là, les règles normales d'un travail qui veut s'adresser au plus grand nombre et non pas simplement se limiter à une minorité.
    Mais, c'est pourquoi, d'ores et déjà, j'invite le Secrétariat général national des CDR à prendre toutes les dispositions afin que, périodiquement, par exemple par trimestre, des sessions se tiennent à travers le pays entre le Secrétariat général national des CDR et les principaux représentants des CDR.
    Ce qui permettra d'entendre davantage ce que pense chacun et faire en sorte que, lorsque nous serons obligés de synthétiser des pensées, nous ne soyons pas amenés à les déformer malgré nous.
    [Applaudissements] Mais, l'on a pensé que cette première Conférence nationale des CDR avait été convoquée pour définitivement enterrer les CDR.
    C'est vrai, il y en a qui sont venus ici pour présenter leurs condoléances au Secrétariat général national des CDR.
    Condoléances qui, comme dans bien des cas, ne seront que des formes d'hypocrisie parce qu'en réalité, beaucoup étaient venus pour fêter la disparition de ces fameux CDR.
    Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
    Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
    Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
    [Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
    [Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
    Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
    Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
    Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
    [Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.
    Nous savons que nous CDR, nous ne sommes pas parfaits.
    Nous le savons, mais nous continuons de rechercher dans ce monde les exemples de perfection.
    Nous CDR, avons eu à exercer le pouvoir populaire.
    Sur le plan politique, sur le plan économique, sur le plan militaire, sur tous les plans de la vie nationale, à tous les niveaux de la vie des Burkinabè, nous, CDR, sommes impliqués directement.
    Il est donc important que nous comprenions que la marche correcte des CDR a une conséquence bénéfique et heureuse pour chacun de nous.
    Se détourner des CDR, c'est se faire à soi-même du tort ; à moins que l'on ne soit en mesure de quitter le Burkina Faso.
    Nous avons besoin des CDR et nous aurons toujours besoin des CDR quelle que soit la forme qu'un jour ils pourraient prendre.
    Nous constatons qu'au Burkina Faso, lorsque certains étrangers arrivent, ils considèrent ce pays comme divisé en deux : il y a le Burkina Faso normal avec un drapeau, un hymne, des bureaux, une administration, des structures de fonctionnement, c'est-à-dire le Burkina Faso qui connaît les bonnes règles, qui porte les gants blancs, les belles cravates et que sais je encore ! Et puis, il y ale Burkina Faso des CDR.
    Ces CDR-là ! [Applaudissements] Et ils nous disent : comme votre pays est magnifique ! Et quel travail colossal vous avez accompli ! Malheureusement, il y a vos CDR-là ! [Applaudissements] Mais que voulez-vous que nous fassions de nos CDR ? Que nous les menions dans des bouteilles ? Ils sont tellement nombreux que si nous les mettons dans des bouteilles, ils seront dans tous les bars ! [Applaudissements] Même des nationaux, des Burkinabè nous disent : «Ah ! Camarade président, nous sommes, en tout cas, très contents.
    Ce qui a été fait est magnifique, mais est-ce que vous ne pourriez pas voir du côté des CDR ; [Rires] parce que ces enfants-là....!»
    J'écoute avec beaucoup d'intérêt leurs propos, leurs conseils et avec le respect dû à la barbe blanche qui parle en ces termes, avant de leur demander : en fait, entre ces CDR et moi-même, quelle est la différence d'âge ? [Applaudissements] Non ! 

