Quantcast
Loading...
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)
Loading...

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Loading...

Channel Description:

Pour une REVolution de civiLISATION

older | 1 | .... | 15 | 16 | (Page 17) | 18 | 19 | .... | 36 | newer

    0 0

    par Yanick Toutain
     REVACTU
     3/7/2015

     Ces juges sont indignes de sièger : ils viennent de rétablir l'esclavage.


    Arrêt n° 619 du 3 juillet 2015 (14-21.323) - Cour de cassation - Assemblée plénière - ECLI:FR:CCASS:2015:AP00619
    Attendu que, pour refuser la transcription, l’arrêt retient qu’il existe un faisceau de preuves de nature à caractériser l’existence d’un processus frauduleux, comportant une convention de gestation pour le compte d’autrui conclue entre M. X... et Mme Z... ;
    Qu’en statuant ainsi, alors qu’elle n’avait pas constaté que l’acte était irrégulier, falsifié ou que les faits qui y étaient déclarés ne correspondaient pas à la réalité, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;
    PAR CES MOTIFS :
    CASSE et ANNULE, mais seulement en ce qu’il rejette la demande de transcription de l’acte de naissance de K. X..., l’arrêt rendu le 15 avril 2014, entre les parties, par la cour d’appel de Rennes ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Paris ;

    Président : M. Louvel, premier présidentRapporteur : M. Soulard, conseiller, assisté de Mme Norguin, greffier en chef au service de documentation, des études et du rapportAvocat général : M. Marin, procureur généralAvocat(s)  : SCP Monod, Colin et Stoclet ; SCP Meir-Bourdeau et Lécuyer ; SCP Spinosi et Sureau
    Et le second tout autant esclavagiste !

    Arrêt n° 620 du 3 juillet 2015 (15-50.002) - Cour de cassation - Assemblée plénière - ECLI:FR:CCASS:2015:AP00620

    (...) Mais attendu qu’ayant constaté que l’acte de naissance n’était ni irrégulier ni falsifié et que les faits qui y étaient déclarés correspondaient à la réalité, la cour d’appel en a déduit à bon droit que la convention de gestation pour autrui conclue entre M. Y... et Mme A... ne faisait pas obstacle à la transcription de l’acte de naissance ; que le moyen n’est pas fondé ;
    PAR CES MOTIFS :REJETTE le pourvoi ;


    Président : M. Louvel, premier présidentRapporteur : M. Soulard, conseiller, assisté de Mme Norguin, greffier en chef au service de documentation, des études et du rapportAvocat général : M. Marin, procureur généralAvocat(s)  : SCP Masse-DesseThouvenin et Coudray ; SCP Spinosi et Sureau, avocat du Défenseur des droits (SOURCE)
    Pas "irrégulier" ?

    La vente d'enfants est autorisée puisque l'acheteur peut créer une filiation avec son esclave acheté !
    Avant même que les juges voyous ne valident l'esclavage de enfants avec vente et achat, on pouvait anticiper cette crapulerie des barbares :

    IL FAUT QUE LE PEUPLE FORME DES GROUPES DE 25 POUR DESIGNER DES DELEGUES DE BASE 1 POUR 25



    CE 3 JUILLET 2015 à 14h on apprend ! 
    Ce sont des juges voyous ! Ils ont osé !









    COMPLEMENTS

    MARDI 27 JANVIER 2015


    Faux en écritures publiques: Est-ce que la Cour de Cassation et le Conseil d'Etat autorisent les juges voyous à multiplier un total par 671 pour obtenir condamnation ?

    Escroquerie Bourry 183 visites d'un article
     vont être multiplié par 671
    pour devenir un faux en écritures publiques 
    Michael Janas 122848 visites au 15 novembre 2011
    présentation Yanick Toutain
    27/1/2015


    Cela fait 4 ans et deux mois qu'un réseau de juges voyous, de policiers faussaires et barbouzes, de procureur délinquant (agresseur de témoin, protecteur d'agresseurs d'enfants et auteurs de faux en écritures à fin de poursuites) bafouent impunément la justice la plus élémentaires.
    Le premier faux a été fabriqué le 15 novembre 2011, 11 mois après l'attaque terroriste de la RTI à Abidjan par les marionnettes du barbouze putschiste Jean-Marie Bourry. Ce faux a été fabriqué pour servir à une plainte en diffamation prescrite (8 mois plus tôt) à l'encontre d'un article publié le 2 janvier 2011.

    MARDI 13 JANVIER 2015


    Une Cour de Cassation qui laisse les faux en écritures publiques (15 ans de réclusion) circuler impunément en France mais qui casse un jugement AZF pour manque d'impartialité de la juge Maryse Le Men Regnier

    par Yanick Toutain
    RevActu


    13/1/15

    "Les peines sont portées à quinze ans de réclusion criminelle et à 225000 euros d'amende lorsque le faux ou l'usage de faux est commis par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public agissant dans l'exercice de ses fonctions ou de sa mission."
    (Code Pénal)



    Après la révolution, personne n'accusera NOS juges délégués révocables (nos JDR) de RECEL ou de FABRICATION de faux en écritures publiques sans que DANS L'HEURE la question ne soit réglée.....  soit par l'interpellation de l'ACCUSATEUR soit par l'interpellation du CRIMINEL FAUSSAIRE receleur ou auteur de faux.
    Surtout si l'auteur en question est une JUGE ou un PROCUREUR
    Vincent Lamanda
    ex-président d'une Cour de Cassation
    complice des faux en écritures
    de la Cour d'Appel de Bordeaux
    et du TGI d'Angoulême
    En France, les JUGE VOYOUS FAUSSAIRES, les PROCUREURS VOYOUS FAUSSAIRES sont comme les RIBAFASCISTES TERRORISTES..... en liberté !!!
    Ils se promènent tranquillement, voyagent tranquillement, font tranquillement des études d'infirmiers (pas pour les femmes... leur bigoterie leur interdit !), vont tranquillement assassiner !
    Gilbert Azibert
    juge voyou
    procureur voyou
    complice de Sarkozy-Qatar
    protégé par l'Etat voyou
    Les juges faussaires n'assassinent pas.... pas eux-mêmes !
    Ils se contentent de FABRIQUER des FAUX pour PROTEGER LES ASSASSINS

    VOICI L'ARTICLE DE LOI QUI FAIRE RIGOLER TOUS LES JUGES VOYOUS DE FRANCE ET DE NAVARRE


    LIRE AUSSI

    LUNDI 5 JANVIER 2015


    Christiane Taubira marraine et protectrice de 3 juges voyous faussaires et d'un procureur agresseur et auteur de faux en écritures


    Christiane Taubira et ses trois juges voyous
    Robert Miori, Bernard Ors et Michael Janas
    rédigeant des faux en écritures pour faire gagner 31000€
     au barbouze ONUCI Jean-Marie Bourry
    dans cette tentative d'escroquerie en bande organisée
    Il manque sur l'image le procureur FrancisNachbar 
    LA MINISTRE DE LA JUSTICE CHRISTIANE TAUBIRA PROTEGE TROIS JUGES DELINQUANTS AUTEURS ET RECELEURS DE FAUX EN ECRITURES
    ROBERT MIORI BERNARD ORS ET MICHAEL JANAS
    C'est sous son égide et avec sa haute protection (délictuelle) que les jugements délictuels de septembre 2012 TGI Angoulême, février 2013 (C App Bordeaux), juillet 2013 (C App Bordeaux) (et jugements annexes) ont été commis par ses juges mercenaires à l'aide de faux en écritures destinés à étayer une abusive plainte en atteinte à la vie privée (maquillage d'une première plainte en diffamation de novembre 2011contre un article RevActu du 2/1/2011  prescrite pour avoir été déposée 11 mois après)

    LA MINISTRE DELINQUANTE CHRISTIANE TAUBIRA TENTE D'AGGRAVER LES PERSECUTIONS CONTRE JULIE AMADIS ET MOI-MEME EN LANCANT UNE NOUVELLE PROCEDURE ABUSIVE COMMISE PAR SON MERCENAIRE MULTI-DELINQUANT PROCUREUR FRANCIS NACHBAR DU HAVRE


    ROBERT MIORI AUTEUR ET RECELEUR DE FAUX EN ECRITURES PUBLIQUES en tant que juge à la Cour d'Appel de Bordeaux
    BERNARD ORS AUTEUR ET RECELEUR DE FAUX EN ECRITURES PUBLIQUES en tant que juge à la Cour d'Appel de Bordeaux
    MICHAEL JANAS AUTEUR ET RECELEUR DE FAUX EN ECRITURES PUBLIQUES en tant que juge à président du TGI d'Angoulême
    AU SERVICE DE L'ESCROC JEAN-MARIE BOURRY BARBOUZE ONUCI

    0 0

    Escroquerie Bourry 183 visites d'un article
     vont être multiplié par 671
    pour devenir un faux en écritures publiques 
    Michael Janas 122848 visites au 15 novembre 2011
    par Yanick Toutain

    REVACTU
    3/7/2015

    MARDI 9 JUILLET 2013


    Y ajoutant en cause d’appel :Ordonne à M Toutain et à Mme Amadis de supprimer toute référence à MBourry sur le site internet http:// revalorisationactu.blogspot.fr/2011/01/jeanmarie-bourry-criminel-fasciste.html dont en particulier son nom, sa date denaissance, sa nationalité, sa situation familiale, son activité et son parcoursprofessionnel ainsi que les trois photos sur lesquelles il apparaît.


    Depuis novembre 2011 et la fabrication des premier faux en écritures publiques par le commissaire Jean-Marie Bourry et son avocat voyou Jean-François Changeur, cela fait 3 ans et demi qu'un réseau fasciste bafoue la loi.
    Sous la bienveillante protection des juges voyous de la Cour de Cassation !

    3 ANNÉES DE HARCÈLEMENT BOURRY-NACHBAR-SARKOZY-HOLLANDE FRANCEÀFRIC ONUCI OMERTA76



    La Cour de Cassation vient de confirmer son statut : elle crache sur la loi !!



    VENDREDI 3 JUILLET 2015


    GPA Il faut DEGAGER les juges voyous esclavagistes de la Cour de Cassation, les remplacer par des JDR, les déchoir de leurs droits parentaux et les condamner

    par Yanick Toutain
     REVACTU
     3/7/2015

     Ces juges sont indignes de sièger : ils viennent de rétablir l'esclavage


    MARDI 27 JANVIER 2015


    Faux en écritures publiques: Est-ce que la Cour de Cassation et le Conseil d'Etat autorisent les juges voyous à multiplier un total par 671 pour obtenir condamnation ?

    Escroquerie Bourry 183 visites d'un article
     vont être multiplié par 671
    pour devenir un faux en écritures publiques 
    Michael Janas 122848 visites au 15 novembre 2011
    présentation Yanick Toutain
    27/1/2015


    Cela fait 4 ans et deux mois qu'un réseau de juges voyous, de policiers faussaires et barbouzes, de procureur délinquant (agresseur de témoin, protecteur d'agresseurs d'enfants et auteurs de faux en écritures à fin de poursuites) bafouent impunément la justice la plus élémentaires.
    Le premier faux a été fabriqué le 15 novembre 2011, 11 mois après l'attaque terroriste de la RTI à Abidjan par les marionnettes du barbouze putschiste Jean-Marie Bourry. Ce faux a été fabriqué pour servir à une plainte en diffamation prescrite (8 mois plus tôt) à l'encontre d'un article publié le 2 janvier 2011.

    0 0

    présentation Yanick Toutain
    REVACTU
    10/7/2015

    "Les unités de base du modèle sont les assemblées de quartier ou ‟conseils” comme on les appelle indifféremment.
    Il y une participation populaire dans les conseils, y compris de la part de personnes non-kurdes, et tandis que les assemblées de quartier sont fortes dans plusieurs provinces, « à Diyarbakir, la plus grande ville du Kurdistan turc, il y a des assemblées presque partout.
    (infra)»
    "

    Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseil de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava.
    (Bastamag)


    Que ce soit en France, en Syrie ou en Irak, les islamofascistes sont des agents de la bancocratie mondiale. Ces gens, au lieu de lutter pour un monde sans banques, conformément aux préceptes de la religion qu'ils prétendent propager, ne sont que des agents du capitalisme comme l'était le grand mufti de Jérusalem, Al Husseini, mercenaire de l'Empire Britannique puis du régime nazi pro-banques de Hitler.
    Comme le sont les Frères Musulmans agents de la Riba.
    En Syrie, leur principal ennemi n'était pas Assad mais celui qui s'opposait à Assad sur un programme héritier de Rosa Luxembourg : Omar Aziz.
    Assassiné médicalement dans les prisons de Assad.

    JEUDI 22 AOÛT 2013

    Omar Aziz: "Repose en victorieux" (traduction en français du texte de Budour Hassan)

    Omar Aziz dit un jour:
    «Nous avons fait mieux que les travailleurs
     de la Commune de Paris.
    Ils ont résisté pendant 70 jours
    et nous, nous tenons depuis un an et demi" (Budour Hassan)

    (...) Alors que la plupart des intellectuels laïques et modernistes ont pris une position ambigue ou passives et ont même dénoncé les manifestants dont les cortèges commençaient à marcher à partir de mosquées, Aziz et ses camarades ont créé le premier conseil local de Barzeh, à Damas. Les conseils locaux, une idée proposée et cristallisé par Aziz à la fin de 2011, sont des associations volontaires horizontales inspirées par les écrits de Rosa Luxemburg. Cette idée a ensuite été adoptée dans la plupart des zones libérées en Syrie.
    (...)
    Alors que la plupart des intellectuels laïques et modernistes ont pris une position ambigue ou passives et ont même dénoncé les manifestants dont les cortèges commençaient à marcher à partir de mosquées, Aziz et ses camarades ont créé le premier conseil local de Barzeh, à Damas. Les conseils locaux, une idée proposée et cristallisé par Aziz à la fin de 2011, sont des associations volontaires horizontales inspirées par les écrits de Rosa Luxemburg. Cette idée a ensuite été adoptée dans la plupart des zones libérées en Syrie.



    Au Kurdistan les médias impérialistes camouflent le fait que l'essentiel de la résistance est héritière des courants marxistes léninistes de gauche - ces courants para-égalistes qui s'inspirèrent des courants gauche de la Révolution Culturelle (une révolution égaliste égalitariste que Mao Tse Toung finit par trahir au profit de la formoisie.....qui muta en bourgeoisie des actions)
    Dans les territoires libérés, on commence à voir apparaitre des délégués révocables.
    Ces modes d'organisation doivent d'urgence être comparés à ceux de Thomas Sankara et de la révolution burkinabè du 4 août 1983

    JEUDI 4 DÉCEMBRE 2014

    "Il n'y a pas deux Burkina Faso. Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR. Il commence avec les CDR et finit avec les CDR" Thomas Sankara 1986

    Présentation 2014
    par Yanick Toutain
    RevActu
     4/12/14


    "Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu."
    Thomas Sankara 4 avril 1986

    "... beaucoup étaient venus pour fêter la disparition de ces fameux CDR.
    Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
    Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
    Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
    [Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
    [Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
    Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
    Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
    Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
    [Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.
    Il faut donc lire ce qui suit en ayant en tête la nécessité de construire un gouvernement mondial et donc la nécessité d'homogénéiser les modalités de désignation de ces délégués révocables.


    Comment s’organise maintenant la vie politique dans la région ?Michael Knapp : C’est complexe et dynamique à la fois. L’organisation s’adapte aux besoins. Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseil de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava. Les communautés s’organisent aussi en commissions à ces différentes niveaux, pour la sécurité, l’économie, la justice…
    Les commissions forment comme des ministères au niveau de la région. Les conseils sont toujours doubles, avec un conseil mixte et un conseil des femmes. Le conseil des femmes a droit de veto. Et dans tous les conseils mixtes, il y a une règle de parité, un quota de 40 % au moins pour chaque genre, et le principe d’une double direction, élue, avec une femme et un homme. Si dans une ville, il y a une communauté yézidie ou des communautés arabes, par exemple, ils ont aussi droit à une co-présidence dans les conseils. On a donc souvent une présidence de conseil triple voire quadruple.
    Parallèlement aux conseils, il existe un parlement, parce qu’il y a encore des gens qui sont membres de partis et qui doivent aussi pouvoir s’organiser et être représentés. Dans ce parlement, il y a les partis, mais une partie des sièges sont réservés à des organisations de la société civile, associations de défense des droits de l’homme, de la communauté yézidie… Malheureusement, il n’a pas encore été possible de tenir des élections au niveau de toute la région pour désigner par le vote les membres de ce Parlement, à cause de la guerre.
    D’où vient ce modèle de l’auto-organisation et de confédération démocratique ?Ercan Ayboğa : Des structures d’auto-organisation communalistes sont nées au Nord-Kurdistan, en Turquie, en 2007-2008. Ces expériences se sont ensuite transmises à Rojava à partir de 2011. Le projet de confédération lui-même vient du KCK (Union des communautés du Kurdistan), une branche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) créée en 2005. L’idée était de démocratiser le mouvement de libération kurde, de s’éloigner d’une structure de parti pour aller vers un mouvement porté par la société toute entière. Le mouvement a profité des héritages historiques comme la Commune de Paris (1871), mais surtout du mouvement zapatiste au Mexique. Avant, le PKK avait une démarche marxiste-léniniste. Le parti a lancé des discussions sur le « confédéralisme » démocratique au début des années 2000.

    Il faudrait recontacter Ercan Ayboğa pour avoir des précisions sur les modes de désignations des délégués: sont-ils clairement révocables à tout moment, sont-ils désignés selon le quota de 1 délégué pour 500 comme pour la révolution russe de 1905 et celles de Février 1917 et Octobre 1917 ?
    Ou bien le quota de 1 pour 25 utilisé en Espagne en 1936 est-il utilisé ?

    Il faudrait aussi propager les analyses actuelles de Ocalan

    Le nouveau PKK a déclenché une révolution sociale au Kurdistan

    Publié le 
    par 
    Par Rafael Taylor, militant socialiste libertaire et journaliste indépendant résidant à Melbourne. Il est également animateur de l’émission de radio “Floodgates Of Anarchy”, membre de l’ASF-IWA (AIT) et coordinateur de l’Alliance de la gauche libertaire à Melbourne.
    EXTRAIT
    La lutte des Kurdes, cependant, est loin d’être étroitement nationaliste. Dans les montagnes au-dessus d’Erbil, dans le cœur historique du Kurdistan qui serpente à travers les frontières de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie, une révolution sociale est née.
    La théorie du confédéralisme démocratique
    Au tournant du siècle, alors que le radical étatsunien Murray Bookchin avait échoué dans sa tentative de revitaliser le mouvement anarchiste contemporain avec sa philosophie de l’écologie sociale, Abdullah Öcalan, le fondateur et dirigeant du PKK, était arrêté au Kenya par les autorités turques et condamné à mort pour trahison. Dans les années qui suivirent, le vieil anarchiste gagnait un improbable adepte chez le militant endurci, dont l’organisation paramilitaire – le Parti des travailleurs du Kurdistan – est largement considérée comme une organisation terroriste pour mener une guerre violente de libération nationale contre la Turquie.
    Dans ses années de confinement solitaire – le leader du PKK se trouve derrière les barreaux depuis que sa peine a été commuée en réclusion à perpétuité – Öcalan a adopté une forme de socialisme libertaire si obscure que bien peu d’anarchistes en avaient entendu parler : le municipalisme libertaire de Bookchin. Öcalan a ensuite modifié, atténué et rebaptisé la vision de Bookchin sous le nom de « confédéralisme démocratique » avec le résultat que l’Union des Communautés du Kurdistan (Koma Civakên Kurdistan ou KCK), l’expérience territoriale du PKK d’une société libre basée sur la démocratie directe, est restée largement un secret pour la plupart des anarchistes, et plus encore, pour le grand public.
    Bien que la conversion d’Öcalan a été le point décisif, la renaissance plus large d’une littérature de gauche libertaire et indépendante a commencé à souffler dans les montagnes et à passer de main en main parmi la base du mouvement après l’effondrement de l’Union soviétique dans les années 1990. « (Ils) ont analysé des livres et des articles de philosophes, de féministes, de (néo)anarchistes, communistes libertaires, communalistes et écologistes sociaux. C’est ainsi que des écrivains comme Murray Bookchin (et d’autres) ont attiré leur attention », nous dit le militant kurde Ercan Ayboga.
    Öcalan s’est lancé, dans ses écrits de prison, dans un profond réexamen et une autocritique de la terrible violence, du dogmatisme, du culte de la personnalité et de l’autoritarisme qu’il avait favorisé : « Il est devenu clair que notre théorie, notre programme et notre praxis des années 1970 n’a rien produit d’autre qu’un séparatisme et une violence vaines, et, ce qui est pire encore, que le nationalisme auquel nous aurions dû nous opposer, nous a tous infestés. Même si nous étions opposés à ses principes et à sa rhétorique, nous l’avons néanmoins accepté comme inévitable ». Une fois que le leader incontesté, Öcalan a estimé que le « dogmatisme prospère sur des vérités abstraites qui deviennent des façons courantes de penser. Dès que vous mettez ces vérités générales en mots, vous vous sentez comme un grand prêtre au service de son dieu. C’est l’erreur que j’ai commise. »
    Öcalan, athée, a en fin de compte écrit comme un libre penseur, libéré de la mythologie marxiste-léniniste. Il a indiqué qu’il était à la recherche d’une « alternative au capitalisme » et d’un « remplacement du modèle en ruine du…‟socialisme réellement existant” » quand il a rencontré Bookchin. Sa théorie du confédéralisme démocratique s’est développée à partir d’une combinaison d’inspiration intellectuelle communaliste, de « mouvements comme les zapatistes » et d’autres facteurs historiques issus de la lutte au Kurdistan du Nord (Turquie). Öcalan a proclamé lui-même qu’il était un étudiant de Bookchin, et après l’échec d’une correspondance électronique avec le vieux théoricien, qui était à son grand regret trop malade en 2004 pour poursuivre un échange épistolaire depuis son lit de mort, le PKK lui a rendu hommage en déclarant qu’il était « l’un des plus grands chercheurs en sciences sociales du XXe siècle » à l’occasion du deuxième anniversaire de sa mort.
    La pratique du confédéralisme démocratique
    Le PKK a apparemment suivi son chef, non seulement en adoptant l’étiquette spécifique de Bookchin de l’éco-anarchisme, mais aussi en intériorisant activement cette nouvelle philosophie dans sa stratégie et sa tactique. Le mouvement a abandonné sa guerre sanglante pour la révolution stalinienne/maoïste et les méthodes de terreur qui l’accompagnaient, et a commencé à examiner une stratégie largement non-violente visant à une plus grande autonomie régionale.
    Après des décennies de trahisons fratricides, de cesser le feu manqués et sans lendemains, de détentions arbitraires et de reprises des hostilités, le 25 avril de cette année, le PKK a annoncé un retrait immédiat de ses forces de Turquie et leur redéploiement dans le nord de l’Irak, mettant ainsi fin à un conflit de 30 ans avec l’État turc. Le gouvernement turc s’est engagé simultanément dans un processus de réforme constitutionnelle et juridique devant consacrer les droits humains et culturels de la minorité kurde à l’intérieur de ses frontières. C’est là le dernier volet d’une négociation tant attendue entre Öcalan et le Premier ministre turc Erdogan, faisant partie d’un processus de paix qui a commencé en 2012. Il n’y a pas eu de violence de la part du PKK pendant une année et des appels raisonnables ont été lancés pour que le PKK soit retiré de la liste mondiale des organisations terroristes.
    Il reste, cependant, une sombre histoire attachée au PKK : des pratiques autoritaires qui ne cadrent pas avec sa nouvelle rhétorique libertaire. À divers moments, ses branches ont été accusées ou soupçonnées de collecte de fonds par le trafic d’héroïne, d’extorsion, de recrutement forcé et de racket à grande échelle. Si cela est vrai, il n’y a aucune excuse pour ce genre d’opportunisme mafieux, malgré l’ironie évidente que l’État turc génocidaire était lui-même en grande partie financé par le monopole lucratif sur l’exportation légale vers l’Occident de produits opiacés ‟médicaux” cultivés par l’État, et rendu possible par le service militaire obligatoire et par les impôts pour un énorme budget anti-terroriste et ses forces armées surdimensionnées (la Turquie possède la deuxième armée de l’OTAN après les États-Unis).
    Il en est ainsi de l’hypocrisie habituelle dans la guerre contre le terrorisme : lorsque les mouvements de libération nationale imitent la brutalité de l’État, ce sont invariablement les non représentés qui sont désignés comme terroristes. Öcalan lui-même décrit cette période honteuse comme celle des « gangs au sein de notre organisation et des pratiques ouvertement de banditisme, [qui] organisaient des opérations dangereuses, inutiles, en envoyant en masse des jeunes gens à la mort ».
    Pour Öcalan, le confédéralisme démocratique signifie une « société démocratique, écologique et libérée en matière de genre », ou simplement « la démocratie sans l’État ». Il oppose explicitement la « modernité capitaliste » et la « modernité démocratique », dans laquelle « les trois anciens éléments de base : le capitalisme, l’État-nation et l’industrialisme » sont remplacés par « une nation démocratique, une économie communale et une industrie écologique ». Cela implique « trois projets : un pour la république démocratique, un pour le confédéralisme démocratique et un pour l’autonomie démocratique » ;
    Le concept de ‟république démocratique” se réfère essentiellement à l’obtention, longtemps niée, de la citoyenneté et des droits civils des Kurdes, y compris la capacité de parler et d’enseigner librement dans leur langue. L’autonomie démocratique et le confédéralisme démocratique font à la fois référence aux « capacités autonomes des personnes et à une forme de structure politique plus directe, moins représentative ».
    Pendant ce temps, Jongerden et Akkaya soulignent que « le modèle du municipalisme libre vise à réaliser l’approche de bas en haut (‟bottom-up”) dans la conception et le fonctionnement d’un organe administratif participatif, du local au provincial ». Le « concept de citoyen libre (ozgur yarttas) [est] un point de départ » qui « comprend les libertés civiles fondamentales comme la liberté d’expression et d’organisation ». Les unités de base du modèle sont les assemblées de quartier ou ‟conseils” comme on les appelle indifféremment.
    Il y une participation populaire dans les conseils, y compris de la part de personnes non-kurdes, et tandis que les assemblées de quartier sont fortes dans plusieurs provinces, « à Diyarbakir, la plus grande ville du Kurdistan turc, il y a des assemblées presque partout. » Par ailleurs, « dans les provinces d’Hakkari et de Sirnak… il y a deux autorités parallèles [le KCK et l’État], parmi lesquelles la structure confédérale démocratique est la plus puissante dans la pratique. » La KCK en Turquie « est organisé au niveau du village (köy), du quartier urbain (mahalle), du district (ilçe), de la ville (kent), et de la région (bölge), qui est appelée « Kurdistan du Nord ».
    Le niveau le ‟plus élevé” de la fédération au Kurdistan du nord, le DTK (Congrès de la Société Démocratique) est un mélange de délégués de base élus par leurs pairs avec mandats révocables, qui constituent 60% de l’ensemble et des représentants de « plus de cinq cents organisations de la société civile, syndicats et partis politiques », qui composent les 40% restants, dont environ 6% sont « réservés aux représentants des minorités religieuses, des universitaires ou autres spécialistes et d’autres personnes ayant un point de vue particulier. »
    La proportion au sein des 40% de ceux qui sont pareillement délégués directement des groupes de la société civile démocratique et non-étatiste comparé à ceux qui n’ont pas été élus ou sont choisis par les bureaucraties des partis politiques n’est pas claire. Le chevauchement d’individus entre mouvements kurdes indépendants et partis politiques kurdes, ainsi que l’intériorisation de nombreux aspects de la procédure de démocratie directe par ces partis, compliquent encore plus la situation. Toutefois, le consensus informel qui se dégage parmi les observateurs est que la majorité des prises de décision correspond à des procédures de démocratie directe d’une manière ou d’une autre ; que la plupart de ces décisions sont prises au niveau local ; et que les décisions sont prises à partir de la base, selon la structure fédérale.
    Du fait que les assemblées et le DTK sont coordonnées par la KCK illégale, dont fait partie le PKK, ils sont désignés comme ‟terroristes” par la Turquie et la soi-disant communauté internationale (UE, États-Unis et autres). Le DTK sélectionne aussi les candidats du BDP, le parti pro-kurde (Parti pour la paix et de la démocratie), pour le Parlement turc, qui propose « l’autonomie démocratique » pour la Turquie, une combinaison de démocratie représentative et de démocratie directe. Conformément au modèle fédéral, il propose la création d’environ 20 régions qui autogouverneraient directement (selon le schéma anarchiste, pas la Suisse) « l’éducation, la santé, la culture, l’agriculture, l’industrie, les services sociaux et de sécurité, les questions des femmes, de la jeunesse et des sports », avec l’État continuant de conduire « les affaires étrangères, les finances et la défense. »
    La révolution sociale prend son envol
    Pendant ce temps, sur le terrain, la révolution a déjà commencé. Dans le Kurdistan turc, il y a un mouvement éducatif indépendant des ‟académies” qui organise des forums de discussion et des séminaires dans les quartiers. Dans la municipalité de Sûr à Amed [nom kurde de Diyarbakır, NdT], où une avenue s’appelle ‟Rue de la Culture”, le maire Abdullah Demirbas se félicite de la « diversité des religions et de systèmes de croyance » et déclare que « nous avons commencé à restaurer une mosquée, une église catholique chaldéo-araméenne-, une église orthodoxe arménienne et une synagogue juive ».
    Jongerden et Akkaya signalent ailleurs que « les municipalités DTP ont lancé un ‟service municipal multilingue”, qui a suscité des débats houleux. Des panneaux indicateurs municipaux ont été érigés en kurde et en turc, et des commerçants locaux ont suivi le mouvement ».
    La libération des femmes se poursuit par les femmes elles-mêmes à travers les initiatives du Conseil des femmes du DTK, qui établit de nouvelles règles de « quotas de femmes de quarante pour cent » dans les assemblées. Si un fonctionnaire bat sa femme, son salaire est reversé directement à la femme battue afin de maintenir sa sécurité financière et son usage comme bon lui semble. « À Gewer, si le mari prend une deuxième épouse, la moitié de sa succession ira à la première. »
    Il existe des « Villages de la Paix », des communautés de coopératives, nouvelles ou transformées, appliquant leur propre programme complètement en dehors des contraintes logistiques de la guerre kurdo-turque. La première de ces communautés a été construite dans la province d’Hakkari, limitrophe de l’Irak et de l’Iran, où « plusieurs villages » ont rejoint l’expérience. Dans la province de Van, « un village écologique de femmes » est en construction pour abriter les victimes de la violence domestique, auto-suffisant « pour toute ou presque toute l’électricité nécessaire. »
    La KCK tient des réunions deux fois par an dans les montagnes avec des centaines de délégués de chacun des quatre pays, avec comme priorité à son agenda, la menace de l’État islamique envers l’autonomie du Kurdistan du sud et de l’ouest. Les partis iraniens et syriens affiliés à la KCK, le PJAK (Parti pour une vie libre au Kurdistan) et le PYD (Parti de l’union démocratique) mettent en avant également le confédéralisme démocratique. Le parti irakien de la KCK, le PÇDK (Parti pour une solution démocratique du Kurdistan) est relativement peu important car le Parti démocratique du Kurdistan (PDK, centriste) au pouvoir et son chef Massoud Barzani, président du Kurdistan irakien, n’a que récemment cessé de le harceler et commencé à le tolérer.
    Mais, dans les régions montagneuses du Kurdistan irakien plus au nord, là où se trouvent la plupart des guérilleros et guérilleras du PKK et du PJAK, la littérature radicale et les assemblées s’épanouissent, avec l’intégration de nombreux Kurdes de la montagne après des décennies de déplacements. Au cours des dernières semaines, ces militant-e-s sont descendus des montagnes du nord pour combattre aux côtés des peshmergas irakiens contre l’EIIL, sauvant 20 000 yézidis et chrétiens dans les montagnes de Sindjar et ont reçu la visite de Barzani dans un affichage public de gratitude et de solidarité, mais surtout pour mettre la Turquie et les États-Unis dans l’embarras.
    Le PYD syrien a suivi l’exemple du Kurdistan turc dans la transformation révolutionnaire de la région autonome sous son contrôle depuis l’éclatement de la guerre civile. Après les « vagues d’arrestations » de la répression baasiste, avec « 10.000 prisonniers, dont des maires, des chefs locaux du parti, des élus, cadres et militants […] les forces du PYD kurde ont renversé le régime du parti Baas dans le nord de la Syrie, ou Kurdistan occidental, [et] des conseils locaux ont éclos partout. » Des Comités d’auto-défense ont été improvisés pour fournir « la sécurité après la chute du régime baasiste » et « la première école enseignant la langue kurde » a été établie en même temps que les conseils intervenaient dans la distribution équitable du pain et de l’essence.
    Dans le Kurdistan de Turquie, de Syrie, et dans une moindre mesure dans le Kurdistan irakien, les femmes sont désormais libres de se dévoiler et fortement encouragées à participer à la vie sociale. Les anciens liens féodaux sont brisés, les gens sont libres de suivre une religion ou aucune et les minorités ethniques et religieuses coexistent pacifiquement. S’ils sont capables de contenir le nouveau califat, l’autonomie du PYD dans le Kurdistan syrien et l’influence de la KCK au Kurdistan irakien pourrait bien servir de ferment pour une explosion encore plus profonde de culture et de valeurs révolutionnaires.
    Le 30 juin 2012, le Comité national de coordination pour le changement démocratique (NCB), la plus grande coalition de la gauche révolutionnaire en Syrie, dont le PYD est le groupe principal, a adopté « le projet d’autonomie démocratique et le confédéralisme démocratique comme un modèle possible pour la Syrie ».
    Défendre la révolution kurde face à l’État islamique
    La Turquie, quant à elle, a menacé d’envahir les régions kurdes si « des bases terroristes étaient installées en Syrie », au moment où des centaines de combattants de la KCK (y compris du PKK) de tout le Kurdistan traversaient la frontière pour défendre Rojava (l’ouest) face à l’avancée de l’État islamique. Le PYD affirme que le gouvernement islamiste modéré de la Turquie est déjà engagé dans une guerre par procuration contre eux, en facilitant le transit des djihadistes internationaux à travers la frontière pour qu’ils combattent aux côtés des islamistes.
    Au Kurdistan irakien, Massoud Barzani, dont la guérilla a combattu aux côtés de la Turquie contre le PKK dans les années 1990 en échange de l’accès aux marchés occidentaux, a appelé à un « front uni kurde » en Syrie à travers une alliance avec le PYD. Barzani avait signé en 2012 avec Salih Muslim, leader du PYD, l’‟Accord d’Erbil” formant le Conseil National Kurde et reconnaissant que « toutes les parties sont sérieuses et déterminées à continuer à travailler ensemble ».
    Pourtant, alors que l’étude et la pratique des idées socialistes libertaires parmi la direction et les bases de la KCK est assurément un développement positif, il reste à voir dans quelle mesure cette influence est suffisamment sérieuse pour qu’ils abandonnent leur passé autoritaire sanglant. Le combat kurde pour l’autodétermination et la souveraineté culturelle est une lueur d’espoir au milieu des sombres nuages qui s’amoncellent au-dessus de l’État Islamique et des guerres sanglantes inter-fascistes entre l’islamisme, le baasisme et le sectarisme religieux qui leur a donné naissance.
    Une révolution pan-kurde socialement progressiste et laïque, avec des éléments socialistes libertaires, unifiant les Kurdes irakiens et syriens et revitalisant les luttes en Turquie et en Iran peut encore être une perspective. Pendant ce temps, ceux d’entre nous qui apprécient l’idée de civilisation doivent reconnaître leur gratitude aux Kurdes, qui combattent en première ligne jour et nuit contre les djihadistes du fascisme islamiste en Syrie et en Irak, en défendant de leur vie les valeurs de la démocratie radicale.
    « Les Kurdes n’ont pas d’amis sauf les montagnes » – Proverbe kurde


    LIRE L'ARTICLE ENTIER DE BASTAMAG

    EMANCIPATION

    En Syrie, une expérience de démocratie directe, égalitaire et multiconfessionnelle tient tête à l’Etat islamique

    PAR 
    Les médias occidentaux relaient abondamment les décapitations, les appels au meurtre et les exactions perpétrés par Daech, le pseudo « Etat islamique ». Pourtant, face à cette barbarie, les populations kurdes, arabes ou yézidis de la région de Rojava, au nord de la Syrie, mettent en oeuvre un autre modèle de société, émancipateur, égalitaire, multiconfessionnel, et très démocratique. Une expérience qui pourrait même servir d’inspiration pour ramener la paix dans la région. En attendant, les Kurdes et leurs voisins combattent pour défendre cette utopie concrète, sans véritable soutien international. Entretien avec des chercheurs et activistes qui en reviennent.
    Les raisons d’espérer sont rares en provenance de Syrie. Mais en janvier 2015, le monde découvre, ébahi, les images de femmes kurdes en treillis qui participent à la résistance puis à la libération de la ville syrienne de Kobané. Un mouvement démocratique et anti-patriarcal vient de défaire les forces ultra-réactionnaires de l’État islamique, victorieuses ailleurs. Deux modèles de société radicalement différents se font face. Car le Kurdistan syrien fait l’expérience depuis 2011 d’une révolution démocratique inédite.
    Assez vite débarrassé des forces du régime de Bachar el-Assad, le mouvement de libération kurde y a développé une organisation politique basée sur la démocratie directe, l’organisation en communes et la libération des femmes. Malgré la guerre, les attaques de l’État islamique (EI), l’embargo turc, sur fond d’indifférence de la communauté internationale, la région poursuit la mise en pratique de ce confédéralisme démocratique, un modèle de société multiconfessionnelle et multi-ethnique, sans État, pour l’émancipation de tous. Entretien avec Ercan Ayboğa et Michael Knapp, co-auteurs de Revolution in Rojava, ouvrage d’enquête militante sur cette révolution en cours au milieu du chaos syrien.
    Basta ! : Ce qui se passe depuis 2011 dans la région syrienne de Rojava (au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie), représente-t-il le contre-modèle absolu de la violence de l’État islamique ?
    Ercan Ayboğa [1] : L’État islamique représente la ligne la plus réactionnaire qui existe aujourd’hui et en Syrie et au Moyen Orient, plus réactionnaire encore qu’Al-Qaïda, et le pôle le plus opposé au mouvement de Rojava. Il y a d’un côté le modèle de société de Rojava, une démarche démocratique et émancipatrice, et de l’autre, l’EI, extrêmement réactionnaire, hiérarchique, misogyne, absolument anti-démocratique, violent, et qui exploite les populations.
    Michael Knapp : Rojava ressemble évidemment à une antithèse de l’EI. Mais c’est beaucoup plus profond. L’EI est aussi l’expression du jeu des forces présentes au Moyen Orient. Rétrospectivement, vu de l’Occident, on peut avoir l’impression que le mouvement de Rojava est né en opposition à l’EI. Mais en fait, c’est plutôt l’EI qui a été renforcé par des puissances comme la Turquie, entre autres pour détruire ce projet de Rojava.
    Comment le projet démocratique du mouvement kurde s’est-il mis en place en Syrie, malgré la guerre civile ? Un compromis a-t-il dû être passé avec le régime de Bachar el-Assad ?
    Michael Knapp : Quand la guerre civile a commencé en Syrie, le mouvement kurde n’a pas voulu s’allier à l’opposition. Il soutenait bien évidemment l’opposition démocratique, celle qui misait sur une sortie de crise politique et pas sur une escalade de la violence. Mais il voyait aussi que les forces d’opposition étaient soutenues par la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar et les pays occidentaux. C’est pour ça que le mouvement kurde a décidé de prendre une troisième voie.
    Du point de vue militaire, les forces combattantes d’autodéfense kurdes sont allées encercler les casernes du régime et leur ont dit : soit vous partez, soit on vous combat. Souvent, les soldats du régime se sont retirés relativement pacifiquement, pensant que les forces kurdes n’allaient pas combattre aux côtés de l’Armée syrienne libre. Le régime a donc préféré poster ses soldats ailleurs. Même s’il y a eu des combats autour des puits de pétrole. C’est dans ce vacuum que le modèle de Rojava a pu prendre naissance.
    Les membres de la coalition nationale syrienne et de l’armée syrienne libre reprochent parfois aux structures d’auto-organisation de la région de collaborer avec le régime. Mais il faut comprendre que le mouvement kurde suit un principe d’autodéfense légitime et de primat de la politique civile. Cela veut dire qu’aussi longtemps qu’on n’est pas attaqué, il faut tout résoudre politiquement. C’est aussi la politique suivie par la guérilla du Nord-Kurdistan (Kurdistan turc).
    Comment s’organise maintenant la vie politique dans la région ?
    Michael Knapp : C’est complexe et dynamique à la fois. L’organisation s’adapte aux besoins. Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseil de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava. Les communautés s’organisent aussi en commissions à ces différentes niveaux, pour la sécurité, l’économie, la justice…
    Les commissions forment comme des ministères au niveau de la région. Les conseils sont toujours doubles, avec un conseil mixte et un conseil des femmes. Le conseil des femmes a droit de veto. Et dans tous les conseils mixtes, il y a une règle de parité, un quota de 40 % au moins pour chaque genre, et le principe d’une double direction, élue, avec une femme et un homme. Si dans une ville, il y a une communauté yézidie ou des communautés arabes, par exemple, ils ont aussi droit à une co-présidence dans les conseils. On a donc souvent une présidence de conseil triple voire quadruple.
    Parallèlement aux conseils, il existe un parlement, parce qu’il y a encore des gens qui sont membres de partis et qui doivent aussi pouvoir s’organiser et être représentés. Dans ce parlement, il y a les partis, mais une partie des sièges sont réservés à des organisations de la société civile, associations de défense des droits de l’homme, de la communauté yézidie… Malheureusement, il n’a pas encore été possible de tenir des élections au niveau de toute la région pour désigner par le vote les membres de ce Parlement, à cause de la guerre.
    D’où vient ce modèle de l’auto-organisation et de confédération démocratique ?
    Ercan Ayboğa : Des structures d’auto-organisation communalistes sont nées au Nord-Kurdistan, en Turquie, en 2007-2008. Ces expériences se sont ensuite transmises à Rojava à partir de 2011. Le projet de confédération lui-même vient du KCK (Union des communautés du Kurdistan), une branche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) créée en 2005. L’idée était de démocratiser le mouvement de libération kurde, de s’éloigner d’une structure de parti pour aller vers un mouvement porté par la société toute entière. Le mouvement a profité des héritages historiques comme la Commune de Paris (1871), mais surtout du mouvement zapatiste au Mexique. Avant, le PKK avait une démarche marxiste-léniniste. Le parti a lancé des discussions sur le « confédéralisme » démocratique au début des années 2000.
    L’écologie joue-t-elle un rôle dans ce mouvement ?
    Michael Knapp : L’écologie en est un point central. Pour développer le projet du confédéralisme démocratique, Öcalan (le leader du PKK, emprisonné en Turquie depuis 1999) s’est saisi du principe de l’écologie sociale du militant américain Murray Bookchin. Avec l’idée que le capitalisme est un système qui conduit à la destruction de la planète, et qu’il faut donc construire une économie basée sur une production régionale, écologique et décentralisée.
    Quelles sont les structures d’émancipation des femmes à Rojava, à côté des conseils de femmes et des brigades féminines des forces d’auto-défense ?
    Ercan Ayboğa : Dans chaque ville, il y a une maison des femmes. C’est un centre politique, mais aussi un centre de conseil, avec des séminaires, des cours, du soutien. Il y a aussi de nombreuses coopératives de femmes, des boulangeries, des coopératives textiles, de produits laitiers…
    Michael Knapp : Le mouvement de libération des femmes profite aussi aux autres communautés, par exemple aux communautés suryoyes (chrétiens) et arabes. Sur la zone près de la frontière irakienne, il y avait des groupes arabes très conservateurs mais qui sont entrés en conflit avec l’EI et ont demandé aux unités kurdes des les aider à s’en libérer. Du coup, beaucoup se sont joints au mouvement. J’ai vu des unités de formations de ces hommes. Il ne s’agissait pas seulement de savoir-faire militaire, mais aussi de discussions sur les droits des femmes et sur la démocratie directe.
    Nous avons aussi rencontré des jeunes femmes des communautés arabes qui ont rallié les forces combattantes d’autodéfense [2]. Elles nous ont dit qu’il y a deux ans, elles ne sortaient pas de leur maison, et maintenant, elles protègent la frontière les armes à la main. Ce modèle de confédéralisme démocratique n’est pas identitaire. C’est pour ça qu’on peut espérer qu’à plus grande échelle, il puisse aussi représenter un modèle de résolution des conflits ailleurs au Moyen Orient.
    Comment s’organise l’économie ?
    Michael Knapp : C’est très difficile notamment à cause de l’embargo imposé par la Turquie. Dans le canton de Jazirah par exemple [La région de Rojava a été découpée en trois cantons : Kobané, Jazirah et Afrin, ndlr] il y a, comme ressources, du pétrole et des céréales. Mais il n’y a pas de raffinerie et presque pas de moulins. Nous avons vu des silos assez pleins pour nourrir toute la Syrie pendant dix ans. Mais les céréales ne peuvent pas être transformés sur place. Une économie collectivisée se développe pourtant, avec des coopératives, qui raffinent, comme elles peuvent, le pétrole, des coopératives agricoles…
    Ercan Ayboğa : Les coopératives jouent un rôle toujours plus important à Rojava. Elles sont soutenues par les conseils. Mais l’économie privée est aussi possible, ce n’est pas interdit.
    Le mouvement reçoit-il des soutiens de l’étranger, du Kurdistan turc, irakien, ou de la communauté internationale ?
    Ercan Ayboğa : Il y a quelques médicaments et des outils qui arrivent du Nord-Kurdistan, en Turquie. Mais la Turquie ne laisse passer que peu de choses. Le soutien du Nord-Kurdistan reste néanmoins très important. Les administrations auto-organisées du Nord-Kurdistan soutiennent vraiment Rojava. La ville de Diyarbakir a par exemple envoyé à Kobané des machines de construction, des ingénieurs, un soutien technique. Mais pas officiellement. Sinon, de l’aide arrive d’ailleurs, d’ONG, mais c’est très peu. La communauté internationale dit qu’elle a besoin de l’autorisation du gouvernement syrien pour envoyer de l’aide vers Rojava. Mais les gens à Rojava attendent évidemment plus de soutien international parce qu’ils considèrent qu’ils combattent pour l’ensemble du monde démocratique.
    Michael Knapp : Rojava n’a presque pas de moyens financiers, et ne reçoit pas d’aide humanitaire. La communauté internationale dit que le problème, c’est que ce n’est pas un État. Manifestement, aux yeux de la communauté internationale, le système d’auto-organisation de Rojava n’a pas à être soutenu.
    Pourtant, les forces combattantes kurdes d’autodéfense ont à leur actifs plusieurs succès militaires contre le pseudo État islamique...
    Michael Knapp : Dans ces forces d’autodéfense, les gens combattent pour survivre, pour des convictions, et pour un projet de société. Certains ont longtemps combattu au Nord-Kurdistan auparavant. Ils ont déjà beaucoup d’expérience militaire. Mais leur armement est vraiment modeste, en comparaison à celui de l’EI par exemple.
    Recueilli par Rachel Knaebel

    Notes

    [1Ercan Ayboğa, activiste, et Michael Knapp, historien, sont les co-auteurs, avec Anja Flach, ethnologue, de Revolution in Rojava, paru en allemand chez VSA Verlag en février 2015.
    [2Pour les hommes comme pour les femmes, l’âge minimum pour rallier les forces d’autodéfense est de 18 ans.





    0 0


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    11/7/2015



    De nombreux tweets éclairant ce qu'un véritable gouvernement du peuple aurait fait depuis une semaine ont été publiés. En particulier sur la mise en place de l'humanocratie et d'une révo-monnaie se subsituant à l'euro autant en Grèce qu'en France, qu'en Espagne et dans tous les territoires libérés de l'esclavage de la bankoslavoisie.




    Ce commentaire porte en particulier sur la façon dont les 149 députés SYRIZA devraient rendre des comptes aux 61% de Grecs qui ont refusé l'ultimatum des fascistes de l'Eurogroupe

    Su le blog de Guillaume Etiévant (mais non validé et donc non affiché sous son (absurde) article
    xxd

    TSIPRAS NE CAPITULE PAS, IL POURSUIT SA STRATÉGIE

    xxf

    @Barjac Bonjour
    Votre constat est juste. Votre défaitisme l'est moins.
    L'heure est à quitter le capitalisme, abolir les banques et le crédit, redonner au citoyen l'investissement (de façon libérale et égaliste et donc sans retour personnel) et enfin, c'est la démocratie esclavagiste qu'il faut quitter.
    Vous avez écrit
    +++++
     Je ne sais pas si les grecs ont voté non pour se voir appliquer les mesures d’austérité qu’ils refusent (?) Mais je suis sûr que là, vous battez les records en matière de langue de bois. Et je me mets à douter grave de la cohérence des politiques anti-austérité que vous proposez ! Le résultat de cet épisode grec, qui nous occupe presque à plein temps, ce sera peut-être que les quelques électeurs qui nous font encore confiance vont se demander si, vraiment, il existe une autre politique possible, qui ne passe pas sous les fourche caudines de la Troïka … Je préfère continuer à penser que si, podemos, mais peut-être pas dans le cadre institutionnel de l’Europe telle qu’on veut à tout prix nous l’imposer
    +++++
    Seulement Podemos est, comme SYRIZA contrôlé par la formoisie électoraliste.
    N'ayez AUCUN espoir .....
    Cela finira(IT) pareil si l'autre solution ne se met pas en place.
    HUMANOCRATIE SEULE SOLUTION
    Si l'on regarde les 149 députés de Tsipras, leurs électeurs sont quasiment 15000 à avoir voté pour chacun d'entre eux.
    (2 246 064 votes Syriza divisés par 149 = 15074)
    DELEGUES DEPUTES REVOCABLES 1871-2015
    On remarque alors que 15000 était le nombre moyen d'électeurs pour un député REVOCABLE de la Commune de Paris de 1871.
    Il suffit donc d'entourer CHAQUE député de Tsipras d'un CONSEIL de 25 personnes.
    Et ces députés élus deviendront des délégués députés révocables à tout moment.
    Il suffit de 25 délégués conseillers qui contrôlent le député et qui décide ou non de le PERPETUER à son poste.
    En cas de perte d'un des 25.... et bien, le député RETOMBE conseiller.... et quitte son poste....
    En effet, si le quota de 25 délégués conseillers (qui valident donc le soutien de 15625 délégateurs) n'est plus atteint, le DEPUTÉ est RÉVOQUÉ !
    Chaque délégué conseiller étant, lui aussi, révocable , car contrôlé par 25 délégués de base.
    Qui eux aussi sont sous le contrôle de 25 délégateurs.
    On retrouver 25*25*25 = 15625 le nombre (moyen) d'électeurs qui ont envoyé au Parlement les 149 députés SYRIZA

    Mais alors, le peuple pourrait en désigner d'autres....
    Bien évidemment : les 36,34% de Syriza aux élections sont une minorité de 61% de votes NON OXI
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_grecques_de_2015
    Si l'on ajouter les Grecs indépendants, on a 293 371 votes 4,75 % des exprimés.
    Aux élections, ils ont obtenu 13 sièges... mais avec les quotas de la Commune..... ils seraient
    293 371/15625 = 18 soit 5 de plus....
    Mais, les 61% du référendum, ils devraient aussi se transformer en députés OXI
    3 558 450 votes NON ce sont 227 députés OXI-NON
    Il faudrait donc des députés NON qui s'ajouteraient à ceux se trouvant déjà au parlement.
    149 SYRIZA + 15 communistes + 13 indépendants.... ne sont que 177.... il en manque 50
    IL MANQUE 50 DEPUTES OXI POUR RESPECTER LE VOTE NON
    Bon.... comme les fachos ont 17 députés..... on peut leur ajouter 3...
    CE SONT DONC 30 DEPUTES DE LA GAUCHE ANTI-CAPITALISTE qui feraient irruption dans un PARLEMENT REVOCABLE !
    Quant à l'opposition de droite pro-Banques.... leurs 2245537 votes oui.... ne leur laisseraient plus que 143 députés..... et encore.... car la REVOCABILITE PERMANENTE inciterait le peuple à en CHOISIR D'AUTRES !

    C'est l'HUMANOCRATIE qu'il faut construire
    Elle est la seule alternative à la DEMOcratie esclavagiste.
    Comme le rapportait Athénée de Naucratis (Deipnosophistes : livre VI) L'Athènes démocrate ce n'était qu'un groupe de 5% qui commandaient les autres.
    +++++
    [272c] Ktésidès rapporte, dans le liv. 3 de ses Chroniques, qu'à la cent dixième[242] olympiade on fit en Attique, sous Démétrius de Phalère, le dénombrement des habitants de l'Attique, et qu'il s'y trouva vingt-un mille Athéniens, dix mille étrangers, et quarante myriades d'esclaves.
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2013/08/la-vraie-definition-de-democratie-est.html
    http://remacle.org/bloodwolf/erudits/athenee/livre6.htm


    0 0



    par Yanick Toutain
    15/7/2015


    « si vous ne faites pas toutes ces réformes,
    vous serez virés de la zone euro.
    C'est ça qui a fait bouger Tsipras.
    Il a employé cet argument devant son Parlement :
    « Je n'ai pas été élu pour faire sortir la Grèce de l'euro. »
    La population grecque étant à 80%
    pour le maintien dans la zone euro,
    cela lui a permis de faire adopter samedi 11,
    par 86% des députés grecs,
    le train de réforme que la population avait refusé
    à 61% par référendum six jours plus tôt. »

    (anonyme de la BCE cité dans le Canard Enchaîné)



    "Cette fois-ci, les créanciers,
    sous la pression de l'Allemagne et des pays du Nord,
    imposent des réformes de structures,
    jusque dans le moindre détail.
    Un vrai catalogue à la Prévert
    développé dans les sept pages de l'accord.
    De la réformer du Code Civil à la date des soldes.
    De la privatisation du réseau de distribution électrique
    à la réglementation de la vente
    de médicaments sans ordonnance.
    Plus l'ouverture des professions réglementées,
    l'autorisation du travail le dimanche etc.
    La loi Macron puissance dix. ... »
    (Canard Enchaîné 15/7/2015)



    LIRE AUSSI

    SAMEDI 11 JUILLET 2015


    Contre les députés SYRIZA qui trahissent il faut l'humanocratie des délégués révocables. Un commentaire sur le site de Guillaume Etiévant sec Nat du Front de Gauche

    Dernière heure : Tsipras en minorité dans son parti qui parle de "coup d'Etat" (source La Tribune)

    Stathis Kouvelakis, membre de la plateforme de gauche (aile gauche de Syriza), a annoncé que la majorité du comité central de Syriza a rejeté l'accord signé à Bruxelles, lundi 13 juillet : 109 membres de la direction du parti sur 201 se prononcés contre, mercredi 15 juillet.

    Sur sa page Facebook, Stathis Kouvelakis a publié la déclaration du Comité central. Selon ce dernier:
    "Un coup d'Etat a eu lieu à Bruxelles. Il a démontré que l'objectif des leaders européens était de punir un peuple qui envisageait un autre modèle, différent du modèle néolibéral de l'extrême austérité. [...] L'accord nest pas compatible avec les idées et les principes de la gauche, mais, plus encore, n'est pas compatible avec les besoins des classes travailleuses.

    Grèce "La loi Macron puissance dix"
    Une contre-révolution qui fait appliquer ses mesures par un Tsipras sous harcèlement


    Après Christian Salmon sur Médiapart la semaine dernière, (Uninsider raconte: comment l'Europe a étranglé la Grèce), le Canard Enchaîné (en particulier dans l'article de Hervé Martin) narre ce mercredi les coulisses du coup d'Etat (économique) fasciste contre les Grecs.
    De ce coup d'Etat, Jean-Luc Mélenchon - le héraut zigzgant de la haute-moyenne formoisie - n'est pas totalement dupe. Les minimares du Canard Enchaîné le citent :

    « Pour la troisième fois dans l'Histoire, l'obstination d'un gouvernement allemand est en train de détruire l'Europe »
    Bien évidemment, ce que Mélenchon refuse de voir, c'est l'ombre du capitalisme mondial derrière Merkel chef du gouvernement allemand, Schäuble, ministre des finances du même pays, Draghi président de la BCE, Banque Centrale Européenne et … Hollande – président élu sur des promesses d'imposteur....
    Mélenchon en haut formois défenseur du capitalisme a un point aveugle.
    Ce qu'il refuse de voir, c'est l'attaque contre-révolutionnaire opérée en deux temps.
    D'abord injecter des fonds que les vautours locaux aspireront. Ensuite réclamer la mise.... avec des taux d'intérêt usuraires..... en accusant les victimes des méfaits des complices locaux de Goldman Sachs.


    1° ETAPE DU COMPLOT : ASSÉCHER LES COMPTES

    En encadré de son article paru en page 3 du Canard Enchaîné d'aujourd'hui mercredi 15 juillet 2015, Hervé Martin rappelle le nom des organisateurs de la mise en faillite préalable de la Grèce :
    Mario Draghi (« qui a sévi pendant trois ans comme vice président de Goldman Sachs pour l'Europe » et « aujourd'hui président de la BCE »).
    Rappelons au passage qu'entre deux, de 2006 à 2011 il fut gouverneur de la Banque d'Italie. Il est donc passé de la banque vautour Goldman Sachs à la Banque d'Italie pour arriver à la Banque Centrale Européenne !
    Loukas Papadémos qui était « de 2002 à 2010 vice-président de la Banque Centrale Européenne avant de devenir, en 2011, Premier ministre d'un pays aux abois ».
    Et un autre « ancien de Goldman Sachs, Petros Christodoulos »
    Ce dernier Petros Christodoulos est présenté par le Canard Enchaîné comme « expert en maquillage des comptes » et a été « chargé par le gouvernement d'Athènes de gérer la dette jusqu'en 2012. »
    Quant au précédent – l'ex-Premier ministre Loukas Papadémos – il avait été chargé de « négocier le passage de l'euro pour la Grèce et, donc, de tripatouiller les comptes ».
    On peut en déduire que ce sont ces talents de tripatouilleurs qui l'ont qualifié pour devenir vice-président de la BCE et 1° ministre en 2011 !!!!


    MARIO DRAGHI LE TRUQUEUR DE COMPTE DE GOLDMAN SACHS DEVIENT MORALISTE POUR LA BCE

    Pour décrire l'actuel président de la BCE, Hervé Martin du Canard cite un « spécialiste de la City », Marc Roche qui dénonce les méfaits de Draghi qui « vendait à d'autres pays européens le produit financier maison qui avait aidé la Grèce à tricher ».
    C'est le même Draghi qui, en tant que « président de la BCE est un des principaux créanciers – et aussi soutiens – de la Grèce »
    Si le livre de Marc Roche s'appelle « Les Banksters » (Albin Michel », ce n'est pas un hasard.
    Tout ce cirque contre la Grèce est le résultat d'un complot organisé par Goldman Sachs.