    Nous ne pouvons pas accepter de mettre les CDR de côté.
    Il n'y a pas deux Burkina Faso.
    Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR.
    Il commence avec les CDR et finit avec les CDR.
    [Applaudissements] C'est pourquoi, il faut que là où il n'y a pas encore des CDR qu'ils soient rapidement constitués.
    Partout où se trouvent des Burkinabè, le premier réflexe doit être pour eux de constituer un Comité de défense de la révolution parce qu'ils sont et existent grâce à la révolution.
    Et s'ils ne le font pas, ils vont à l'encontre de la révolution et il n'y a pas de raison qu'ils bénéficient des bienfaits de la révolution.
    A ce sujet, il importe que je dise que nous avons rencontré quelques difficultés dans les Organisations internationales.
    Les Organisations internationales, prétendant ne pas faire de la politique, refusent, s'opposent à ce que les CDR se constituent en leur sein.
    Eh bien, nous disons que les Burkinabè qui travaillent dans les Organisations internationales, doivent demeurer liés à la révolution par le biais des CDR.
    [Applaudissements] Donc il faut des CDR partout.
    [Applaudissements] Bref ! Je ne citerai aucun organisme international, mais chacun s'y reconnaîtra.
    Lorsque nous avons jugé les voleurs de la Communauté économique de l'Afrique de l'Ouest, ces bandits, ces truands, ces jongleurs, s'il y avait eu un seul Burkinabé de la CEAO impliqué, pensez-vous que les Comités de défense de la révolution auraient adressé une motion de félicitations à ce voleur-là ? Eh bien ! le CDR qui inspire les TPR est une garantie pour la CEAO, par exemple contre les voleurs ! C'est parce que nous avons les CDR que nous osons poursuivre les méchants, les voleurs.
    Ça fait longtemps qu'ils palpent les milliards.
    [Applaudissements] Alors, que ce soit dit une fois pour toutes : toute organisation internationale qui nous acceptera, devra également accepter nos CDR.
    Bien entendu, nous respecterons les règles, les statuts de fonctionnement de ces organisations internationales.
    Nous ne nous organiserons en leur sein que dans les limites du possible.
    Il ne s'agira pas d'aller demander au Secrétaire général de l'ONU l'autorisation de tenir une assemblée générale CDR dans la maison de verre à New York ; ce qui ne serait pas très grave, du reste ! Cette Première conférence nationale des CDR doit contribuer à une plus grande cohésion, à une plus grande unanimité, à une plus grande unité organique au sein des CDR.
    Cela est très important.
    Premier militant CDR que je suis, je n'échappe pas à l'obligation de critiquer fondamentalement, totalement nos CDR ; mais également, je n'hésite pas à leur apporter tout le soutien, tout le renforcement dont ils ont besoin pour continuer à aller de l'avant.
    [Applaudissements nourris] C'est pourquoi nous devons avoir le courage de nous regarder en face.
    Il y a de mauvais militants CDR parmi nous ! Qu'on ne se le cache pas.
    Vous savez très bien qu'au début de la révolution, très peu de gens voulaient venir dans les CDR.
    Mais dès lors que l'on s'est aperçu que les CDR permettaient de résoudre un certain nombre de problèmes, les vieux magouilleurs ont repris leurs vieux chemins pour se faire élire dans les CDR.
    [Applaudissements] On les voit, lorsqu'il s'agit de la bataille du rail2, tourner avec leur voiture ; ils se renseignent : « Est-ce que la télévision va venir ?» [Rires, applaudissements] Dès qu'ils sont sûrs que la télévision va venir glacières et bières fraîches dans la voiture ils vont là-bas et attendent.
    Ils tournent passent et repassent devant le cameraman qui ne semble pas comprendre.
    [Rires] Ils finissent par faire des signes au cameraman et à la foule : « Ah ! les gars, ça travaille....ça fait... depuis des heures que nous sommes là ! Ah oui...».
    Comme tous les journalistes finissent par leur demander : «Vos impressions ?» Ah ! C'est l'occasion attendue.
    [Applaudissements] « Oui ! très impressionné, mes impressions sont très bonnes, en tout cas, nous sommes debout comme un seul homme !».
    Les vieux refrains, vous les connaissez ! On a chanté la même chose à la Place de la révolution précédemment Place du 3 janvier : « Debout comme un seul homme » pendant que certains allaient à gauche, d'autres allaient à droite.
    [Applaudissements] Eh oui ! Ces calculateurs ont compris de quel côté souffle le vent, le vent du pouvoir et ils sont là-bas dans les CDR.
    On les voit également faisant tout pour se faire élire, pour être responsables.
    Je veux dire quelque chose qui risque d'être une arme à double tranchant.
    Mais je vais le dire quand même parce que c'est la vérité.
    Au niveau de la Caisse de solidarité révolutionnaire nous voyons souvent ceci : « Le camarade un tel fait don d'un dixième de son salaire pendant trois mois et demande l'anonymat ».
    Eh bien ! Vous savez comment se manifeste cet anonymat ? Le bon camarade, le vaillant militant, ce grand militant, va d'abord voir son ministre de tutelle et lui dit : « Camarade ministre, je fais don d'une partie de mon salaire, mais je demande l'anonymat parce que, moi, j'aime être discret ».
    [Applaudissements] Il va au Secrétariat général national des CDR et il répète : « Je donne, mais je veux l'anonymat ; Je veux être discret ».
    Il va dans son secteur, il dit la même chose.
    Il écrit au Camarade président une longue lettre pour montrer que depuis la nuit historique du 4 août, lui, [Rires] tout son carnet de chèques tremble rien que pour la révolution, mais il demande l'anonymat : il signe, il met son nom, son prénom, son secteur, sa date de naissance, le nom de sa femme et de ses enfants.
    [Rires] Il écrit à la Camarade ministre de l'essor familial, il demande l'anonymat.
    Et maintenant il attend.
    Un Conseil de ministres annonce que ce camarade a cédé un dixième de son salaire pendant trois mois et a demandé l'anonymat.
    Pendant ce temps, toute la ville et, en particulier, « ses électeurs » savent qui est cet anonyme généreux.
    Tout cela, ce sont des méthodes utilisées pour se faire élire.
    Bien entendu, que personne ne dise qu'à partir de maintenant ce n'est plus la peine d'envoyer quelque chose à la Caisse de solidarité.
    Il faut continuer à alimenter cette caisse ainsi que les autres caisses qui ont besoin de beaucoup d'argent pour aider tous ceux qui critiquent les caisses et qui en profitent cependant.
    [Applaudissements] Le pouvoir politique est utilisé à ce niveau pour les calculs : il y a de mauvais éléments, il faut les extraire.
    Ces néo~féodaux qui sont dans nos rangs doivent être extirpés, combattus et battus.
    Ils s'installent dans les secteurs, dans les villages, dans les provinces en véritables potentats.
    Ils sont également très dangereux : dans leur façon de faire ils sont anarchistes ; régnant et sévissant à la manière des seigneurs de guerre, ils sont fascistes.
    Ce sont en dernière analyse des anarcho-fascistes.
    C'est une nouvelle race à laquelle nous avons à faire.
    [Applaudissements très nourris] C'est à ce niveau également que les CDR, en particulier dans les services', deviennent de véritables terreurs pour les directeurs.
    Il y a, à l'heure actuelle, des directeurs de service qui ne peuvent même plus signer un bordereau d'envoi tellement ils ont peur de leur CDR.
    [Applaudissements] Il y a des directeurs de service qui, avant de décider de la peinture qu'il faut mettre sur leur voiture, convoquent une assemblée générale ; parce que, Camarades, le peuple décidera.
    Ils ont peur, ils ont peur parce qu'ils ont été terrorisés.
    Effectivement, ils ont été maltraités, on a menacé de les suspendre, de les licencier, de les dégager et il faut reconnaître qu'il y a eu à ce niveau des règlements de comptes que nous sommes obligés de réparer aujourd'hui.
    [Applaudissements] Ou bien, parfois, il y a le cas de ces directeurs qui occupent des postes par la magouille.
    Ils font du porte-à-porte nuitamment pour être directeurs ; par conséquent, ils sont à la merci de ceux-là qui les ont nommés.
    Nous avons vu, au niveau politique, des CDR lâches, qui n'osent pas prendre leurs responsabilités.
    Exemple, les suspensions : « Le camarade, un tel tel est suspendu pour telle ou telle faute...grave».
    Ce camarade est dans la rue, se plaint, vocifère et menace.
    Ceux-là mêmes qui ont proposé sa suspension viennent dire : « Ah ! tu sais, nous-mêmes, nous n'étions pas au courant».
    [Applaudissements] Cette lâcheté, il faut la combattre.
    Des CDR, lorsqu'ils sont menacés, courent au Secrétariat général national des CDR pour dire : « Nous sommes attaqués par un groupe de fascistes, par des populistes, par des contrerévolutionnaires, par des réactionnaires ».
    Non ! Il leur appartient de faire face à leurs ennemis là où ils sont.
    [Applaudissements] Poursuivons ! Nous sommes obligés de résoudre à Ouagadougou des problèmes qui opposent nos CDR à des contre-révolutionnaires à des milliers de kilomètres d'ici.
    Il s'agit là d'une mauvaise compréhension du rôle du Secrétariat général national des CDR.
    Certains n'hésitent pas à traverser la Méditerranée, la mer Caspienne, le Sahara même pour venir jusqu'à Ouagadougou, poser leurs problèmes.
    Non ! C'est là-bas, au Trocadéro ou dans le 19ème [arrondissement de Paris], que vous devez vous battre et triompher.
    Ce n'est pas ici ! Le combat au secteur 26 n'est pas le combat des camarades qui seraient à Leningrad ou à Bouaké [Côte d'Ivoire].
    Sur le plan militaire, les CDR ont été très souvent truffés de gens incompétents.
    La compétence ne se résume pas à prendre les armes et à bien les manier parce que s'il n'était que question de dextérité, d'adresse avec les fusils, il suffirait d'aller à la maison d'arrêt de Ouagadougou, on trouverait là-bas des gens très adroits.
    S'il n'était que question de savoirfaire, d'intelligence, il ne resterait plus qu'à demander à Moussa Ngom d'être le délégué aux affaires économiques des CDR parce que Moussa Ngom, comme vous le savez, est très fort ; son patron [Mohamed] Diawara pourrait être secrétaire général national des CDR ; [Moussa] Diakité, lui s'occuperait des questions sociales.
    [Applaudissements très nourris] Bien ! Nous avons eu beaucoup d'accidents.
    Ces accidents ne sont pas le fait de l'insuffisance de la formation car, je tiens à le préciser tout de suite, nous n'avons pas eu plus d'accidents avec les armes chez les CDR qu'il y en a eu chez les troupes régulières ici au Burkina et à l'étranger.
    Chaque année, dans toutes les armées du monde, il y a des accidents qui se produisent.
    On n'en parle pas.
    Il y a des gens qui meurent : des parachutistes, des pilotes.....
    Lorsque l'avion français est tombé à Bangui, combien de morts cela a-t-il fait ? En tout cas, beaucoup.
    Alors était-ce un CDR celui-là ? Voyez-vous, les accidents, il y en a partout.
    Quand Challenger a explosé, des gens sont morts ! Ce sont des accidents, ça arrive, même à la NASA ! Les accidents, ça arrive partout.
    Ce qu'il faut condamner plutôt, ce sont les mauvais éléments, et nous en avons dans nos rangs.
    Il faut les combattre, car pour s'exhiber, ils arborent tout un arsenal d'armes comme s'ils en avaient besoin, comme s'ils étaient les adjoints de Himmler.
    Non ! Ceux-là, il faut les mettre de côté.
    Les accidents proviennent bien souvent d'eux : «si tu fais ça, je te rafale».
    C'est ce qu'il faut condamner et c'est ce genre de personnes dorénavant que vous devez vous employer à châtier sévèrement.
    Il en sera ainsi.
    Celui qui n'est pas sûr de lui, qu'il dépose les armes.
    Militairement, nous savons également que pendant les patrouilles, certains CDR ont fait des choses exécrables, indicibles.
    Mais comme indicible n'est pas révolutionnaire, il faut tout dire.
    En effet, des CDR ont profité de la patrouille pour piller.
    Eh bien, nous les pourchasserons désormais comme des voleurs et nous les abattrons purement et simplement.
    Que cela soit clair ! Si nous avons des armes, c'est pour défendre le peuple.
    Tous ceux qui volent et pillent le peuple seront abattus.
    Il y a eu même des cas de règlements de compte, il faut aussi le dire pendant la période du couvre-feu.
    C'est à dénoncer.
    Il y a eu des camarades qui, parce que militants CDR, responsable à la sécurité, équipés d'un gros fusil, sans être même sûrs que ça percute, se permettaient tout.
    A l'heure où le couvre-feu était à 19 heures, à 19 heures moins 10, ils se pointent chez la camarade et commencent à dire à leurs rivaux, aux autres candidats : « c'est l'heure bientôt ! I1 faut partir.
    Si vous ne partez pas on vous enferme ».
    Et oui ! Il y en a qui ont demandé que le couvre-feu soit toujours maintenu pour qu'ils puissent régner.
    Et bien, nous avons levé le couvre-feu pour que nous soyons tous à égalité dans ce domaine et ceux qui doivent échouer par leur incapacité échoueront.
    Toujours sur le plan militaire nous avons vu des militants CDR mal habillés.
    Bien sûr le problème de tenues se pose.
    Il n'y en a pas assez, c'est vrai.
    Mais le peu que vous avez, vous devez le soigner.
    Ils sont mal vêtus, négligés, débraillés.
    Non ! Il faut désormais que tous les responsables CDR n'hésitent pas à déshabiller séance tenante les militants qui se présenteraient en mauvaise tenue.
    Ce sont des signes extérieurs d'une incapacité à s'organiser.
    Nous avons vu des CDR arrêter, enfermer, puis dire : «C'est ça, c'est le règlement, c'est la justice : on va te manoeuvrer !» Non ! Chaque Burkinabè a droit à la protection des CDR et la permanence CDR ne doit pas être un lieu de tortionnaires mais au contraire une permanence où se retrouvent des responsables qui dirigent, qui organisent, qui mobilisent, qui éduquent et luttent en révolutionnaires.
    Mais il peut arriver qu'on éduque dans la fermeté, alors, il faudra de la lucidité dans la fermeté.
    Cependant les abus de pouvoir doivent être considérés comme étrangers à notre lutte.
    Sur le plan économique et social là aussi, ils sont nombreux, très nombreux, les militants qui programment des activités de construction par exemple, mais qui sont, eux, assis à côté.
    Ils font travailler les masses ! Leur propre paresse transparaît au point que les masses sont, ellesmêmes-mêmes démoralisées et démobilisées.
    Nous devons combattre cela.
    De même qu'il y a une gestion anarchique, frauduleuse, gabegique et concussionnaire des fonds qui sont confiés aux CDR, bien souvent ; c'est pourquoi il est juste que soient créées des structures de contrôle des caisses.
    Il faut désormais que l'on sache ce que contient la caisse, ce que l'on a fait de la caisse.
    Et ce n'est pas assez : beaucoup de personnes se sont enrichies sur le dos des militants en se proclamant militants CDR eux-mêmes.
    C'est une nouvelle catégorie de voleurs.
    Ne pensez donc pas qu'au Conseil national de la révolution l'on n'a pas conscience de ces nombreuses tares, des nombreux défauts qui minent encore nos CDR.
    Nous en sommes conscients, nous sommes résolument engagés à combattre toutes ces pratiques négatives, néfastes à la révolution.
    C'est d'ailleurs l'une des motivations de cette Conférence.
    Le militant CDR doit toujours et partout donner le bon exemple.
    C'est pourquoi en saluant les petitsenfants qui se sont produits tout à l'heure, nous saluons également leurs encadreurs qui ont assuré leur production.
    Mais en même temps, nous indiquons que parmi les provinces il y en a qui sont à la traîne.
    Il y a des Hauts-Commissaires commandants de cercle, des gouverneurs de régions, certains se croient encore à l'époque de la colonne Voulet-Chanoine', d'autres se croient à l'époque des collectivités rurales.
    Tout cela est négatif.
    Nous devons les dénoncer et les combattre.
    En tant que Hauts-Commissaires, nous devons animer nos provinces sur tous les plans ; nous devons donc être énergiques et pleins d'initiatives et soutenir le nouveau et organiser sa mise en valeur.
    Si nos trente provinces présentaient trente spectacles comme ceux-là, ce serait bien ! Nous serions bien et très loin.
    Mais ce n'est pas encore le cas.
    Au niveau des services, les CDR fonctionnent encore très mal.
    Ils fonctionnent très mal parce que, loin de rechercher la qualité du service, loin de rechercher un accroissement quantitatif et qualitatif dans la production des biens sociaux et économiques, nos travailleurs organisés dans les Comités de défense de la révolution sont plutôt occupés à courir derrière les honneurs, à courir derrière les titres et le pouvoir.
    Cette boulimie du pouvoir doit être combattue.
    [Applaudissements] C'est ainsi que la bureaucratie risque de s'installer dans nos services, dans notre administration si nous continuons de la sorte.
    Parce que, pour un document donné, vingt-cinq personnes veulent signer « vu et transmis ».
    «Vu et transmis»....cela n'apporte absolument rien à la qualité du document, mais chacun veut être sûr qu'il a mis son petit quelque chose.
    [Applaudissements] Cela nous bloque parce que simplement le militant CDR responsable voudrait qu'en ville, on puisse dire : camarade ! Je vous remercie ! vraiment grâce à vous » [Rires] et quand vous ne l'avez pas remercié et que vous n'avez pas été chez lui faire des courbettes, eh bien, il retarde, il bloque votre document à souhait jusqu'à ce que vous compreniez la logique du plus fort.
    Ces méthodes-là, nous n'en voulons pas, car le bureaucratisme et les bureaucrates sont les pires ennemis de notre cause et en tant que tels, nous devons les combattre sans répit avec opiniâtreté dans toutes leurs manifestations.
    Nos services sont sales, mal tenus, malgré les Journées révolutionnaires, malgré les Semaines révolutionnaires, bientôt les Mois révolutionnaires, les Années révolutionnaires, et les Décennies, et les Siècles révolutionnaires nous continuerons à avoir des services mal organisés, mal tenus, tant que nous n'allons pas nous meure face à nos responsabilités en dénonçant ce qu'il faut dénoncer.
    J'ai toujours cité en exemple certains services : il y en a qui sont très bien tenus, qui méritent des félicitations et chacun devra prendre exemple sur eux.
    Je ne voudrais pas les citer tous.
    Je ne voudrais pas faire de jaloux, je me contenterai simplement de citer la Présidence.
    [Applaudissements] C'est ce qu'il faut faire ! Comment entrer dans un bureau révolutionnaire et trouver des chaises branlantes, non pas parce qu'elles n'ont pas été achetées neuves mais parce qu'elles ont été mal utilisées.
    On trouve des responsables, des cadres/sales, mal vêtus, malpropres comme leurs propres documents.
    [Rires] Des dactylographes paresseux, des standardistes étourdis.
    [Rires] Cela n'est pas digne des CDR et nous devons nous corriger.
    La qualité commence par l'acceptation de la vérité : regardons nos défauts, prenons-en conscience, et prenons l'engagement de nous améliorer.
    Mieux : en tant que révolutionnaires, nous devons toujours marquer la différence.
    Il y aurait beaucoup à dire contre les anciens qui disent qu'ils sont mobilisés au sein de l'UNAB, ou qu'ils sont maintenant dans la révolution mais interdisent à leurs enfants d'aller aux réunions CDR ; contre les maris qui empêchent leurs femmes d'aller à des réunions CDR.
    Cela aussi doit être dénoncé.
    [Applaudissements] Ou qui les terrorisent ! Maintenant, nous devons passer à une organisation beaucoup plus consciente.
    Si aux premiers jours de la révolution, notre mobilisation était un enthousiasme, une euphorie, une fête, de plus en plus nous devons nous organiser beaucoup plus scientifiquement, beaucoup plus méthodiquement, nous corriger à chaque fois pour avancer ! Nous avons en exemple les échecs de certaines organisations de type CDR sous d'autres cieux les Comités révolutionnaires.
    Partout où il y a eu des échecs, c'est que la réaction a tendu victorieusement des pièges contre ces autres organisations dans certains pays.
    Nous devons avoir conscience de nos faiblesses.
    C'est pourquoi nous devons continuellement lutter.
    Nous devons lutter et nous devons avoir à l'esprit que les Comités de défense de la révolution, c'est le courage, le courage politique et surtout le courage face à nos responsabilités.
    Nous ne sommes pas CDR simplement pour crier des slogans.
    Nous sommes CDR pour conscientiser, pour poser des actes, pour produire.
    C'est pourquoi nous devons bannir de nos manifestations les slogans creux, les slogans lassants, inutilement répétitifs et finalement irritants.
    On arrive à des manifestations, on vous crie 25 fois « La patrie ou la mort, nous vaincrons ! » : ça commence à être un peu trop ! [Rires] surtout quand ce n'est même pas accompagné d'une belle explication militante.
    C'est une répétition.
    Non ! Les CDR-magnétophone, de côté ! [Applaudissements] On improvise des slogans pour meubler le temps.
    Alors «les voleurs, à bas ! Les menteurs, à bas ! A bas !» [Rires] Ce n'est pas bon ! Nous devons marquer la différence avec les troupes d'animation folklorique.
    À certains spectacles, on trouve des scènes grossièrement montées où des camarades se livrent à des danses parfois obscènes, cela également n'est pas révolutionnaire.
    La révolution doit avoir sa pudeur.
    [Applaudissements] Il importe que nous critiquions le manque d'organisation dans nos manifestations.
    Si dans certains domaines, des victoires ont été remportées, ce n'est pas le cas dans d'autres domaines.
    Non ! Certaines cérémonies sont lassantes et sans donner raison aux ambassadeurs qui sont souvent absents de nos cérémonies, je comprends néanmoins qu'ils ne veuillent pas venir ! Eh bien, il faut écarter, et c'est très important, les formes de louanges qui sont des expressions de réflexes mal étouffés en nous, mal éteints.
    Par exemple, cette chanson : « Oh CNR, Thomas Sankara qu'il soit toujours le Président », ce n'est pas bons [Applaudissements] parce que quand on est Président, on est Président.
    On est Président, ou on ne l'est pas.
    [Applaudissements] Il faut que nous soyons clairs.
    Cette chanson n'est pas bonne.
    À ce rythme, dans un an, dans deux ans, eh bien nous allons nous retrouver dans certains festivals avec certaines troupes qui sont beaucoup plus entraînées à cela, et puis, peut-être, qui n'auront que ça à faire.
    Les Comités de défense de la révolution, c'est la production ! Certes s'il faut des thèmes de mobilisation, s'il faut des slogans ? Oui ! Il faut des slogans ! S'il faut des images, des symboles de la révolution, pour comprendre ! Oui ? il en faut.
    Nous n'hésiterons pas ! Mais nous ne devons pas mettre la forme avant le fond, et la révolution ne se mesurera pas au nombre de slogans et au nombre de ténors, de stentors dans les cris.
    Ce sera à autre chose, ce sera à la production.
    Il faut produire, il faut produire et c'est pourquoi, je salue le mot d'ordre de : « Deux millions de tonnes de céréales ».
    Notre pays produit suffisamment de quoi nous nourrir.
    Nous pouvons dépasser même notre production.
    Malheureusement, par manque d'organisation, nous sommes encore obligés de tendre la main pour demander des aides alimentaires.
    Ces aides alimentaires qui nous bloquent, qui inspirent, qui installent dans nos esprits cette habitude, ces réflexes de mendiant, d'assisté, nous devons les mettre de côté par notre grande production ! Il faut réussir à produire plus, produire plus parce qu'il est normal que celui qui vous donne à manger vous dicte également ses volontés.
    A la fête de la Tabaski, à Pâques, à Noël, quand dans les familles, on abat les coqs, les dindons, les moutons, on le fait parce qu'on est sûr qu'on a nourri le coq, le dindon, le mouton.
    On peut l'abattre quand on veut.
    A Noël, à Pâques, à la Pentecôte ou même pendant le carême.
    On est libre.
    Celui qui ne vous a pas nourris ne peut rien exiger de vous.
    Or, nous sommes là, à nous faire nourrir chaque jour, chaque année et nous disons : « À bas l'impérialisme !» Eh bien la reconnaissance du ventre est là.
    [Rires, applaudissements] Si dans notre expression, nous, révolutionnaires, ne voulons pas être reconnaissants, ou en tout cas, si nous voulons meurt de côté toutes les formes de domination, le ventre sera là qui, lui, risque de prendre le chemin de droite, de la réaction et de la cohabitation pacifique [Applaudissements] avec tous ceux qui nous oppriment à travers les graines de céréales déversées ici.
    Ne consommons que ce que nous contrôlons ! Il y en a qui demandent ; «Mais où se trouve l'impérialisme ?» Regardez dans vos assiettes quand vous mangez : les grains de riz, de maïs, de mil importés, c'est ça l'impérialisme.
    N'allez pas plus loin.
    [Applaudissements] Donc, camarades, nous devons nous organiser pour produire ici et nous pouvons produire plus qu'il n'en faut.
    On dit que c'est la sécheresse qui a fait que notre production a baissé.
    Le ministère de l'Agriculture est là, qui témoigne que même pendant la sécheresse, la production de coton n'a fait qu'augmenter.
    Pourquoi cela ? Eh bien, parce que la SOFITEX paye.
    Eh bien, nous allons changer de méthodes.
    Oui, il faut changer de méthodes.
    Mais la production, ne se limite pas seulement aux céréales.
    I1 faut produire dans tous les domaines, à l'usine, dans les bureaux et j'invite chacun à la production intellectuelle.
    La Conférence nationale des CDR a félicité, et elle a raison, tous ceux qui ont écrit, qui ont produit quelque chose sur le plan littéraire, artistique, et dans tous les autres domaines.
    C'est ça la production, nous sommes des révolutionnaires ! J'ai lu dans un télex, dans une dépêche d'agence, que lors d'un tournoi de tennis de table, le Burkina Faso a été battu par le Nigéria, par le Libéria.
    J'ai trouvé cela très bien.
    Il faut que nous soyons encore battus.
    Mais si nous sommes battus, c'est la faute de ceux qui ne nous ont pas organisés les années passées.
    Par contre, si dans les années à venir, nous sommes battus, camarades, ce sera de notre faute.
    [Applaudissements nourris] Il faut donc produire, produire et encore produire.
    Sur le plan international, beaucoup de choses positives sont dites mais non écrites.
    Prenons l'exemple des Tribunaux populaires de la révolution : qui peut nous citer un livre écrit par un  Burkinabè sur les TPR'.
    Le peu qui ait été écrit, a été écrite par des étrangers, des étudiants, des professeurs d'université, des chercheurs....
    Pourtant, il y a de grands enseignements que les TPR sont en train de nous donner, que nous ferions mieux de consigner précieusement dans des livres.
    Demandez à la radio-diffusion, si elle a encore l'enregistrement du 14ème TPR ? Elle vous dira que la bande, la cassette à été utilisée pour enregistrer le dernier tube de je ne sais quelle vedette.
    Ce n'est pas normal.
    Nous n'avons pas ce réflexe de protéger notre capital intellectuel.
    Il faut produire davantage.
    Et puis après tout, nous battons le record en matière de littératures clandestines.
    C'est au Burkina Faso quand même qu'il y a le plus de tracts, vous le savez très bien ! Cela prouve que nous savons lire et écrire..
    Mamadou et Bineta' sont devenus grands, il y a très longtemps.
    Ils commencent à être vieux.
    [Rires et applaudissements] Mais camarades, il est important que nous revenions en d'autres occasions sur ce qui n'est pas fait, sur ce qui doit se faire.
    L'unité, l'unité dans nos rangs ! Unité-critique-auto-critique-unité.
    Bannissons de nos rangs tous les louvoiements, les calculs insidieux perceptibles et imperceptibles qui se trament ; les mots d'ordre téléguidés et télécommandés.
    Heureusement, la Conférence nous a permis de constater que l'unité s'est renforcée.
    Ce qui prouve que des éléments sains de tous bords ont oeuvré consciemment, loyalement, afin que l'unité se consolide.
    C'est une victoire.
    [Applaudissements] Camarades, je vous félicite tous pour l'effort fourni, je vous félicite surtout pour les efforts que vous avez fournis avant cette conférence.
    Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu.
    Nous avons construit des maisons, des écoles, des dispensaires, des routes, des ponts et des barrages.
    Nous avons fait de la production intellectuelle, artistique.
    Bref, nous avons marqué des points.
    Nous avons sur le plan économique, financier, budgétaire, réalisé des sacrifices, des efforts et chacun de nous a payé le prix qu'il fallait payer.
    Je sais que les retenues salariales ne plaisent à personne.
    Qui, en ce bas monde, est prêt à donner une partie de son salaire, sauf lorsque la nécessité le commande ? L'univers dans lequel nous évoluons, les forces qui nous entourent ne sont pas pour favoriser un développement indépendant comme le nôtre.
    Au contraire, tous les pièges nous serons tendus pour que nous soyons obligés de nous prostituer afin d'avoir un semblant de développement.
    « Compter d'abord sur nos propres forces »7 doit cesser d'être un slogan, cela doit nous habiter.
    Et il faut savoir que nous avons pour principe de toujours compté sur nos propres forces.
    Parfois cela est dur et nous entendons çà et là des sirènes défaitistes nous chanter les louanges de l'aide.
    Assistance, non ! Coopération, oui ! Nous avons besoin de la coopération avec tous les peuples du monde entier, mais l'assistance qui développe en nous la mentalité d'assisté, nous n'en voulons vraiment pas.
    [Applaudissements] C'est pourquoi nous avons fourni, et fournissons des efforts.
    Ces efforts ont été combattus, dénaturés.
    Il y a des gens qui ont raconté : «Oui ! Voilà avec la révolution, les salaires sont bas, le pouvoir d'achat est bas, il y a des gens qui n'ont plus que 20 francs par mois, pourquoi ? A cause du 12ème de salaire, à cause des 12 pour cent, à cause des retenues».
    Quand même, camarades, c'est une insulte grossière ! Nous ne pouvons nous laisser prendre à ce piège-la.
    Quand quelqu'un a 20 francs par mois parce qu'on lui a retenu un 12ème de salaire, 12 pour cent de son salaire, qu'est-ce que cela veut dire ? Ceux qui ont seulement 20 francs par mois parce que nous leur avons retenu 12 pour cent, nous allons leur restituer 100 pour cent de leur salaire.
    Ils auront donc à la fin de mois 22,40 francs.
    Mathématiquement c'est ça ! Qu'on ne nous dise pas que le salaire des gens a disparu du fait de l'Effort populaire d'investissement ou des autres retenues ! Les salaires ont disparu à cause de la bière, des brochettes, du luxe insultant, des habitudes de consommation.
    [Applaudissements] Ceux qui roulent dans des voitures hypothéquées, ceux qui jonglent, ceux qui vont chez les marabouts pour multiplier l'argent, ce sont ceux-là i n'ont plus leur pouvoir d'achat ! Mais néanmoins, la révolution est faite pour nous et nos efforts sont là pour nous tous.
    C'est pourquoi d'ores et déjà, je vous annonce que nous devons nous mobiliser pour les réunions budgétaires qui se tiendront.
    Informer largement nos militants que ces réunions budgétaires seront toujours dans la même direction que ce qui a été fait jusque-là, et en particulier que ces réunions budgétaires auront pour but de souligner les efforts réalisés au profit du peuple.
    C'est pourquoi, à compter du prochain budget, eh bien, il n'y aura plus d'EPI.
    [Applaudissements] Je vois que vous n'êtes pas contents parce que les salaires seront rétablis.
    Je le sais.
    Mais je vous comprends.
    N'est-ce pas camarades ? [Cris de «Oui !a] La franchise vous a manqué.
    Le courage de vos opinions vous a manqué.
    Eh bien ! nous rétablirons ces salaires parce que les efforts que nous avons réalisés nous permettent de le faire.
    Nous voulons être francs envers notre peuple.
    Ne rien lui promettre que nous ne puissions lui donner.
    [Applaudissements] Il y a des pays où l’on promet des augmentations de salaires et on ne paye pas les salaires.
    Nous, nous vous avons promis de retenir vos salaires ; nous les avons retenus oui ou non ? [Cris de «Oui !»] alors nous avons tenu parole ! [Applaudissements] Ce n'est pas pareil, c'est la différence.
    Lorsque nous disons que nous retenons les salaires, nous les retenons, et cela peut se constater, et si parmi vous il y a un seul dont le salaire n'a pas été retenu, par erreur, qu'il se signale au ministère du Budget.
    [Rires] Ces efforts, le Conseil national de la révolution entend les canaliser pour un meilleur développement de notre pays.
    Cela est possible, cela est faisable grâce à notre cohésion, au coude à coude.
    Mais après cette première Conférence nationale des CDR, nous devons apprendre à combattre nos ennemis, sans peur, sans pitié, sans faiblesse, sans sensiblerie inutile ! Toutes les fois que nous nous laisserons attendrir par leurs larmes, c'est nous qui perdrons.
    Moussa Ngom a versé des larmes et il a fait pleurer d'autres personnes.
    Mais lorsque des enfants sont morts ici, à l'hôpital, parce qu'il n'y avait pas de médicaments à 1 000 francs seulement pour les soigner, chacun a compris que 6 milliards et quelques francs, c'était 6 millions et quelque de fois qu'on aurait pu acheter des médicaments pour soigner des enfants.
    Les larmes de Moussa Ngom ne peuvent pas nous attendrir [Applaudissements] et si parmi vous il y a des coeurs sensibles, inutilement sensibles, sensibles aux effets de la bourgeoisie, de la réaction, de la contre-révolution, qu'ils fassent l'effort de se lever.
    Camarades, je félicite tous ceux qui sont venus de loin notamment de l'Étranger, en dehors du Burkina Faso, pour participer à cette conférence.
    Je leur souhaite un bon retour dans les pays, où la recherche du savoir, en tout cas la recherche d'une capacité de produire davantage pour leur pays les aura conduits.
    Je leur souhaite de transmettre à leurs camarades qui y sont, le message du Conseil national de la révolution et les résolutions de cette première Conférence nationale des CDR à laquelle eux-mêmes ont pris part.
    Je souhaite bon retour à ceux qui sont venus de nos provinces lointaines ou proches.
    Bon retour dans leur foyer.
    Bon retour dans leur province pour transmettre le message du Conseil national de la révolution et des Comités de défense de la révolution.
    Je leur souhaite ce bon retour en les exhortant à la prudence, pour que les accidents auxquels nous avons assisté ne se reproduisent plus, pour que ces accidents ne nous fassent pas perdre des militants, que ces accidents ne nous fassent pas perdre du matériel.
    Il faut profiter de l'occasion pour dire que nous, Comités de défense de la révolution, nous avons mal entretenu le matériel jusque-là.
    Nous avons cassé les voitures, les motopompes, les groupes électrogènes, les machines à écrire, les haut-parleurs, les micros, et même les armes.
    Cela n'est pas normal.
    Désormais, une meilleure gestion de notre matériel devra se faire comme forme de respect de notre peuple parce que ce matériel a été acquis par le peuple, il appartient au peuple, nous devons bien le garder et ceux qui cassent les voitures doivent savoir qu'ils cassent les voitures du peuple, qu'ils méprisent et insultent le peuple.
    Je renouvelle mes félicitations au Secrétariat général national des Comités de défense de la révolution pour les efforts importants déployés.
    Le Secrétariat général national des CDR qui malgré l'adversité, l'ingratitude, le dénigrement, évolue avec efficacité.
    Une efficacité qui, chaque jour s'améliore.
    [Applaudissements] Eh bien, notre Première conférence nationale des CDR va connaître sa fin, mais elle ouvre en même temps la porte pour d'autres conférences nationales, d'autres congrès, pour un approfondissement de notre révolution, pour une radicalisation de notre révolution.
    Alors, je vous invite d'ores et déjà à réfléchir puissamment sur les combats futurs.
    Je vous invite aussi à pratiquer réellement le bon militantisme, le vrai militantisme, le militantisme conscient et conséquent.
    Je déclare close la première Conférence nationale des CDR du Burkina.
    La patrie ou la mort, nous vaincrons ! Je vous remercie.
    [Applaudissements, slogans]