    « L'adhésion grecque à l'euro, en 2000, a été obtenue sur la base de données fantaisistes. Et, en 2004, le gouvernement a reconnu qu'il avait divisé par deux le chiffre du déficit public depuis 2000. Autant de facéties pratiquées avec l'aide de grandes banques américaines et la bienveillante myopie des autorités européennes.
    Myopie ? C'est se moquer du monde : les agents européens de la bankoslavoisie laissaient se dérouler le plan machiavélique visant à écraser le peuple grec.
    « Certaines banques se sont employées, durant des années, à rendre plus présentables les comptes de la Grèce, déjà au bord de la faillite. Ainsi, le géant américain Goldman Sachs a vendu à Athènes, au début des années 2000, une tricherie décrite avec pédagogie » par Marc Roche."
    Celui-ci décrit le trucage consistant à ajouter un prêt secret à un prêt public.
    Ce sera donc le prêt secret – le montant public versé - qui permettra aux riches Grecs de se goberger pendant des années en ne payant quasiment aucun impôt et ce sera ce même prêt secret qui sera présenté au peuple grec rendu coupable – par tous les médias de la bankoslavoisieeuropéenne, en commençant par Le Point qui titre «Les charlatans contre l'Europe » - des vols commis par les « élites » du pays.

    Marc Roche « Je me rends dans un bureau de change dont le responsable me propose une bonne affaire : au lieu de me donner un dollar pour un euro, il m'en donne deux » La différence réside dans « un prêt secret sur un morceau de papier à part que je devrai rembourser. » Une partie de la dette reste donc cachée »
    Un trucage de professionnels sous l'égide d'un des pires banques de la bankoslavoisie : Goldman Sachs.
    Rappelons aux lecteurs que de mauvaises langues accusent l'ex-secrétaire au Trésor (ancien dirigeant de Goldman Sachs) Henry "Hank" Paulson d'avoir été aux manettes pour favoriser l'écroulement final de Lehman Brothers (On le voit dans le docu-fiction Too Big Too Fail) donner l'ordre de liquider l'ex 3° banque des USA pour....... permettre aux Bears, aux traders-Ours de la vente à découvert d'empocher des milliards.....

    Des milliards sur le dos des naïfs qui avaient cru que Lehman Brothers allait bénéficier du «bazooka »  de Henry Paulson et aurait les mêmes avantages que 
    Fannie Mae et Freddie Mac ...... 2 réassureurs sauvés avec l'argent des contribuables.....

    LE PROJET DE LA BANKOSLAVOISIE POUR LA GRECE
    EST INSPIRE DE LA FAILLITE DE LEHMAN BROTHERS
    DE 85,8 $ à 0,13 $
    99,84% du capital récupéré par les bearish


    Faillite (Wikipédia)

    Faillite de Lehman Brothers  (Wle.
    À partir d'août 2007, Lehman Brothers essaie de solder sans succès ses positions sur les crédits immobiliers à risque, suite de la crise des subprimes. Les pertes engendrées par ces positions conduisent la banque à vendre pour six milliards USD d'actifs. Sa capitalisation boursière chute alors de 73 %. Les pertes cumulées de la banque poussent la direction à rechercher un repreneur mais sans résultat.
    Autour d'elle, d'autres banques sont aidées par l'État telles Bear Stearns en , les sociétés de crédit hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac le  mais aucune aide ne vient à Lehman Brothers. L'abstention de l'État est largement perçue comme la volonté de faire un exemple4. Néanmoins, Bernanke insiste sur le fait que la Fed n'a jamais été en mesure de faire un choix entre sauver ou non Lehman, cette banque ne pouvant proposer aucune contrepartie à l'octroi de prêt comme cela était requis pour respecter le cadre légal5. Et le , à New York, à la suite de la crise des subprimes, Lehman Brothers Holdings Inc. se déclare en faillite et se place sous la protection du chapitre 11 du droit fédéral6. Jusqu'au dernier moment, les marchés ont espéré la reprise de Lehman Brothers par Bank of America (comme JP Morgan Chase avait récupéré Bear Stearns 6 mois plus tôt), mais finalement la grande banque préfèrera sauver Merrill Lynch, elle aussi sur le point de faire faillite le 15 septembre.
    Le cours de Bourse de Lehman Brothers était au  de 4,53 USD, avec un point le plus haut à 85,80 USD au . Le  l'action ne valait plus que 3,65 USD. Avant cessation définitive de la cotation, l'action valait 0,13 USD.

    Bear and Bull, Reinhard Dachlauer,Frankfurt
    Le sommeil de l'ours et la charge du taureau
     symbolisent les comportements humains
    pendant les périodes baissières
     et haussières respectivement



    Les « ours » sont ceux qui restent à roupiller dans leur grotte pendant la hausse des actions et qui, comme des hyènes – ils mériteraient ce nom – se précipitent sur les entreprises capitalistes les plus faibles pour « vendre à découvert » des actions qu'ils ne possèdent pas.
    Entre le montant X prix de vente d'une action qu'ils vendent sans la posséder et le montant Y de cette action après aggravation de la crise, il y aura un bénéfice X-Y qui sera égal à la dépréciation de cette action. Multiplié par les millions d'actions qu'ils auront vendues – avec l'accord de leurs banquiers et des magouilles supplémentaires d'  « effet de levier ».
    Ce sont ces « Ours », ces « Bears »qui ont été les véritables vainqueurs de la prétendue « crise » de 2008. Ce sont eux qui ont accumulé des milliards et comptent prochainement rééditer leur exploit.
    Ces « baissiers »- le terme français pour « Bearish » - attendent avec impatience un #2008again et espérant qu'il soit pire #worst.

    For example, if investors expect upward price movement in the stock market, the sentiment is said to bebullish. On the contrary, if the market sentiment is bearish, most investors expect downward price movement. (Market sentiment)
    Ils espèrent une chute rapide de la bulle #SantaClausBernanke et de celle de l'escroc japonais, le premier ministre Abe #AbeTheScam.
    Une bulle devenue celle de #SantaClausYellen
    Cette partie de l'histoire ne se trouve pas dans le film, mais on peut imaginer le soudain gonflement des comptes en banques des comploteurs de la clique Paulson qui avait – des devins ? - su à l'avance que la banque Lehman Brothers serait coulée et que les actions vendues au prix fort par ceux qui..... ne les possédaient pas.... n'auraient même pas besoin d'être livrée par ces comploteurs : le pistolet de Paulson contre la tempe, Richard Fuld, PDG de Lehman avait fini pas faire voter à son conseil d'administration la faillite de sa banque.



    Mais, ces manipulations financières de comploteurs, elles sont en permanence à l’œuvre en Grèce : les riches du pays pillent sans vergogne depuis des années.
    Dans son article - paru sur Médiapart – fait de révélations (sous anonymat) données par un Grec membre de l'équipe de Tsipras, on voit l'ampleur des magouilles :

    xxc

    « Ces 40 milliards, c'est une partie du second programme de sauvetage de 2012 – signé après la restructuration de la dette privée (voir Grèce : les banques se sauvent, le désastre est toujours là) –, qui était d’environ 170 milliards, dont 50 milliards pour la recapitalisation des banques.
    Mais il y a un autre problème. Dans le cadre de ce plan, les fonds publics (caisses de retraite, fonds de sécurité sociale, etc.) ont subi des pertes presque aussi importantes que les banques, si ce n’est plus, qui ont touché leurs réserves. Parce qu’ils ont été forcés, selon la loi, d’apporter leurs réserves à la banque centrale de Grèce et que la Banque centrale avait le droit d’utiliser ces fonds pour acheter des obligations en leur nom. 
    Pour moi, cela a été un énorme scandale. Il semble que beaucoup d’hommes politiques, des banquiers, de nombreuses personnes averties, qui détenaient des obligations qu’ils avaient achetées à 20 % de leur valeur nominale, sont allés les apporter à la banque de Grèce. Et celle-ci les a remboursés sur la base de 100 % de la valeur. Ils ont eu leur argent et tout le fardeau de la décote a été transféré au public.
    Ces fonds ont été forcés d’utiliser leurs réserves pour acheter les obligations d’État qui avaient perdu 70 % de leur valeur. Ces fonds, les fonds de retraite, sont confrontés aujourd’hui à un problème plus grave que les banques. Les fonds de retraite doivent planifier sur 15 à 20 ans pour être capables de payer les retraites, alors que la population âgée augmente et que la population active diminue. Ils doivent aussi verser les allocations chômage, etc. Aussi, tous ces verrous de dette reviennent à la surface en même temps. »

    Les « nombreuses personnes averties » l'ont été par quelqu'un. Il faudrait avoir un esprit retors ou une ….grande lucidité pour accuser ici les banquiers d'avoir avertis les vautours locaux....

    « LOI MACRON PUISSANCE DIX »2° ETAPE DU COMPLOT ACCUSER LES VICTIMES
    ... POUR LES RANCONNER

    Ce sont les mêmes comploteurs de Goldman Sachs qui sont derrière le coup d'Etat contre la Grèce.
    « Un accord qui tranche avec tout ce qui s'est fait par le passé. Pour la première fois, il n'est pas seulement question d'impôts – augmenter la TVA, la fiscalité sur les sociétés etc. Cette fois-ci, les créanciers, sous la pression de l'Allemagne et des pays du Nord, imposent des réformes de structures, jusque dans le moindre détail. Un vrai catalogue à la Prévert développé dans les sept pages de l'accord. De la réformer du Code Civil à la date des soldes. De la privatisation du réseau de distribution électrique à la réglementation de la vente de médicaments sans ordonnance. Plus l'ouverture des professions réglementées, l'autorisation du travail le dimanche etc. »
    Et le Canard Enchaîné de commenter
    « La loi Macron puissance dix. Sauf qu'en France il a fallu des mois de discussions parlementaires et trois votes bloqués pour adopter un texte modeste. Les Grecs, eux, sont sommés de voter la mégaréforme d'ici quarante-huit heures. »
    EXIGENCES MINIMA POUR …. COMMENCER LES NEGOCIATIONS
    Mais ce ne sont que « les exigences minima pour commencer les négociations »
    Ces précisions sont … incluses dans l'accord...
    Un accord ?
    Cela n'est qu'un ultimatum !



    SCHÄUBLE ET HOLLANDE LE FLIC DUR ET LE GENTIL FLIC


    C'est une farce de film que viennent de jouer Hollande et son comparse Schäuble.
    Quand ce dernier – le ministre allemand des finances - sort tout à coup la menace de l’éviction (pour cinq ans) de la Grèce de la zone euro, le premier – Hollande, président soutenu par 15% des Français - se présente en avocat des victimes.... comme l'avait fait Me Mignard, l'avocat de Zyed et Bouna Le hiérarque socialiste, avocat et ami de Hollande, avocat du Pinochet de la Côte d'Ivoire Ouattara était le prétendu avocat des victimes de la police..... une police que Valls et Cazeneuve envoient maintenant contre tous les petits Antonio roumains de France....

    Mais l'avocat Hollande et le procureur Schäuble sont un seul et même gang ! Un gang de larbin de la bankoslavoisie : la classe des banquiers et des bourgeois esclavagistes enchevêtrés. L'association de ceux qui imposent des salaires à 50 euros et de ceux qui font recel et blanchisse le butin esclavagiste.... Quand ce ne sont pas les mêmes : la banque Rivaud rachetée par Bolloré était le principal tuyau du vol gaulliste colonial et possédait des milliers d'hectares de plantations esclavagiste

    Le 10 juillet, les dirigeants allemands écrivaient

    « Au cas où aucun accord ne pourrait être obtenu, la Grèce se verra proposer une négociation rapide pour une sortie (time-out) de la zone euro. »
    Le Canard ajoutant
    « Wolfgang Schäuble précisait même par la suite que la période de purgatoire pourrait durer au moins cinq ans »
    Mais c'est un anonyme de la BCE qui dévoilait en off la manœuvre à Hervé Martin : le chantage de Schäuble faisait partie de la volonté générale de tous les comparses de faire rester Tsipras dans l'Euro …. mais en faisant reddition sur l'ensemble de son programme :
    [La phrase contenant la menace de sortie de la zone euro] a finalement été retirée de l'accord final publié le lundi13 au matin, à la demande expresse de Tsipras, soutenu vigoureusement par Hollande.
    Le journaliste du Canard Enchaîné cite un « proche de Benoît Coeuré, administrateur français de la BCE »
    « [Le président] n'a pas voulu que le chantage soit consigné noir sur blanc. L'Eurogroupe disait en substance aux Grecs : si vous ne faites pas toutes ces réformes, vous serez virés de la zone euro. C'est ça qui a fait bouger Tsipras. Il a employé cet argument devant son Parlement : « Je n'ai pas été élu pour faire sortir la Grèce de l'euro. » La population grecque étant à 80% pour le maintien dans la zone euro, cela lui a permis de faire adopter samedi 11, par 86% des députés grecs, le train de réforme que la population avait refusé à 61% par référendum six jours plus tôt. »

    Mais ce recul Tsipras-la-girouette n'est que la préfiguration de tous les autres reculs qu'ils lui concoctent.

    QUI REPRESENTE LES 61% DE VOTES NON ? LES16 % DE DEPUTES QUI ONT REFUSE DE VOTER POUR TSIPRAS SAMEDI 11 ?


    Le constat est simple «  86% des députés grecs » ont voté oui pour les mesures que « la population avait refusé à 61% par référendum six jours plus tôt. »
    Le calcul est simple à faire : ce sont donc 86% des députés qui ont soutenu la mesure souhaitée par 39% des Grecs.
    C'est donc comme si chacun de ces 39% de Grecs avaient tout à coup 2,2 voix au chapitre (86/39 =2,2)
    Et que, pendant ce temps, les 61% de votes « non », « OXI » n'avaient plus que 14% de députés pour les représenter. Or 14/61 = 0,23
    Les premiers sont 2,2 fois plus puissants, les seconds sont 4,35 fois plus faibles que leur importance réelle.
    Multiplier les 2 résultats donne plus de 9 : le poids politique, l'importance des 39% de Grecs ayant voté « OUI » est donc 9 fois plus grande que celle des 61% ayant voté « NON ».
    (86*61)/(39*14) = 9,6
    Tel est le premier résultat du complot des larbins de la bankoslavoisie européenne et étasunienne : une minorité de Grecs pèsent 10 fois plus que la majorité !
    Mais diront les hypocrites, les Grecs sont à 80% pour le maintien dans la zone euro.
    On pourrait leur faire remarquer que 86% des députés ne sont pas 80%.
    Mais de surcroît, les 61% avaient refusé les propositions des gangters de l'Euro en connaissance de cause. Ils savaient pertinemment quelles étaient les méthodes de chantage de Merkel, Schäuble, Draghi, Hollande & Co.

    MAISON SCHÄUBLE : « BANQUE LA PLUS BÊTE DU MONDE »
    La banque KfW est la Caisse des Dépôts allemande. Cette banque avait gagné son surnom, selon Hervé Martin, en versant 300 millions d'euros à Lehman Brothers.
    Ce versement fut fait en 2008 « le 19 septembre, alors que Lehman Brothers annonçait qu'il se mettait en faillite « 

    C'est maintenant le bourreau Schäuble qui en est le dirigeant. 
    50 MILLIARDS D'EUROS A PRIVATISER POUR DEPECAGE

    Et c'est à ce titre que le ministre Schäuble avait décidé de s'accaparer – pour une filiale de la banque qu'il préside – un total de 50 milliards de biens publics grecs.
    Vous ne rêvez pas : un ministre allemand décidant de confisquer 50 milliards d'euros de propriétés publiques appartenant aux Grecs, de les transférer à un « Institut pour la Croissance » basé au Luxembourg – institut sous le contrôle du même ministre, en tant que président de la maison mère de ce « fonds »


    « Il aurait eu pour fonction de vendre lui-même ports et autres pépites grecques à privatiser. Et accessoirement, de s'assurer qu'il n'y ait pas d'« évaporation » des capitaux ainsi réunis et d'amorcer le désendettement du pays. On ne saurait mieux placer les Grecs sous tutelle »

    La cerise sur le gâteau étant la présence, aux côtés de Wolfgang Schäuble, de Sigmar Gabriel
    la banque KfW «...son vice-président est Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand et leader du SPD. Deux des ennemis les plus connus de Tsipras.
    Un fonctionnaire français de la BCE commente pour le Canard Enchaîné :
    « Les Allemands, qui n'ont pas digéré les coups tordus de Tsipras, avaient ouvertement la volonté de le punir en l'humiliant »
    On voit l'épaisseur psychologique de ces gens-là.
    Il a donc fallu que le « chevalier blanc » Hollande n'intervienne pour faire …... « reculer » les comploteurs....
    « Berlin propose désormais que ledit fonds soit basé à Athènes et « dirigé par les autorités grecques ». Mais quand même « sous la supervision des institutions européennes compétentes ».

    Quel soulagement : la victime d'un guet-apens aura donc le choix du lieu et de l'heure à laquelle elle livrera le montant du butin aux gangsters qui ont monté l'embuscade.
    Naturellement, ceux qui accuseront les comparses Schaüble et Hollande d'avoir exagéré les exigences pour faciliter à Tsipras d'avaler la potion amère trouveront dans les médias français les « spécialistes » idoines pour leur remettre les idées en place.

    Dans la Mare aux Canards, en page 2 du Canard Enchaîné, on trouve d'autres précisions sur le combat psychologique visant à faire tomber Tsipras le naïf formois consentant :
    « …. on a frôlé le clash dans la nuit du 11 au 12 juillet, quand Angela Merkel a cru bon d'interroger Alexis Tsipras les yeux dans les yeux :
    « Quand allez-vous privatiser les ports ? Qui va les acheter ? Trois chaînes de télévision publique, ça ne fait pas un peu trop ? » A chaque question, le Premier ministre grec ne répond pas vraiment et les lève les yeux au ciel. Il est à bout de nerfs, épuisé, et il a déjà dû subir les interrogatoires d'autres dirigeants européens. Lesquels n'ont pas arrêté de pinailler, s'attardant au moindre détail.
    Une autre révélation du Canard met à mal la présentation hypocrite de Hollande proche de la « gauche » grecque. En effet, lorsque l'Italie commence à perdre patience des exigences contre-révolutionnaires accélérées des dirigeants allemands, loin de construire un front commun France-Italie pour remettre à leur place ces dictateurs germaniques, se met à.... jouer les entremetteurs :
    « Mais le Premier ministre italien, Matteo Renzi, n'est pas loin de péter les plombs. Il apostrophe Merkel ; « Si vous avez décidé de faire sortir la Grèce, assumez-le et dites-le ! »
    Heureusement le champion français est là, qui s'entremet et réconcilie finalement l'Allemand avec l'Italien.
    Mais les observateurs savent que Renzi a de quoi être inquiet : après la potion amère pour la Grèce, c'est l'Espagne qui est dans le collimateur de Merkel-Schäuble mais après l'Espagne, ce sera évidemment soit la France soit l'Italie. Et si Hollande est prêt à tout faire pour déclencher un clash avec les Français pour tester tout l'appareillage juridique et militaire contre-révolutionnaire qu'il a mis en place depuis 2012 – y compris les terroristes qu'il finance, protège et encadre – les Italiens savent eux, après l'expérience de la Banque de l'Agriculture à Milan, que la contre-révolution peut tout à coup se retrouver sous des projecteurs géants.
    Ils savent que les bombes de l'OTAN entreposées dans une cache du réseau Gladio-Stay Behind et qui avaient été fournies aux terroristes fascistes par les homologues italiens de François de Grossouvre pourraient tout aussi bien se retrouver avec de gros projecteurs dans les médias..... comme pourraient se retrouver sur des médias à grande écoute, le soutien de Sarkozy aux terroristes de Soro (avec l'appui de l'ONUCI et de la force militaire LICORNE), la demande du même aux terroristes MNLA et Ansardine d'attaquer le Mali en janvier 2012, la protection constante de ces terroristes par l'agent régional de la Franceàfric – Blaise Compaoré.
    Et, en tirant sur la ficelle, on verrait apparaître Iyad Ag Ghali (20 millions reçus de Hollande en octobre 2013) , AQMI (58 millions de dollars versés par Sarkozy et Hollande), MNLA financé par la Suisse et aidé par l'Union Européenne et le député corse Alfonsi.
    On verrai apparaître le terroriste Wadoussène, organisateur de l'enlèvement de Lazarévic et de l'assassinat de Philippe Verdon.
    On verrait apparaître Boubakeur Al Hakim le véritable chef du réseau terroriste des Buttes Chaumont. Et l'organisateur de l'assassinat des Mélenchon de Tunisie – Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.
    On verrait apparaître les mêmes saloperies fascistes que les socialo-fascistes italiens organisaient avec la loge P2 et la mafia dans les années 70-80 en Italie.
    Et, lorsque cela se produira en France, Hollande n'est pas totalement à l'abri d'une opération main propre où la totalité des attentats terroristes commis en France apparaîtraient comme ayant tous été commis avec l'acceptation ou la passivité coupable des services secrets français. A commencer par les attentats de 1995 pour lesquels la responsabilité des services secrets du FLN algérien et de la mafia des généraux voleurs est restée aussi camouflée que leur activité pratique pour fabriquer les FIS-GIA et servir d'école aux actuelles fabrications de terroristes par la DGSE française.
    Les politiciens italiens savent ce qu'il en coûte de fabriquer du terrorisme pour tenter de basculer un pays dans le fascisme.
    Il semble que Hollande le niais n'ait tiré aucune leçon de l'Histoire.
    En jouant les pseudo-conciliateurs il facilite l'opération de Merkel-Schäuble.
    Mais en prenant les mêmes risques qu'eux de voir surgir la révolution européenne tout à coup.



    DES COMPLOTEURS DANS L'OMBRE : ATTAQUEURS DE DRACHME, SPECULATEURS D'EMPRUNTS et les BEARFISH 2008 AGAIN EN EMBUSCADE
    Derrière Schäuble et Merkel, il y a évidemment des lobbyistes de la bankoslavoisie. Pas tous certes : les inquiétudes de Christine Lagarde et du FMI reflètent la crainte d'une partie de la classe bourgeoise US que la machine ne vienne à casser dans tous les sens de façon incontrôlable.
    Après avoir joué les apprentis sorciers en déclenchant une attaque contre l'Irak dont le but principal – même s'ils ne le savaient pas – était de fabriquer massivement DAECH pour justifier le Patriot Act, les USA sont devenus plus prudents : ils ont créé un monstre. Ils ont joué le rôle d'un docteur Frankenstein – comme le dénonçait le général français Vincent Desportes – qui commence à se demander combien de temps il pourra encore tenir sa créature sous contrôle.

    MARDI 10 FÉVRIER 2015

    Vincent Desportes, un général français accuse les USA d'être les créateurs de ce monstre :
    "Quel est le docteur Frankenstein qui a créé ce monstre ? Affirmons-le clairement, parce que cela a des conséquences : ce sont les Etats-Unis. Par intérêt politique à court terme, d'autres acteurs - dont certains s'affichent en amis de l'Occident - d'autres acteurs donc, par complaisance ou par volonté délibérée, ont contribué à cette construction et à son renforcement. Mais les premiers responsables sont les Etats-Unis" (compte rendu Sénat)

    «Général Martin Dempsey le chef d'état-major des armées, a été auditionné, à huit clos, par la commission de la Défense du Sénat. Mais les propos qu'il y a tenus ont vite franchi l'Atlantique ; « La campagne pour éjecter l'Etat islamique, prévoit ce militaire impétueux, nous occupera durant les trois années qui viennent. » Avant d'ajouter que « cela prendra une génération avant que la région parvienne à un état de stabilité permanente. »

    Créer la pagaille, créer les terroristes, mettre en œuvre la « Stratégie du Choc » - que dénonçait Naomi Klein, est la façon dont la bankoslavoisie gère la planète pour perpétuer sa domination et courir vers le suicide de l'humanité.
    Ils font l'Histoire sans le savoir, en ayant des mobiles qui cachent d'autres mobiles mais qui camouflent aussi les véritables raisons : abolir le capitalisme en 2008 aurait stoppé instantanément la crise financière des subprimes...... mais Paulson agissaient précisément pour le perpétuer... et pour permettre à leurs amis vautours-bearish de profiter au maximum de cette crise... tant que cela était encore possible.

    Si c'est bel et bien d'un coup d'Etat fasciste économique dont il s'agit en Grèce, on voit aussi des sous-lobbies tirer la corde dans tel ou tel sens.
    On a vu Merkel s'affirmer comme lobbyiste des acheteurs de ports – ces Bolloré pour lequel Sarkozy a truqué les élections ivoiriennes de 2010 et organisé la mort de 3000 personnes pour mettre en place Ouattara qui vendit donc la 2° moitié du port d'Abidjan au vautour Franceàfric Vincent Bolloré.
    Mais il en est d'autres :

    Ceux qui tirent vers le GREXIT dans le but de spéculer contre drachme capitaliste.
    La jouer à la baisse pendant que leurs complices continueront à exiger le paiement des emprunts.... malgré le défaut....
    Ceux qui tirent vers le GREXIT mais pour un but plus global encore: rééditer 2008. Tous les bearish qui considèrent les magouilles de Bernanke, de Abe au Japon et de Janet Yellen comme des bombes explosives à retardement..... qui leur permettront de sortir de leur grotte d'Ours pour vendre des millions et des milliards d'actions qu'ils ne possèdent pas en espérer rééditer la magouille Lehman Brothers

    Ceux qui, plus politiques, espèrent régler son compte à la formoisie européenne. En particulier parvenir à diminuer tous les revenus, de 10%, 20%, 30%, le fameux plan secret de la banque JP Morgan

    . pour en finir avec l'Etat providence européen 

    JPMorgan réclame des régimes autoritaires en Europe

    Par Stefan Steinberg 
    19 juin 2013
    Dans un document publié à la fin du mois de mai, le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase réclame l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires.
    Le document de 16 pages a été réalisé par le groupe Europe Economic Research de JPMorgan et est intitulé « L’ajustement de la zone euro – bilan à mi-parcours. » Le document commence par faire remarquer que la crise de la zone euro a deux dimensions.


    En conclusion, il faut appliquer les mesures préconisées dans l'article précédent.
    Les deux ministres démissionnaires doivent trouver 24 députés pour les désigner comme délégués nationaux

    " la vice-ministre des Finances Nadia Valavani et du ministre adjoint aux Affaires européennes, Nikos Chountis,.Elus de Syriza tous les deux, ils sont opposés à l'accord passé avec les créanciers lundi. (La Tribune)"


    SAMEDI 11 JUILLET 2015


    Contre les députés SYRIZA qui trahissent il faut l'humanocratie des délégués révocables. Un commentaire sur le site de Guillaume Etiévant sec Nat du Front de Gauche


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    11/7/2015


    De nombreux tweets éclairant ce qu'un véritable gouvernement du peuple aurait fait depuis une semaine ont été publiés. En particulier sur la mise en place de l'humanocratie et d'une révo-monnaie se subsituant à l'euro autant en Grèce qu'en France, qu'en Espagne et dans tous les territoires libérés de l'esclavage de la bankoslavoisie.
    e commentaire porte en particulier sur la façon dont les 149 députés SYRIZA devraient rendre des comptes aux 61% de Grecs qui ont refusé l'ultimatum des fascistes de l'Eurogroupe

    Su le blog de Guillaume Etiévant (mais non validé et donc non affiché sous son (absurde) article

    TSIPRAS NE CAPITULE PAS, IL POURSUIT SA STRATÉGIE


    @Barjac Bonjour
    Votre constat est juste. Votre défaitisme l'est moins.
    L'heure est à quitter le capitalisme, abolir les banques et le crédit, redonner au citoyen l'investissement (de façon libérale et égaliste et donc sans retour personnel) et enfin, c'est la démocratie esclavagiste qu'il faut quitter.
    Vous avez écrit
    +++++
     Je ne sais pas si les grecs ont voté non pour se voir appliquer les mesures d’austérité qu’ils refusent (?) Mais je suis sûr que là, vous battez les records en matière de langue de bois. Et je me mets à douter grave de la cohérence des politiques anti-austérité que vous proposez ! Le résultat de cet épisode grec, qui nous occupe presque à plein temps, ce sera peut-être que les quelques électeurs qui nous font encore confiance vont se demander si, vraiment, il existe une autre politique possible, qui ne passe pas sous les fourche caudines de la Troïka … Je préfère continuer à penser que si, podemos, mais peut-être pas dans le cadre institutionnel de l’Europe telle qu’on veut à tout prix nous l’imposer
    +++++
    Seulement Podemos est, comme SYRIZA contrôlé par la formoisie électoraliste.
    N'ayez AUCUN espoir .....
    Cela finira(IT) pareil si l'autre solution ne se met pas en place.
    HUMANOCRATIE SEULE SOLUTION
    Si l'on regarde les 149 députés de Tsipras, leurs électeurs sont quasiment 15000 à avoir voté pour chacun d'entre eux.
    (2 246 064 votes Syriza divisés par 149 = 15074)
    DELEGUES DEPUTES REVOCABLES 1871-2015
    On remarque alors que 15000 était le nombre moyen d'électeurs pour un député REVOCABLE de la Commune de Paris de 1871.
    Il suffit donc d'entourer CHAQUE député de Tsipras d'un CONSEIL de 25 personnes.
    Et ces députés élus deviendront des délégués députés révocables à tout moment.
    Il suffit de 25 délégués conseillers qui contrôlent le député et qui décide ou non de le PERPETUER à son poste.
    En cas de perte d'un des 25.... et bien, le député RETOMBE conseiller.... et quitte son poste....
    En effet, si le quota de 25 délégués conseillers (qui valident donc le soutien de 15625 délégateurs) n'est plus atteint, le DEPUTÉ est RÉVOQUÉ !
    Chaque délégué conseiller étant, lui aussi, révocable , car contrôlé par 25 délégués de base.
    Qui eux aussi sont sous le contrôle de 25 délégateurs.
    On retrouver 25*25*25 = 15625 le nombre (moyen) d'électeurs qui ont envoyé au Parlement les 149 députés SYRIZA

    Mais alors, le peuple pourrait en désigner d'autres....
    Bien évidemment : les 36,34% de Syriza aux élections sont une minorité de 61% de votes NON OXI
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_grecques_de_2015
    Si l'on ajouter les Grecs indépendants, on a 293 371 votes 4,75 % des exprimés.
    Aux élections, ils ont obtenu 13 sièges... mais avec les quotas de la Commune..... ils seraient
    293 371/15625 = 18 soit 5 de plus....
    Mais, les 61% du référendum, ils devraient aussi se transformer en députés OXI
    3 558 450 votes NON ce sont 227 députés OXI-NON
    Il faudrait donc des députés NON qui s'ajouteraient à ceux se trouvant déjà au parlement.
    149 SYRIZA + 15 communistes + 13 indépendants.... ne sont que 177.... il en manque 50
    IL MANQUE 50 DEPUTES OXI POUR RESPECTER LE VOTE NON
    Bon.... comme les fachos ont 17 députés..... on peut leur ajouter 3...
    CE SONT DONC 30 DEPUTES DE LA GAUCHE ANTI-CAPITALISTE qui feraient irruption dans un PARLEMENT REVOCABLE !
    Quant à l'opposition de droite pro-Banques.... leurs 2245537 votes oui.... ne leur laisseraient plus que 143 députés..... et encore.... car la REVOCABILITE PERMANENTE inciterait le peuple à en CHOISIR D'AUTRES !

    C'est l'HUMANOCRATIE qu'il faut construire
    Elle est la seule alternative à la DEMOcratie esclavagiste.
    Comme le rapportait Athénée de Naucratis (Deipnosophistes : livre VI) L'Athènes démocrate ce n'était qu'un groupe de 5% qui commandaient les autres.
    +++++
    [272c] Ktésidès rapporte, dans le liv. 3 de ses Chroniques, qu'à la cent dixième[242] olympiade on fit en Attique, sous Démétrius de Phalère, le dénombrement des habitants de l'Attique, et qu'il s'y trouva vingt-un mille Athéniens, dix mille étrangers, et quarante myriades d'esclaves.
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2013/08/la-vraie-definition-de-democratie-est.html
    http://remacle.org/bloodwolf/erudits/athenee/livre6.htm 


    Loading...
    0 0

    LA MAJORITE DES MEMBRES DU COMITE CENTRAL DE SYRIZA REJETTENT L'ACCORD
    Déclaration de 109 membres (sur 201) du Comité Central de Syriza
    Le 12 Juillet à Bruxelles, un coup d'État a eu lieu à Bruxelles, qui a démontré que l'objectif des dirigeants européens était d'infliger un châtiment exemplaire à un peuple qui avait envisagé un autre chemin, différent du modèle néolibéral de l'extrême austérité. C'est un coup d’État dirigé contre toute notion de démocratie et de souveraineté populaire.
    L’accord signé avec les « Institutions» est la conséquence des menaces d’étranglement économique immédiat et représente un nouveau Memorandum imposant une tutelle odieuse et humiliante qui détruira notre pays et notre peuple.
    Nous avons conscience des pressions asphyxiantes exercées sur le gouvernement grec, mais nous considérons que le NON au référendum fièrement exprimé par peuple ne l’autorise pas à céder aux pressions des créanciers. Cet accord n’est pas compatible avec les idées et les principes défendus par la gauche, mais surtout, il n’est pas compatible avec les besoins des classes populaires. Cette proposition ne saurait être acceptée par les membres et les cadres de Syriza.
    Nous demandons au Comité central de se réunir immédiatement et nous appelons les membres, les cadres et les députés de Syriza à préserver l’unité du parti sur la base des décisions prises lors de notre conférence et de nos engagements programmatiques.
    Athènes, le 15 juillet 2015
    trad. Nicolas Vieillescazes - un grand merci ainsi qu'à Marin de Mélopéepour ses remarques

    0 0


    présentation Yanick Toutain
    REVACTU
    16/7/2015

    Ecrit en novembre 2011
    "Ce dont les Grecs ont besoin – Grecs formois et Grecs spoliatés – c'est d'une offensive révolisationnaire égalitariste.
    En commençant par la mise en place de la délégation générale révocable.
    Il faut en FINIR AVEC LES ELECTIONS !
    Ce sont les Grecs ont besoin c'est d'un GOUVERNEMENT de DELEGUES NATIONAUX REVOCABLES.
    Ce dont les Grecs ont besoin, c'est donc d'un parti égalitariste exigeant « 1000 euros pour tous les Terriens », un parti qui donnera voix au chapitre du plus pauvre des Grecs.
    Les Indignés et les syndicats grecs ne sont – presque toujours – que les défenseurs hypocrites des privilèges formois.
    Ce dont les Grecs ont besoin c'est d'un parti égalitariste révolutionnaire qui prépare résolument les TROIS révolutions dont la Grèce a besoin.
    Révolution anti-capitaliste abolissant le droit à s'accaparer le fructus d'un bien de production. 
    Mais aussi révolution anti-formoise abolissant les diplômes et le salariat qualifié.
    Mais aussi révolution anti-innovoise abolissant le droit d'auteur marchand et décrétant la gratuité définitive de tout l'immatériel.

    Nous sommes là aux antipodes de tous les charlatans de Libération, du Monde Diplomatique, d'Alternatives Economiques et de tous les politicards de la formoisie !
    C'est pourquoi la construction d'un socle conceptuel néo-marxiste et post-marxiste est la clé de la consruction d'un tel parti égalitariste mondial. Dont la Grèce a besoin dès aujourd'hui. Dont l'Espagne, l'Italie auront besoin demain. Dont tous les travailleurs (formois ou spoliatés) d'Europe auront besoin après-demain pour ne pas subir la botte infernale d'un nouveau Talon de Fer fasciste que la botte bancocrate est en train de construire tout en attisant la haine entre les les différentes nationalités d'Europe."


    Ecrit en 2011 : On va rassurer le crétin Christian Chavagneux :
    Après notre victoire, il touchera – chaque mois -
    sur son compte électronique
    une somme de 1000 euros
    (qui s’appelleront « révo » ou « afro » ou « que sais-je encore ? »)....
    Il pourra disposer de cette somme pour consommer. Il pourra utiliser une CARTE A PUCE.
    Une carte qui se BLOQUERA dès que le niveau ZERO aura été atteint !
    Ce ne sera donc pas une « carte de crédit » mais, bel et bien – comme le mentionne comme « invention » financière le crétin Christian Chavagneux - une CARTE A PUCE !
    Une carte à puce sans BANQUE, sans SYSTEME BANCAIRE, sans CAPITALISTES, sans SPECULATEURS !!!
    Le grand innovant qu'[était Roland Moreno décédé depuis] n'était pas un spéculateur ni un financier !!!
    Il était simplement un INVENTEUR !
    Dans une civilisation égalitariste, il aurait disposé de financement pourn créer SA PROPRE ENTREPRISE !
    Sans avoir besoin de la DEMANDE d'un PARASITIQUE SYSTEME FINANCIER !
    Et nous pouvons même rassurer – quant à ses autres assertions stupides - le crétin Christian Chavagneux : IL POURRA MEME ALLER RETIRER DES BILLETS !
    AU DISTRIBUTEUR !!!
    Des billets sur lesquels on aura posé le PORTRAIT DE VOLTAIRE, DE NEWTON et de THOMAS SANKARA !
    Le cerveau des crétins – crétins que le système a fait monter dans ses hiérarchies - est tellement ranci que ces demeurés profonds sont incapables de prévoir le futur !
    Quant au fait de «  se prémunir contre une hausse éventuelle du prix du baril ».... on peut d'ors et déjà prévenir Christian Chavagneux : 
    1° de ce que le pétrole deviendra bientôt structurellement hors de prix : la taxe carbone mettra le litre d'essence à plus de 7,5 euros ! 
    2° de ce que les entreprises « yoyos » - qui s'amuseraient à avoir comme « raison sociale » de flanquer la pagaille dans les prix des biens de consommation ou les prix du capital circulant - mettraient rapidement la clé sous la porte : les citoyens investisseurs n'auront aucune raison de verser leurs « investissements démocratiques » pour perpétuer l'existence de semeur de pagaille.
    Comme, par ailleurs, mensuellement, la totalité des entreprises reverseront leur chiffre d'affaire à l'ordinateur central, le fait de « faire du profit » sera considéré comme une absurdité : Si des entreprises reverseront une somme supérieure aux investissements reçus, cela sera considéré comme UN des critères d'analyse. D'autres critères seront tout autant pertinent : en effet, une « entreprise-film » pourra avoir choisi de distribuer gratuitement (uniquement par téléchargement en ligne) leur « oeuvre-film » et n'aurait donc aucun « chiffre d'affaire » à reverser à l'ordi central.
    3° Dans ce contexte, les entreprises achèteront leur capital circulant au PRIX DU MARCHE.... sans qu'aucun achat anticipé ne puisse SEMER LA PAGAILLE sur les EVOLUTIONS DE PRIX !
    Quant au fait que le crétin puisse réaliser son rêve de faire INTERDIRE la VENTE A DECOUVERT …. depuis que Émile Zola a écrit son livre L'argent, c'est le rêve de tous les crétins réformistes.
    Autant apprendre aux vautours à devenir végétariens.
    Nous savons parfaitement que ces ventes à découverts sont – depuis 2008 – une technique de financements géants – mais nous savons tout autant que seule la défaite du capitalisme permettra la défaite de l'aristocratie financière.


    Les articles dénonçant les attaques contre la Grèce publiés sur Revactu ont eu un nombre ridiculement faible de lecteurs.
    Les formois viendront geindre qu'on ne les avait pas averti.
    Ils viendront se plaindre qu'on ne leur a pas expliqué la pathologie consumériste, le fait qu'ils volaient les Africains et les Chinois..... qui, eux, se "contentaient" de 50 euros par mois au prix de 7 millions de morts de bébés en 2005 (3 millions en Afrique et 4 millions en Asie et de à peine moins de 6 millions en 2015. (quasiment autant de morts maintenant parmi les bébés d'Afrique et ceux d'Asie... plus de 2,7 millions)
    Ils viendront se plaindre qu'on ne leur a pas dit de désigner des délégués révocables et de cesser de voter.
    Ils diront : "Mais on ne savait pas former des groupes de 25 et désigner des délégués révocables."

    Ils se plaindront qu'on ne leur avait expliqué comment se contenter de 1000 euros par mois pour vivre et de 300 euros par mois pour investir sans capitalisme.
    Ils se plaindront....  et laisseront encore des Macron et des Mélenchon les trahir au profit du capitalisme pour préserver leurs médiocres privilèges....

    2011 

    245 LECTEURS POUR CET ARTICLE

    VENDREDI 4 NOVEMBRE 2011



    2013 69 LECTEURS

    VENDREDI 20 SEPTEMBRE 2013



    2014


    FEVRIER 54 LECTEURS

    JEUDI 6 FÉVRIER 2014

    DECEMBRE 2014 52 LECTEURS

    LUNDI 8 DÉCEMBRE 2014

    L'esclavage, ça me fout les boulè ! (réponse à Michel Decollogne)

    Ici se rassemblaient les propriétaires d'esclaves












    2015

    SAMEDI 11 JUILLET 2015


    MERCREDI 15 JUILLET 2015

    JEUDI 16 JUILLET 2015


    LIRE LES ARTICLES DEPUIS 2011

    VENDREDI 4 NOVEMBRE 2011

    Grèce : Faire la révolution anti-capitaliste ou subir la dictature de la bancocratie : La formoisie et les spoliatés grecs sont au pied du mur. Une attaque offensive aggravée prologue de l'agression générale contre la formoisie mondiale


    Par Yanick Toutain
    3-4/11/2011
    « Leur pays est en faillite. Au G20 de Cannes ou de Canossa, leur Premier Ministre fut convoqué comme un laquais par le couple franco-allemand. Obligé de faire antichambre pendant deux longues heures. Renvoyé à sa banqueroute pendant une conférence de presse où se joue le destin de son pays. S'il veut faire un référendum, la question lui sera dictée. S'il veut de l'argent, il devra faire allégeance à ceux qui désormais gouvernent chez lui. L'alternative ? Le protectorat ou la honte. »(Editorial deLibération de ce jour 4/11/2011 par Nicolas Demorand)
    « Sdf, chômeurs, affamés, nouveaux pauvres mendiants, se multiplient. C’est comme un nuage de sauterelles ravageant une moisson. Il faut payer 120 euros pour une visite médicale. Ces nouveaux « colonels » de la Troïka qui occupent la Grèce – au nom de l’UE – réussissent à la plonger dans la misère : le PIB grec recule de 5,5 %. Ils pillent les salariés grecs, les chômeurs et retraités grecs, mais ils sauvent les riches Grecs qui ont planqué 40 milliards en Suisse depuis janvier, dont 20 milliards en une seule journée le vendredi noir, 28 mai 2011. »(écrit, il y a un mois, par Gérard Filoche, le 4/10/2011 cité infra)

    Le planteur de Kienké – non protégé par le « defenseur de la formoisie prolétarienne » qu'est Gérard Filoche doit bien accepter de vivre avec un revenu 120 fois plus faible que le revenu du pilote d'avion abonné à « Démocratie Socialiste ». !
    C'est cela le « miracle » des Trente Glorieuses !
    Le financement des vampires formois par les esclaves africains et les mingongs de Chine ! (YT infra)
    L'endettement de l'État était, bien au contraire, d'un intérêt direct pour la fraction de la bourgeoisie qui gouvernait et légiférait au moyen des Chambres. C'était précisément le déficit de l'État, qui était l'objet même de ses spéculations et le poste principal de son enrichissement. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or, chaque nouvel emprunt fournissait à l'aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l'État, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans les conditions les plus défavorables. Chaque nouvel emprunt était une nouvelle occasion, de dévaliser le public qui place ses capitaux en rentes sur l'État, au moyen d'opérations de Bourse, au secret desquelles gouvernement et majorité de la Chambre étaient initiés. En général, l'instabilité du crédit public et la connaissance des secrets d'État permettaient aux banquiers, ainsi qu'à leurs affiliés dans les Chambres et sur le trône, de provoquer dans le cours des valeurs publiques des fluctuations insolites et brusques dont le résultat constant ne pouvait être que la ruine d'une masse de petits capitalistes et l'enrichissement fabuleusement rapide des grands spéculateurs. Le déficit budgétaire étant l'intérêt direct de la fraction de la bourgeoisie au pouvoir, on s'explique le fait que le budget extraordinaire,dans les dernières années du gouvernement de Louis-Philippe, ait dépassé de beaucoup le double de son montant sous Napoléon, atteignant même près de 400 millions de francs par an, alors que la moyenne de l'exportation globale annuelle de la France s'est rarement élevée à 750 millions de francs. En outre, les sommes énormes passant ainsi entre les mains de l'État laissaient place à des contrats de livraison frauduleux, à des corruptions, à des malversations et à des escroqueries de toute espèce. Le pillage de l'État en grand, tel qu'il se pratiquait au moyen des emprunts, se renouvelait en détail dans les travaux publics. Les relations entre la Chambre et le gouvernement se trouvaient multipliées sous forme de relations entre les différentes administrations et les différents entrepreneurs. (...)
    Par contre, la moindre réforme financière échouait devant l'influence des banquiers, telle, par exemple, la réforme postale. Rothschild protesta, l'État avait-il le droit d'amoindrir des sources de revenu qui lui servaient à payer les intérêts de sa dette sans cesse croissante ?
    La monarchie de Juillet n'était qu'une société par actions fondée pour l'exploitation de la richesse nationale française dont les dividendes étaient partagés entre les ministres, les Chambres, 240 000 électeurs et leur séquelle. Louis-Philippe était le directeur de cette société : Robert Macaire  [5] sur le trône. Le commerce, l'industrie, l'agriculture, la navigation, les intérêts de la bourgeoisie industrielle ne pouvaient être que menacés et lésés sans cesse par ce système. Aussi, celle-ci avait-elle inscrit sur son drapeau, pendant les journées de Juillet : Gouvernement à bon marché. (Karl Marx cf mon article)


    C'est une véritable guerre contre la formoisie et les peuples spoliatés que mène l'aristocratie financière - la classe bancaire mondiale. Karl Marx les appelait "bancocratie" il y a plus d'un siècle.
    Je citais fréquemment Karl Marx :

    La défaite de juin 1848.

    Après la révolution de Juillet, lorsque le banquier libéral Laffitte conduisit en triomphe son compère le duc d'Orléans à l'Hôtel de ville [1], il laissa échapper ces mots : « Maintenant, le règne des banquiers va commencer. » Laffitte venait de trahir le secret de la révolution.
    Ce n'est pas la bourgeoisie française qui régnait sous Louis-Philippe, mais une fraction de celle-ci : banquiers, rois de la Bourse, rois des chemins de fer, propriétaires de mines de charbon et de fer, propriétaires de forêts et la partie de la propriété foncière ralliée à eux, ce que l'on appelle l'aristocratie financière. Installée sur le trône, elle dictait les lois aux Chambres, distribuait les charges publiques, depuis les ministères jusqu'aux bureaux de tabac. (cf mon article :mercredi 17 mars 2010 Le déficit et l'aristocratie financière : Sous Louis-Philippe, les mêmes escrocs de la Banque organisaient le déficit structurel de l'État délibérément (Marx dénonçait en 1850 les maîtres à penser des escrocs de l'école de Chicago : "Les Luttes de classes en France")


    Si les membres de la bourgeoisie de formation sont des privilégiés qui consomment plus que 600 euros par mois (et par personne), de plus en plus nombreux sont les travailleurs de Grèce qui sont SOUS ce plancher. Ils sont – comme les sont les spoliatés d'Afrique et d'Asie, victimes de la spoliation de leur part égale du PIB mondial.
    La bancocratie a décidé que les temps des Trente Glorieuses et du partage du butin colonial était fini.



    Même les réformistes formois que sont Antoine Dumini et François Ruffin sont contraints, dans le Monde Diplomatique de Novembre 2011 de le reconnaître. Après avoir ironisé sur le "couplet" entonné le 8/09/2011 par Jean-Claude Trichet pendant sa dernière conférence de presse*
    « Nous devons aller vers l'élimination des clauses d'indexation automatique des salaires et un renforcement des accords entreprise par entreprise, de manière à ce que les salaires et les conditions de travail puissent s'adapter aux besoins spécifiques des entreprises. Ces mesures doivent s'accompagner de réformes structurelles, en particulier dans les services - dont la libéralisation des professions fermées-, et, quand c'est approprié, de la privatisation de services aujourd'hui fournis par le service public, de manière à faciliter les gains de productivité et soutenir la compétitivité. » ((Monde Diplomatique 2011/11)
    ... on voit les deux "penseurs" formois nous décrire la situation :
    « DES GOUVERNEMENTS BIS
    À ATHÈNES, DUBLIN, LISBONNE »
    « (...) la BCE dispose désormais des moyens de transformer ses idées en réalité, bien au-delà de la politique monétaire. Ses experts - aux côtés des autres missionnaires de la bien-aimée « troïka », ceux du FMI et de la Commission Européenne - s'imposent comme des gouvernements bis à Athènes, Dublin, Lisbonne. »(Monde Diplomatique 2011/11)
    Cela s'appelle - dans le langage des révolutionnaires – des COUPS D'ETAT.
    Quand un gouvernement bis vient se substituer au gouvernement "légitime", il n'y a pas d'autre mot !
    Les deux plaisantins formois nous en donne même le contenu détaillé des domaines d'intervention des GAULEITERS de la bureaucratie bancocratique européenne :

    "Ils mettent les ministères sous tutelle, énoncent leurs « quinze commandements » : étendre le chômage technique, réduire les retraites agricoles, diminuer les dépenses publiques, etc. (…) » (Monde Diplomatique 2011/11)
    On voit même un membre du PS – un ex membre du bureau politique de feue la LCR – faire une comparaison au vitriol entre l'occupation nazie pendant le 2° guerre mondiale et les émissaires européens en Grèce. Sous le titre « La « task force » de la troïka UE/BCE/FMI occupe Athènes », Gérard Filoche écrivait le 4 octobre dernier :
    « Jean Claude Junker avait annoncé : « la souveraineté de la Grèce sera énormément restreinte ». La presse allemande avait dénoncé les Grecs paresseux et leur avait proposé de vendre des Iles ou l’Acropole.  Une campagne de dénigrement digne de « 14-18 » fleurit partout en Europe contre les Grecs qui fraudent, les Grecs qui ne paient pas leurs impôts, les Grecs qui ne travaillent pas, les Grecs corrompus. (…) Mais, ces calomnies servent à faire la guerre à la Grèce.
    Jusque-là je parlais ici de corps expéditionnaire, d’hommes en noir, de canonnières contre les Grecs, mais c’est encore plus clair, ça y est : Le Monde du 4 octobre, titre en « une » « Bruxelles dépêche une task force à Athènes ».
    Sarkozy et Merkel ont donc envoyé ouvertement leurs « colonels » occuper la Grèce : Le Monde décrit « A Athènes, les hommes de Bruxelles sont aux manettes », c’est Horst Reichenbach « un technocrate à l’élocution grise aussi soignée que ses costumes » qui dirige ce corps expéditionnaire de 50 fonctionnaires étrangers qui viennent contrôler les comptes, imposer les directives, mettre à sac le pays. »
    Alors que le robinet à fric continue de couler tranquillement et abondamment en direction des banques sous le regard affectueux du gangster de la bureaucratie bancaire européenne, on voit ces mêmes banques utiliser le fric que leur versait Trichet pour …. spéculer contre les États !
    Tout ce cirque n'est qu'un prétexte.
    Comme le rappellent Antoine Dumini et François Ruffin, en citant les propos de Paul Mercier – un haut fonctionnaire de la BCE chargé de l'attribution des « octrois de crédit » aux banques privées : 

    « Tous les mardis, nous avons une grosse adjudication de crédit [aux banques commerciales]. Le Board [conseil des gouverneurs] décide combien on va mettre sur le marché. (…) Quoique.... dans les circonstances actuelles, nous avons décidé de permettre aux banques de déterminer combien elles veulent emprunter. Ce sont des mesures un peu spéciales que nous avons dû prendre à cause de la crise financière. » …. (Monde Diplomatique 2011/11)
    et les deux auteurs de citer un expert des marchés des changes, Ivan Fréchard :
    « En ce moment, c'est assez simple : nous pourvoyons toutes les liquidités que les banques nous demandent. C'est la politique du full allotment ».
    Hier encore – 3/11 – on apprenait que les « chers banquiers » allaient avoir droit à un nouveau cadeau de la part de la BCE. Une baisse du prix payé par les banquiers pour obtenir l'argent de l'« indépendante » Banque Centrale européenne.
    « Déboussolées depuis le début de la semaine, les places boursières européennes ont finalement monté en flèche jeudi essentiellement grâce à une baisse des taux de 0,25 point, à 1,25%, décidée par la Banque centrale européenne (BCE). Pour son baptême du feu, son nouveau président, l'Italien Mario Draghi, a pris cette décision surprise alors que la crise grecque risque d'entraîner "une réaction en chaîne" et affecter l'économie mondiale, selon les termes du Premier ministre japonais Yoshihiko Noda. » (Orange Actualités AFP)
    On peut donc résumer le circuit du fascisme économique à l’œuvre : on prend un pays dans lequel les alter-ego capitalistes de la bourgeoisie européenne ne payent quasiment pas d'impôts. Un pays dans lequel les bigots de la prétendue « église » orthodoxe sont totalement dispensés de quelque impôt que ce soit, un pays dans lequel les armateurs – suppôts du fascisme des Colonels – ignorent – constitutionnellement - le sens du mot impôt.... un pays dans lequel la formoisie est minoritaire parmi les travailleurs. Et la dette, dans sa globalité, provient de l'accumulation des comportements prédateurs des grands vampires du capitalisme. Ce constat, Gérard Filoche – le récent thuriféraire de Martine Aubry peut bien le faire lucidement :
    « Pourtant la dette grecque vient de la « dictature des Colonels » qui de 1967 à 1974 l’ont multiplié par quatre. Elle vient de la Constitution de 1975 que les riches Grecs ont imposé comme condition pour « lâcher » les Colonels : sa « règle d’or » c’est que ni les armateurs (1e puissance économique), ni l’Eglise orthodoxe (1er propriétaire foncier) ne paient d’impôts. La dette vient aussi des Jeux olympiques, dont les bétonneurs ont multiplié les prix par dix. La dette vient aussi du surarmement de la Grèce, armes vendues par la France et l’Allemagne. Merkel a fait vendre 4 sous-marins de Thyssen Krupp à Caramanlis, 1,2 milliard et exige qu’ils soient payés. La corruption, elle est en Allemagne où il y a un procès en Bavière a propos de 400 millions d’euros de rétro commissions concernant ces sous-marins. La durée du travail en Grèce est supérieure à la durée du travail en Allemagne et en France. Et 105 milliards de TVA sont en effet impayés en Europe  (in le Monde, sept 2011) en Europe, pas en Grèce ! » (extrait de Gérard Filoche cité)
    Les fascistes de droite au gouvernement organisent délibérément son insolvabilité avec la complicité de la bureaucratie européenne et des banques vautours.
    Mais cet argent prêté à l’État grec provient du robinet à finance de Jean-Claude Trichet, de son prédécesseur et de son successeur.
    Mais les taux d'intérêt ne sont pas du tout les mêmes !
    A mesure que le déficit grec se creuse, les taux que les banques vont exiger connaissent un accroissement exponentiel.
    D'où un déficit de plus en plus grand.
    Un déficit que laisse se creuser le Président du gang criminel international de Ben Ali et Moubarak – Jeffrey Papandréou, le Premier Ministre socialo-fasciste passé aux commandes du gouvernement grec.
    D'où une intervention des gauleiters de l'Etat de la bancocratie européenne.

    ARCHAÏSME FASCISANT
    Pour nous – égalitaristes partisans d'un non-Etat dans lequel c'est le citoyen qui octroie lui-même les crédits, tout ce schéma apparaît comme un archaïsme fascisant. Nous observons tout cela avec le même détachement amusé et scandalisé qu'un observateur du 21° siècle a pour les coutumes barbares de l'Etat de la Sparte antique.
    En effet, l'idée que des banques puissent avoir une quelconque utilité est pour nous une absurdité sans nom !
    Lire le fantôme haut-formois qu'est devenu l'hebdomadaire « Alternatives Économiques » - pâle ectoplasme de l'ancienne revue rebelle et lucide des années 80 - nous proposer ses « solutions » ne peut que nous conforter dans l'idée que Trichet, Draghi, Sarkozy, Merkel et toute la cliques des larbins de la banque fasciste ont de gigantesques marges de manœuvre. Leurs « solutions » ne sont que les gémissements imbéciles d'une classe formoise en voie d'extinction.
    Dans le numéro de novembre de cette revue, ils posent dix « questions ». Auxquelles ils donnent dix réponses stupides.

    1) « Il n'y a qu'à annuler les dettes !
    - Oui certaines, en partie, mais il y a de bonnes raisons d'être prudent. »
    Les gouvernements égalitaristes – ainsi que Trotsky le proclamait en 1905 en avertissant les souscripteurs d' »emprunts russes » internationaux – ne reconnaîtront AUCUNE dette souscrite par AUCUN gouvernement de la bourgeoisie. Que ce soit en Grèce ou ailleurs, les dettes seront ABOLIES ! Définitivement ! La révolution en Grèce ce sera l'ABOLITION des dettes souscrites par les pantins politiques de la bourgeoisie – pantins de droite ou de gauche !
    2) « La Grèce doit-elle quitter l'Euro ?
    - Non ce serait un désastre économique. »
    Le formois journaliste s'inquiète pour ses vacances dans les îles de la mer Égée ! La révolution, elle, sortira ses finances du marché. Si, pour des raisons pratiques, nous imiterons les Chinois qui ont arrimé leur monnaie au dollar, et si, donc, le REVO sera arrimé sur leur euro, pour autant, notre monnaie sera totalement inconvertible : la balance commerciale de la zone égalitariste envers les zones encore sous contrôle capitaliste devra être en équilibre parfait.
    3) « Faut-il nationaliser les banques ?
    - Non mais l’État peut jouer un rôle financier plus actif. »
    Notre réponse est claire : nous abolirons TOUTES les banques. Au moment où les bigots islamo-fascistes en sont arrivés à agresser les dessinateurs critiques, il nous est amusant de revendiquer l'ABOLITION TOTALE de la RIBA XXX lien article hier! Une civilisation libéral-égalitariste est, en effet, une société dans lequel le crédit a totalement disparu : ABOLITION DU CREDIT A LA CONSOMMATION et ABOLITION DU CREDIT A L'INVESTISSEMENT.
    Pour le premier cas, le consommateur devra économiser s'il veut s'acheter des biens couteux. Ou s'associer avec d'autres. Par ailleurs, la PROPRIETE IMMOBILIERE sera, elle aussi abolie ! Les emprunts immobiliers ne pourront donc même plus avoir de raison d'être !
    Quant aux investissements, ils seront faits par les citoyens eux-mêmes. Ce sera le système de l'investissement démocratique (300 euros – 300 révos) par mois qui seront librement et sans retour, versés par le citoyen. En commençant par UN euro-révo par jour par les enfants lecteurs de plus de 7 ans.
    L'idée d'un « banque Besancenot » ou d'une « banque Mitterrand » repeinte en « banque Mélenchon » est un stupidité sans nom. Il ne s'agit pas d'aménager le capitalisme, il s'agit de l'abolir. Mais il est vrai que la base sociale imbécile de ces partis « à gauche de la gauche » que sont les NPA, LO, PG et PCF rêve avec nostalgie aux Trente Glorieuses. Mais ces croutons partisans d'une « nationalisation des banques » ne sont que de vieux croutons de la « Génération Maudite » accompagnés de séniles proto-formois de 20 ans !
    XXX LA VIDEO DE MA CHANSON

    4) « La BCE doit-elle acheter des dettes publiques ?
    - Oui, seule la Banque centrale européenne peut soutenir sans réserve les Etats solvables. »
    Le réformisme formois imbécile qui vient détruire toute intelligence dans cette revue est une nouvelle fois à l'oeuvre : Partant de constats réels, l'auteur Sandra Moatti se met à tourner autour du pot . Après avoir remarqué que « (..) là, c'est la porte ouverte à l’inflation, la grande obsession allemande. », il semble prendre à son compte cette crainte de l'impérialisme germanique :

    « Pour toutes ces raisons – bonnes ou mauvaises – la BCE n'achète des titres publics qu'à contrecoeur et souhaite cesser le plus rapidement possible. L'accord du 21 juillet dernier prévoit que c'est la Fonds européen de stabilité financière (FESF) qui assumera ce rôle dès qu'il sera opérationnel. » (Alternatives Economiques 307 Novembre 2011)
    Mais l'idéologue haut-formois inquiet de son train de vie et de la perpétuation de sa pathologie consumériste revient à la charge et pleurniche ses maitres capitalistes à une intervention élargie de la BCE elle-même :
    « La BCE est la seule institution à disposer d'une puissance d'intervention rapide et potentiellement illimitée »
    Ouf ! Les vacances en Grèce de Sandra Moatti sont sauves ! Son train de vie sera garanti par la BCE au-delà du trop faible FESF !
    Mais alors ? Quid de ces délirants déficits budgétaires ?
    C'est le point numéro 5 qu'on aurait pu traiter en amont !!