    0 0

    Abdoulaye Camara
    tué par la police
    10 balles le 16 décembre 2014
    Il avait été agressé chez lui avant
    présentation Yanick Toutain
    24/3/15


    C'est peu après 18 heures ce soir [du 24/3]
    que Abdourahmane P. Camara voit sonner son portable.
    Un SMS  d'une personne inconnue.
    Abdourahmane , frère de la victime Abdoulaye Camara, était occupé à la bibliothèque municipale à poster les premiers liens vers son nouvel article du jour.
    (...)
    Dans ce SMS cette voisine confirme les éclats de voix entendus par le voisinage avant l'assassinat.

    "J'ai été témoin des cris qu'il y a eu pendant
    qu'Abdoulaye était dans son appartement.

    Il n'était pas tout seul. Mais avec plusieurs personnes.

    Je ne sais pas combien.

    J'ai aussi entendu des cris d'une fille." 

    FAUX EN ECRITURES PUBLIQUES
    COMMIS PAR LE PROCUREUR VOYOU
    DELIQUANT FRANCIS NACHBAR
    PROTEGE PAR C. TAUBIRA ET B. CAZENEUVE
    L'auteur de ce blog avait prévenu la famille dès le départ : le procureur Francis Nachbar est un menteur, il est un faussaire qui fait recel de faux en écritures fabriqués par des policiers (faux de Jean-Marie Bourry multipliant par 671 le nombre de lecteurs d'un article pour obtenir 31000 €), il fabrique lui-même des faux en écritures .... sans que cela ne semble perturber la Cour de Cassation ni a fortiori les juges du TGI du Havre, du Tribunal d'Instance ni le président de la Cour d'Appel de Rouen....

    jeudi 18 décembre 2014

    J'avais prévenu le public et la famille que ce procureur lançait des policiers à mentir dans des procédures prescrites et qu'il incitait des OPJ à bafouer leur serment en mentant effrontément.
    Le témoignage par SMS d'une voisine de la victime, assassiné par la Brigade Canine du Havre vient totalement démentir les délires mensongers du procureur Nachbar relayé par une presse OEMRTA76 complaisant aux mensonges et aveugles aux coupable de violences au Havre - depuis les violences policières aux violences commises par les professeurs agresseurs d'élèves.

    UN TEMOIGNAGE VIENT CONFIRMER
    L'AGRESSION DE LA VICTIME PAR 6 PERSONNES
     DEUX HEURES AVANT LA MORT DE ABDOULAYE CAMARA

    C'est peu après 18 heures ce soir que Abdourahmane Camara voit sonner son portable.
    Un SMS  d'une personne inconnue.
    Abdourahmane , frère de la victime Abdoulaye Camara, était occupé à la bibliothèque municipale à poster les premiers liens vers son nouvel article du jour.

    Quand un SMS vient, incroyablement, confirmer le contenu de cet article.
    Un SMS posté par une voisine trop inquiète des agents menteurs de cet Etat voyou pour oser donner son nom vient confirmer les témoignages oraux précédents que - sous anonymat - Abdourahmane.
    Dans ce SMS cette voisine confirme les éclats de voix entendus par le voisinage avant l'assassinat.
    J'ai été témoin des cris qu'il y a eu pendant qu'Abdoulaye était dans son appartement.
    Il n'était pas tout seul. Mais avec plusieurs personnes.
    Je ne sais pas combien.
    J'ai aussi entendu des cris d'une fille.

    Ce témoignage vient confirmer tout le contenu de l'article du 28 février publié par Abdourahmane Camara (Abdoulaye Camara fut agressé une heure avant sa mort par 6 (+-) inconnus dont une femme au moins: La vérité camouflée par le procureur Francis Nachbar)

    Voici l'article de Abdourahmane Camara informant le public du contenu de ce SMS

    Une voisine témoigne par SMS: Abdoulaye Camara a été agressé chez lui vers minuit avant son assassinat par la police

    par Abdourahmane P. Camara
    24/3/2015





    Je viens de recevoir ce SMS. Je vais le communiquer à mon avocat.
    Mais sans attendre, j'informe la population de son contenu.
    Il confirme ce qui m'a déjà été dit par des voisins de Abdoulaye voici plusieurs semaines.


    Bonjour
    Excusez-moi de vous déranger à propos de l'affaire d'Abdoulaye Camara.
    J'ai été témoin des cris qu'il y a eu pendant qu'Abdoulaye était dans son appartement.
    Il n'était pas tout seul. Mais avec plusieurs personnes.
    Je ne sais pas combien.
    J'ai aussi entendu des cris d'une fille. Tout ça dans la nuit du lundi au mardi 16 décembre à peu près vers 0h00 je pense.
    ¨Pour que la justice soit faite nous avons besoin de vous, s'il vous plait.
    Et grâce à votre aide, l'aide de la famille et des témoins, la vérité sera connue de tout le monde. Et les policiers seront jugés comme toute personne ayant assasssiné un homme.
    Que justice soit faite.
    Merci au revoir.

    J'ai demandé à cette témoin de bien vouloir signer son témoignage. Elle souhaite rester anonyme.
    NB : les erreurs d'orthographe pardonnable ont été corrigées.