    1000 MILLIARDS D'EUROS POUR L'AFRIQUE ! CHAQUE ANNEE !
      5) «Et si on interdisait les déficits ? - Une idée inefficace et contre-productive. »
    Le malade consumériste qui parle – qui écrit – est maintenant Thierry Pech. Alors même que nous – égalitaristes – sommes prêts à REVERSER à l'Afrique la MOITIE du PIB français, nous ne pouvons que diagnostiquer une pathologie consumériste aggravée chez tous ces formois, bourgeois et innovois qui considèrent que nous sommes en crise.
    La seule crise qui existe, c'est celle de leur cerveau malade.
    En effet, pour ne prendre l'exemple de la France, il est facile de comprendre que moins de 1000 milliards d'euros sont nécessaires au bonheur des habitants de la France.
    Versons, pour la consommation, 1000 euros par mois à 60 millions de personnes. Coût : 60 milliards d'euros.
    Multiplions par douze pour l'année : 720 milliards d'euros.
    En prenant en compte les enfants à demi-part (500 euros par mois) et le fait que nous sommes 63 millions, on avoisine les 680 milliards d'euros.
    Ajoutons 300 euros par « adulte » pour l'investissement (et 1/5° de cette somme pour que les jeunes apprennent à investir le plus tôt possible) on obtient près de 200 milliards d'euros supplémentaires pour l'investissement démocratique.
    Total 880 milliards d'euros chaque année.
    On arrondit à 1000 milliards.
    Or, le PIB français est égal à plus du double !
    Ce sont donc les CLASSES VAMPIRES – les bourgeoisies, la formoisie et l'innovoisie – qui sur-consomment.
    Ce sont elles les uniques responsables du déficit budgétaire de la France.
    Une France égalitariste ne serait pas en déficit. Mais aurait un excédent de 1000 milliards à RENDRE AUX AFRICAINS.
    Un Etat central égalitariste (ce serait l'ensemble des DELEGUES REVOCABLES) ne permettrait pas un quelconque endettement.
    Mais, ici, les formois veulent pouvoir MANGER PLUS DE MIETTES COLONIALES qu'il n'est possible !
    On retrouve ici la complicité entre les capitalistes – gros et petits – mangeurs de niches fiscales et les moyens et haut-formois qui exigent des salaires de vampires. Gros vampires et petits vampires.
    Quand le PIB mondial est à 600 euros, quiconque tente de consommer davantage est atteint de pathologie consumériste. La révolisation égalitariste guérira ces malades !
    Quant au seuil de consommation de 1000 euros par mois, il équivaudrait à transformer la totalité de la population en « petits formois » dont le revenu consommable serait légèrement supérieur au seuil du PIB mondial.
    On leur laissera un petit délai pour qu'ils apprennent à se guérir de la maladie consumériste acquise dans l'enfance !!


    6) « Faut-il des eurobonds ?
    - Peut-être, mais cela prendra du temps. »
    Le farceur qui rédige cette réponse est lucide :
    « Sauf que pour en arriver par là, il faudrait que l'Union Européenne puisse aller regarder de près, et modifier si besoin, la politique budgétaire de chaque pays. » (Alternatives Economiques 307 Novembre 2011 Christian Chavagneux)
    Sauf que, compte-tenu du contexte général, cela équivaudrait – il se garde bien de le dire – à l'envoi de gauleiter fasciste dans la totalité des pays de la zone euro !
    Si une « Union Européenne » - les bureaucrates fascistes de la BCE et de l'UE se mettaient à « modifier la politique budgétaire de chaque pays », cela reviendrait à considérer que plus aucun Parlement national n'a conservé la moindre prérogative.
    En somme, le « cela prendra du temps » équivaut à commenter le délai nécessaire pour que la STRATEGIE DU CHOC dont sont victimes les formois d'Europe

    7) « Il n'y a qu'à faire payer les riches.
    - Les efforts en ce sens peuvent être accentués, mais cela ne suffira pas. »
    Le même Thierry Pech qui ne voulaient pas (5) « interdire les déficits » comme « Une idée inefficace et contre-productive » ne nous définit pas précisément ce que – LUI – appelle « les riches ».
    Pour nous, il en fait partie : membre de la formoisie vampire, son revenu consommable est un multiple du PIB moyen mondial.
    Si l'on considère que les salariés grecs doivent – dans beaucoup de cas -assurer la consommation de leurs enfants, un nombre croissant de Grecs sont devenus ou sont en train de devenir des SOUS-FORMOIS.
    Ils sont en train de passer sous le plancher des CLASSES SPOLIATRICES. La liste énumérée par Gérard Filoche dans son article cité au-dessus est parlante :

    « Ce sont ces occupants venus d’ailleurs, de Grande-Bretagne, de Suède, qui importent des armes de destruction massive de l’économie grecque :
    - Suppression de 30 000 postes dans toutes les administrations, y compris les enseignants. Extension immédiate du chômage technique à l’ensemble du secteur public, réduction des indemnités de départ et des heures supplémentaires. 80 000 préretraites forcées à 60 % du revenu.
    - Baisse exigée du salaire minimum actuellement de 750 euros. Baisse des retraites pour les marins et les employés de l’opérateur téléphonique OTE. Gel des retraites primaires et complémentaires jusqu’en 2015. Baisse des retraites agricoles.
    - Égalisation de la taxe sur le fioul domestique sur celle du gas-oil. Retenue sur salaire de l’impôt de solidarité destiné à financer les caisses de chômage. Augmentation des amendes pour les constructions illégales.
    - Fusion ou fermeture de 35 agences d’Etat et de 10 autres structures : agence nationale de la jeunesse, organisme de télévision publique, société de l’immobilier public, société des biens immobiliers touristique, etc. 30 privatisations de services publics.
    - Recensement des biens mobiliers et immobiliers sous le contrôle de l’Etat, de tous les avantages sociaux et prestations de santé; signature de négociations collectives dans 16 hôpitaux privés, de contrats entre hôpitaux privés et publics pour la location de lits.
    - Réduction des prix des médicaments par accords avec les laboratoires pharmaceutiques.
    - Suppression des subventions à la Poste pour la distribution de la presse. Déréglementation des taxis."
    Si l'on déduit tous les surcouts vampires infligés aux biens de consommation – y inclus les taxes des vautours, on s'aperçoit que très nombreux sont maintenant les Grecs dont le niveau de consommation est inférieur à 600 euros par mois.
    C'est bel et bien d'une attaque contre la formoisie qu'il s'agit !
    Mais la réponse imbécile (et formoise) des Besancenot, Mélenchon, Pierre Laurent et autres bateleurs formois est totalement stupide.
    On ne défend pas les petits privilèges et les moyens privilèges formois par un gémissement en direction de la classe capitaliste.
    Il y a belle lurette que la bourgeoisie industrielle et l'innovoisie bourgeoise ont fait le constat de l'impotence de la formoisie. Et donc que ces classes ont fini par laisser l'aristocratie financière prendre le leadership de la planète.
    Personne ne fera plus « payer les riches ! » dans les pays occidentaux.
    Le jour où nous ABOLIRONS le CAPITALISME, le fait de « FAIRE PAYER LES RICHES » n'aura pas pour but de RETABLIR LES PRIVILEGES FORMOIS mais de RENDRE AUX AFRICAINS leur dû !
    Il ne s'agira pas – comme le demande le farceur Thierry Pech – d'agir en « durcissant sa politique contre les paradis fiscaux ».
    L'abolition du capitalisme, des bourses et des banques transformera ces « paradis fiscaux » en musées de la barbarie ancienne.
    Musée que pourront visiter ceux qui auront économiser suffisamment de leur salaire (unique mondial) pour pouvoir payer les taxes carbone coûteuses intégrées aux coûts de transport pour pareilles lointaines destinations.

    8) « Faut-il interdire la spéculation ?
    - Mieux la contrôler, certainement. »
    En 1993, cette revue Alternatives Économiques n'était pas affligée de ce syndrome de crétinisme formois aggravé.
    En 1993, après que j'aie fait la découverte du concept de formoisie, j'avais même écrit, puis téléphoné à son rédacteur en chef de l'époque – Denis Clerc. Celui-ci s'était – poliment – débarassé de moi en m'envoyant vers une impasse – une enseignante de Besançon dont la découverte de la formoisie fit autant d'effet que la découverte de l'Amérique sur son lointain ancêtre paysan borné du fin fond de son champ de rutabagas : Rien  !
    Les gens qui lui ont succédé ont donc un cerveau pourvu d'un nombre encore plus limité de neurones.
    Comme Denis Clerc, ces gens ignorent ce qu'est la classe formoise …. et n'ont aucune envie de le savoir !
    Si celui-ci est indiqué – dans l'ours – comme « fondateur, conseiller à la rédaction », on voit bien qu'en 1993, il a fait le choix de laisser se détruire ET sa revue ET son propre cerveau.
    Les hauts-formois journalistes ont détruit leur propre jeunesse en détruisant leur capacité critique.
    Ils avaient une tendance à construire des grilles critiques – intéressantes certes – mais dans lesquelles le rôle vampire de la formoisie était passée sous un silence anti-scientifique.
    Mais de défenseurs de la petite et moyenne formoisie critique, ils sont passés à défenseurs de vampires formois hautement malades consuméristes :
    Ces imbéciles vont donc nous apprendre que notre victoire future marquera, non seulement l'abolition de la spéculation, non seulement l'abolition du capitalisme et des banques mais encore ….. l'abolition – ils le prévoient – de … la carte à puce, du distributeur de billets et de l'achat anticipé par les entreprises.
    J'ignore combien la spéculation a pu rapporter à l'imbécile auteur de ces pronostics mais je suis sur d'une chose : combattre de pareils crétins pour renverser cette pourriture de vieux monde capitaliste sera largement facilité par leur stupidité profonde :

    Ils reprennent leur question « faut-il interdire la spéculation ? » et enchaînent par :
    « Ainsi posée, la question n'est pas stupide. Et la réponse, loin d'être triviale, soulève deux débats : faut-il interdire toute forme d'innovation financière ? Peut-on distinguer la bonne finance de la mauvaise ?
    La carte à puce, le distributeur de billets ou la possibilité donnée à Air France d'acheter son carburant dans six mois à un prix affiché aujourd'hui (de façon à se prémunir contre une hausse éventuelle du prix du baril), sont des innovations utiles et qui ne contribuent en rien à l'instabilité de la zone euro.
    Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas des inventions qui sortent des cerveaux de nos financiers. » (Alternatives Economiques 307 Novembre 2011 Christian Chavagneux)
    On va rassurer le crétin Christian Chavagneux : Après notre victoire, il touchera – chaque mois - sur son compte électronique une somme de 1000 euros (qui s’appelleront « révo » ou « afro » ou « que sais-je encore ? »)....
    Il pourra disposer de cette somme pour consommer. Il pourra utiliser une CARTE A PUCE.
    Une carte qui se BLOQUERA dès que le niveau ZERO aura été atteint !
    Ce ne sera donc pas une « carte de crédit » mais, bel et bien – comme le mentionne comme « invention » financière le crétin Christian Chavagneux - une CARTE A PUCE !
    Une carte à puce sans BANQUE, sans SYSTEME BANCAIRE, sans CAPITALISTES, sans SPECULATEURS !!!
    Le grand innovant qu'est XXX n'était pas un spéculateur ni un financier !!!
    Il était simplement un INVENTEUR !
    Dans une civilisation égalitariste, il aurait disposé de financement pourn créer SA PROPRE ENTREPRISE !
    Sans avoir besoin de la DEMANDE d'un PARASITIQUE SYSTEME FINANCIER !
    Et nous pouvons même rassurer – quant à ses autres assertions stupides - le crétin Christian Chavagneux : IL POURRA MEME ALLER RETIRER DES BILLETS !
    AU DISTRIBUTEUR !!!
    Des billets sur lesquels on aura posé le PORTRAIT DE VOLTAIRE, DE NEWTON et de THOMAS SANKARA !
    Le cerveau des crétins – crétins que le système a fait monter dans ses hiérarchies - est tellement ranci que ces demeurés profonds sont incapables de prévoir le futur !
    Quant au fait de «  se prémunir contre une hausse éventuelle du prix du baril ».... on peut d'ors et déjà prévenir Christian Chavagneux :
    1° de ce que le pétrole deviendra bientôt structurellement hors de prix : la taxe carbone mettra le litre d'essence à plus de 7,5 euros !
    2° de ce que les entreprises « yoyos » - qui s'amuseraient à avoir comme « raison sociale » de flanquer la pagaille dans les prix des biens de consommation ou les prix du capital circulant - mettraient rapidement la clé sous la porte : les citoyens investisseurs n'auront aucune raison de verser leurs « investissements démocratiques » pour perpétuer l'existence de semeur de pagaille.
    Comme, par ailleurs, mensuellement, la totalité des entreprises reverseront leur chiffre d'affaire à l'ordinateur central, le fait de « faire du profit » sera considéré comme une absurdité : Si des entreprises reverseront une somme supérieure aux investissements reçus, cela sera considéré comme UN des critères d'analyse. D'autres critères seront tout autant pertinent : en effet, une « entreprise-film » pourra avoir choisi de distribuer gratuitement (uniquement par téléchargement en ligne) leur « oeuvre-film » et n'aurait donc aucun « chiffre d'affaire » à reverser à l'ordi central.
    3° Dans ce contexte, les entreprises achèteront leur capital circulant au PRIX DU MARCHE.... sans qu'aucun achat anticipé ne puisse SEMER LA PAGAILLE sur les EVOLUTIONS DE PRIX !
    Quant au fait que le crétin puisse réaliser son rêve de faire INTERDIRE la VENTE A DECOUVERT …. depuis que Émile Zola a écrit son livre L'argent, c'est le rêve de tous les crétins réformistes.
    Autant apprendre aux vautours à devenir végétariens.
    Nous savons parfaitement que ces ventes à découverts sont – depuis 2008 – une technique de financements géants – mais nous savons tout autant que seule la défaite du capitalisme permettra la défaite de l'aristocratie financière.
    sXXX MES ARTICLES SUR LE SUJET
    LA PEUR DE LA REVOLUTION
    QU'A LA FORMOISIE …
    RASSURE LA BANCOCRATIE !
    Les bancocrates savent que la formoisie et l'innovoisie ont PEUR DE LA REVOLUTION.
    Le réformisme de la Grande-Bretagne du début du siècle était la réponse à la révolution de 1917 : pas un cadeau aimable de la bourgeoisie à la formoisie britannique.
    Le rêve imbécile des formois d'obtenir une « auto-limitation » du capital financier est une pure rêverie dépourvue de tout réalisme.
    On voit – à ce propos - que le crétinisme de ces « intellectuels » formois d'Alternatives Economiques n'a pas de limite :
    « Surtout, il faut surveiller comment la spéculation est financée. Si les innovations nuisibles ne servaient aux financiers qu'à miser avec leur argent et celui de leurs clients, ce ne serait pas très préoccupant. Mais, de manière à maximiser leurs profits, ils empruntent de l'argent afin de pouvoir jouer plus gros. La question est donc de savoir s'il est possible de repérer, dans une phase de croissance des crédits, ce qui correspond à un dynamisme réel de l'économie et ce qui va nourrir une bulle spéculative. » (Alternatives Economiques 307 Novembre 2011 Christian Chavagneux)
    L'ennemi de la spéculation et de la vente à découvert n'a – sans doute – pas remarqué que ce qui se cachait dans les coulisses bancaires de « son carburant dans six mois à un prix affiché aujourd'hui », c'était tout simplement des vautours qui spéculaient à la hausse ou à la baisse des cours !
    L'apparente stabilité des cours de cet achat à terme est comme le troupeau d'animaux de Titus Lucretius : de loin on croit voir de l'immobilité. Mais le mouvement est partout !
    Et le pétrole – à court fixe – de Christian Chavagneux Aura changé des dizaines de fois de mains avant qu'il ne soit livré dans les soutes des avions de Air France : acheter à terme revient, en fait, à spéculer à la hausse des courts.
    Et celui qui le lui vend ce prix-là des mois avant, aura, lui, spéculé à la baisse : il compte bien lui livrer un pétrole dont les cours auront descendu SOUS le niveau que Air France aura payé.
    UNE CIVILISATION ÉGALITARISTE
    NE « RELANCERA » PAS
    UNE 
    ÉCONOMIE FORMOISE
    -BOURGEOISE-INNOVOISE
    9) «Peut-on encore relancer l'activité ?
    - Il le faut et des marges de manœuvres existent. »
    Relancer l'activité ?
    Farce !
    1° Pour ce qui concerne la production actuelle de biens de consommation, la révolution égalitariste fera de grandes coupes sombres : des pans entiers de l'économie devront IMMEDIATEMENT cesser de produire.
    C'est facile à comprendre : il suffit de faire la liste de tous les biens de consommation qu'un consommateur disposant de 1000 euros par mois ne peut PAS s'acheter.
    La quasi-totalité de ces biens de consommation toucheront instantanément une clientèle (de malades consuméristes) devenue parfaitement …. insolvable !
    Toutes les voitures à énergie carbone - dans une civilisation dans laquelle parcourir 100 kilomètres exigerait le paiement de plus de 35 euros de taxes carbone - passeront rapidement dans les musées des nostalgiques économes.
    Renault et Peugeot fermeront leurs portes pour plusieurs mois !!!
    La prétendue « industrie » du luxe cessera d'inonder les marchés de leurs « produits » inutiles : que peut-donc s'acheter, actuellement, un SMICard ?
    Par contre, des besoins non remplis actuellement, à cause de l'insolvabilité des pauvres, seront remplis par la production massive d'objets et de services les satisfaisant.
    Mais, une consommation d'un total de 680 milliards d'euros ne sera pas une production de 680 milliards de biens de consommation pour les Français.
    Tout d'abord, quand bien même des services seraient gratuits, il restera toute une gamme de services payants : aller chez le coiffeur ou se baigner dans une piscine restera payant.
    L'imbécile gratuité des rêves formois radins n'aura pas court : il y aura un ARBITRAGE du marché. Une piscine réchauffée à l'énergie solaire aura un prix d'entrée inférieur grâce à des coûts de fonctionnement bien inférieurs. Ce sera le marché des consommateurs qui rendra INGERABLE une piscine réchauffée avec un CHARBON taxé CARBONE dans des proportions gigantesques. Les baigneurs auront tôt fait de prendre le bus (solaire) pour aller à quelques kilomètres plus loin payer 4 fois moins cher dans la piscine solaire CONCURRENTIELLE.
    Ce seraient, en effet, les citoyens investisseurs qui seraient contraint de payer un CAPITAL CIRCULANT gigantesque pour contribuer à la première piscine charbon non rentable.
    La production de biens matériels pourra donc être d'un volume bien inférieur au volume actuel. Ce sera donc une effective DECROISSANCE de la production de biens de consommation destinés aux Français.
    2° Une relance ?
    Oui, mais pas celle dont les vampires formois rèvent !
    Ce sera un ACCROISSEMENT IMPORTANT de biens destinés à l'exportation.
    Un chiffre ?



    1000 MILLIARDS D'EUROS
    DE BIENS A L'EXPORTATION
    VERS L'AFRIQUE
    Quelle qu'en sera la forme – paiement des droits d'auteur ancestraux – donnant un revenu de 600 euros pour chaque Africain ou – transitoirement – par la multiplication par QUATRE, SIX, DIX des produits IMPORTES depuis l'Afrique, la France aura à verser 1000 milliards d'euros chaque année.
    Mais ce versement prendra la forme d'une PRODUCTION.
    Et d'une EXPORTATION.
    La France produira une quantité de biens de production (machines outils, ordinateurs, logiciels etc...) et de biens de consommation dont le montant sera l'exact équivalent de ce que la France doit à l'Afrique.
    Dans le cas d'un équilibrage par les prix des importations africaines (à volume importé vers la France constant), il est facile de comprendre que le volume des exportations devra croitre de telle façon que le MONTANT des EXPORTATIONS atteindra le même niveau, de façon à équilibrer la balance commerciale France-Afrique.
    Quant à la fantasmagorie de Guillaume Duval de fabriquer du déficit budgétaire « écologique », on voit que les nostalgiques des Trente Glorieuses ont du mal à comprendre ce qui leur arrive !
    Ils n'ont pas encore compris que celles-ci furent une REPONSE POLITIQUE de la bourgeoisie face à leur crainte devant une FORMOISIE REVOLUTIONNAIRE alliée aux classes spoliatées !
    Si l'école de Jules Ferry fut la réponse à la Commune de Paris, si les Unions nationales en Grande-Bretagne et en France furent les réponses politiques à la révolution russe de 1917, la croissance économique de l'après 1945 fut le produit de la victoire de la Révolution Chinoise de 1949, de la victoire de la Révolution Yougoslave, puis, à la fin de cette décennie, de la victoire de la révolution Cubaine.
    Mais, sans ces craintes, la bourgeoisie a d'autres réponses.
    Le fascisme italien, le fascisme allemand, le fascisme portugais, la guerre civile en Espagne furent d'autres réponses.
    La passivité tolérante de la formoisie russe permit même d'autres fascismes dès la fin de la 2° guerre mondiale : l'attaque fasciste britannique contre la Grèce en est un exemple.
    A partir de 1964, les Brésiliens puis tous les Sud-Américains goutèrent de la trique fasciste étasunienne. Même le « démocratique » Chili connu les « joies » de la terreur fasciste à partir de 1973.
    La « relance économique » en faveur de la formoisie vampire n'est qu'une option.
    Elle a aussi comme condition que cette classe se tienne tranquille : qu'elle laisse Guy Mollet attaquer les Egyptiens et torturer les Algériens ! Qu'elle se tienne tranquille pendant que les soudards nazis recyclés dans la Légion Etrangère « française » viennent écraser les Camerounais, les peuples d'Indochine et toute l'Afrique après 1961 et le commencement de la 3° guerre esclavagiste.
    Le planteur de Kienké – non protégé par le « defenseur de la formoisie prolétarienne » qu'est Gérard Filoche doit bien accepter de vivre avec un revenu 120 fois plus faible que le revenu du pilote d'avion abonné à « Démocratie Socialiste ». !
    C'est cela le « miracle » des Trente Glorieuses !
    Le financement des vampires formois par les esclaves africains et les mingongs de Chine !

    10) « Faut-il laisser tomber l'euro ?
    - Surtout pas, mais il faut impérativement corriger les (graves) défauts de la zone euro.

    La réponse que la révolution égalitariste vainqueur donnerait en Grèce à cette question est simple : Toute sortie de la zone euro en perpétuant une MONNAIE MARCHANDISE est un suicide économique pur et simple.
    Sortir de l'Euro ? Oui, mais en mettant en place – immédiatement – une monnaie INCONVERTIBLE.
    Un EURO-REVO – un « eurêvo » qui pourrait même être aligné sur le cours de l'euro pourrait devenir la monnaie de la Grèce révolutionnaire.
    Chaque habitant recevrait une somme de 1000 « eurêvo » chaque mois.
    La conversion serait simple : un « eurêvo » électronique serait égal à un euro de l'ancien système.
    Pour être encore plus pédagogique, on pourrait même imaginer une DEVALORISATION PROGRESSIVE des EUROS BILLETS et des EUROS PIECE.
    Tous les 3 mois, on pourrait dévaloriser les billets et les pièces produites par l'Europe capitaliste.
    On pourrait diviser par DEUX la valeurs de ces pièces anciennes :
    Le 3° mois, un café qui serait payé UN EURO garderait sa valeur et couterait un « eurorévo » s'il est payé en MONNAIE ELECTRONIQUE ou en UTILISANT LES NOUVEAUX BILLETS OU LES NOUVELLES PIECES REVOLUTIONNAIRES.
    Mais son PRIX deviendrait DEUX EUROS anciens.
    Les touristes et les thésaurisateurs d'ancienne monnaie seraient donc victimes d'une INFLATION qui épargnerait les autochtones (et les travailleurs étrangers volontaires pour travailler dans une telle GRECE REVOLUTIONNAIRE EGALITARISTE).
    Le sixième mois, le touriste devrait payer son café QUATRE EUROS et HUIT euros le 9° mois.
    Cette technique de la « monnaie fondante » appliquée aux devises étrangères sous forme papier ou métal ne serait pas appliquée pour les échanges internationaux. En effet, un TANK acheté par un gouvernement grec (en honorant les commandes faites par les gouvernements fascistes précédents) serait bel et bien payé en euros non fondants. Ou plutôt, cet achat de tank serait EQUILIBRE par une EXPORTATION depuis la Grèce révolutionnaire vers une Europe (encore) capitaliste d'un BIEN PRODUIT d'une valeur exactement identique en EUREVO.
    Pour que les choses soient encore plus claires, il suffit d'imaginer que les touristes auraient à payer une sorte de TAXE grèvant la valeur de leur monnaie.
    On pourrait même interdire la CIRCULATION de MONNAIE non-grecque de la même façon que Castro – avant sa sénilité formoise aggravée – avait interdit la circulation des dollars à Cuba.
    Le délit de circulation de FAUSSE MONNAIE pourrait être appliquée à l'intérieur de la Grèce (et des pays qui rejoindraient la révolution) pour ceux qui tenteraient de vendre ou d'acheter en utilisant les anciens euros.



    Mais, quand les réformistes formois comme Gérard Filoche font les constats de la gravité de l'attaque fasciste de la BCE et de l'UE contre la Grèce aujourd'hui et contre l'Espagne et l'Italie demain, quelles sont donc les réponses qu'ils donnent ?

    Un breuvage infâme de propositions « 'not' bon maitre, s'il vous plait ! » en retirant leur casquette de « prolétaires formois » :

    « D’abord laisser aux organisations syndicales tous les moyens de jouer leur rôle : les employeurs doivent être obligés d’informer, de consulter, de négocier avec les syndicats et des « avis conformes » des institutions représentatives du personnel toutes les alternatives aux licenciements, toutes les voies de reclassement et de formation, toutes les indemnités que méritent ceux qui ont produit tant de richesses et sont privés de la part qu’ils méritent.  Il s’agit de ré introduire partie de ce qu’il y avait dans la « loi de modernisation sociale » de janvier 2002 abrogée de 2003 à 2004 par François Fillon.
    Salariés et syndicats sont bien placés pour lutter et tracer des alternatives à ce stade.
    Mais ensuite, quand manifestement, employeurs et actionnaires ne veulent pas renoncer à des licenciements abusifs, boursiers, la puissance publique doit se donner les moyens d’agir. L’état ne peut pas tout, mais dans ces cas-là, il peut et doit beaucoup ! »
    Et ce texte est postérieur au texte du 4 octobre !

    Il est évident que les Grecs s'ils veulent résister aux Gauleiters envoyés par la BCE doivent construire une stratégie anti-capitaliste conséquente !
    Ils ne vont pas attendre que Gérard Filoche soit parvenu à placer Martine Aubry comme présidente de la France ou que le Monde Diplomatique ait réussi à soutenir un Mélenchon et un Front de Gauche stalino-formois au 2° tour de la présidentielle française !
    Les Aubry sont comme les mélenchon – et même les Besancenot, les Poutou et autres clones d'Arlette Laguiller : une base sociale qui rêve de consommer 2000 euros par mois en crachant sur les Africains de Kienké ne leur permettra jamais de renverser le capitalisme.
    Le crétinisme électoral de tous ces imbéciles est un crétinisme formois indécrottable.
    Ce dont les Grecs ont besoin – Grecs formois et Grecs spoliatés – c'est d'une offensive révolisationnaire égalitariste.
    En commençant par la mise en place de la délégation générale révocable.
    Il faut en FINIR AVEC LES ELECTIONS !
    Ce sont les Grecs ont besoin c'est d'un GOUVERNEMENT de DELEGUES NATIONAUX REVOCABLES.
    Ce dont les Grecs ont besoin, c'est donc d'un parti égalitariste exigeant « 1000 euros pour tous les Terriens », un parti qui donnera voix au chapitre du plus pauvre des Grecs.
    Les Indignés et les syndicats grecs ne sont – presque toujours – que les défenseurs hypocrites des privilèges formois.
    Ce dont les Grecs ont besoin c'est d'un parti égalitariste révolutionnaire qui prépare résolument les TROIS révolutions dont la Grèce a besoin.
    Révolution anti-capitaliste abolissant le droit à s'accaparer le fructus d'un bien de production.
    Mais aussi révolution anti-formoise abolissant les diplômes et le salariat qualifié.
    Mais aussi révolution anti-innovoise abolissant le droit d'auteur marchand et décrétant la gratuité définitive de tout l'immatériel.