    LIRE AUSSI

    Abdoulaye Camara agressé chez lui par 6 personnes a parcouru 650 mètres suivi par la police qui le tue de 10 balles




    LIRE AUSSI

    Abdoulaye Camara fut agressé une heure avant sa mort par 6 (+-) inconnus dont une femme au moins: La vérité camouflée par le procureur Francis Nachbar

    Abdoulaye Camara
    tué par la police
    10 balles le 16 décembre 2014

    par Abdourahmane P. Camara
    28/2/2015

    "[Abdoulaye] a auparavant saccagé son appartement,
     brisé des vitres, selon Francis Nachbar, 
    et s’est blessé en se faisant de sanglantes coupures
    "
    Mensonges propagés par la Presse Havraise
    "Il y a des témoignages du voisinage, il y a eu du bruit dans les escaliers, des bruits plus fort dans l'appartement. Et le cri d'une femme dans l'appartement. Un cri qui a duré... un cri qui a été long..."
    (...)
    "Ils étaient six"
    (...) 
    "une personne s'étant vantée de  "savoir que des gens sont allés agresser
    quelqu'un qui s'est fait tué ensuite"


    0 0

    Frappez jusqu’à ce qu’il cède !
    Allons ! ferme !
    Appliquez fort, hurla Legris.
    Je lui tirerai les dernières gouttes
     de son sang, à moins qu’il ne parle, qu’il n’avoue !
    (Case de L'oncle Tom)

    Full-page illustration by E. Thatcher
    for page 571 of 
    Uncle Tom's Cabin
    présentation 2015 par Yanick Toutain
    REVACTU
     27/3/15
    Publication originelle sur B-REvactu le 28 août 2012

    Sambo et Quimbo étaient les bourreaux de l'Oncle Tom dans le livre de Harriet Beecher Stowe. Deux esclaves affranchis au service du patron esclavagiste Simon Legree.
    "Les scènes de meurtre et de supplice sont horribles à voir, et l’oreille n’en supporte pas le récit. Ce que l’homme a la force de faire, il n’a pas toujours celle de l’entendre raconter. (...)
    « Lui être presque fini, maître, dit Sambo, touché quoi qu’il fit, de la patience de la victime
    Frappez jusqu’à ce qu’il cède ! Allons ! ferme ! Appliquez fort, hurla Legris. Je lui tirerai les dernières gouttes de son sang, à moins qu’il ne parle, qu’il n’avoue ! »
    Tom entr’ouvrit les yeux, et regarda son maître : « Pauvre misérable créature, dit-il, il y en a tout ce que vous en pouvez faire. Je vous pardonne de toute mon âme, et il s’évanouit.
    — Je crois, le diable m’emporte, qu’il est à bas pour tout de bon, dit Legris qui marcha en avant et le regarda. Ma foi, c’est fait ! Sa maudite gueule se taira à la fin. — C’est toujours ça de gagné. »
    (...)
    « Pour sûr que nous avons fait là, mauvaise, méchante besogne, dit Sambo. J’espère c’est au compte du maître ; pas à nous à en répondre toujours ! »

    Je viens de comparer - dans un commentaire sur Facebook, le fils d'un CRS martiniquais, - Harry Roselmack à un Sambo Quimbo, un esclave libéré au service des esclavagistes.
    Son patron Bouygues est, avec Vincent Bolloré un des pires criminels esclavagistes en Afrique. Bon nombre des 100 millions d'enfants morts depuis 25 ans sur le continent l'ont été pour les profits de Bouygues et de Bolloré.
    Relisons François-Xavier Vershave décrivant l'organisation du crime esclavagiste :

    "CE SYSTEME EST CRIMINEL"
    "SES ACTEURS PRATIQUENT DES METHODES DE VOYOUS"


    "Et puis il y a une responsabilité supérieure : tous les présidents de la République et les Premiers ministres depuis vingt-cinq ans ont parfaitement toléré ce système devenu chaotique, incontrôlable, tout en sachant que ce système est criminel, que ses acteurs pratiquent des méthodes de voyous, qu’ils disposent de caisses noires phénoménales, qu’ils interviennent dans un contexte dégradé par la manipulation de l’ethnicité, et qu’ils sont parfois aussi peu lucides qu’une bande d’ingénieurs ivres dans une centrale de Tchernobyl. La responsabilité la plus grande appartient à ceux qui autorisent ce n’importe quoi.

    RESEAUX ET LOBBIES : FOCCART, CHIRAC,
    GISCARD, MITTERRAND, MADELIN, ROCARD



    Énumérons ces réseaux et lobbies. Le réseau initial, le réseau Foccart, a été légué à Jacques Chirac. Dès 1970, Charles Pasqua s’est disputé avec Foccart. Il a édifié, à son compte, un puissant réseau. Celui de Giscard n’a pas eu la même ampleur, ni celui des Mitterrand père et fils (souvent allié au réseau Pasqua). Il faudrait encore citer le réseau d’Alain Madelin et celui de Michel Rocard, ascendant.

    ELF, BOUYGUES, SUEZ, KAMEL, BOLLORE 

    À côté, quelques grandes entreprises mènent leur propre stratégie de monopole. Elf gouverne trois ou quatre pays, comme le Gabon, le Cameroun, le Congo-Brazzaville, elle fait la politique de la France en Angola ou au Nigeria, etc. Le groupe Bouygues contrôle les services publics en Côte d’Ivoire et a bénéficié de gros marchés privilégiés, tout comme Suez-Lyonnaise-Dumez et son méga-corrupteur André Kamel. Le groupe Bolloré a bâti un empire africain dans le transport, la logistique, le tabac, et d’autres matières premières agricoles ou sylvicoles. Il est en passe de remplacer Elf pour la qualité de ses liens avec les services secrets : son "Monsieur Afrique", Michel Roussin, est l’ancien numéro deux de la DGSE.

    ETAT-MAJOR: CARRIERES AFRICAINES ACCELEREES 

    Il y a ensuite l’État-major, où la plupart des officiers ont connu des carrières africaines accélérées : il fait la politique de la France à Djibouti et au Tchad. Il y a les différents services secrets, généralement rivaux : la DGSE, pionnière et encore pivot, mais aussi la DRM (Direction du renseignement militaire), qui a joué un rôle important au Rwanda ; la DST (Direction de la surveillance du territoire), qui s’aventure hors de l’Hexagone dans des pays comme le Soudan, l’Algérie, la Mauritanie, le Gabon ou le Burkina , la DPSD (Direction de la protection et de la sécurité de la Défense), ex-Sécurité militaire, qui est censée contrôler les trafics d’armes et les mercenaires, et dont je montre dans Noir silence qu’elle y est totalement mêlée.

    EXCROISSANCES FRANC-MAÇONNES 

    Il faut aussi tenir compte d’excroissances francs-maçonnes, notamment à la Grande Loge nationale française, héritière des loges coloniales, où l’on retrouve à la fois les généraux Déby, Sassou-Nguesso, Compaoré et Gueï, Omar Bongo et les deux cents principaux décideurs gabonais, les anciens ministres Roussin et Godfrain, une bonne partie de l’establishment de l’armée, des Services, des médias français, ainsi que les grands aiguilleurs de la corruption (Méry, Pacary, Crozemarie,…). Citons encore les Rose-Croix, très influents en Afrique centrale, des sectes diverses, etc."Source Retranscription de conférences-débat données par F. X. VERSCHAVE, président de Survie de 1995 à 2005. (L’ensemble de ces textes a été publié en 2000 dans un petit fascicule intitulé Françafrique, le crime continue, Tahin Party.)

    Deux Sambo-Quimbo criminels ont tué Thomas Sankara
    Blaise Compaoré et Mouammar Kadhafi
    Que pensez alors des naîfs ou des gredins comme pseudo-Jerry écrivant des âneries comme
    "Arrêter de considérer que le mal africain vient de la France". 
    sur internet ?
    Que pensez des Africains  accusant les Africains d'être les premiers coupables quand les receleurs du crime sont des millions de Français et d'Européens ?!!
    Telle était la question de mon article de 2012 sur B-Revactu.







    Afrique : les harkis Sambo Quimbo sont bel et bien les agents locaux des esclavagistes de la #Franceàfric


    un commentaire par Yanick Toutain
    28 8 2012
    Suivant le tweet de Charles Lebon @togocouleurs, je tombe sur un article de Allain Jules

    Togo : Ce mardi est le jour le plus long pour Faure Gnassingbé 

    sous lequel un commentaire semble nier les crimes de la #Francefric.
    Voici ma réponse : (non encore publiée)
    J’aimerais, cousin, que vous imaginiez Patrice Lumumba, Amilcar Cabral ou encore Thomas Sankara EN TRAIN DE LIRE VOTRE COMMENTAIRE….
    Essayez d’imaginer la colère de Thomas – celui qui eut le courage d’apostropher le gangster (génocidaire) François Mitterrand…
    »Des tueurs comme Peter Botha ont eu le droit de parcourir la France, si belle,… et si propre.
    Ils l’ont tachée.
    Is l’ont tachée de leurs mains et de leurs pieds couverts de sang.
    Et tous ceux qui leur ont permis de poser ces actes en porteront l’entière responsabilité ici, et ailleurs, aujourd’hui et toujours »
    http://www.youtube.com/watch?v=18AoRhBos4g
    ;
    La colère de Thomas face à votre égarement est MA colère.
    Vous avez osé écrire :
    "Arrêter de considérer que le mal africain vient de la France. »
    Des Sambo Quimbo des médias pour camoufler
    le crime de ses patrons esclavagistes
    Tel est le fils du CRS martiniquais
    Harry Roselmack un Sambo Quimbo
    du 21° siècle pour  nier le génocide sanitaire
    Aveugle qui ne comprend pas que, depuis 1961 et la mort de Lumumba, depuis 1963 et la mort de Sylvanus Olympio, depuis le 15 octobre 1987 et la mort de Thomas Sankara, depuis décembre 2010 et le coup d’Etat Ouattara-Sarkozy-Obama, BanKiMoon….et la mort de tant d’autres, c’est une guerre qui est menée par la Franceàfric contre ses esclaves de ses Territoires Occupés !
    Les salaires de 50 euros par moi versés par Vincent Bolloré au Cameroun, ces salaires esclavagistes sont bel et bien le fait de Français….
    La Franceàfric ce sont des esclavagistes qui payent UN VINGTIÈME (1/20°) du salaire minimum français…
    Vous écrivez :
     »Le mal africain vient des africains eux même. Le tribalisme, le népotisme, la corruption, le détournement des biens publics, l’absence de liberté, l’injustice, la dictature,…. sont ils des œuvres de la France en Afrique ? »
    Bien évidemment !
    Les gangsters en Afrique ne sont jamais arrêtés !
    Les gangsters en Afrique sont les gouvernements eux-mêmes !
    Le mal en Afrique vient des Africains harkis et de leurs bases sociales compradores.
     »Et pourquoi rester toujours derrière la France si l’Afrique sait que la France l’empêche d’évoluer? quelle hypocrisie ! »
    La Franceàfric, il faut la CHASSER de l’Afrique ! Chasser toutes les troupes esclavagistes, arrêter les harkis et faire AFRICATION de toute l’économie.
    Quant à la question
    « où est ce que la France vous a interdit de coopérer avec tel ou tel pays?
    depuis quand tourner vers les pays asiatiques est devenu un risque? »
    le complot contre Moussa Dadis Camara en est a preuve ! Il est interdit de négocier avec la Chine !!!
    et Sékou Touré fut victime de dizaines de complots !!!
    "vous vous enfermez psychologique et après vous dites c’est la faute à la France."
    Que la Franceàfric dégage, que les Africains se PAYENT un SMIC égal de 1000 euros par mois…. et qu’ils AUGMENTENT le PRIX des exportations en conséquence….. ON VERRA L’ETAT DE L’ECONOMIE DE LA FRANCE !!!
     »Le jour où les africains diront c’est de notre faute, c’est de notre responsabilité alors commencera une ère nouvelle pour l’Afrique car une mauvais diagnostic conduit toujours à une mauvaise analyse et aboutit inexorablement à une mauvaise solution. »
    Ce que votre texte ne DIT PAS….. c’est que c’est la FORMOISIE COMPRADORE qui est constamment à PERPETUER la présence de la Franceàfric !!!!
    SUPPLEMENTS
    La vidéo où Thomas Sankara accuse François Mitterrrand de complicité avec les criminels esclavagistes d’Afrique du Sud.
    Le texte originel signé pseudo-Jerry
    Arrêter de considérer que le mal africain vient de la France.
    Le mal africain vient des africains eux même. Le tribalisme, le népotisme, la corruption, le détournement des biens publics, l’absence de liberté, l’injustice, la dictature,…. sont ils des œuvres de la France en Afrique ?
    Et pourquoi rester toujours derrière la France si l’Afrique sait que la France l’empêche d’évoluer? quelle hypocrisie !
    où est ce que la France vous a interdit de coopérer avec tel ou tel pays?
    depuis quand tourner vers les pays asiatiques est devenu un risque?
    vous vous enfermez psychologique et après vous dites c’est la faute à la France.
    Le jour où les africains diront c’est de notre faute, c’est de notre responsabilité alors commencera une ère nouvelle pour l’Afrique car une mauvais diagnostic conduit toujours à une mauvaise analyse et aboutit inexorablement à une mauvaise solution.

    0 0

    Floyd Dent raconte son histoire aux médias
    mercredi au bureau de son avocat à Novi,
    dans le Michigan.
     (AP Photo / Detroit Nouvelles, Clarence Tabb Jr.)

    présentation Yanick Toutain
    27/3/15

    Il n'y a pas qu'à Ferguson ou au Havre que les policiers racistes cognent ou tuent tous ceux qui ont une apparence africaine.
    A Détroit aussi.
    Mais aux USA contrairement à la France les scandales racistes parviennent dans la colonnes des médias nationaux.
    Les morts de Abdoulaye Camara ou de Mohammed Rahji ne seraient pas laissées dans l'ombre comme le mort de Ferguson ou comme cette agression commise contre Floyd Dent


    Source : Washington Post Video shows police beating unarmed black man during traffic stop (traduction Google)

    Dashcam video from Jan. 28 shows an Inkster police officer punching Floyd Dent in the head while another officer tries to handcuff him. (Inkster Police Department)
    Elahe Izadi (Washington Post)" La caméra du tableau de bord a pris des images vidéos de Floyd Dent ouvrant la porte de sa voiture. Bientôt, un officier l'a sorti de la voiture et l'a jeté sur le trottoir. Un autre officier fait à Dent ce qui ressemblait à un étranglement et à plusieurs reprises l'a frappé à la tête.Beaucoup d'autres policiers sont arrivés et ont utilisé un pistolet paralysant sur l'homme de Detroit à trois reprises avant de l'arrêter. Son visage a été ensanglanté alors qu'il n'était pas armé. La police a dit que Dent a tenté de leur échapper et a résisté à son arrestation, et ils l'ont également accusé de possession de cocaïne crack."
    (...) "Dent nie avoir mordu l'officier. La vidéo montre un officier tenter de menotter les mains de Dent derrière son dos, mais une mais est restée libre.

    "Alors qu'il me battait, je essayais de protéger mon visage avec mon bras droit," a dit Dent, selon le journal Detroit News. «Je leur ai dit que je ne pouvais pas respirer. Il ne cessait de m'étouffer ".

    Dent affirme également que la police a caché elle-même du crack [de la drogue] dans sa voiture. Un juge a rejeté toutes les accusations contre Dent, y compris d'avoir résisté à son arrestation, mais l'accusation concernant la drogue est restée et il fait réponre à une convocation le 1° avril devant la Cour, à laquelle il envisage de plaider non coupable.(...)


    Elahe Izadi est un reporter national d'affectation générale pour le Washington Post.

    LIRE AUSSI

    mercredi 18 février 2015




    2 Ferguson au Havre ! Rassemblement en souvenir d'Abdoulaye Camara devant l'Hôtel de Ville samedi 21 février 14h



    En effet, les deux victimes Mohamed Rajhi 41 ans et Abdoulaye Camara 31 ans avaient des liens familiaux


    Hommage A Abdoulaye Camara ça fait 1 mois que le procureur refuse de donner les élément du dossier au juge sans raison valable il respecte pas le droit pénal ce n'est que hier que le juge a reçu tous  les éléments du dossier. L'enquête va commencer




    LIRE AUSSI

    vendredi 20 février 2015


    0 0


    présentation Yanick Toutain
    REVACTU
    28/3/15
    POST SCRIPTUM 28/3 12h35
     Jean-François Chazerans
     "déplacement d'office dans la zone de remplacement des Deux-Sèvres ».

    Il serait rattaché au lycée Jean-Moulin de Thouars. 



    Commentaire censuré par l'Express

    "Quand on voit que Jean-François Chazerans (prof de philo anti fasciste anti terroriste anti impérialiste ) a passé 8 heures en garde à vue, on comprend que cette loi est un pas en avant de plus vers la dictature. AQMI a reçu 58 millions de dollars de la part de Sarkozy et de Hollande. La véritable apologie elle est dans ce financement (dénoncé par le New York Times) http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/02/jean-francois-chazerans-les-jihadistes.html http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/2015/02/27/video-jf-chazerans-secoue-par-sa-garde-vue-664209.html Pour le financement voici des extraits du Times http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/01/qui-finance-al-qaeda-ansardine-boko.html"

    Il n'y a plus de médias libres en France. Ce ne sont plus que des auxiliaires de l'Etat esclavagiste. La censure règne partout ! Depuis Médiapart jusqu'à l'Obs, depuis le Figaro jusqu'à l'Express, nulle part la véritable liberté d'expression n'est garantie.
    De rares sites comme Mondafrique tentent de faire connaître la vérité sur les crimes de la France en Afrique.
    Le harcèlement contre Jean-François Chazerans ou contre des enfants de 8 ans va de pair avec le soutien et le financement aux terroristes !

    Voici le courriel de "justification" reçu par l'auteur
    Bonjour, 

    Votre message posté le 16.03.15 17h48 a été modéré car il ne respectait pas la charte de modération de L'Express.fr. 
    Pour plus d'informations sur notre politique de modération, vous pouvez lire notre charte des commentaires.
    Bien à vous,L'équipe de modération
    moderation@lexpress.fr 
    Ps : pour rappel, le texte de votre article était:
    --------------------------------------- Quand on voit que Jean-François Chazerans (prof de philo anti fasciste anti terroriste anti impérialiste ) a passé 8 heures en garde à vue, on comprend que cette loi est un pas en avant de plus vers la dictature. AQMI a reçu 58 millions de dollars de la part de Sarkozy et de Hollande. La véritable apologie elle est dans ce financement (dénoncé par le New York Times) http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/02/jean-francois-chazerans-les-jihadistes.html http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/2015/02/27/video-jf-chazerans-secoue-par-sa-garde-vue-664209.html Pour le financement voici des extraits du Times http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/01/qui-finance-al-qaeda-ansardine-boko.html
    POST SCRIPTUM : on apprend ceci à l'instant
    Le professeur de philosophie au lycée Victor-Hugo, à Poitiers, suspecté d'avoir« tenu des propos inadéquats en classe », après l'attentat de Charlie Hebdo, s'est vu « infliger », c'est le terme, hier par courrier, un « déplacement d'office dans la zone de remplacement des Deux-Sèvres »." Cette décision est scandaleuse "Il serait rattaché au lycée Jean-Moulin de Thouars.  La Nouvelle République

    Loading...
    0 0

    presentation Yanick Toutain

    REVACTU
    28th march 2015



    David Harvey believe in dark matter but Dark matter is a elucubration "darker" than nothing!


    "We know how gas and stars react to these cosmic crashes and where they emerge from the wreckage," lead author David Harvey of the École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) in Switzerland said in a statement . "Comparing how dark matter behaves can help us to narrow down what it actually is."
    Washington Post puts the spotlight on nothingness and people believing in fantasies 

    Dark matter is apparently ‘darker’ than we thought


    I gave the answers before

    MARDI 27 MARS 2012


    SAMEDI 14 AVRIL 2012


    It was sufficient to use the basic equations of Isaac Newton (X GM / R ^ 3 and Y GM / R ^ 3) to obtain the values ​​of tangential and centripetal accelerations experienced by a galaxy of stars. Set colors, it was evident that the stars of the periphery had higher speeds (V² = acceleration x radius).
    Dark matter was a chimera useless : the concepts of "NEUTRAL ZONE" and "BAND EFFECT BAND" were enough to understand why the central stars of galaxies do not react like the central planets of the solar system. .... For a simple reason: They are attracted on all sides when Mercury is drawn to one side.
    So these are the stars located in the periphery, attracted only one side, they undergo centripetal acceleration the greatest.
    It was enough to return to Newton !









    THE CLIP

    Isaac Newton VS 
    Fritz Zwicky -Vera Rubin

    (no dark matter)

    2012 04 30

    first video test

    by Yanick Toutain
    The following animation 
    has been realized with
    the monochromic 
    photography of a galaxy.
    The source of the colored image
    is Wikipedia's propandist entry
    in favor of the swindle 
    of dark matter
    It's sufficient to use 
    Newton's basis equations
    GM X / R^3 et GM Y / R^3 
    to obtain 
    the gravitational deviation
    received by each star 
    from the totality of 
    the others stars of the galaxy.

    Then, the equality 
    speed = SQR (acceleration * radius) 
    enabled to give a good evaluation
    of the revolution speed of 
    all the stars (high speeds symbolized
    in red then yellow , 
    middle speeds in green, 
    small in blue then violet)
    It's easy to see that the 
    most red zones - quickest - 
    are in the periphery

    And the most mauve, 
    the lowest, in the center.
    No mystery : The (neoNewtonian) 
    concepts of "neutral zone", 
    of ""band effect" almost 
    allowed to easily understand 
    why the central stars
    were decelerated. We even could 
    begin to understand - I did in that 
    30th of march - the accentuation
    of the spiral arms.
    It was sufficient to consider that the 
    calculated speeds were constants
    to be able to obtain a first 
    approximation of the trajectory 
    of all the stars.
    (being agreed that each movement 
    of each star modified the received 
    gravitation and, then, 
    the speed of each star.)

    We are going 
    to begin
    by going back
    in the past.

    The calculated revolution 
    speeds will allow us 
    to make the galaxy 
    going round clockwise.
    We see the spiral arms 
    “destroying” themselves .... 
    or rather .... the stage 
    preceding their FORMATION...
    At this stage, we can suppose
    that the elliptic galaxies 
    are the "mothers" 
    of the spiral galaxies. 

    …. we go back in the 
    chronological direction...
    On these images, it is visible
    that the slowest stars (in mauve) 
    and the faster stars 
    (in yellow and in red ) 
    are dividing ….
    ...and it's this division 
    that contribute to form 
    the spiral arms.
    Here, we see that the great
    speed of the most “gravitated” 
    stars make the spiral arms
    roll themselves up.
    Then we can suppose that this
    – more and more marked - 
    rolling of the spiral arms....
    .... will destroy them 

    (by the disappearance of
    the empty zones and the
    end of the “band effect” 
    which accelerated some stars)
    .
    ...and, therefore, suppose that 
    these spiral galaxies will 
    RE-transform themselves 
    in ordinaries elliptic galaxies....
    The forms
    “elliptic”
    or
    “spiraled”
    – therefore - would be
    the TWO SUCCESSIVE STATES
    of the same galaxies...
    Only some particular forms
    ("Hoag's_object" by example)
    would have a 
    highest stability ….
    … and, then, not to know
    this cyclical transformation 
    elliptic form 
    ==> 
    spiral form
    ==> 
    elliptic form......
     
    After the concepts of 
    “neutral zone” , 
    “band effect” …. the author,
    simultaneously to some 
    drafts of animated images...
    … like this 
    "Hoag's object" .....
    ... the author has returned to 
    the data of Stacy McGauch
    to confront them (without any 
    fundamental result for now) 
    to his “true equation of the 
    helio-planetary gravitation “.....
    ... Another fundamental 
    result has been found... 
    but it concerns the absolute
    moving (in the Newtonian
    meaning of the term... 
    i.e. “objective” )...
    Indeed, Monday April 9th 
    in the morning (at 4:...am ..) , 
    I have succeeded, at last, 
    to make run without any bug 
    the program (in freeware 
    Qbasic language 2006) 
    I worked on since several 
    tenth hours...
    Therefore, I have been able 
    to establish that the translation
    of the Galaxy at a speed near
    of this of the Aïn Al Rami 
    hypothesis would have measurable 
    effects on the revolution speeds...
    Galaxy's translation= c/8t
    Galaxy's translation= c/16
    Galaxy's translation= c/32
    Galaxy's translation= c/64
     
    The visible dissymmetry on the four
    successive images C/8 C/16 C/32 and C/64
    shows that the absolute translation of the
    galaxy has for consequence to REDUCE 
    the revolution speeds of the stars located 
    BEFORE and to INCREASE these 
    revolution speeds for the stars located 
    BEHIND. The explanation of this is always 
    the escape of the receiver from the signal 
    or its projection in its direction...
    We can even compare the effects of an (absurd) zero speed …..
    …. to those of a speed near of the 5011 km/s 
    of the Aïn Al Rami hypothesis …. look at the 
    blue and mauve zones which has slipped onto the right ….
    This dissymmetry can (strongly
    possibly) be the first cause of the
    formation of the bands (some empty 
    zones between the agglomerations 
    of stars) and then ... the first cause
    of the formation ….of the spirals
    .....inside all the elliptic galaxies 
    having homogeneous densities...
    THE REVANGE OF THE ABSOLUTE SPEEDS OF YOUNG ISAAC NEWTON !!!
    The verification will be easy :
    For the galaxies having a trajectory
    parallel to the axis connecting us to the star Aïn Al Rami , the blue-shifts of the stars BEHIND will be higher than the redshifts of the stars BEFORE the translation.
    (the stars behind approaches to us quicker than the others goes away)
    Such an empirical report will be the GRAVEDIGGER of the einsteinist, poincareist and machist swindles which sabotage the science since more a century....

    WE SHALL WIN !!!!
    THE TOOLS 

    The main : the splendid FREEBASIC 2006 
    All animated images done with it !!!!
    ++++++
    FreeBASIC is a free, 32-bit BASIC compiler for Windows (32-bit), protected-mode DOS, and Linux (x86). It began as an attempt to create a code-compatible, free alternative to Microsoft QuickBASIC, but has quickly grown into a powerful development tool, already including support for libraries such as Allegro, SDL, OpenGL, Gtk, the Windows API and many others with its default installation.

    Aside from having a syntax the most compatible possible with MS-QuickBASIC, FreeBASIC introduces several new features such as pointers, unsigned data types, inline-assembly, a pre-processor and many others.

    FreeBASIC is a self-hosting compiler (that's it, written in FreeBASIC), and was developed by V1ctor.
    FBIde 0.4.6
    an open-source IDE for the FreeBASIC compiler
    (www.freebasic.net)
    made using c++ with wxWidgets and the scintilla text control

    credits:
    programmers
    VonGodric - head programmer, project administrator and founder of the project
    dumbledore - code exporting and formatting routines
    Madedog - internationalization (i18n) modules
    THE TOOLS : spreadsheet OPEN OFFICE et solver TI 92 Texas Instrument 
    Editing : using Windows Movie Maker version with bug sur ACER !!! : No recording possible !!! 
    Music FTGCAE-FAJEAE (gratuity of the immaterial) "Universe Love" 1987-2004 
    "Near the evening" 1971 -2004 
    "The noise of the tearing" 1993-2005 
    sounds: Roland VSC 3.2 
    Programming MIDI and compositions : Yanick Toutain with Orchestra Plus 

    Thanks to Vincent and Mamadou for the ears and the pertinent questions !
    ALL THE DETAILS ON THE BLOGS
    'REVOLISATION'
    AND 
    'REVOLISATION ACTU'
    (#REVACTU)


    0 0

    Abdoulaye Camara
    avec son petit frère, il y a 6 ans

    présentation Yanick Toutain
    17/3/15

    Cette police qui menaçait Abdoulaye Camara, c'est cette même police havraise qui nous a interpellé le 28 juillet 2014 Julie Amadis et l'auteur de cet article. La BAC nous a interpellé 22 jours après le délai de prescription avec des faux en écritures du procureur Nachbar.
    Cette même police qui a tiré sur le frère de Abdourahmane Camara.
    Faux en écritures que ce procureur voyou du Havre a réitéré pour une convocation (de Julie Amadis seule) à un procès truqué dont on attend encore le résultat...
    Faux en écritures que la Cour de Cassation laisse circuler !!!
    Une police qui ne nous a toujours pas expliqué de quoi est mort en garde à vue le client de Joué Club en août - Mohamed Rajhi 31 ans.
    On attend que le juge d'instruction Marc Hedrich ait le courage de demander à de vrais policiers d'enquêter sur les agissements du réseau raciste du Havre. En particulier sur cette brigade canine qui assassina en décembre celui qu'elle menaçait depuis plus d'un an.
    Voici l'article du frère de la victime - Abdourahmane Camara :

    "On aura ta peau !" Depuis plus d'un an, Abdoulaye Camara se disait menacé par la Brigade canine du Havre

    par Abdourahmane P. Camara
    12/3/2015

    Mort tué de 10 balles le 16 décembre 2014, Abdoulaye Camara avait parlé à sa famille et à des amis des menaces que lui faisaient les policiers de la Brigade canine.
    Depuis plus d'un an Abdoulaye me répétait souvent :
    "La police me piste""Ils me disent "On aura ta peau".
     Je lui disais
    "Tu délires, tu deviens parano"
    Je lui demandais :
    "Pourquoi ils font ça ? Tu fais pas de bizness" ....
    Il me répétait .. plusieurs fois. :
    "Quand ils me contrôlent dans la rue... j'étais avec des amis ils me contrôlent et me prennent à part de mes amis.... Il me disent "on aura ta peau t'inquiète pas allez tu peux partir...."
    Quand j'essayais de lui demander des explications, il ne savait pas pourquoi :
    "Je sais pas ? Pour casser les couilles..... à chaque fois je sors de chez moi je les croise toujours la canine et la BAC ils me pistent......"

    "ON AURA TA PEAU" LES AMIS DE ABDOULAYE
     L'ONT AUSSI ENTENDU SE PLAINDRE 

    Plusieurs amis qui connaissent également Abdoulaye m'ont répété la même chose avec les mêmes mots "On aura ta peau"
    "Ton frère nous a dit plusieurs fois qu'il était pisté par les keuf et quand il était contrôlé ils lui disaient "on aura ta peau"

    On attend que la police - une vraie police - viennent relever les empreintes des agresseurs du 15 décembre dans l'appartement de Abdoulaye.
    On attend que la  police montre toutes les vidéos du quartier le jour de l'assassinat de Abdoulaye.
    On attend que la police interroge les témoins qui ont entendu Abdoulaye dire être menacé par la Brigade Canine.
    On attend que la police retrouve la trace de ceux qui se sont vanté d'être allé agresser Abdoulaye le 15 décembre au soir.
    On attend que la police et la justice viennent rectifier tous les mensonges du procureur Nachbar et nous explique pourquoi celui-ci a affirmé des choses contraires à la vérité.
    On attend les excuses des médias qui, sachant que ce procureur était un faussaire dans d'autres affaires (en particulier concernant Julie Amadis et Yanick Toutain) ont répété sans aucune vérification tous les mensonges de ce procureur.