    Nous sommes là aux antipodes de tous les charlatans de Libération, du Monde Diplomatique, d'Alternatives Economiques et de tous les politicards de la formoisie !
    C'est pourquoi la construction d'un socle conceptuel néo-marxiste et post-marxiste est la clé de la consruction d'un tel parti égalitariste mondial. Dont la Grèce a besoin dès aujourd'hui. Dont l'Espagne, l'Italie auront besoin demain. Dont tous les travailleurs (formois ou spoliatés) d'Europe auront besoin après-demain pour ne pas subir la botte infernale d'un nouveau Talon de Fer fasciste que la botte bancocrate est en train de construire tout en attisant la haine entre les les différentes nationalités d'Europe.



    *avant son départ et son remplacement par Mario Draghi (ex vice-président Europe de Goldman Sachs) avec le consentement de tous les socialo-fasciste PS d'Europe.
    fascistes PS d'Europe

    VENDREDI 20 SEPTEMBRE 2013

    Après l'assassinat du musicien et activiste antifasciste grec Pavlos Fyssas par un pantin Aube Dorée mercenaire de la bourgeoisie mondiale, un article de Augustine Zenakos sur les différents responsables du meurtre

    traduction automatique partiellement "améliorée" de l'article de Augustine Zenakos


    THE PROBLEM IS THE GREEK GOVERNMENT, NOT ONLY GOLDEN DAWN
      3 COMMENTS







    LE PROBLÈME EST LE GOUVERNEMENT HELLÉNIQUE, PAS SEULEMENT GOLDEN DAWN


    Un torrent de publicité mondiale a suivi le meurtre du musicien de gauche Pavlos Fyssas par le militant d'Aube Dorée Giorgos Roupakias, il y a deux nuits. En Grèce, tout naturellement, la discussion est encore plus tendue. Mais ce qui manque dans cette discussion - en partie obscurci par le terrifiant, si mortellement retardé, la réalisation que ce gang de voyou est hors de contrôle et en partie constamment dissimulé par les médias courants - est qu'il y a un sens très profond dans lequel l'Aube D'or n'est pas "le problème"; le problème est plutôt cette coalition perverse "de modernisateurs socialistes" et des nationalistes d'extrême droite, qui dirigent la Grèce apparemment pour sauvegarder son "la perspective européenne". À côté des voyoux eux-mêmes, c'est le gouvernement grec qui doit porter la responsabilité entière non seulement pendant l'Aube D'or
    Ce n'est pas Aube Dorée qui a créé des camps de concentration pour les immigrants. Les politiciens de centre gauche et de centre-droit les ont fait. Le projet de mettre en place les camps de concentration pour les immigrants, les toxicomanes et les personnes sans-abri avait d'abord été débattu au sujet de la Grèce pré-olympique, en 2004, dans le but d '«améliorer» l'image des rues d'Athènes. Les Jeux olympiques ont été planifiés par le gouvernement de centre-gauche de Kostas Simitis et a eu lieu pendant le gouvernement de centre-droite de Kostas Karamanlis. Le premier camp de concentration devait être construit dans l'ancienne base militaire de l'OTAN, à Aspropyrgos. Le plan ne s'est jamais concrétisé en raison de la réaction des ONG et des partis de gauche. Il a été rediscuté lorsque Christos Markogiannakis a pris en charge le ministère de l'Ordre public, en 2009, mais encore une fois n'a pas été mis en pratique. Celui qui a finalement donné la vie à l'idée qu'une démocratie moderne doit emprisonner les immigrés sans procès ni jugement dans des conteneurs clôturé de barbelés était le ministre de l'Ordre public Michalis Chrysochoidis, un «socialiste» avec le PASOK de centre-gauche, actuellement ministre des Transports à notre gouvernement de coalition. La création de camps de concentration a été saluée comme une avancée majeure par Andreas Loverdos, ministre de la Santé publique à l'époque, un autre «socialiste». Et la pratique est entrée en pleine floraison sous la direction de l'actuel ministre de l'Ordre public Nikos Dendias, un député de la Nouvelle Démocratie, qui se décrit comme «libéral».
    Ce n'est pas la Golden Dawn qui criminalise le VIH . Les politiciens de centre-gauche l'ont fait. Quand un groupe de femmes séropositives ont été arrêtées par la police grecque, testées de force accusées de crime, emprisonnées et exposées publiquement, avec leurs photos d'identité et les données personnelles publiées dans les médias, dans la perspective des élections nationales de 2012, uniquement pour des accusations abandonnées discrètement par les tribunaux dans les mois qui ont suivi, ce n'étaient personne d'autre que les ministres susmentionnés Loverdos et CHRYSOCHOIDIS qui ont conçu l'ensemble de l'opération.
    Ce n'est pas la Golden Dawn qui torturé des détenus menottés en garde à vue. Ce ne fut pas l'Aube dorée qui a couvert les tortionnaires en mentant au Parlement. C'était la police démocratique d'un pays de l'UE qui a fait cela. Et c'était un homme politique de centre-droit qui a couvert le haut, Nikos Dendias encore une fois, qui a nié avec véhémence toute malversation au Parlement, bien que les rapports médico-légaux ont montré de vastes coups et même les cicatrices de pistolet Taser sur les détenus . Et lorsque nous l'avons interviewé pour le magazine Se désabonner, il a de nouveau nié toute malversation , malgré les rapports des médecins légistes. Le ministre a même dit qu'il allait poursuivre le Guardian sur un rapport sur ​​l'utilisation de la torture par la police grecque. Jusqu'à maintenant, bien sûr, il n'a rien fait de la sorte. De plus, ces incidents semblent sur ​​un fond d'innombrables plaintes pour mauvais traitements et de torture par la police grecque, comme rapporté par Amnesty International , qui documente également 12 cas où la Grèce a été condamnée par la Cour européenne des Droits de l'Homme pour des crimes de police.
    Et il ne faut évidemment pas négliger de mentionner que la rhétorique anti-immigrant toxique n'est nullement l'apanage de la Golden Dawn. C'était notre premier ministre Antonis Samaras qui a proposé que nous devrions «réoccuper nos villes", qui ont été repris par des immigrants illégaux. Il a été ministre Nikos Dendias qui y concourent, avec la remarque plutôt coloré que c'est comme si "nous sommes debout sur les murs de Constantinople", avec les armées ottomanes sur le point d'envahir. C'était Andreas Loverdos qui a appelé l'Aube dorée "un mouvement authentique". Et c'était la Nouvelle Démocratie MP Chrysanthos Lazaridis, conseiller avant tout du premier ministre, qui encore aujourd'hui, un jour après l'assassiner, a blâmé la gauche et le principal parti d'opposition, Syriza en particulier pour la «démocratie sape".
    Ces exemples, qui sont beaucoup plus nombreux, devraient faire le ciblage de la Golden Dawn, comme dirigé par le gouvernement grec qu'après ses nombreuses attaques et d'assassinats d'immigrants ont cédé la place à l'assassiner d'un Grec, d'autant plus transparente. Il n'est pas juste que d'avoir Makis Voridis, un éminent Nouvelle Démocratie MP, appelez Golden Dawn une «organisation criminelle» est le comble de l'hypocrisie, comme M. Voridis était autrefois un chef de file du parti Front national extrémiste nationaliste, et avant cela avait servi secrétaire de l'Organisation de la jeunesse de EPEN, un parti fasciste, ayant succédé à ce poste Nikos Michaloliakos, le leader actuel de la Golden Dawn.C'est qui devrait devenir clair pour tous que l'érosion de la démocratie grecque, l'Aube dorée n'a jamais été et n'est toujours pas le principal coupable, cet honneur appartient plutôt à ceux qui ont gouverné la Grèce pour les dernières années.
    Incontestablement néonazi constitution de l'Aube dorée, les crimes de ses hommes de main, ainsi que sa collusion avec la police grecque, ont été documenté de façon exhaustive - parrapports Borderline , parmi d'innombrables autres. Donc, même maintenant, Aube dorée doit être traitée comme une organisation criminelle, c'est certain. Il serait toutefois une lecture erronée de la situation impardonnable de ne pas souligner que si la soi-disant «centre», cette coalition perverse de «modernisateurs socialistes» et les nationalistes d'extrême-droite, qui gouvernent la Grèce sous prétexte de préserver sa «perspective européenne» , sont autorisés à persévérer dans leur attaque contre les institutions démocratiques, porter atteinte aux droits et alimente le racisme, avec leur dogme de la «tolérance zéro», en ciblant les grévistes et les manifestants de plus que les gangs néo-nazis, incitant à la violence de la police et de la torture, et la présentation de l'indignation publique en tant que précurseur de la brutalité fasciste, et avec leur rhétorique des «deux extrêmes» , dénonçant l'opposition de gauche comme des «terroristes», alors que ce gouvernement aura réussi à déchirer le tissu même de la société grecque. Les politiciens se sont laissé tromper dans ces voies ont amené les gens à des guerres civiles avant. Nous ne devons pas leur permettre de le faire à nouveau.
    _________________
    Le titre de cet article était initialement: "Le problème, c'est le gouvernement grec, pas Aube Dorée". Il a été changé après que certains lecteurs aient fait remarquer que cela ne reflète pas suffisamment le point principal de l'article, qui n'est pas celle Aube Dorée n'est pas un problème, mais plutôt que la principale «acteur» dans l'érosion continue en Grèce des libertés démocratiques est son gouvernement .







    x x

    AUGUSTINE ZENAKOS

    Athens, Greece
    Journalist, "To Vima" newspaper (2000-2010). Co-publisher, "a. the athens contemporary art review" (2006-2007). Occasional contributor to "Art Fairs International", "Art in America", "Artnet", "Contemporary", "GAP", "Kaput", "The Press Project" et al. Co-founder of Athens Biennale (2005) and Co-director (until 2011). One third of XYZ curatorial trio (2005-2011). Radio host, "Radiobubble" (2010-2011), and "The Press Project" (2011-2012). Journalist & editorial co-ordinator, UNFOLLOW magazine (November 2011 to present). Based in Athens, Greece.


    SAMEDI 11 JUILLET 2015


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    11/7/2015



    De nombreux tweets éclairant ce qu'un véritable gouvernement du peuple aurait fait depuis une semaine ont été publiés. En particulier sur la mise en place de l'humanocratie et d'une révo-monnaie se subsituant à l'euro autant en Grèce qu'en France, qu'en Espagne et dans tous les territoires libérés de l'esclavage de la bankoslavoisie.




    Ce commentaire porte en particulier sur la façon dont les 149 députés SYRIZA devraient rendre des comptes aux 61% de Grecs qui ont refusé l'ultimatum des fascistes de l'Eurogroupe

    Su le blog de Guillaume Etiévant (mais non validé et donc non affiché sous son (absurde) article
    xxd

    TSIPRAS NE CAPITULE PAS, IL POURSUIT SA STRATÉGIE



    @Barjac Bonjour
    Votre constat est juste. Votre défaitisme l'est moins.
    L'heure est à quitter le capitalisme, abolir les banques et le crédit, redonner au citoyen l'investissement (de façon libérale et égaliste et donc sans retour personnel) et enfin, c'est la démocratie esclavagiste qu'il faut quitter.
    Vous avez écrit
    +++++
     Je ne sais pas si les grecs ont voté non pour se voir appliquer les mesures d’austérité qu’ils refusent (?) Mais je suis sûr que là, vous battez les records en matière de langue de bois. Et je me mets à douter grave de la cohérence des politiques anti-austérité que vous proposez ! Le résultat de cet épisode grec, qui nous occupe presque à plein temps, ce sera peut-être que les quelques électeurs qui nous font encore confiance vont se demander si, vraiment, il existe une autre politique possible, qui ne passe pas sous les fourche caudines de la Troïka … Je préfère continuer à penser que si, podemos, mais peut-être pas dans le cadre institutionnel de l’Europe telle qu’on veut à tout prix nous l’imposer
    +++++
    Seulement Podemos est, comme SYRIZA contrôlé par la formoisie électoraliste.
    N'ayez AUCUN espoir .....
    Cela finira(IT) pareil si l'autre solution ne se met pas en place.
    HUMANOCRATIE SEULE SOLUTION
    Si l'on regarde les 149 députés de Tsipras, leurs électeurs sont quasiment 15000 à avoir voté pour chacun d'entre eux.
    (2 246 064 votes Syriza divisés par 149 = 15074)
    DELEGUES DEPUTES REVOCABLES 1871-2015
    On remarque alors que 15000 était le nombre moyen d'électeurs pour un député REVOCABLE de la Commune de Paris de 1871.
    Il suffit donc d'entourer CHAQUE député de Tsipras d'un CONSEIL de 25 personnes.
    Et ces députés élus deviendront des délégués députés révocables à tout moment.
    Il suffit de 25 délégués conseillers qui contrôlent le député et qui décide ou non de le PERPETUER à son poste.
    En cas de perte d'un des 25.... et bien, le député RETOMBE conseiller.... et quitte son poste....
    En effet, si le quota de 25 délégués conseillers (qui valident donc le soutien de 15625 délégateurs) n'est plus atteint, le DEPUTÉ est RÉVOQUÉ !
    Chaque délégué conseiller étant, lui aussi, révocable , car contrôlé par 25 délégués de base.
    Qui eux aussi sont sous le contrôle de 25 délégateurs.
    On retrouver 25*25*25 = 15625 le nombre (moyen) d'électeurs qui ont envoyé au Parlement les 149 députés SYRIZA

    Mais alors, le peuple pourrait en désigner d'autres....
    Bien évidemment : les 36,34% de Syriza aux élections sont une minorité de 61% de votes NON OXI
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_grecques_de_2015
    Si l'on ajouter les Grecs indépendants, on a 293 371 votes 4,75 % des exprimés.
    Aux élections, ils ont obtenu 13 sièges... mais avec les quotas de la Commune..... ils seraient
    293 371/15625 = 18 soit 5 de plus....
    Mais, les 61% du référendum, ils devraient aussi se transformer en députés OXI
    3 558 450 votes NON ce sont 227 députés OXI-NON
    Il faudrait donc des députés NON qui s'ajouteraient à ceux se trouvant déjà au parlement.
    149 SYRIZA + 15 communistes + 13 indépendants.... ne sont que 177.... il en manque 50
    IL MANQUE 50 DEPUTES OXI POUR RESPECTER LE VOTE NON
    Bon.... comme les fachos ont 17 députés..... on peut leur ajouter 3...
    CE SONT DONC 30 DEPUTES DE LA GAUCHE ANTI-CAPITALISTE qui feraient irruption dans un PARLEMENT REVOCABLE !
    Quant à l'opposition de droite pro-Banques.... leurs 2245537 votes oui.... ne leur laisseraient plus que 143 députés..... et encore.... car la REVOCABILITE PERMANENTE inciterait le peuple à en CHOISIR D'AUTRES !

    C'est l'HUMANOCRATIE qu'il faut construire
    Elle est la seule alternative à la DEMOcratie esclavagiste.
    Comme le rapportait Athénée de Naucratis (Deipnosophistes : livre VI) L'Athènes démocrate ce n'était qu'un groupe de 5% qui commandaient les autres.
    +++++
    [272c] Ktésidès rapporte, dans le liv. 3 de ses Chroniques, qu'à la cent dixième[242] olympiade on fit en Attique, sous Démétrius de Phalère, le dénombrement des habitants de l'Attique, et qu'il s'y trouva vingt-un mille Athéniens, dix mille étrangers, et quarante myriades d'esclaves.
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2013/08/la-vraie-definition-de-democratie-est.html
    http://remacle.org/bloodwolf/erudits/athenee/livre6.htm

    MERCREDI 15 JUILLET 2015




    xx

    0 0


    Sandra Bland étudiante de Huston (USA)
     morte en prison pour un clignotant :
    encore une victime Afro-Etasunienne
    de la police esclavagiste de Obama
    par Yanick Toutain
    22/7/2015

    France "Que va-t-il arriver à ces poulets baratineurs dont les faux PV ont failli entraîner de sévères condamnations et ont coûté trois ans de procédures ?
    "Il n'y a pas de suite" a répondu au "Canard" le parquet général de Paris.


    "Je tiens à préciser que la mort de madame Bland est un incident tragique. Il ne s'agit en aucun cas d'un incident criminel" 
    ose affirmer le capitaine Brian Cantrell (du bureau du Shériff du Comté de Waller (Texas Etats Unis)
    Comme son collègue du Havre le procureur Francis Nachbar , le pseudo-enquêteur du Texas ose tout !
    Il révèle, de facto, que - comme pour Mohamed Rajhi, comme pour Abdoulaye Camara les conclusions de l'enquête sont déjà écrites dès le début de la procédure par les policier et magistrats racistes.
    Sandra Bland avait 28 ans, elle a été accusée par des policiers racistes de ne pas avoir mis son clignotant. Cela se passait près de Houston le 10 juillet.
    Trois jours plus tard son corps sans vie est retrouvé en prison. Elle se serait pendue.





    Le 10 juillet, Sandra Bland, une jeune femme noire de 28 ans, est au volant de sa voiture et se rend à l'université Prairie View A&M près de Houston, où elle vient d'être embauchée. Un officier de police lui demande de s'arrêter. Il lui reproche de n'avoir pas mis son clignotant alors qu'elle changeait de voie.
    Le ton monte alors entre les deux protagonistes. La jeune femme refuse de sortir de son véhicule et le policier brandit alors un taser puis extrait de force Sandra Bland de sa voiture, avant de la menotter. Au final, elle est arrêtée pour agression d'un représentant des forces de l'ordre et placée en détention. Trois jours plus tard, le 13 juillet, son corps sans vie est retrouvé dans sa cellule et la police évoque un suicide par pendaison.(LCI-TF1)
    IL Y A UN AN AU HAVRE : MOHAMED RAJHI MORT POUR UN JOUET DEFECTUEUX

    Mort en garde à vue au Havre en août : Le témoignage de son ex-épouse Nadia Djaghloul 


    Nadia Djaghloul : "Quant au décès de mon ex-mari nous n'avons aucune réponse on sait pas de quoi il est décédé à ce jour voilà (6 janvier 2015)

    Le procureur du Havre, l'auteur de ce blog subit ses faux en écritures, subit son racisme. Un procureur ex-conseiller d'Eyadéma - le dictateur assassin du Togo, meurtrier du président Sylvanus Olympio, un procureur auteur d'agression en Belgique en garde à vue, signalé par le procureur du Roi (Belge) auprès du Procureur Général de Reims.

    Nantes et Le Havre en résistance samedi 21 février contre les violences policières du #HollandeCoupdEtat (la vérité sur la mort de Rémi Fraisse, du père de famille Mohamed Rahji et de Abdoulaye Camara)

    Samedi ce seront deux rassemblements simultanés au Havre et à Nantes. L'un contre le scandale de l'assassinat de Abdoulaye Camara - mort le 16 décembre 2014 avec 10 balles dans le corps et la mort inexpliquée d'un père de famille de 41 ans Rajhi  - mort en garde à vue le 7 août 2014 pour avoir fait une réclamation d'un jouet défectueux dans un magasin Joué-Club.

    GARDE A VUE MORTELLE ET 20 BALLES (DONT 10 MORTELLES) DANS LE CORPS
     2 MORTS AU HAVRE à 131 JOURS D'ECART

    Le procureur Nachbar est un agresseur
    qui protège des agresseurs
    "Même un policier belge a été choqué par les méthodes Nachbar lors de l'interrogatoire de Monique Olivier, l'épouse de Michel Fourniret. Il s'en était du reste ouvert à Cédric Visart de Bocarme, procureur du Roi, lequel avait transmis ses doléances à fin de poursuites à Yves Charpenel, procureur général de Reims qui s'empressa d'enterrer le dossier. Des baffes derrière la tête qui n'ont eu pour effet que de charger Fourniret d'un crime qu'il n'a pas commis et dont l'auteur court toujours." article de Christian Chardon L'Union L'Ardennais  (les violences commises en Belgique par le procureur délinquant Francis Nachbarsource
    Mais ses exploits lui ont permis de conserver pendant 6 mois les pièces d'un autre meurtre, celui de Abdoulaye Camara. Tué de 10 balles.
    Comme son collègue de Waller, le capitaine Brian Cantrell, le procureur Nachbar connaissait la conclusion de l'enquête dès le premier jour. Il invoquait des vidéos probantes que l'avocat Me Routel de la famille Camara attend encore....

    UNE PSEUDO ENQUETE POUR TERRORISER LES TEMOINS
     ET FABRIQUER DES FAUX : 
    LES METHODES HABITUELLES DE LA POLICE DU HAVRE DEPUIS 2008

    Mais ce procureur, pendant 7 mois a instruit contre un mort : le temps pour ses amis des services secrets de fabriquer de fausses preuves ! Le temps pour cette police pourrie du Havre d'agir comme ils l'ont fait pour les agressions de l'école Valmy et de l'école Varlin : les procédures servent à foutre la trouille aux témoins pour protéger les agresseurs !
    Et pendant le temps de cette enquête bidon, la véritable enquête des deux juges et de l'IGPN ne pouvait pas accéder au dossier. Me Guillaume Routel en a d'ailleurs exigé la communication. Mais les journalistes aux ordres n'en parlent pas !

    Camara tué par la police havraise en 2014 : l’enquête se poursuit

    La thèse de la famille Camara qui parlait d’une éventuelle agression au domicile d’Abdoulaye, avant les faits a été évincée. « Les policiers se sont aperçus que le domicile, rue Florimont-Laurent, était sens dessus dessous, du sang partout mais uniquement celui d’Abdoulaye Camara. De même il y a son seul ADN au niveau de l’immeuble de la rue Florimont. C’est lui-même qui a cassé, pour une raison que l’on ignore, et est entré dans une rage de démence meurtrière », développe le parquet. Par ailleurs, le trentenaire et Abdoulaye Camara ne se connaissaient pas. « Il n’y a aucune explication quant au comportement d’Abdoulaye Camara qui n’était pas habituellement quelqu’un d’agressif, ni n’avait de suivi psychiatrique. » Ni alcool ni médicament n’ont été retrouvés dans le corps d’Abdoulaye Camara, seulement des traces de stupéfiant.
    Contrairement à ce que pense l’avocat de la partie civile, Me Routel, le parquet depuis le début considère que les tirs des policiers étaient proportionnés par rapport à la situation. L’IGPN donnera son avis dans plusieurs mois.
    SUZELLE GAUBE

    FAUX EN ECRITURES PUBLIQUES
    COMMIS PAR LE PROCUREUR VOYOU
    DELIQUANT FRANCIS NACHBAR
    PROTEGE PAR C. TAUBIRA ET B. CAZENEUVE
    L'auteur de ce blog avait prévenu la famille dès le départ : le procureur Francis Nachbar est un menteur, il est un faussaire qui fait recel de faux en écritures fabriqués par des policiers (faux de Jean-Marie Bourry multipliant par 671 le nombre de lecteurs d'un article pour obtenir 31000 €), il fabrique lui-même des faux en écritures .... sans que cela ne semble perturber la Cour de Cassation ni a fortiori les juges du TGI du Havre, du Tribunal d'Instance ni le président de la Cour d'Appel de Rouen....

    jeudi 18 décembre 2014

    La "THESE" de la famille Camara ose écrire le journaliste havraise de la presse OMERTA76 Suzelle Gaube..... L'aggression de Abdoulaye Camara par une bande n'est pas une "thèse"...
    C'est le témoignage de voisins, c'est le témoignage de jeunes ayant entendu les agresseurs revendiquer leur agression et donner le nombre de 6  !
    Depuis le 28 février ont été publié ces propos d'un témoin.
    Le témoin, il y a 5 mois avait dit
    "savoir que des gens sont allés agresser quelqu'un qui s'est fait tué ensuite"
    Prétendre qu'il s'agit d'une "thèse" est typique du procureur voyou....... Auteur de faux en écritures publiques contre l'auteur du blog L'Havrais Vérité !!
    La vérité finira pas éclater
    Il y a des témoignages du voisinage, il y a eu du bruit dans les escaliers, des bruits plus fort dans l'appartement. Et le cri d'une femme dans l'appartement. Un cri qui a duré... un cri qui a été long...Je sais que la police a pris la déposition de ce voisin. (source)
    Il suffit de lire ce témoignage pour comprendre que la police havraise est occupée à faire taire les témoins. Pas à enquêter.
    BonjourExcusez-moi de vous déranger à propos de l'affaire d'Abdoulaye Camara.J'ai été témoin des cris qu'il y a eu pendant qu'Abdoulaye était dans son appartement.Il n'était pas tout seul. Mais avec plusieurs personnes.Je ne sais pas combien.J'ai aussi entendu des cris d'une fille. Tout ça dans la nuit du lundi au mardi 16 décembre à peu près vers 0h00 je pense.¨Pour que la justice soit faite nous avons besoin de vous, s'il vous plait.Et grâce à votre aide, l'aide de la famille et des témoins, la vérité sera connue de tout le monde. Et les policiers seront jugés comme toute personne ayant assasssiné un homme.Que justice soit faite.Merci au revoir.

    PARQUET GENERAL : PAS DE POURSUITES
     POUR LES AUTEURS DE FAUX EN ECRITURES PUBLIQUES

    Au Texas comme en France, il faut que le peuple désigne des juges délégués révocables, des enquêteurs délégués révocables !
    En France, le Parquet Général protège les auteurs de faux en écritures publiques. C'est officiel ce matin dans le Canard Enchaîné
    "Que va-t-il arriver à ces poulets baratineurs dont les faux PV ont failli entraîner de sévères condamnations et ont coûté trois ans de procédures ?"Il n'y a pas de suite" a répondu au "Canard" le parquet général de Paris.Quoi de plus insignifiant, en effet, qu'un faux en écritures publiques" (crime puni de 15 ans de prison) rédigé par des gardiens de la loi ? (Dominique Simonnot LE Canard Enchaîné 22/7/2015)

    La vérité sur Sandra Bland, la vérité sur Mohamed Rajhi, la vérité sur Abdoulaye Camara,la vérité sur Morad à Marseille, la vérité sur les agressions des élèves dans les écoles du Havre, ce ne sont pas les juges actuels qui nous la dira !

    EDR ! Il faut des Enquêteurs Délégués Révocables pour Morad Touat ! Révolution ! L'Etat voyou esclavagiste et ses bolloriciers camouflent la vérité


    x

    0 0



    par Yanick Toutain
    23/7/2015

    " « Nous avons eu accès à un ensemble de documents montrant la nature de ces camps. Les rapports montrent des soldats brandissant des fusils et surveillant des enfants âgés de neuf à quinze ans, habillés en tenues militaires pour effectuer des exercices militaires. Les images que nous avons vues sont très inquiétantes ».
    Les garçons sont répartis sur au moins trois camps situés dans les montagnes de Ruwenzori, dans l’est de la RDC.
    Ils ont été aperçus en tenues de camouflage
    alors qu’ils faisaient des exercices militaires sous la surveillance de soldats armés.
    Le rapport décrit comment plus de 
    soixante filles sont entassées dans ces camps,
    obligées de porter la burqa et préparées à se marier avec des combattants islamiques.
    "



    Au Mali, c'est François Hollande qui, en octobre 2013, a versé les 20 millions d'euros pour endoctriner les jeunes Maliens et en faire des futurs terroristes dans l'école de "petits combattants du jihad" de Iyad Ag Ghali.
    Au Congo RDC , c'est l'ONU qui protège 3 camps de 1500 enfants de 9 à 15 endoctrinés par les agents du terrorisme islamofasciste international.
    VENDREDI 20 FÉVRIER 2015
    "Lors de leur rencontre, Iyad Ag Ghali, fondateur du groupe Ançar Eddine, parle au journaliste de la charia et lui fait visiter une école où de jeunes garçons sont penchés sur le Coran. « Nous formons ici les petits combattants du jihad », lance-t-il."Il n’est pas en ce moment dans sa villa à l’aéroport, mais campe dans une tente spacieuse à 65 km de la ville », ajoute Paul Hyacinthe Mben, sans dire à quelle date il l’a rencontré, précisant seulement avoir été conduit sur place par des jihadistes armés." -Mali Actu
    L'association "de droit pontifical" AED créée par le religieux catholique Werenfried van Straaten qui dénonce ce scandale se plaint de l'absence de réaction de ce qu'elle appelle "communauté internationale"
    Les évêques catholiques de la Province Ecclésiastique de Bukavu, dans l’est de la RDC, ont adressé en mai dernier une lettre ouverte au Président du pays, à l’ONU et aux responsables internationaux pour dénoncer la montée du fondamentalisme djihadiste dans une région traditionnellement dominée par le christianisme et où il y avait jusqu’à présent très peu de musulmans. Maria Lozano conclut : « Cela fait déjà un mois que la Conférence épiscopale a adressé un appel pressant au Président de la République Démocratique du Congo  et à la communauté internationale, mais personne n’a réagi».
    Mais que ce soit au Mali, en Côte d'Ivoire ou en République Démocratique du Congo, certains n'ont pas compris : la bankoslavoisie a chargé le Qatar et l'Arabie Saoudite de mater les Africains !