    0 0



    par Yanick Toutain
    18/3/15
     "Ce PV, côté "D104", est truffé d'inexactitudes, au point que la cour d'appel de Versailles ordonne, le 26 octobre 2012, l'audition de tous les flics présents cette nuit-là. Le 27 mai 2013, le brigadier V. (...)   est alors totalement affirmatif : « J'ai bien participé à cette surveillance. [en Seine-et-Marne,]
     » Il détaille son emploi du temps : entre 23 h 40 et 5 h 55, il assure avoir été positionné « sur des points de passage possibles » de la fameuse Mercedes." (...) "Cette même nuit du 7 au 8 novembre 2008, à 3 h 13 précisément, le brigadier Stéphane V. dresse pourtant un tout autre procès-verbal ! On y lit : « Etant au service,(...) à Levailois-Perret (Hauts-de-seine), le rédacteur de ce PV était donc au même moment à quelques centaines de bornes, en Seine-et-Marne 
    (Didier Hassoux Canard Enchaîné) 


    PLAINTE POUR
     "TÉMOIGNAGE MENSONGER SOUS SERMENT"
    CONTRE LE POLICIER DE L'ANTI-TERRORISME ,
    LE BRIGADIER STEPHANE V. 

    La lutte contre le terrorisme est un farce criminelle.
    Les vrais terroristes - que ce soit la clique Ouattara-Soro-Dozos au pouvoir en Côte d'Ivoire ou leurs homologues islamofascistes Ansar Eddine, Boko Haram, DAECH etc...., ce sont tous des marionnettes financées, protégées et dirigées par les gouvernements impérialistes de la bourgeoisie esclavagiste. A commencer par Hollande, Valls, Le Drian, Fabius, Taubira et leurs homologues étasuniens, britanniques, allemands etc....
    Le pire des criminels de l'agression contre le Mali est protégé par Serval-Barkhane Hollande après avoir été hébergé - impuni - par le tyran du Burkina Faso, Blaise Compaoré, au 11° étage d'un hôtel de luxe de Ouagadougou.
    C'est le même criminel qui est actuellement protégé près de Kidal par les troupes d'occupation impérialistes au Nord Mali.

    VENDREDI 20 FÉVRIER 2015




    EN 2007 LE TERRORISTE IYAD AG GHALI RECU PAR
    L'AMBASSADEUR TERENCE McCULLEY A BAMAKO
    APPELAIT LES USA A ENVAHIR LE NORD-MALI

    Ce même criminel Iyad Ag Ghali avait été reçu par l'ambassadeur des USA à Bamako.
    Iyad ag Ghali, the leader of the Tuareg rebel Alliance 
    for Democracy and Change (ADC), met with the Ambassador on
    May 30 (Source Wikileaks cables)
    Les enfants élèves de l'école Hollande-Ag Ghali
     vont apprendre eux-aussi à assassiner comme
     leur professeur le fit le 24 janvier 2012 à Aguel Hoc
    En 2007, comme on peut le lire dans un câble fuité du département d’Etat, il s’est même fendu d’une visite à l’ambassade des Etats-Unis à Bamako, où il a rencontré l’ambassadeur de l’époque, Terence McCulley.
    «Parlant avec une voix douce, réservé, Ag Ghali n’a rien montré du personnage de guerrier insensible créé par la presse malienne», note le câble.
    On y lit également qu’Ag Ghali, «apparemment fatigué», sollicita une aide militaire américaine dans le cadre d’opérations spéciales contre AQMI.
    Malgré ses efforts pour imposer la charia, Ag Ghali avoua à l’ambassadeur des Etats-Unis que «l’un des points faibles d’AQMI était que peu d’habitants du nord du Mali adhéraient à son idéologie extrémiste».
    Son aptitude à dresser chaque camp contre l’autre est depuis longtemps l’une de ses caractéristiques les plus notoires, et contribue à accentuer l’aura de mystère qu’il cultive autour de son personnage. (Slate Afrique)

    LES FLICS PERSECUTENT LES ANTI-TERRORISTES
    JULIEN COUPAT ET YLDUNE LEVY AVEC DES MENSONGES

    Les flics qui sont chargés de la prétendue lutte anti-terroriste sont des menteurs.
    C'est ce que Didier Hassoux dans le Canard Enchaîné d'aujourd'hui vient confirmer une nouvelle fois : Pour surveiller Julien Coupat le brigadier de l'antiterrorisme se trouvait en Seine-et-Marne et dans les Hauts-de-Seine en même temps ! Au même moment, à 3h13 du matin le 8 novembre 2008.
    Cette farce n'est que le sommet de l'iceberg géant du mensonge.

    Deux flics pour le prix d'un (par Didier Hassoux Canard Enchaîné)

    "Si tous les flics étaient comme lui, la police ne serait plus en sous-effectif. Le brigadier Stéphane V. (1) est un as de l'ubiquité, une sorte de Flash Gordon de la maison poulaga. Ses extraordinaires qualités lui valent cependant d'être visé par une plainte, déposée le 16 janvier, pour « témoignage mensonger sous serment ». Il encourt 5 ans de taule et 75 000 euros d'amende. Une plaisanterie, pour un super-héros de l'antiterrorisme ! 
    Dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008, le brigadier est affecté à la surveillance de deux drôles de zigotos Lui, Julien Coupat, et elle, Yldune Lévy, sont soupçonnés d'être des terroristes en puissance. Cette nuit-là, au fin fond de la Seine-et-Marne, les poulets sont une douzaine à filer leur vieille Mercedes, le long de la ligne TGV Est, dont on les suspecte de vouloir saboter les caténaires. 

    Nuit au poste 

    Après leur folle virée nocturne, les policiers rédigent un procès-verbal de surveillance. C'est le lieutenant M. qui tient la plume. Il note, en particulier, la présence de son collègue Stéphane V Le document atterrit sur le bureau du juge antiterroriste Thierry Fragnoli chargé de l'enquête. Ce PV, côté "D104", est truffé d'inexactitudes, au point que la cour d'appel de Versailles ordonne, le 26 octobre 2012, l'audition de tous les flics présents cette nuit-là. Le 27 mai 2013, le brigadier V. est entendu par l'Inspection générale de la police nationale. Il est alors totalement affirmatif : « J'ai bien participé à cette surveillance.» Il détaille son emploi du temps : entre 23 h 40 et 5 h 55, il assure avoir été positionné « sur des points de passage possibles » de la fameuse Mercedes."

    LA DEUXIEME PARTIE DE L'ARTICLE DEMONTE TOUS LES MENSONGES PRECEDENTS DU FLIC "ANTITERRORISTE"

    "Cette même nuit du 7 au 8 novembre 2008, à 3 h 13 précisément, le brigadier Stéphane V. dresse pourtant un tout autre procès-verbal ! On y lit : « Etant au service, sommes informés ce jour, à l'heure figurant sur l'en-tête du présent, qu'en raison de l'acheminement de matière radioactives entre la Hague (Seine-Maritime (sic) et Gorleben (Allemagne) C. ..), des contrôles d'identité ont été mis en place (...). » Le « service » en question se trouvant à Levailois-Perret (Hauts-de-seine), le rédacteur de ce PV était donc au même moment à quelques centaines de bornes, en Seine-et-Marne Effectivement, un superpoulet... Le ministre a bien quelques décorations en réserve ? "
    Didier Hassoux 
    (1) Dont l'identité est protégée par le « secret-défense » ! 
    Le mensonge est le premier outil des dictatures 
    En Côte d'Ivoire, les terroristes, ils sont au pouvoir. Ils n'ont cessé de commettre leurs crimes de 2002 à 2011. Soutenus par Chirac, Sarkozy, Bush, Obama et Hollande.
    Ceux qui ont soutenu ces terroristes criminels - comme Jean-Marie Bourry de l'ONUCI - sont soutenus par les juges voyous de France, les procureurs voyous et leur ministre voyou Christiane Taubira : leurs faux en écritures sont même validés par la Cour d'Appel de Bordeaux.
    Les juges voyous pour soutenir le terrorisme en Côte d'Ivoire vont même jusqu'à fabriquer eux-mêmes des faux en écritures publiques !

    TRAFIC D'OR DE L'ONUCI POUR FINANCER LES TERRORISTES

    Celui qui protégeait les terroristes assassins du 16 décembre 2010 - Jean-Marie Bourry - devra répondre aussi du financement par trafics d'or illégaux de ces mêmes terroristes.


    MERCREDI 4 DÉCEMBRE 2013



    Jean-Marie Bourry et les trafics d'or de l'ONUCI pour financer le coup d'Etat contre le président Gbagbo

    LES VERITABLES MOTIFS DU BARBOUZE ONUCI JEAN-MARIE BOURRY, IL NE DEMANDA PAS AUX JUGES VOYOUS DE FAIRE CONDAMNER CET ARTICLE QUI DEMASQUAIT SES ACTIVITES MAFIEUSES, MAIS UN AUTRE ARTICLE..... QUE PERSONNE N'AVAIT LU !!!
    Armement à prix d'or


    Cet héroïque canardage, qui, selon l'Élysée, laissait entrevoir une reddition rapide de Gbagbo, risque pourtant de laisser des traces profondes. Et une situation difficilement gérable à Abidjan. D'abord parce que Ouattara pourrait pâtir, dans cette ville majoritairement acquise à Gbagbo, de son image de protégé de la France et des pays riches. L'armement de ses troupes. son équipement tout neuf ont suscité l'étonnement des Ivoiriens. Si l'aide du Burkina et du Nigeria est reconnue, d'autres pistes de financement apparaissent. Selon des témoignages et des documents obtenus par « Le Canard », des proches de Ouattara ont monnayé, en 2009 et en 2010, d'importantes quantités d'or extraites des mines du Nord. Plusieurs tonnes ont été acheminées au Ghana voisin sous couvert de véhicules de... l'ONU. Puis envoyées, par petites quantités, à Anvers (Belgique) pour y être transformées. A l'état de poudre, cet or a été négocié à plus de 15 000 euros le kilo.
    Il est vrai que les terroristes au pouvoir condamne la femme du président à 20 ans de prison et les résistants à payer 1,47 milliards d'euros....

    FINANCEMENT DU TERRORISME : 
    HOLLANDE SARKOZY 58 MILLIONS POUR AQMI

    Le financement des terroristes ? C'est la France de Hollande qui a battu les records : 58 millions de dollars versés à Al Qaeda (AQMI).


    LUNDI 19 JANVIER 2015



    Qui finance Al Qaeda, Ansardine, Boko Haram ? France a versé 45 millions d'euros à Al Qaeda et Hollande 20 millions à Ansardine

    TABLEAU NEW YORK TIMES  (Rukmini Callimachi)














    Combien chaque pays a payé Al Qaeda

    Total Montant total payé à Al Qaeda et ses filiales en rançons depuis 2008 pour les kidnapping recensés(dollars 2014).


    France
    $58.1 million
    Qatar et Oman
    $20.4 million
    Suisse 
    $12.4 million
    Espagne
    $11.0 million
    Autriche 
    $3.2 million
    Source non déterminée
    $21.4 million


    HOLLANDE ET SARKOZY SONT LES PRINCIPAUX FINANCIERS DES TERRORISTES

    2 DOCUMENTS NEW YORK TIMES



    Paying Ransoms, Europe Bankrolls Qaeda Terror

    Le soutien aux terroristes ? Blaise Compaoré protégeait MNLA et Ansar Eddine au Burkina Faso : c'est Hollande lui-même qui a envoyé un hélicoptère pour exfiltrer ce protecteur du terrorisme en Afrique !

    MARDI 4 NOVEMBRE 2014

    L'assassin a été protégé par ses donneurs d'ordre.
    Un hélicoptère français, probablement des forces spéciales basées à Ouagadougou, est envoyé sur les lieux, a appris Jeune Afrique de sources diplomatiques concordantes. L'appareil exfiltre Blaise Compaoré et quelques proches, tandis que la majeure partie des membres du convoi est laissée sur place pour des raisons logistiques, avant de se diriger nuitamment vers le Bénin.L'ancien président est ainsi héliporté vers Fada N'Gourma, à une centaine de kilomètres dans l'est du Burkina. Là, une piste d'atterrissage a permis à un avion français venu de Côte d'Ivoire de se poser. Le groupe embarque à son bord et décolle en direction de Yamoussoukro, où il arrivera en fin d'après-midi.

    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Crise au Burkina | Exclusif. Burkina : comment la France a exfiltré Blaise Compaoré | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook
    Hollande avait donc menti une fois de plus !
    "Cette évacuation, nous ne l’avons pas faite nous-mêmes, mais nous avons fait en sorte qu’elle puisse se faire sans drame", avait-il seulement expliqué.
    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Crise au Burkina | Exclusif. Burkina : comment la France a exfiltré Blaise Compaoré | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook
    Celui qui avait été mis en place par Jacques Foccart en construisant un complot qui mélait Houphouet Boigny, Kadhafi, et Charles Taylor était le chef esclavagiste de la région.
    Pour le compte de la Franceàfric
    Protecteur des criminels qui avaient attaqué le Mali en janvier 2012, Compaoré avait hébergé le MNLA et Iyad Ag Ghali qui logeait à Ouagadougou quand les militaires français faisaient semblant de le chercher dans le nord Mali
    Compaoré fut l'agent de la Franceàfric pour pourrir la Côte d'Ivoire.
    C'est lui qui tenait les ficelles de IB et du commando invisible, de Soro et Ouattara, de toutes les agressions contre la CIV depuis 2002 !
    C'est à 50 kilomètres de la capitale que le parrain Hollande de la mafia esclavagiste envoya chercher son mercenaire local
    Blaise Compaoré quitte le palais de Kosyam vers midi, le vendredi 31 octobre. Déjà en contact avec les autorités françaises, il prend la direction de Pô, dans un convoi de 28 véhicules civils, sous escorte militaire. Il n'aura cependant jamais le temps d'atteindre son fief du sud.
    Averti que la population l'y attend, le convoi est arrêté dans la région de Manga et de Nobéré à environ cinquante kilomètres au nord de Pô.

    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Crise au Burkina | Exclusif. Burkina : comment la France a exfiltré Blaise Compaoré | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook



    Tout ce cirque contre des prétendus ennemis fabriqués et financés par les impérialistes eux-mêmes vise à la mise en oeuvre d'un COUP D'ETAT RAMPANT
    On apprenait hier dans le Figaro de nouvelles mesures de surveillance des citoyens
    Les opérateurs télécoms et les sites Internet vont devoir participer plus activement à la lutte contre le terrorisme en France. 
    Le projet de loi renseignement présenté jeudi, qui étend le champ de l'interception des communications électroniques, réserve plusieurs surprises aux intermédiaires techniques dont Le Figaro dévoile le contenu.
    Les acteurs du Net et des télécoms participent déjà à l'identification de personnes suspectées de terrorisme. La loi les oblige à conserver leurs données de connexion et à les transmettre sur requête aux services administratifs de renseignement. Le délai de conservation de ces informations sera porté de un à cinq ans une fois les renseignements recueillis.
    Le projet de loi va plus loin. Dans son article 3, le texte permet aux enquêteurs d'obtenir un «recueil immédiat, sur les réseaux des opérateurs» des données de connexion des suspects. De même, il veut contraindre les intermédiaires à «détecter, par un traitement automatique, une succession suspecte de données de connexion». Les fournisseurs d'accès à Internet, mais aussi aux plates-formes comme Google, Facebook, Apple ou Twitter, pourraient devoir déceler eux-mêmes des comportements suspects, en fonction d'instructions qu'ils auront reçues, et transmettre ces résultats aux enquêteurs. Le texte ne le précise pas, mais il pourrait s'agir de connexions fréquentes sur des pages surveillées.
    Une autorisation du premier ministre
    Les opérateurs télécoms et les sites Internet ayant une activité en France devront se plier à cette obligation de surveillance après accord du premier ministre, c'est-à-dire sans passage devant un juge. L'anonymat des personnes identifiées sera levé «en cas de révélation d'une menace terroriste», prévoit le texte. Cette obligation de surveillance est une manière de durcir la loi antiterroriste du 13 novembre 2014, qui avait retenu, dans les éléments signalant une entreprise de terrorisme individuelle, «la consultation habituelle de sites Internet appelant à la commission d'actes de terrorisme».
    Le projet de loi renseignement aborde aussi sur les obligations à la charge des opérateurs et des plates-formes «en matière de déchiffrement des données». Plus que jamais, la France veut disposer des clés permettant de lire des conversations interceptées, même si elles sont protégées. Lors de son voyage dans la Silicon Valley pour rencontrer les géants du Web en février, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait indiqué qu'il s'agissait d'une «question centrale» dans les demandes des États.
    Le projet de loi prévoit également que les entreprises du Web et des télécoms devront être en mesure de respecter le secret de la défense nationale, pour s'assurer que leurs échanges avec les autorités ne seront pas dévoilés. Les locaux de ces entreprises pourront aussi être contrôlés par les membres et les agents de la nouvelle Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), l'autorité administrative indépendante qui sera créée.
    Des amendements sur le statut des hébergeurs
    Toutes ces mesures devront aider les enquêteurs à détecter les internautes suspectés de préparer des actions terroristes, estime le gouvernement. Le ministre de l'Intérieur, qui regrette une trop faible collaboration des acteurs d'Internet, a plusieurs fois indiqué que «90 % de ceux qui basculent dans des activités terroristes en Europe le font après avoir fréquenté Internet». Ce chiffre, issu d'une enquête sur un nombre réduit de familles, est cependant contesté.
    La France est aussi à la manœuvre pour inciter les géants du Net à retirer plus rapidement des contenus faisant l'apologie du terrorisme, comme ils s'y sont engagés à l'occasion du déplacement de Bernard Cazeneuve aux États-Unis. Une réunion d'étape doit se tenir en avril à Paris. Le projet de loi renseignement pourrait encore évoluer sur la question de la responsabilité des hébergeurs Internet, avec le dépôt d'amendements pour leur faire respecter de nouvelles obligations plus fermes. Ce sujet fait l'objet de discussions au sein des ministères.

    L'avocat Rubin Sfadj commente ces mesures sur son blog :


    Rubin Sfadj :
    "Les mesures proposées portent une atteinte sérieuse au respect de la vie privée que les citoyens sont en droit d’attendre de leur prochain et surtout de l’État. Cette règle se place au sommet de la hiérarchie des normes pour une raison simple : si l’État peut inspecter à tout moment ce que les citoyens communiquent, écrivent ou même pensent, l’application de la règle de droit devient pour le moins déséquilibrée.
    Quant à la procédure envisagée, elle constitue sans conteste une entorse importante au principe de séparation des pouvoirs, puisqu’elle met l’application et le contrôle de la règle entre des mains sinon identiques, du moins intimement liées, puisque toutes deux filles de l’exécutif". (
    Qu’est-ce que la démocratie ? (Ou une analyse préliminaire de la loi Renseignement) le 18 mars 2015 14H05 | par Rubin)

    MINUSMA PROTECTEURS DU TERRORISTE MOHAMED ALY AG WADOUSSENE QUI A ENLEVE SERGE LAZAREVIC

    Toutes ces mesures fascistes sont ridicules quand on sait que les terroristes agissent au vu et au su de toute l'armée française.
    Le terroriste Mohamed Aly Ag Wadoussène qui a enlevé Serge Lazarevic a
    "accepté de rencontrer de rencontrer des émissaires de la MINUSMA".
    Non vous ne rêvez pas : celui qui est coupable de séquestration et dont la libération des prisons de Bamako par IBK sur demande de Hollande avait scandalisé tout le Mali fait des "rencontres" avec les troupes d'occupation de l'ONU " !!!  

    MINUSMA PROTECTEURS DES TERRORISTES
     ASSASSINS DU 24 JANVIER 2012

    Dans Jeune Afrique du 8 mars on lit
    "Les leaders des groupes armés du Nord-Mali [Il s'agit ici des terroristes assassins qui tuèrent 82 militaires maliens antifascistes le 24 janvier 2012] , les chefs traditionnels et les représentants de la société civile se réunissent ce 10 mars à Kidal...."
    On voit donc les assassins du 24 janvier 2012 se pavaner tranquillement sous protection Serval-Barkhane et MINUSMA.
    Le titre de l'article est révélateur : "Casse-tête logistique pour la MINUSMA".

    Casse-tête logistique pour la Minusma 
    Les leaders des groupes armés du Nord-Mali, les chefs traditionnels et les représentants de la société civile se réunissent ce 10 mars à Kidal, fief de la rébellion touarègue, pour décider s'il convient de parapher le pré­accord de paix conclu le 1er mars à Alger. Il a fallu pour cela surmonter de redoutables difficultés logistiques.
    Désireux d'aboutir à un large consensus, Bilal Ag Acherif, chef du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), souhaitait inviter le plus grand nombre possible de personnalités. Il avait donc sollicité l'aide de Mongi Hamdi, patron de la Minusma. Sa requête ayant été acceptée, des délégations devaient être conduites à Gao par des avions onusiens à partir de Nouakchott, Ouagadougou et Niamey, puis gagner Kidal par hélicoptère.
    Seul problème : le 6 mars, les groupes rebelles n'avaient toujours pas communiqué la liste de leurs invités, suscitant chez les responsables onusiens une certaine fébrilité.


    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Mali | Mali : réunion cruciale à Kidal et casse-tête pour la Minusma | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
    Les prétendus libérateurs du pays sont les protecteurs des terroristes agresseurs de janvier 2012 !!!  

    Le lecteur pourra lire en détail sur Revactu les mille et unes activités criminelles des troupes d'occupation Serval Barkhane MINUSMA qui ont imposé aux Maliens le retour des assassins du 24 janvier 2012 : MNLA et Ansar Eddine de Iyad Ag Ghali.
    Après le modèle algérien des années 90, après le financement officiel de la CIA (et de Hillary Clinton qui s'en revendique) des terroristes islamofascistes Ben Laden, Al Qaeda etc...
    Après le financement par le Qatar et l"Arabie Saoudite de tous les psychopathes islamofascistes de la planète - y inclus DAECH
    Après que la Turquie ait envoyé des officiers encadrer DAECH..... etc etc.....


    UNE VASTE CONSPIRATION SUR LE MODELE NORTHWOODS


    Tout ce qui concerne le terrorisme est la mise en oeuvre d'une vaste conspiration sur le modèle du plan criminel Northwoods de 1962


    (Wikipédia) L'opération Northwoods est un projet d'opérations militaires clandestines sous fausse bannière destinées à manipuler l'opinion publique. Il s'agissait de blesser ou tuer des citoyens américains pour ensuite accuser les Cubains et envahir leur pays.
    Conçu par des chefs de l'état-major américain de leur propre initiative, ce projet d'opération fut proposé à l'exécutif américain en 1962 (Administration Kennedy), qui le rejeta. Il ne fut jamais mis à exécution.
    L'opération consistait, dans le contexte de la guerre froide, en l'organisation d'une série d'actions d'intoxications pour justifier aux yeux de l'opinion américaine une intervention militaire contre Cuba et obtenir l'appui diplomatique, voire militaire, des nations occidentales, le Royaume-Uni en particulier1. La commission d'attentats sur des cibles situées aux États-Unis par lesforces armées américaines elles-mêmes de manière à en imputer la responsabilité au régime cubain, était envisagée.
    (...)

    Le contenu du plan

    Le plan conçu par Craig consistait à faire subir des dommages aux biens et personnels américains civil et/ou militaire, suffisamment importants pour susciter une forte indignation dirigée contre Fidel Castro et son régime. Ainsi, il était prévu3 de :
    • lancer des rumeurs en utilisant des radios clandestines,
    • faire entrer des Cubains alliés en uniforme dans la base de Guantanamo,
    • simuler des émeutes près de l'entrée de la base,
    • faire exploser des munitions à l'intérieur de la base et provoquer des incendies,
    • saboter un avion et des navires de la base de Guantanamo,
    • bombarder la base avec des obus de mortier,
    Il était par ailleurs envisagé4 de :
    • couler un navire de guerre américain dans les eaux territoriales cubaines avec la présence proche de navires ou avions cubains aux fins d'imputation5,
    • simuler des funérailles pour les fausses victimes,
    • mener une campagne terroriste communiste cubaine contre les exilés cubains de Floride en organisant des attentats contre eux « en allant même jusqu'à leur infliger des blessures dans les cas à publiciser largement »; couler, réellement ou en simulation, une embarcation de réfugiés fuyant le régime castriste. De faux agents cubains auraient été arrêtés et contraints aux aveux afin d'exhiber des preuves, des bombes auraient explosé dans des endroits bien choisis. De faux documents compromettants préétablis auraient été diffusés,
    • violer l'espace aérien d'États voisins avec de faux avions cubains.
    • simuler la destruction d'un avion charter, d'une compagnie aérienne détenue en sous-main par la CIA, dont les passagers, des étudiants en vacances, auraient été transférés sur un avion similaire puis le drone serait allé exploser vide sur Cuba tout en envoyant des messages radio indiquant une attaque par un chasseur cubain6.
    En plus de ces projets, le ministère de la Défense avança plusieurs idées d'opérations, telle l'opération Coup vicieux, partie d'un ensemble de projets baptisé « opération Mongoose »7, qui envisageait un possible accident du vol Mercury devant envoyer dans l'espace John Glenn et prévoyait d'en rendre les Cubains responsables à l'aide de preuves préfabriquées établissant des interférences électroniques.
    Conscient de la difficulté dans un État démocratique comme les États-Unis de maintenir le secret de telles opérations, l'état-major interarmes insistait sur la nécessité de limiter la participation aux personnes de totale confiance8

    Pour les naïfs qui prétendrait que la France serait vaccinée contre de telles méthodes de "fausse bannière" : Pendant le Front Populaire, l'extrême-droite patronale française assassina deux policiers pour ensuite tenter d'accuser le parti communiste du crime.


    • Le 11 septembre 1937, le groupement CSAR (plus connu sous le sobriquet de La Cagoule) provoque un attentat à la bombe contre la Confédération générale du patronat français (4, rue de Presbourg à Paris) et l'Union des industries et métiers de la métallurgie, pour faire accuser les communistes. Deux agents de police, en faction devant les bâtiments, sont tués par l'explosion. L'enquête permet d'établir la responsabilité des membres de la cagoule clermontoise.


    Quant à la propagande de la ministre française de l'Education Najat-Vallaud Belkacem, elle n'est qu'un vaste rideau de fumée : celle-ci est une marionnette tenue par Hollande et Valls pour ses agressions commises contre ses propres enfants. Elle en avait fait l'aveu en mai 2014 et fut nommée ministre en août pour poursuivre les activistes anti-impérialistes, anti-Franceàfric, abolitionnistes et persécuter les enseignants qui luttent contre les violences à enfants commises par leurs collègues.
    Nommer une conspiratrice comme drapeau de la lutte anti-conspiration, est équivalent à nommer une agresseuse d'enfants comme ministre censée protéger les enfants des agressions.
    Son rôle principal consiste à monter des complots avec la ministre de la "justice" Taubira et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve pour détruire la réputation et les positions sociales et professionnelles des militants anti-terroristes.
    On s'attend à ce que tous ces braves gens-là militent pour donner le prix Nobel de la paix au rappeur Médine du Havre qui appelle à "crucifier les laïcards".




    COMPLEMENTS

    CONCERNANT Julien Coupat, on peut lire les articles du blog Monsyte
    Par exemple

    JEUDI 1 JANVIER 2009


    0 0

    Le terroriste islamofasciste Iyad Ag Ghali
    et son complice Djibril Bassolé
    envoyé par Blaise Compaoré


    par Yanick Toutain
    19/3/2015



    "Plusieurs personnalités de renom issues de la haute hiérarchie militaire, du gratin politique et du milieu des affaires défilent en longueur de journée. Djibril Bassolé, Francois Campaoré, Djenderé, Moustapha Chafi, le milliardaire Lancine Diawara le côtoient et le protègent. Chouchouté et cadeauté par l'entourage présidentiel immédiat, [le criminel terroriste islamofasciste] Iyad Ag Ghali est une pièce maîtresse du leadership du chef de l'état, Blaise Campaoré"
    Aguel Hoc 82 militaires
     maliens assassinés :
     les victimes du protégé de Djibril Bassolé


    Un grand débat agit le marigot les larbins Franceàfric de la bourgeoisie esclavagiste : le militaire Djibril Bassolé peut-il être le candidat du système pour succéder à l'assassin Blaise Compaoré.
    Adama Kiéma, coordonnateur du Comité des structures et associations pour la candidature de Djibrill Bassolé à la présidentielle de 2015, est contre l’exclusion des militaires de la politique. Et plus précisément contre les critiques sur la récente mise en disponibilité du Général Bassolé, qui s’apprête à prétendre au fauteuil présidentiel burkinabè.
    Naturellement, les véritables débats sont camouflés : le fait que ce sont les CDR qui sont les seuls organes légitimes après la chute de la dictature, le fait que la constitution Rectification de 1991 pleine du sang de Thomas Sankara est à jeter aux poubelles de Histoire pendant que ses auteurs devraient croupir en prison, le fait que seul un CNR avec des délégués révocables devraient gouverner le Burkina Faso.
    On est loin des états d'âme des gredins du sytème Compaoré.
    Mais c'est un autre débat qui est occculté : le fait que Djibril Bassolé fut, depuis 2012 le principal organisateur et protecteur des criminels terroristes du Mali. A commencer par Iyad Ag Ghali.
    Djibril Bassolé figurait en janvier 2013 dans la liste des invités de l'assassin :
    Selon une source autorisée, jointe par Les Afriques, Iyad Ag Ghali, (... ) Mollah de Kidal, 54 ans, patriarche respecté, à la fois craint et adulé par la communauté des Ifoghas où sa voix est prépondérante, vit dans une suite de luxe du 11 ème étage de l'hôtel Laico, un des bijoux du défunt guide libyen, Mouammar Khadaffi.  (Les Afriques 16/1/2013)
    Rappelons que Iyad Ag Ghali et son groupe Ansar Eddine sont les assassins du 24 janvier 2012. Les criminels associés aux narco-terroristes du MNLA qui assassinèrent 82 militaires maliens à Aguel Hoc.
    C'est ce criminel à qui Compaoré offrit protection et refuge à Ouagadougou.
    On vit là la preuve que Sarkozy puis Hollande étaient les maitres d'oeuvre des activités terroristes au Nord-Mali.
    S'empressaient autour de l'assassin tous les pantins de la Franceàfric, au 11° étage de l'hôtel Laïco.