    LA 4° GUERRE CONTRE L'AFRIQUE :
    TERRORISTES ET OCCUPATION ONU


    C'est un complot : la fabrication massive de terroristes islamofasciste est la seule solution que la Franceàfric et l'USAfric ont trouvé pour justifier leur invasion du continent africain.
    Comme au Mali, on verra demain les impérialismes prétexter la folie de ces jeunes terroristes pour envoyer des troupes les assassiner comme ils l'ont fait avec les bandes de Iyad Ag Ghali et les milices qataris enrôlées au Nord-Mali.
    En l'état actuel des informations qui circulent sur les murs de la résistance africaine, tous ce qui est énoncé factuellement dans l'article de l'AED apparaît comme crédible et avéré.
    Des sites comme Oeil d'Afrique ont repris l'information. (RDC : 1 500 enfants victimes de la barbarie islamiste sous les yeux de l’ONU)


    RDC : l’AED dénonce des camps djihadistes pour enfants
    Des camps d’entraînement au djihad, rassemblant près de 1.500 enfants d’à peine neuf ans, ont été découverts en République Démocratique du Congo. Les sources locales dénoncent le rôle de l’Onu à ce sujet.

    Monusco – les troupes de l’Onu ont leur camp basé ici à Walungo où elle ont fait un centre islamique.
    Des sources proches de l’AED – qui ne peuvent être mentionnées pour des raisons de sécurité – ont révélé que des jeunes étaient emmenés dans des camps où ils étaient brutalisés et endoctrinés par une milice islamiste. Réagissant à ces révélations, Maria Lozano, vice-directrice des communications de l’AED, déclare : « Nous avons eu accès à un ensemble de documents montrant la nature de ces camps. Les rapports montrent des soldats brandissant des fusils et surveillant des enfants âgés de neuf à quinze ans, habillés en tenues militaires pour effectuer des exercices militaires. Les images que nous avons vues sont très inquiétantes ».
    Les garçons sont répartis sur au moins trois camps situés dans les montagnes de Ruwenzori, dans l’est de la RDC. Ils ont été aperçus en tenues de camouflage alors qu’ils faisaient des exercices militaires sous la surveillance de soldats armés. Le rapport décrit comment plus de soixante filles sont entassées dans ces camps, obligées de porter la burqa et préparées à se marier avec des combattants islamiques.
    Un des camps est situé à Medina, à environ 80km de la ville de Beni, région dans laquelle près de 500 personnes ont été tuées dans une série de massacres qui ont eu lieu depuis octobre 2014 jusque maintenant. Maria Lozano poursuit: « Nous sommes très inquiets pour les enfants, car ils ont été attirés dans la rue avec la promesse d’échapper à la pauvreté. Certains sont orphelins, mais d’autres ont quitté leurs familles après avoir été trompés par des recruteurs qui leur avaient fait miroiter l’espoir de pouvoir étudier au Proche-Orient, en Europe ou au Canada. Selon les informations dont nous disposons, les filles sont contraintes au mariage ou sont traitées en esclaves sexuelles ».
    Implication de l’Onu ?
    Les sources proches de l’AED établissent un lien entre la soudaine émergence de camps djihadistes et les forces de maintien de la paix des Nations Unies et sont préoccupées par le fait qu’elles sont complices des camps, ou alors elles s’abstiennent intentionnellement de prendre des mesures contre ces derniers. Ces sources soutiennent que certains membres de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation de la République Démocratique du Congo (MONUSCO) sont des fondamentalistes musulmans pakistanais qui, pendant leur temps libre, mettent en place des écoles coraniques et travaillent sur des chantiers de construction des mosquées. Les contacts de l’AED ont affirmé que des mosquées ont été construites même dans des zones où pratiquement aucun musulman ne vivait.
    Maria Lozano ajoute : « Les gens ne se sentent pas protégés par les soldats des Nations Unies ; les informations que nous avons reçues indiquent qu’ils soutiennent les camps djihadistes, ou au moins qu’ils ne réagissent pas à l’endoctrinement des enfants, ni au traitement barbare qu’ils subissent ».
    Montée du fondamentalisme djihadiste dans une région traditionnellement chrétienne
    Selon le Journal of International Organizations Studies de 2014, vingt-huit des quarante-quatre mosquées (63%) de la région de Medina, en RDC, ont été construites entre 2005 et 2012. Des rapports ont établi que le nombre de musulmans dans l’est de la RDC était passé en quelques années de 1% à 10%.
    Les évêques catholiques de la Province Ecclésiastique de Bukavu, dans l’est de la RDC, ont adressé en mai dernier une lettre ouverte au Président du pays, à l’ONU et aux responsables internationaux pour dénoncer la montée du fondamentalisme djihadiste dans une région traditionnellement dominée par le christianisme et où il y avait jusqu’à présent très peu de musulmans. Maria Lozano conclut : « Cela fait déjà un mois que la Conférence épiscopale a adressé un appel pressant au Président de la République Démocratique du Congo  et à la communauté internationale, mais personne n’a réagi».
    Cette entrée a été publiée dans ActualitéafriqueHomepage, avec comme mot(s)-clef(s) ,. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.


    FIN DE L'ARTICLE AED

    0 0


    par Yanick Toutain
    24/7/2015



    "Au lieu de se battre le dos au mur,
    un gouvernement de délégués nationaux grecs
    aurait appelé les peuples d'Europe
     à désigner des juges délégués nationaux
    (6 en France par exemple)
    et des accusateurs délégués nationaux
    (2 en France par exemple)
    pour entamer une procédure à l'échelle mondiale
     pour juger les responsables de l'escroquerie
     dont sont victimes les Grecs.
    L'ensemble de la planète
    aurait été sollicité pour un tel projet.
    Ce sont de tels juges délégués nationaux qui auront à condamner les voyous de la bankoslavoisie coupables du crime international d'escroquerie contre Etat"
    L'ensemble des Terriens aurait été sollicité
     pour former des pyramides de 400 000 délégateurs
    désignant et contrôlant chacune 1 juge délégué national
     ou 1 accusateur délégué national.
    En commençant par former des groupes de 25 en désignant 1 délégué de base par groupe."
    (...)
    "Il faut donc, pour la France que 8 pyramides de 400 000 délégateurs se constituent."



    Le 15 juillet, l'ex-ministre des finances grec Yanis Varoufakis votait NON. Le même jour, le Huffington Post mettait en ligne les annotations qu'il avait rédigées sur le plan européen contre la Grèce.
    Mais, changeant son fusil d'épaule, le comparse d'Alexis Tsipras, a maintenant décidé de manger son chapeau :
           sur le blog de THÉO KOUTSAFTIS 23 JUILLET 2015 (bravo pour ses traductions)
     Varoufakis : « Pourquoi j’ai voté OUI ce soir »
     |  extraits (...)  Mercredi dernier [15 juillet, ndt] je n’avais pas d’autre choix que celui d’un NON puissant. C’était mon « non », qui est venu s’ajouter au 61,5% de nos concitoyens, en capitulation fondée sur la logique de la non existence d’alternative (la célèbre TINA – there is no alternative), logique que je rejette depuis maintenant trente cinq ans et sur les quatre continents sur lesquels j’ai habité. Aujourd’hui, ce soir [mercredi 22 juillet, ndt] les deux mesures que j’avais moi-même proposé en février viennent à la Vouli d’une façon inimaginable pour moi à l’époque et qui ne nous rend pas honneur en tant que gouvernement SYRIZA.
    Comme je l’ai cependant expliqué dans un article récent dans l’Efimerida ton Syntakton [Journal des Rédacteurs, journal de gauche, ndt] avec pour titre « Pourquoi j’ai voté contre », mon but est, malgré mon désaccord fondamental avec nos manœuvres post-référendum, le maintien de l’unité de SYRIZA, le soutien d’Alexis Tsipras et le soutien d’Euclide Tsakalotos. Aujourd’hui donc je vote OUI pour deux mesures que j’avais moi-même proposé, quoique sous des conditions radicalement différentes.
    Je suis, malheureusement, certain que mon vote n’aidera pas le gouvernement dans notre but commun. Et ce parce que l’Accord du Sommet de la zone euro, dans laquelle s’incluent les deux mesures de ce soir, est conçu pour échouer. Mais je donne ce vote à mes camarades avec l’espoir qu’ils gagneront du temps afin que, tous ensemble unis, nous préparions la nouvelle résistance à l’autoritarisme, à la misanthropie et à l’accélération et approfondissement politiquement motivés de la crise.
    _____________
    [i] Ce matin [mercredi 22 juillet, ndt], lors du Comité d’Affaires Économiques de la Vouli, dans lequel je participe, j’ai constaté que pas un seul député n’était d’accord avec le nouveau Code de Procédure Civile, y compris le Ministre de la Justice. C’était un triste spectacle.


    Lundi, les banques grecques ont réouvert. Aujourd'hui vendredi, le trio fasciste qui écrase la Grèce a fait défaut.... de sa présence à Athènes....
    "La troïka formée par l'Union européenne (UE), le Fonds monétaire international (FMI), et la Banque centrale européenne (BCE) sera renforcée par un représentant du Mécanisme européen de stabilité (MES). La semaine passée, Athènes a introduit une demande d'aide à ce fonds. Le programme d'aide dont il est question est évalué à maximum 86 milliards d'euros étalés sur trois ans, dont 50 milliards proviendraient du MES". (Belga) (source RTL BE)

    NOUVELLES MESURES D’AUSTÉRITÉ
    POUR TROIS ANNÉES IMPOSÉES AUX PAUVRES GRECS 

    Mais quels que soient les zigzags, c'est le plan d'écrasement du peuple grec qui continue

    (le Monde Adéa Guillot (Athènes, correspondance) ) : 
    "Les nouvelles discussions – ou faut-il parler du nouveau bras de fer ? – entre le gouvernement grec et les créanciers du pays – Fonds monétaire international (FMI), Commission européenne, Banque centrale européenne (BCE), Mécanisme européen de stabilité (MES) – devaient commencer vendredi 24 juillet. Elles ne débuteront que « dans les prochains jours », a annoncé, en fin d’après-midi la Commission européenne, sans donner plus de précisions sur le calendrier.

    Une source ministérielle grecque avait indiqué que la venue des représentants des créanciers devait se faire ce vendredi. La date n’avait pas été confirmée à Bruxelles ou à Washington.

    « La mission est en cours de préparation, a confié une source proche des discussions. On discute encore du lieu car il faut trouver un endroit accessible, près des ministères ». Une seconde source a fait part de « problèmes logistiques », qui vont être « rapidement réglés », sans préciser leur nature exacte.

    Les représentants des quatre institutions sont attendus à Athènes pour le début d’un marathon estival, qui doit conduire, si possible avant la fin d’août, à l’adoption d’un troisième plan d’aide de plus de 80 milliards d’euros pour les trois prochaines années.(...)  
    Les négociations des prochains jours porteront aussi et surtout sur le calendrier de la mise en œuvre de nouvelles mesures d’austérité au cours des trois prochaines années. Mais aussi sur l’évaluation des besoins financiers de la Grèce pour préciser le montant du prêt nécessaire – entre 80 milliards et 86 milliards d’euros, selon les premières estimations – ainsi que l’échelonnement des versements.
    La Grèce aimerait avoir conclu un accord final avant le 20 août, afin de pouvoir libérer une partie de la somme promise pour rembourser près de 3,5 milliards d’euros à la BCE. Argent dont elle ne dispose pas aujourd’hui.
    Le climat entourant ces nouvelles négociations reste lourd, plusieurs voix en Europe continuant de militer presque ouvertement pour une sortie de la Grèce de la zone euro. Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a beau répéter que cette question du « Grexit » est définitivement obsolète, beaucoup en Grèce, notamment dans les rangs du parti de la gauche radicale Syriza, redoutent que les créanciers n’exigent trop d’un Alexis Tsipras qui a déjà montré qu’il était prêt à de lourds compromis et renoncements pour garantir la trajectoire européenne de son pays.


    La pauvreté : une attaque contre les Grecs
    Si un gouvernement du peuple formé de délégués nationaux révocables était au pouvoir, ce ne sont pas 60€ ou 50€ qu'il serait possible de retirer dans les banques ouvertes. Mais ce serait l'Etat grec qui, après avoir confisqué ces banques à leurs capitalistes, chargerait leurs employés de prendre en charge la distribution d'un montant égal à 33€/jour par adulte, 33€/jour par adolescent de 14 ans et plus, de 16,5€/jour par enfant de moins de 14 ans et donc de 100€/jour par famille de 2 enfants jeunes (2 parts, 2 demi-parts) ou de 133€/jour par famille de 3 enfants dont 1 ado.(3 parts 2 demi-parts)
    Cette conclusion est celle qu'un lecteur honnête tirera de la lecture des annotations des notes de Yanis Varoufakis ci-dessous.
    (Ce texte avait été écrit pour l'essentiel entre dimanche 19 et lundi 20 juillet)


    Tsipras avait offert son ministre des finances Yanis Varoufakis en sacrifice au Baal de Schäuble-Merkel, un sacrifice-holocauste en hommage à la puissance de la bankoslavoisie.
    Ces voyous organisent à distance un coup d'Etat voulu par JP Morgan et Goldman Sachs. Leurs marionnettes Merkel, Sarkozy, Hollande étaient d'ailleurs régulièrement espionnées pour s'assurer de leur participation au plan
    "Comme ses deux prédécesseurs de droite, l’actuel président socialiste François Hollande n’a pas échappé à la curiosité des grandes oreilles de Washington. Un rapport du 22 mai 2012 de la NSA fait ainsi explicitement référence à une conversation tenue quatre jours plus tôt entre le président fraîchement élu et son premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault. La conversation porte sur la volonté de François Hollande d’organiser des « consultations secrètes » avec l’opposition allemande, concernant l’éventualité d’une sortie de la Grèce de la zone euro – un sujet toujours d'actualité. Les analystes de la NSA évoquent dans le même document l’existence de« précédents rapports » concernant des entretiens passés au sujet de la chancelière Angela Merkel. Ce qui laisse donc supposer que les interceptions américaines du président français ont bel et bien été monnaie courante. (source Mediapart)
    LIRE AUSSI

    MERCREDI 15 JUILLET 2015

    Grèce "La loi Macron puissance dix" Une contre-révolution qui fait appliquer ses mesures par un Tsipras sous harcèlement



    par Yanick Toutain
    15/7/2015


    « si vous ne faites pas toutes ces réformes,
    vous serez virés de la zone euro.
    C'est ça qui a fait bouger Tsipras.
    Il a employé cet argument devant son Parlement :
    « Je n'ai pas été élu pour faire sortir la Grèce de l'euro. »
    La population grecque étant à 80%
    pour le maintien dans la zone euro,
    cela lui a permis de faire adopter samedi 11,
    par 86% des députés grecs,
    le train de réforme que la population avait refusé
    à 61% par référendum six jours plus tôt. »

    (anonyme de la BCE cité dans le Canard Enchaîné)

    C'est le Huffington post qui publiait en scoop le 15 juillet les notes de l'ex-ministre grec :

    Grèce : la version intégrale de l'accord annotée par Yanis Varoufakis



    L'ex-ministre de Tsipras qui choquait tant les voyous de Bruxelles démasquait l'hypocrisie du plan Schäuble- Merkel.
    Voici ses notes complétées d'annotations critiques donnant en positif les conclusions du programme libéral- égaliste
    "Le sommet de la zone euro souligne la nécessité cruciale de rétablir la confiance avec les autorités grecques [le gouvernement grec doit instaurer une austérité encore plus rigoureuse frappant les citoyens grecs les plus vulnérables, qui ont déjà largement souffert], condition préalable pour un éventuel futur accord sur un nouveau programme du MES [pour un report de ce prêt non viable]. À cet égard, il est essentiel que la maîtrise du processus revienne aux autorités grecques [le gouvernement Syriza doit signer une déclaration stipulant qu’il s’est soumis à la ‘logique’ de la troïka], et les engagements pris dans ce contexte devraient être suivis d'une mise en œuvre effective.
    Dès le départ, on remarque que Varoufakis parle d'"austérité encore plus rigoureuse" en concédant donc qu'il avait appartenu un gouvernement qui l'avait gérée.
    Qu'il soit clair, donc, qu'un véritable gouvernement du peuple, dès le jour de son arrivée, STOPPERAIT IMMEDIATEMENT toute forme d'austérité.
    La totalité des citoyens (par le biais d'une monnaie nouvelle - GREXIT !) serait mise dans l'obligation de limiter sa consommation à 33€ par jour.
    On simplifiera la lecture ci-dessous en anticipant la création d'un "révo-monnaie" non commercialisable indexé par exemple sur l'euro de telle façon que 10 révos seraient égaux à 1 euro.
    Ce serait donc un montant de 10 000 révos par mois qui serait versé à chaque Grec et donc 333 révos/jour.
    Il est attendu d'un État membre de la zone euro demandant l'assistance financière du MES qu'il adresse, lorsque cela est possible, une demande similaire au FMI. Il s'agit d'une condition préalable pour que l'Eurogroupe approuve un nouveau programme du MES. La Grèce demandera donc que le FMI maintienne son soutien (surveillance et financement) à partir de mars 2016 [Berlin continue à croire que la Commission n’est pas digne de confiance pour faire la ‘police’ sur ses propres programmes européens de ‘sauvetage’].
    Un gouvernement du peuple couperait tous liens avec cet organisme de bandits dont la prétendue "richesse" provient du pillage des Africains et qui distribue donc le recel d'un vol esclavagiste.
    Implorer quoi que ce soit au FMI est une honte.
    Compte tenu de la nécessité de rétablir la confiance avec la Grèce, le sommet de la zone euro se félicite que la Grèce ait pris l'engagement de légiférer sans délai sur une première série de mesures [la Grèce doit s’infliger à elle-même un supplice de waterboarding fiscal, avant même qu’un quelconque financement soit proposé]
    "Rétablir la confiance" est une expression savoureuse de la part d'une bande de truqueurs de comptabilité au service de Goldman Sachs dont les agents préparèrent soigneusement la catastrophe depuis les années 2000, un complot au service de la banque US JP Morgan dont le plan 2013 de destruction de toutes les institutions politiques constitutionnelles (qui défendent la formoisie européenne depuis les 30 Glorieuses) est en train de se mettre en place.




    . pour en finir avec l'Etat providence européen 

    JP MORGAN RÉCLAME DES RÉGIMES AUTORITAIRES EN EUROPE

    Par Stefan Steinberg 
    19 juin 2013
    Dans un document publié à la fin du mois de mai, le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase réclame l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires.
    Le document de 16 pages a été réalisé par le groupe Europe Economic Research de JPMorgan et est intitulé « L’ajustement de la zone euro – bilan à mi-parcours. » Le document commence par faire remarquer que la crise de la zone euro a deux dimensions.
    Le lecteur trouvera ici une partie des magouilles du trio Mario Draghi-Louka Papadémos et Petros Christodoulos
    Et un autre « ancien de Goldman Sachs, Petros Christodoulos »Ce dernier Petros Christodoulos est présenté par le Canard Enchaîné comme « expert en maquillage des comptes » et a été « chargé par le gouvernement d'Athènes de gérer la dette jusqu'en 2012. »
    Un trio de voyous mis en place pour préparer le dépeçage du pays et l'africanisation de la Grèce au profit de la bankoslavoisie : pillage à bas prix des biens publics et mise en esclavage de ses travailleurs.
    « L'adhésion grecque à l'euro, en 2000, a été obtenue sur la base de données fantaisistes. Et, en 2004, le gouvernement a reconnu qu'il avait divisé par deux le chiffre du déficit public depuis 2000. Autant de facéties pratiquées avec l'aide de grandes banques américaines et la bienveillante myopie des autorités européennes.
    « Certaines banques se sont employées, durant des années, à rendre plus présentables les comptes de la Grèce, déjà au bord de la faillite. Ainsi, le géant américain Goldman Sachs a vendu à Athènes, au début des années 2000, une tricherie décrite avec pédagogie » par Marc Roche."
    "Rétablir la confiance" d'un gang de racketteur. Autant exiger de rétablir la confiance d'un violeur en série.... envers ses victimes
    Ces mesures, prises en accord total et préalable avec les institutions, porteront sur:
    - Pour le 15 juillet:
    • Une rationalisation du régime de TVA [le rendre plus régressif, par des hausses de taux qui encouragent la fraude à la TVA] et un élargissement de l'assiette fiscale afin d'accroître les recettes [porter un grand coup au seul secteur grec de croissance – le tourisme] .
    Dès que la révolution aura lieu
    1° La TVA disparaîtra immédiatement dans un pays qui versera l'équivalent non euro d'une somme de 33€/jour à chaque citoyen.
    2° Par contre une taxe carbone et uranium augmentera les prix hors TVA dans des proportions importantes. Taxe carbone dont une grande partie du montant sera rendue aux Africains.
    3° Les touristes apprendront à vivre avec l'équivalent "333 révos-monnaie" (d'une valeur de 33€/jour). La Grèce deviendra une STRUCTURE de SOIN pour la pathologie consumériste des malades mentaux des pays spoliateurs qui viendraient s'y soigner. Mais ces touristes verseront (en échange des 10 000 révos qui leur seraient versés mensuellement) une somme égale à leur montant habituel de consommation (à l'état pathologique)
    Exemple : un touriste allemand qui aurait ordinairement un salaire de 3000€ en Allemagne, ne pourrait toucher ses 10000 révos qu'en versant 3000€ en échange.
    Telle est la première approche que le lecteur peut avoir ici du "troc révolisationnaire"
    • Des mesures directes pour améliorer la viabilité à long terme du système des retraites dans le cadre d'un programme global de réforme des retraites[diminuer les plus basses des petites retraites tout en faisant semblant de ne pas voir que l’épuisement des fonds des caisses de retraite est dû au PSI (ndt : accord de renégociation de la dette avec les créanciers privés) élaboré par la troïka en 2012 et aux effets de la baisse du nombre d’emplois et de la hausse du travail au noir].
    La révolisation des retraites consistera en l'alignement général des revenus des retraités sur ceux de l'ensemble de la population : 333 révos valant 33€
    • La garantie de la pleine indépendance juridique d'ELSTAT [la troïka exige un contrôle total sur la manière dont la Grèce élabore son équilibre budgétaire, en vue de contrôler complètement l’ampleur de l’austérité qu’elle impose au gouvernement].
    On a ici un exemple typique de la mise en oeuvre du coup d'Etat préconisé par la banque JP Morgan : les "indépendances juridiques" ne sont que des mises sous tutelle par la bankoslavoisie d'organes qui - sur une planète connaissant la justice - devraient fonctionner sur le modèle de l'humanocratie la plus absolue.
    • La pleine mise en œuvre des dispositions pertinentes du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire, notamment en rendant opérationnel le conseil budgétaire avant la finalisation du protocole d'accord et en introduisant des réductions quasi automatiques des dépenses en cas de dérapages par rapport à des objectifs ambitieux d'excédents primaires, après avoir sollicité l'avis du conseil budgétaire et sous réserve de l'accord préalable des institutions [le gouvernement grec, qui sait que les objectifs fiscaux imposés ne seront jamais atteints avec l’austérité imposée, doit s’engager dans une austérité plus forte et systématique du fait des dernières erreurs de la troïka] .

    OPERATIONS SPECULATIVES

    Les "dernières erreurs de la troïka" ne sont que les dernières activités conspirationnistes de cette troïka.
    Cela fait des années que les vautours escroquent le pays. La crise de 2010 avait été l'occasion d'aggraver la situation ..... mais.... aussi de piller ce qui pouvait l'être par les complices des saboteurs.



    Dans le rapport d'une commission d'enquête de l'Assemblée nationale, en décembre 2010[27], Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, a déclaré : « il n’est pas exclu que les mouvements aient été amplifiés par des opérations spéculatives utilisant des instruments sophistiqués comme les CDS ou les ventes à découvert. » (Wikipédia)

    Quant à l'hypocrite formule du texte initial "introduisant des réductions quasi automatiques des dépenses en cas de dérapages par rapport à des objectifs ambitieux d'excédents primaires".... elle confine au délire ou à la volonté anticipée d'écraser davantage les niveaux de rémunérations.
    - Pour le 22 juillet:
    • L'adoption du code de procédure civile, qui représente une refonte en profondeur des procédures et modalités propres au système de justice civile et peut accélérer considérablement les procédures judiciaires et réduire les coûts dans ce domaine [les saisies, les expulsions et la liquidation de milliers d’habitations et d’entreprises qui ne sont pas en mesure de rembourser leurs emprunts].
    Le gouvernement révolutionnaire balayera tout le vieil édifice judiciaire de la dictature et de la démocrature qui lui a succédé : tous les juges seront révoqués et ce seront des citoyens membres des CDR qui assumeront les tâches de juges.
    Et ce seront des juges révocables : de tels juges auraient du mal à imposer la dictature des fous furieux de Bruxelles et à mettre à la rue d'honnêtes citoyens ou encore à fermer de entreprises utiles au peuple.
    Quant à "L'adoption du code de procédure civile, qui représente une refonte en profondeur des procédures et modalités propres au système de justice civile".... des délégués révocables issus du peuple enverraient promener les voyous qui tenteraient d'imposer aux Grecs cette dictature Schäuble-JP Morgan-Goldman Sachs. La justice à venir de la Grèce ressemblera 1000 fois plus à celle initiée par Thomas Sankara et ses camarades à partir du 4 août 1983 qu'à ce simulacre de justice que la bourgeoisie impose aux peuples..... et qui n'est que la validation pseudo-scientifique de la spoliation généralisée et la banalisation de la pathologie consumériste de ses acteurs.

    • La transposition de la directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances, avec le soutien de la Commission européenne. Ce n'est qu'après –et immédiatement après– que les quatre premières mesures susmentionnées auront fait l'objet d'une mise en œuvre au plan juridique et que le Parlement grec aura approuvé tous les engagements figurant dans le présent document, avec vérification par les institutions et l'Eurogroupe, qu'une décision pourra être prise donnant mandat aux institutions de négocier un protocole d'accord [le gouvernement Syriza doit être humilié, au point qu’il lui est demandé de s’imposer à lui-même une austérité rigoureuse, en prélude à une nouvelle demande de prêt toxique de sauvetage, ce type même de prêt dont le rejet a fait la célébrité internationale de Syriza].
    Ces prétendus "apolitiques" techniciens de la dictature apolitique des banques imposent à un Parlement ce que 61% des électeurs des députés de ce Parlement ont refusé dans un GReférendum dont personne n'a prétendu qu'il aurait été truqué....
    Quant à la "célébrité internationale de Syriza" c'est bel et bien cela que les vautours combattent. Ils ont comme projet de faire manger son propre chapeau à Tsirisas et à la formoisie grecque. Et le jour d'après ce seront les formoisies espagnoles, italiennes et françaises qui sont dans le collimateur.




    Cette décision serait prise sous réserve de l'achèvement des procédures nationales et à condition que les conditions préalables prévues à l'article 13 du traité instituant le MES soient réunies, sur la base de l'évaluation visée à l'article 13, paragraphe 1. Afin de pouvoir servir de base à la conclusion positive du protocole d'accord, les mesures de réforme présentées par la Grèce doivent être sérieusement renforcées compte tenu de la profonde dégradation de la situation économique et budgétaire du pays au cours de l'année dernière [le gouvernement Syriza doit acquiescer au mensonge que c’est lui, et non les tactiques d’asphyxie des créanciers, qui a provoqué la forte détérioration de la situation économique au cours des six derniers mois – on demande à la victime de prendre sur elle la faute qui incombe au méchant].
    Cela est d'autant plus que le cas que ce sont les méchants étrangers qui ont prété l'argent aux méchants locaux. Qui, principalement en ne payant quasiment aucun impôt, se sont mis l'argent dans la poche, pour l'extrader ensuite...... et regarder leur pays couler....
    Quant aux "mesures de réformes" dont les vautours exigent qu'elles soient "sérieusement renforcées", elles ne sont que la continuation économique fasciste du plan JP Morgan de destruction des barrières de protection institutionnelles protégeant les formois européens.



    Le gouvernement grec doit s'engager formellement à renforcer ses propositions[de les rendre plus régressives et plus inhumaines] dans un certain nombre de domaines recensés par les institutions, en les accompagnant d'un calendrier suffisamment précis pour ce qui est de la législation et de la mise en œuvre, y compris des critères de référence structurels, des échéances et des critères de référence quantitatifs, afin de donner une idée claire de l'orientation des politiques à moyen terme. Il doit notamment, en accord avec les institutions:
    De plus en plus de partisans du Front de Gauche sur Twitter partagent le hatag #ThisIsACoup en commençant à comprendre ce dont il est question réellement.
    Mais n'enchaînent pas leur réflexion sur les mesures indispensables pour mettre hors d'état de nuire ces vautours.
    Ils ne comprennent ni l'urgence de l'humanocratie, ni celle de l'égalisme, ni celle de l'investissement du peuple.