    "C’est là qu’il {Iyad Ag Ghali] reçoit et consulte. Plusieurs personnalités de renom issues de la haute hiérarchie militaire, du gratin politique et du milieu des affaires défilent en longueur de journée. Djibril Bassolé, Francois Campaoré, Djenderé, Moustapha Chafi, le milliardaire Lancine Diawara le côtoient et le protègent. Chouchouté et cadeauté par l'entourage présidentiel immédiat, Iyad Ag Ghali est une pièce maîtresse du leadership du chef de l'état, Blaise Campaoré dans la géopolitique du no man 's land sahélien. Qui le tient, contrôle la nomenclature des chefs de guerre du Nord Mali. C'est le prix à payer, car tout le monde devra s'y accommoder. L'homme fort de Ouagadougou l'a si bien compris en devenant le tuteur attitré aux petits soins de celui qui est par ailleurs très écouté à Doha et à Riyad. " (Les Afriques 16/1/2013)
    Ces visites se deroulaient fin 2012 début 2013 et faisaient suite aux affrontements armés entre les criminels du MUJAO et de Ansar Eddine. Affrontements entre gredins qui succédèrent aux affrontements entre complices du MNLA et de Ansar Eddine.
    En Août 2012, Jeune Afrique - sans utiliser le vocabulaire adéquat contre ces narco-terroristes et leurs protecteurs de l'Elysée, de l'ONU et du régime Compaoré relatait la visite de Bassolé à son complice et protégé Iyad Ag Ghali
     [Djibril Bassolé] s'est surtout entretenu en tête à tête avec Iyad Ag Ghali, le leader d'Ansar Eddine, qui, il y a peu, voulait instaurer la charia. Le ministre lui a demandé de rompre avec Al-Qaïda, de respecter les droits de l'homme et de participer au processus de sortie de crise
    Voici comment se déroulait le 7 août 2012 la prétendue lutte anti-terroriste ! On y voit des assassins et leurs protecteurs négocier tranquillement.
    L'auteur de 82 crimes était traité par Djibril Bassolé en 2012 comme un individu fréquentable.


    Djibril Bassolé rencontre Iyad Ag Ghaly (G.), le 7 août, à Kidal, au Nord-Mali.
    Djibril Bassolé rencontre Iyad Ag Ghaly (G.), le 7 août, à Kidal, au Nord-Mali. © Romaric Hien/AFPLe ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, s'est rendu dans le Nord-Mali, le 7 août. Objectif : rallier les rebelles d'Ansar Eddine à une solution pacifique. Pas gagné...
    Est-ce la visite de la dernière chance ? En se rendant dans le Nord-Mali, le 7 août, le médiateur de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a en tout cas privilégié une solution politique à la crise. Préparée depuis plusieurs semaines par Moustapha Chafi et Gilbert Diendéré, conseillers du président burkinabè, cette visite a débuté à Gao. Arrivé tôt par avion militaire, Djibrill Bassolé a été accueilli par les hommes du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui contrôlent la ville depuis qu'ils en ont chassé le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA). Le ministre burkinabè des Affaires étrangères s'est d'abord rendu à l'hôpital pour faire le point sur la situation sanitaire et sociale, puis a rencontré les différents représentants des communautés de la ville (Touaregs, Songhaïs, Arabes...) et de la société civile. Au menu des discussions : les difficultés des populations et les conditions de vie imposées par le Mujao.
    Rompre avec Al-QaïdaEn fin de matinée, le médiateur s'est envolé pour Kidal, à 350 km au nord. Dans cet ancien fort colonial occupé par les islamistes d'Ansar Eddine, il a rencontré des notables comme le chef traditionnel de l'Adrar des Ifoghas, le vieil Intalla Ag Attaher. Il s'est surtout entretenu en tête à tête avec Iyad Ag Ghali, le leader d'Ansar Eddine, qui, il y a peu, voulait instaurer la charia. Le ministre lui a demandé de rompre avec Al-Qaïda, de respecter les droits de l'homme et de participer au processus de sortie de crise. Auront probablement été abordées les conditions de son ralliement à une issue pacifique. Différentes solutions sont à l'étude : s'il n'est pas question d'indépendance pour le Nord-Mali, l'autonomie et la régionalisation peuvent faire l'objet de discussions. Cette tournée n'empêche pas la Cedeao de peaufiner les préparatifs de la mise en place d'une force d'intervention africaine de plus de 3 300 hommes, qui pourrait recevoir le soutien logistique des Occidentaux dans le cadre d'une résolution des Nations unies. Si tu veux la paix, prépare la guerre... 

    Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Mali - Burkina Faso | Crise malienne : Djibrill Bassolé, médiateur des sables | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

    Mais nous savons depuis janvier 2015 avec des preuves que l'attaque de janvier 2012 avait été un complot organisé Sarkozy et les services secrets français.
    Aveux d'un dirigeant du MNLA


     "La France a demandé au MNLA de l’aider à faire déserter tous les combattants de l’Azawad qui étaient dans l’armée libyenne, pendant la guerre de Libye. (...)  Et en contrepartie, elle nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad. C’est l’accord qui a été conclu avant la guerre entre le MNLA et la France. Et immédiatement la guerre gagnée par le MNLA, la France a changé complètement de politique." 

    Quant à l'assassin du 24 janvier, il a maintenant une école de jeunes terroristes près de Kidal. Sous protection de l'armée de Hollande et de la MINUSMA !


    Les enfants élèves de l'école Hollande-Ag Ghali
     vont apprendre eux-aussi à assassiner comme
     leur professeur le fit le 24 janvier 2012 à Aguel Hoc

    VENDREDI 20 FÉVRIER 2015


    20M€ Hollande finance une école d'enfants terroristes au Mali "Nous formons ici les petits combattants du jihad" clame Iyad Ag Ghali l'assassin des 82 militaires maliens de Aguel Hoc le 24/1/2012






    COMPLEMENT
    UN WIKIPEDIA BIEN COMPLAISANT POUR LE COMPLICE DE TOUS LES CRIMES DE COMPAORE



    Général de Gendarmerie Djibrill Bassolé (né le 30 novembre 1957 à NounaBurkina Faso) est un homme politique burkinabè. Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale du Burkina Faso depuis le11 juin 2007.
    Il est du 11 janvier 1999 au 12 janvier 2000, vice-ministre de la Sécurité, il en devient titulaire le 12 novembre2000 jusqu'à sa nomination aux Affaires étrangères le 11 juin 2007. Promu général de gendarmerie en avril 2014.

    0 0


    The European stratum of the Parasites
    sent Christopher Colombus to
    kill 95% of the Awonians
    by Yanick Toutain
    March 31, 2015



    "Before the beginning of the new-making,
    Awonawilona
     (the Maker and Container of All, the All-father Father),
    solely had being.
    There was nothing else whatsoever
    throughout the great space of the ages
    save everywhere black darkness in it,
    and everywhere void desolation."

    In our analysis about the inhabitant of the continent stupidly called "America", we shall escape the vocabulary of genocidal invaders (and their word "Indians" or "Native Americans") using the name of "Awonawilona"

    Awinalona the "(the Maker and Container of All, the All-father Father") 
    " (The beginning of a Newness: A Zuni Creation Legend "Thirteen Annual Report of The Bureau of American Ethnology, 1895 in Élise Marienstras Indian resistance to the US)
    We will replace the words "Indians or Native Americans" with "Awonians" (contraction Awonawiloniens)
    If another word was needed, it substitute word would be substituted for the word "Awonian"

    The Awonians are the descendants of Asian explorers who crossed the Bering Strait and being installed - and Pacific explorers.
    Some among them are, after Viking explorations or after 1492, as the descendants of invaders - aggressive or explorers - came from the East Coast.

    The status of Awonians - in reality and in the western-imperialist ideological consciousness is parasitized by the Smitho Marxist ideology.
    The absurdity of the setting in the darkness of the ancestral stock of the alleged innovations and labor-value as the sole source of wealth gives the status of a feature Awonians totally undervalued.
    The construction of a post-Marxist science, a real historical materialism, the construction of a scientific Humanology will oversee "Indian studies" in a conceptual corpus totally new.
    Even proto-concepts and factual compilations snippets are already registered bulk materials for this construction.

    TUESDAY, JUNE 10, 2014


    READ ANOTHER STUDY

    They exterminated 95% of Awoniens (American Indians, children Awonawilona) by Julie Amadis

    DOCUMENTATION

    DOCUMENT 2
    The Beginning of Newness
    This Zuni story of creation was recorded by Frank Cushing, a white ethnologist who lived among the Zuni from 1879 to 1881. Cushing’s informants told the excerp ted narrative that follows in their native language, which Cushing understood and translated into English. Zuni were among the native southwestern people who were encountered by Coronado and other sixteenth-century Spanish explorers. They had contact with Catholic missionaries throughout much of their subsequent history. When this tale was recorded, about 1,700 surviving Zuni inhabited a single large pueblo in New Mexico. (Frank Hamilton Cushing, "Outlines of Zuni Creation Myths," Report of the Bureau of American Ethnology 32 (1891-92) [1896]}

    A Zuni Origin Narrative
    Before the beginning of the new-making, Awonawilona (the Maker and Container of All, the All-father Father), solely had being. There was nothing else whatsoever throughout the great space of the ages save everywhere black darkness in it, and everywhere void desolation.
    In the beginning of the new-made, Awonawilona conceived within himself and thought outward in space, whereby mists of increase, steams potent of growth, were evolved and uplifted. Thus, by means of his innate knowledge, the All-container made himself in person and form of the Sun whom we hold to be our father and who thus came to exist and appear. With his appearance came the brightening of the spaces with light, and with the brightening of the spaces the great mist-clouds were thickened together and fell, whereby was evolved water in water; yea, and the world-holding sea.
    With his substance of flesh outdrawn from the surface of his person, the Sun-father formed the seed-stuff of twain worlds, impregnating therewith the great waters, and lo! in the heat of his light these waters of the sea grew green and scums rose upon them, waxing wide and weighty until, behold! they became the "Four-fold Containing Mother-earth," and the "All-covering Father-sky."
    From the lying together of these twain upon the great world waters, so vitalizing, terrestrial life was conceived; whence began all beings of earth, men and the creatures, in the Four-fold womb of the World.
    Thereupon the Earth-mother repulsed the Sky-father, growing big and sinking deep into the embrace of the waters below, thus separating from the Sky-father in the embrace of the waters above How," said they to one another, "shall our children, when brought forth, know one place from another, even by the white light of the Sun-father?"
    Now like all the surpassing beings the Earth-mother and the Sky-father were changeable, even as smoke in the wind; transmutable at thought, manifesting themselves in any form at will, like as dancers may by mask-making.
    Thus, as a man and woman, spake they, one to the other. "Behold!" said the Earth-mother as a great terraced bowl appeared at hand and within it water, "this is as upon me the homes of my tiny children shall be. On the rim of each world-country they wander in, terraced mountains shall stand, making in one region many, whereby country shall be known from country, and within each, place from place. Behold, again!" said she as she spat on the water and rapidly smote and stirred it with her fingers. Foam formed, gathering about the terraced rim, mounting higher and higher. "Yea," said she, "and from my bosom they shall draw nourishment, for in such as this shall they find the substance of life whence we were ourselves sustained, for see!" Then with her warm breath she blew across the terraces; white flecks of the foam broke away, and, floating over above the water, were shattered by the cold breath of the Sky-father attending, and forthwith shed downward abundantly fine mist and spray! "Even so, shall white clouds float up from the great waters at the borders of the world, and clustering about the mountain terraces of the horizons be borne aloft and abroad by the breaths of the surpassing of soul-beings, and of the children, and shall hardened and broken be by thy cold, shedding downward, in rain-spray, the water of life, even into the hollow places of my lap! For therein chiefly shall nestle our children mankind and creature-kind, for warmth in thy coldness."
    Lo! even the trees on high mountains near the clouds and the Sky-father crouch low toward the Earth-mother for warmth and protection! Warm is the Earth-mother, cold the Sky-father, even as woman is the warm, man the cold being!
    "Even so!" said the Sky-father; "Yet not alone shalt thou helpful be unto our children, for behold!" and he spread his hand abroad with the palm downward and into all the wrinkles and crevices thereof he set the semblance of shining yellow corn grains; in the dark of the early world-dawn they gleamed like sparks of fire, and moved as his hand was moved over the bowl, shining up from and also moving in the depths of the water therein. "See!" said he, pointing to the seven grains clasped by his thumb and four fingers, "by such shall our children be guided; for behold, when the Sun-father is not nigh, and thy terraces are as the dark itself (being all hidden therein), then shall our children be guided by lights – like to these lights of all the six regions turning round the midmost one–as in and around the midmost place, where these our children shall abide, lie all the other regions of space! Yea! and even as these grains gleam up from the water, so shall seed-grains like to them, yet numberless, spring up from thy bosom when touched by my waters, to nourish our children." Thus and in other ways many devised they for their offspring. Anon in the nethermost of the four cave-wombs of the world, the seed of men and the creatures took form and increased; even as within eggs in warm places worms speedily appear, which growing, presently burst their shells and become as may happen, birds, tadpoles or serpents, so did men and all creatures grow manifoldly and multiply in many kinds. . . . Everywhere were unfinished creatures, crawling like reptiles one over another in filth and black darkness, crowding thickly together and treading each other, one spitting on another or doing other indecency, insomuch that loud became their murmurings and lamentations, until many among them sought to escape, growing wiser and more manlike.
    Then did the Sun-father take counsel within himself, and casting his glance downward espied, on the great waters, a Foam-cap near to the Earth-mother. With his beam he impregnated and with his heat incubated the Foam-cap, whereupon she gave birth to the Beloved Twain,... first the Beloved Preceder, then the Beloved Follower, Twin brothers of Light, yet Elder and Younger, the Right and the Left, like to question and answer in deciding and doing. To them the Sun-father imparted, still retaining, control-thought and his own knowledge-wisdom, even as to the offspring of wise parents their knowingness is imparted and as to his right hand and his left hand a skillful man gives craft freely surrendering not his knowledge. He gave them himself and their mother the Foam-cap, the great cloud-bow, and for arrows the thunderbolts of the four quarters.. . , and for the buckler the fog-making shield, which (spun of the floating clouds and spray and woven, as of the cotton we spin and weave) supports as on wind, yet hides (as a shadow hides) its bearer, defending also. And of men and all creatures he gave them the fathership and dominion, also as a man gives over the control of his work to the management of his hands. Well instructed of the Sun-father, they lifted the Sky-father with their great cloud-bow into the vault of the high zenith, that the earth might become warm and thus fitter for their children, men and creatures. Then.., they sped backward swiftly on their floating fogshield, westward to the Mountain of Generation. With their magic knives of the thunderbolt they spread open the uncleft depths of the mountain, and still on their cloud-shield – even as a spider in her web descendeth –so descended they unerringly, into the dark of the under-world. There they abode with men and the creatures, attending them, coming to know them, and becoming known of them as masters and fathers, thus seeking the ways for leading them forth.
    QUESTIONS
    What was the source of life? • What were the differences between Earth-mother and Sky-father? • Where did the moon and stars come from?
    How were human beings created? • Where did they obtain their knowledge, and how did they provide for themselves?

    FROM the site faculty.humanities.uci.edu/tcthorne/colonialhistory/creationmyths



    ANCIENT AMERICABEFORE 1492 



    presentation of the documentation 
    Native Americans explained who they were and how they came to be with stories, shaped and reshaped in countless tellings. Some of the stories told by North American tribes were heard by curious European settlers in the sixteenth and seventeenth centuries. Many others were written down by professional anthropologists in the nineteenth and twentieth centuries. Those stories, polished and modified over the centuries, are as close as we will ever get to understanding what ancient Americans thought about their origins. The following stories from three North American tribes reveal more than views of the distant past: They also disclose a great deal about those who told them and those who listened to them.

    Loading...

older | 1 | .... | 9 | 10 | (Page 11) | 12 | 13 | .... | 36 | newer


Loading...