    • Mener d'ambitieuses réformes [coupes] des retraites et définir des politiques visant à compenser pleinement l'incidence budgétaire de l'arrêt de la cour constitutionnelle relatif à la réforme des pensions de 2012 [annuler la décision de la Cour favorable aux retraités]  et mettre en œuvre la clause de déficit zéro [réduire de 85% les compléments de retraite que le gouvernement Syriza avait défendus bec et ongle au cours des cinq derniers mois] ou des mesures alternatives mutuellement acceptables[trouver des victimes ‘équivalentes’] d'ici octobre 2015;
    Mais pour lutter dans l'unité, il faudrait aussi que les formois spoliateurs acceptent eux aussi de vivre avec 33€/jour.
    • Adopter des réformes plus ambitieuses du marché des produits assorties d'un calendrier précis de mise en œuvre de toutes les recommandations du volume I du manuel de l'OCDE pour l'évaluation de la concurrence [les recommandations auxquelles l’OCDE a désormais renoncé après avoir redéfini ces réformes en coopération avec le gouvernement Syriza], y compris dans les domaines suivants: ouverture des magasins le dimanche, périodes de soldes, propriété des pharmacies, lait et boulangeries, à l'exception des produits pharmaceutiques vendus sans ordonnance qui feront l'objet d'une mise en œuvre à un stade ultérieur, ainsi qu'en ce qui concerne l'ouverture de professions fermées essentielles au niveau macro-économique (par exemple, les transports par ferry). En ce qui concerne le suivi du volume II du manuel de l'OCDE, l'industrie manufacturière doit être comprise dans les actions préalables;

    Pour qui se prennent donc ces vautours pour se mêler des jours d'ouvertures des magasins, de la vente du lait et du pain ou des périodes de soldes.......
    Les activistes du libéral-égalisme savent que le véritable marché implique de sortir les humains (et les innovations) du marché et de le mettre en place pour les seuls objets.
    Ces libéralisations prétendues du marché se mettent en place en parallèle de la persistance de leurs propres systèmes de subventions et aux trucages de véritables lois du marché.
    Seule l'investissement du peuple permettra un véritable libéralisme pour les choses. Après l'abolition des diplômes et des droits d'auteurs.
    La révolution versera 10€/jour (100 révos/jour) à chaque Grec pour qu'il investisse dans les entreprises ou projets de son choix. Mais sans dividendes



    • En ce qui concerne les marchés de l'énergie, procéder à la privatisation de l'opérateur du réseau de distribution d'électricité (ADMIE), à moins que l'on puisse trouver des mesures de remplacement ayant un effet équivalent sur la concurrence, comme convenu par les institutions [ADMIE sera liquidé au profit d’intérêts particuliers étrangers sous commandement des institutions];

    Ces sont les irresponsables de l'EDF, GDF, Suez, et leurs alter-ego d'Italie ou d'Allemagne qui prendront pied en Grèce pour imposer leurs règles imbéciles et criminelles !



    • En ce qui concerne le marché du travail, entreprendre un réexamen rigoureux et une modernisation des négociations collectives [s’assurer qu’aucune négociation collective n’est possible] , de l'action syndicale [qui doit être interdite] et, conformément à la directive pertinente de l'UE et aux bonnes pratiques, des procédures de licenciement collectif [qui doivent être soumises aux caprices des employeurs], selon le calendrier et l'approche convenus avec les institutions [c’est la troïka qui décide]. Sur la base de ces réexamens, les politiques du marché du travail devraient être alignées sur les meilleures pratiques internationales et européennes, sans que cela se traduise par un retour aux politiques antérieures qui ne sont pas compatibles avec les objectifs de croissance durable et inclusive [il ne doit exister aucun mécanisme permettant aux salariés d’obtenir de meilleures conditions des employeurs];
    Il ne faut ici ni faire confiance à la formoisie de Varoufakis-Tsipras-Mélenchon-Filoche ni à la bourgeoisie de Merkel-Schäuble-Hollande-Draghi.
    Seule l'égalisme et acceptable: 1000€/mois qui seront versés en 10 000 révos-monnaie à chaque adulte et ado et 500€ (5000 révos) par enfant !



    • Adopter les mesures nécessaires pour renforcer le secteur financier, y compris des mesures radicales concernant les prêts non performants [un tsunami de saisies s’annonce]  et des mesures visant à renforcer la gouvernance du Fonds hellénique de stabilité financière (HFSF) et des banques [les Grecs qui gèrent le HFSF et les banques n’auront exactement aucun pouvoir de contrôle sur le HFSF et les banques], en particulier en éliminant toute possibilité d'interférence politique, notamment dans les processus de nomination[sauf l’interférence politique de la troïka]. Par ailleurs, les autorités grecques prendront les mesures suivantes:



    ABOLITION DES BANQUES, des BOURSES, du CREDIT POUR LA SURVIE DE L'ESPECE HUMAINE

    Un gouvernement du peuple aurait abolit les crédits, les banques et toutes les institutions de la riba. Seul l'investissement du peuple peut fournir les montants d'investissements pour les projets utiles.



    • Élaborer un programme de privatisation nettement plus étoffé avec une meilleure gouvernance; des actifs grecs de valeur seront transférés dans un fonds indépendant qui monétisera les actifs par des privatisations et d'autres moyens[une structure similaire au Treuhand pour l’Allemagne de l’est est envisagée pour liquider tous les biens publics, mais sans l’équivalent des lourds investissements que l’Allemagne de l’Ouest avait déversés à l’est pour compenser le désastre du Treuhand].

    C'est la version numéro 2 du projet qu'on voit ici : dans la première version, c'est Schäuble qui faisait son marché

    50 MILLIARDS D'EUROS 
    A PRIVATISER POUR DEPECAGE

    Et c'est à ce titre que le ministre Schäuble avait décidé de s'accaparer – pour une filiale de la banque qu'il préside – un total de 50 milliards de biens publics grecs.
    Vous ne rêvez pas : un ministre allemand décidant de confisquer 50 milliards d'euros de propriétés publiques appartenant aux Grecs, de les transférer à un « Institut pour la Croissance » basé au Luxembourg – institut sous le contrôle du même ministre, en tant que président de la maison mère de ce « fonds »




    « Il aurait eu pour fonction de vendre lui-même ports et autres pépites grecques à privatiser. Et accessoirement, de s'assurer qu'il n'y ait pas d'« évaporation » des capitaux ainsi réunis et d'amorcer le désendettement du pays. On ne saurait mieux placer les Grecs sous tutelle »

    La cerise sur le gâteau étant la présence, aux côtés de Wolfgang Schäuble, de Sigmar Gabriel
    la banque KfW «...son vice-président est Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand et leader du SPD. Deux des ennemis les plus connus de Tsipras.
    Un fonctionnaire français de la BCE commente pour le Canard Enchaîné :
    « Les Allemands, qui n'ont pas digéré les coups tordus de Tsipras, avaient ouvertement la volonté de le punir en l'humiliant »
    Mais le but reste toujours le même !



    La monétisation des actifs constituera une source permettant le remboursement programmé du nouveau prêt du MES et générera sur la durée du nouveau prêt un montant total fixé à 50 milliards d'euros, dont 25 milliards d'euros serviront au remboursement de la recapitalisation des banques et d'autres actifs, et 50% de chaque euro restant (c'est-à-dire 50% de 25 milliards d'euros) serviront à diminuer le ratio d'endettement, les autres 50% étant utilisés pour des investissements [les biens publics seront liquidés et les maigres sommes ainsi obtenues seront destinées au service d’une dette insoutenable – sans qu’il reste rien pour des investissements publics ou privés]. Ce fonds serait mis en place en Grèce et géré par les autorités grecques sous la supervision des institutions européennes concernées [il sera officiellement en Grèce mais, comme le HFSF ou la Banque de Grèce, il sera intégralement contrôlé par les créanciers].
    Un gouvernement du peuple aurait envoyé en enfer les prétendues "dettes" des Grecs et aurait entamé une procédure d'escroquerie massive contre les trois escrocs de Goldman Sachs -Mario Draghi-Louka Papadémos et Petros Christodoulos- et leurs agents locaux.
    Au lieu de se battre le dos au mur, un gouvernement de délégués nationaux grecs auraient appelé les peuples d'Europe à désigner des juges délégués nationaux (6 en France par exemple) et des accusateurs délégués nationaux (2 en France par exemple) pour entamer une procédure à l'échelle mondiale pour juger les responsables de l'escroquerie dont sont victimes les Grecs.
    L'ensemble de la planète aurait été sollicitée pour un tel projet : désigner 1 juge délégué national par tranche de 10 millions d'habitants (et 1 procureur délégué national pour 30 millions)
    Ce sont de tels juges délégués nationaux qui auront à condamner les voyous de la bankoslavoisie coupables du crime international d'"escroquerie contre Etat".
    L'ensemble des Terriens aurait été solliciter pour former des pyramide de 400 000 délégateurs désignant et contrôlant chacune 1 juge délégué national ou 1 accusateur délégué national.
    En commençant par former des groupes de 25 en désignant 1 délégué de base par groupe.
    En accord avec les institutions, et sur la base des bonnes pratiques internationales, un cadre législatif devrait être adopté pour garantir des procédures transparentes et une valorisation adéquate des ventes d'actifs, conformément aux principes et aux normes de l'OCDE sur la gestion des entreprises publiques [la troïka fera ce qu’elle voudra].

    Puisque Varoufakis a compris cela pour quelle raison ne préconise-t-il pas des mesures de contre- offensives.
    Il n'est pas le général muet et impotent en haut de la colline !
    • Conformément aux ambitions du gouvernement grec, moderniser et considérablement renforcer l'administration publique grecque, et mettre en place, sous l'égide de la Commission européenne, un programme de renforcement des capacités et de dépolitisation de l'administration publique grecque [faire de la Grèce une zone sans démocratie sur le modèle de Bruxelles, une forme de gouvernement soi-disant technocratique, politiquement toxique et macro-économiquement inepte] .

    La véritable modernisation sera faite par les révolisationnaires et consistera à faire disparaitre le vieux corps des fonctionnaires non révocables.
    Une première proposition devrait être présentée d'ici le 20 juillet après discussion avec les institutions. Le gouvernement grec s'engage à réduire encore les coûts de l'administration publique grecque [diminuer les bas salaires tout en augmentant légèrement les salaires des quelques apparatchiks proches de la troïka], conformément à un calendrier convenu avec les institutions;

    Le gouvernement du peuple réduira le coût de l'ex-Etat bourgeois grec : tous ses anciens acteurs apprendront à vivre en ne dépensant que 33€/jour !
    Ce n'est pas le plan des bourgeois de l'UE !
    • Normaliser complètement les méthodes de travail avec les institutions, y compris le travail nécessaire sur le terrain à Athènes, pour améliorer la mise en œuvre et le suivi du programme [la troïka contre-attaque et exige que le gouvernement grec l’invite à revenir à Athènes en vainqueur – la paix carthaginoise dans toute sa splendeur].

    C'est l'occupation nazie de la Grèce qui recommence sous d'autres formes !
    Le gouvernement doit consulter les institutions et convenir avec elles de tout projet législatif dans les domaines concernés dans un délai approprié avant de le soumettre à la consultation publique ou au Parlement [le parlement grec doit à nouveau, après cinq mois d’une indépendance éphémère, se faire l’annexe de la troïka – faire passer mécaniquement des lois traduites].

    Ce qui implique une contre-offensive judiciaire révolisationnaire justifiant une mise en garde-à-vue immédiate de tous les responsable de l'escroquerie contre la Grèce.



    Le sommet de la zone euro souligne une nouvelle fois que la mise en œuvre est capitale et, dans ce contexte, se félicite que les autorités grecques aient l'intention de demander d'ici le 20 juillet le soutien des institutions et des États membres en vue d'une assistance technique, et demande à la Commission européenne de coordonner ce soutien de l'Europe; 
    • À l'exception de la loi sur la crise humanitaire, le gouvernement grec procédera à un réexamen en vue de modifier les dispositions législatives adoptées qui sont contraires à l'accord du 20 février puisqu'elles constituent un retour en arrière par rapport aux engagements pris au titre du programme précédent ou il définira des mesures compensatoires clairement équivalentes pour les droits acquis qui ont été créés par la suite [en plus de promettre qu’il ne légiférera plus de manière autonome, le gouvernement grec annulera rétrospectivement toutes les lois qu’il a fait voter durant ces cinq derniers mois] .
    La "loi sur la crise humanitaire" est un avant-goût de la botte fasciste qui s'abat sur la Grèce !!!
    Les engagements énumérés plus haut correspondent au minimum exigé pour entamer les négociations avec les autorités grecques. Toutefois, le sommet de la zone euro a clairement indiqué que le fait de commencer des négociations n'exclut pas la possibilité d'un accord final sur un nouveau programme du MES, qui devra reposer sur une décision relative à l'ensemble du paquet (y compris les besoins de financement, le caractère soutenable de la dette et un financement-relais éventuel) [flagellez-vous, imposez plus d’austérité à une économie déjà écrasée par l’austérité, et nous verrons ensuite si l’Eurogroupe vous marquera encore au fer avec de nouveaux prêts toxiques et non viables].

    Un "nouveau programme" marque l'intention d'aller en aggravant les choses à mesure que l'ampleur de la trahison de Tsipras s'aggravera elle-même !
    Il faut donc relancer une CONTRE-OFFENSIVE !

    Le sommet de la zone euro prend acte de ce que les besoins de financement du programme pourraient se situer entre 82 et 86 milliards d'euros, selon les estimations des institutions [l’Eurogroupe a sorti du chapeau un montant exhorbitant, bien supérieur à ce qui est réellement nécessaire, pour souligner qu’une restructuration de la dette est hors de question et que le but du jeu est en fait la servitude infinie de la dette].

    L'EUROPE ESCLAVAGISTE DE STRAUSS-KAHN
    "la Méditerranée comme notre mer intérieure"


    Le but du "jeu" est l'africanisation de la Grèce. Les salaires des Tunisiens à 150 euros par mois n'ont aucune raison de ne pas être imposés aux Grecs aussi !
    D'autant que Strauss-Kahn a prévenu : la Méditerranée est un océan intérieur à l'Europe : demain, Egypte, Libye, Tunisie, Algérie seront dans l'Europe et donc Turquie, Liban et Israël aussi !



    Pour survivre parmi les géants, l’Europe devra regrouper tous les territoires compris entre les glaces du Nord, les neiges de l’Oural, et les sables du Sud. C’est à dire retrouver ses origines et envisager, à l’horizon de quelques décennies, la Méditerranée comme notre mer intérieure. La logique historique, la cohérence économique, la sécurité démographique, auxquelles j’ajouterai –quoi qu’il en semble- une proximité culturelle issue de la diffusion des religions du Livre, nous montrent la voie. Tout à nos conflits internes, nous ne regardons que vers le Nord et nous négligeons le Sud. C’est là pourtant qu’est le berceau de notre culture. C’est lui qui apportera à la vieille Europe le sang neuf des jeunes générations. C’est lui qui fera de l’Europe le point de passage obligé entre l’Orient et l’Occident. Alexandre, Napoléon, nos folles ambitions coloniales ont cru construire cette unité par la force des armes. La méthode, cruelle et détestable, a échoué mais l’ambition était fondée. Elle le demeure. L’enjeu est de taille. Une alliance de quelques pays européens, même emmenée par le plus puissant d’entre eux, sera peu capable d’affronter seule la pression russe et sera vassalisé par notre allié et ami américain à une échéance qui n’est peut être pas si lointaine. Il y a ceux qui ont déjà choisi cette voie. Ce sont ceux dont je disais plus haut qu’ils ont la vue trop longue. Mais ce n’est pas le cas de tous. C’est aux autres que je m’adresse.  (source)
    Ceux qui imagineraient que les  Tunisiens auront les salaires des Français n'ont rien compris. Le mécanisme fonctionne dans l'autre sens. C'est cela le but des "réformes" actuelles : introduire les salaires tunisiens à 150€ à l'intérieur de l'actuelle Europe.



     Il invite ces dernières à étudier les possibilités de réduire l'enveloppe de financement, en suivant une autre trajectoire budgétaire ou grâce à des recettes plus élevées tirées des privatisations [et d’ailleurs, il est bien possible que les cochons puissent voler] .

    20 MILLIARDS DE DOLLARS PAR AN: l'EVASION FISCALE EN GRECE

    Si Varoufakis comprend cela qu'il nous indique comment abattre en vol des michetons de la porcherie !!
    Des recettes plus élevées ?
    Il suffit de partir à la poursuite des voleurs
     "L'évasion fiscale est estimée à 20 milliards de dollars par an[94]."
    Une telle évasion fiscale donne un total de 100 milliards de dollars en 5 ans ! Soit 77 milliards d'euros au cours de l'époque !
    On sait donc qui il faut poursuivre !!!

    Mais pour cela il faut un gouvernement révolisationnaire !!




    Rétablir l'accès au marché, ce qui est un des objectifs de tout programme d'assistance financière, diminue la nécessité de puiser dans l'enveloppe de financement totale [ce que les créanciers feront tout pour éviter, par exemple en s’assurant que la Grèce n’accédera au programme d’assouplissement quantitative de la BCE qu’en 2018, une fois que l’assouplissement quantitatif sera… terminé].

    L'abolition des banques rend absurde un tel projet !
    Les financements seront pris en charge par les peuples eux-mêmes.
    Sans critère de profit !



    Le sommet de la zone euro prend note des besoins de financement urgents de la Grèce qui rendent d'autant plus nécessaire de progresser rapidement pour prendre une décision sur un nouveau protocole d'accord: d'après les estimations, ces besoins s'élèveraient à 7 milliards d'euros d'ici le 20 juillet, et à 5 milliards d'euros supplémentaires d'ici la mi-août [encore une nouvelle version de report de prêts non viables].

    Les démocrateurs de la démocrature ne cessent de révéler que les milliards d'euros ne font que camoufler leur volonté d'écrasement politico-militaire



    Le sommet de la zone euro est conscient qu'il importe de veiller à ce que l'État grec souverain puisse régler ses arriérés vis-à-vis du FMI et de la Banque de Grèce et honorer ses titres de créances dans les semaines qui viennent afin de créer les conditions qui permettront de mener à bonne fin les négociations. Le risque de ne pas pouvoir conclure rapidement les négociations demeure entier pour la Grèce [on exige encore une fois de la victime qu’elle prenne sur elle la faute qui incombe au méchant].

    Le rédacteur s'amuse même dans l'ironie " l'État grec souverain puisse régler ses arriérés vis-à-vis du FMI et de la Banque de Grèce "
    Le mot "souverain" au lieu de "vassal"!!



    Le sommet de la zone euro invite l'Eurogroupe à discuter d'urgence de ces questions.
    Compte tenu de l'acuité des problèmes rencontrés par le secteur financier grec, l'enveloppe totale d'un nouveau programme éventuel du MES devrait inclure la constitution d'un fonds de réserve de 10 à 25 milliards d'euros pour le secteur bancaire afin de pouvoir faire face aux éventuels besoins de recapitalisation des banques et aux éventuels coûts de résolution, dont 10 milliards d'euros seraient immédiatement mis à disposition dans un compte ségrégué au MES [la troïka reconnaît que la recapitalisation des banques en 2013-2014, qui ne nécessitait tout au plus que 10 milliards, était insuffisante – mais, bien entendu, rejette la faute sur… le gouvernement Syriza].

    La VRAIE faute de Syriza c'est son refus d'abolir le capitalisme et la démocratie esclavagiste !!!




    Le sommet de la zone euro est conscient qu'une décision doit être prise rapidement sur un nouveau programme pour que les banques puissent rouvrir, ce qui permettrait d'éviter une augmentation de l'enveloppe de financement totale [la troïka a fermé les banques grecques pour forcer le gouvernement Syriza à capituler et réclame maintenant leur réouverture].

    Que propose donc Varoufakis ?



    La BCE/le MSU procédera à une évaluation complète après l'été. La réserve globale permettra de combler les éventuelles insuffisances de fonds propres suivant l'évaluation complète après que le cadre juridique aura été appliqué. 
    De sérieux doutes planent sur le caractère soutenable de la dette grecque [NB: sérieusement? Ça alors!]. Cela est dû au relâchement des politiques au cours des douze derniers mois, qui a entraîné la dégradation récente de l'environnement macroéconomique et financier du pays [Ce n’est donc pas le report des prêts de ‘sauvetage’ non viables en 2010 et 2012 qui, conjugué avec une austérité destructrice de PIB, a entraîné la dette sur des hauteurs aussi élevées – c’est la perspective, devenue réalité, d’un gouvernement qui critiquait ces reports de prêts de ‘sauvetage’ non viables qui a… provoqué la non viabilité de la dette].

    Les organisateurs de l'escroquerie ne répondent jamais à la question :  QUI A VOLE l'argent dont ils réclament les remboursements ?



    Le sommet de la zone euro rappelle que les États membres de la zone euro ont, tout au long de ces dernières années, adopté une série impressionnante de mesures pour soutenir la viabilité de la dette de la Grèce, qui ont allégé le service de la dette de la Grèce et sensiblement réduit les coûts. [les premiers et seconds plans de ‘sauvetage’ ont échoué, la dette explose comme ça devait être le cas puisque le but réel de ces plans de ‘sauvetage’ était de transférer les pertes des banques vers les contribuables européens].

    Les "États membres de la zone euro" auront à répondre de leur complicité dans l'escroquerie contre la Grèce.
    La prétendue "série impressionnante de mesures pour soutenir la viabilité de la dette de la Grèce," n'ont été que l'organisation de l'escroquerie au profit d'un groupe de voleurs qu'il faudra identifier.
    Nos juges délégués nationaux devront prendre en charge cette tâche.
    Il faut donc, pour la France que 8 pyramides de 400 000 délégateurs se constituent. (et donc que 3,2 millions de citoyens se groupent par 25 pour désigner les 6 juges délégués nationaux et les 2 accusateurs délégués nationaux pour préparer le procès contre les auteurs de l'escroquerie contre la Grèce.



    En conséquence, dans le cadre d'un éventuel programme futur du MES, et conformément à l'esprit de la déclaration de l'Eurogroupe de novembre 2012 [une promesse de restructuration de la dette au précédent gouvernement grec n’a jamais été tenue par les créanciers], l'Eurogroupe est prêt à envisager, si nécessaire, d'éventuelles mesures supplémentaires (un allongement éventuel des périodes de grâce et des délais de remboursement) afin de faire en sorte que les besoins bruts de financement demeurent à un niveau soutenable. Ces mesures seront subordonnées à la mise en œuvre intégrale des mesures à convenir dans le cadre d'un nouveau programme éventuel et seront envisagées après le premier réexamen qui aura abouti à un résultat concluant [encore une fois, la troïka laissera le gouvernement grec s’échiner sous le poids d’une dette impossible à rembourser et lorsque, au final, le programme se révélera être un échec, la pauvreté s’amplifiera et les revenus s’effondreront encore plus, alors nous envisagerons peut-être une réduction de la dette – exactement ce qu’a promis la troïka en 2012].

    Ce sont les organisateurs de l'escroquerie contre les Grecs qui ont le culot d'avoir un vocabulaire de juge "un allongement éventuel des périodes de grâce".... alors que ce sont eux qu'il faut faire passer en jugement..... sans leur accorder aucune "grâce".




    Le sommet de la zone euro souligne que l'on ne peut pas opérer de décote nominale sur la dette [NB: le gouvernement Syriza a suggéré, depuis janvier, une restructuration de la dette, sans réduction, qui maximisait la valeur nette actuelle des remboursements de la Grèce à ses créanciers – proposition rejetée par la troïka car son objectif était tout simplement d’humilier Syriza]. Les autorités grecques réaffirment leur attachement sans équivoque au respect de leurs obligations financières vis- à-vis de l'ensemble de leurs créanciers, intégralement et en temps voulu [NB: ce qui ne peut arriver qu’après une substantielle restructuration de la dette].

    Ici, Varoufakis avoue sans le dire qu'il était lui-même en position de quémandeur vis-à-vis des gangsters "le gouvernement Syriza a suggéré, depuis janvier, une restructuration de la dette"
    Il ne s'agit pas de "restructurer" mais de NIER et d'ACCUSER les ESCROCS COMPLOTEURS !



    Pour autant que toutes les conditions nécessaires figurant dans le présent document soient remplies, l'Eurogroupe et le conseil des gouverneurs du MES peuvent, conformément à l'article 13, paragraphe 2, du traité instituant le MES, charger les institutions de négocier un nouveau programme du MES, si les conditions préalables énoncées à l'article 13 du traité instituant le MES sont réunies sur la base de l'évaluation visée à l'article 13, paragraphe 1. Pour contribuer à soutenir la croissance et la création d'emplois en Grèce (au cours des trois à cinq prochaines années) [NB :après avoir déjà détruit la croissance et les emplois au cours des cinq dernières années…], la Commission travaillera étroitement avec les autorités grecques pour mobiliser jusqu'à 35 milliards d'euros (dans le cadre de différents programmes de l'UE) en vue de financer des investissements et l'activité économique, y compris au niveau des PME [utilisera le même volume de fonds structurels, plus quelques fonds imaginaires, comme ce qui était déjà disponible entre 2010 et 2014].
    Les voyous ne cherchent pas à piller une économie en croissance. Ils cherchent à détruire un pays pour en faire un exemple..... dont ils escomptent qu'il serve d'avertissement pour l'Espagne, l'Italie, la France etc....
    Ce sont les organisateurs d'une escroquerie géante - escroquerie dont la fonction annexe était d'enrichir leurs complices et donc la fonction principale était la mise en oeuvre du plan JP Morgan and co d'écrasement de la formoisie européenne.




    À titre de mesure exceptionnelle et compte tenu de la situation exceptionnelle dans laquelle se trouve la Grèce, la Commission fera une proposition visant à augmenter le niveau de préfinancement d'un milliard d'euros afin de donner une impulsion immédiate aux investissements, dont se chargeront les colégislateurs de l'UE [sur les 35 milliards annoncés, vous pouvez considérer qu’1 milliard existe réellement]. Le plan d'investissement pour l'Europe offrira également des possibilités de financement pour la Grèce [la plupart des ministres des finances de l’eurozone parlent de ce plan comme d’un programme fantôme]".
    Il existe, monsieur Varafoukis, un autre PROGRAMME FANTÔME c'est celui de votre classe sociale, la formoisie.
    Nous, les amis des Africains spoliatés, des Chinois et des Indiens spoliatés, nous avons un programme : abolir et détruire votre classe sociale.
    Yanis Varoufakis, suicidez-vous sociologiquement comme vous le demande Amilcar Cabral et guérissez de votre pathologie consumériste : apprenez à vivre avec 33 €/jour !
    Vous vous sentirez beaucoup mieux dans votre peau : celle d'un Innovant postmarxiste !



    Loading...
    0 0


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    30/7/2015





    Un article met en lumière les dernière révélations de Wikileaks sur les mercenaires islamofascistes de la bankoslavoisie

    Wikileaks révèle les dessous de la stratégie saoudienne pour exporter l’islamisme partout sur la planète

    Wikileaks arabie saoudite islamisme
    Selon le quotidien américain The New York Times, qui trié et étudié des dizaines de milliers de documents diplomatiques saoudiens révélés par le site WikiLeaks, l’Arabie Saoudite investit « des milliards de pétrodollars dans des organisations islamiques à travers le monde, pratiquant une diplomatie du chéquier ». Le New York Times s’est intéressé à 60 000 documents, en attendant les 400 000 supplémentaires qui sont en attente de publication selon WikiLeaks. Ces fuites diplomatiques révèlent notamment que l’Arabie Saoudite dépense des sommes colossales pour combattre l’Iran chiite.
    (...)
    Consécutivement à la publication de ces documents diplomatiques par WikiLeaks, le siteIndia TV note par exemple que « dans la seule région du Kerala (en Inde), les Saoudiens ont donné 4,5 millions de riyals (1,1 million d’euros) à différents organismes ».
    Selon le quotidien américain, cité par Courrier International, il s’agit d’un « système d’influence que les autorités saoudiennes ont mis en place et financé par l’argent des pétrodollars. Riyad a notamment accordé des moyens financiers à des prédicateurs à l’étranger, construit des mosquées, des écoles, des centres et soutenu des campagnes pour contrer des responsables et des médias à l’étranger qui étaient susceptibles de s’opposer à l’agenda du Royaume ».
    D’après Usama Hasan, chercheur en études islamiques à la fondation Quilliam à Londres, cité par le New York Times« il s’agit de milliers et de milliers d’organisations militantes et religieuses (…) directement ou indirectement financées par eux » à travers le monde.


    C'est la classe somme de la bancocratie (aristocratie financière) dénoncée par Marx et de la bourgeoisie esclavagiste qui paye actuellement 50 euros par mois ses esclaves salariés en Afrique (cd Kienké SOCAPALM Bolloré et le Belge Fabri), c'est la BankoSlavoisie qui est derrière la Contre-Révolution mondiale à l'oeuvre depuis 1979. Et qui sont donc aussi les donneurs d'ordre derrière l'Arabie Saoudite et le Qatar - agences de mercenaires terroristes.
    Ces nouveaux esclavagistes de la bankoslavoisie tentent de faire basculer la Grèce dans le Maghreb en écrasant les revenus (plus d'1 Grec sur 4 est au chômage actuellement) avec des (futurs) salaires tunisiens divisés par 5 par rapport aux normes sociales européennes.
    Ce sont les mêmes qui ont embauché Qatar et Arabie Saoudite comme agences de mercenaires. Ils refont ce que Franco a fait en Espagne en 1936, ce que les Britanniques puis Hitler ont fait avec le terroriste islamofasciste Al Husseini désigné par la Grande-Bretagne occupante comme Grand Mufti de Jérusalem puis terroriste contre-révolutionnaire pour les nazis dans les Balkans...
    Hillary Clinto revendiquait la création d'Al Qaeda ("We created Al Qaeda")
    Au Mali, le terroriste Iyad Ag Ghali apparait sur Wikileaks comme l'hôte de l'ambassadeur US à Bamako en 2007. Il appelait les USA à envahir le Nord du Mali.
    L'attaque de janvier 2012 a été une commande de Sarkozy selon les révélations d'un dirigeant du MNLA (terroristes "laïcs" allié au groupe Ansar Eddine de Iyad Ag Ghali)
    Puis l'irruption du MUJAO largement financé par le Qatar faisait partie de la suite du plan : écraser les premiers terroristes pour fabriquer un prétexte à l'invasion française de janvier 2013....
    Avec la protection accordée aux précédents par Blaise Compaoré, on a eu les preuves du complot régionale contre le peuple du Mali.....
    Ce n'est pas une stratégie nationale que suivent Qatar et Arabie Saoudite.... Ces deux pays font ce que leurs réclament les principales puissances impérialistes esclavagistes....
    Et les protestation d'une agence proche du Vatican sur la fabrication massive de jeunes terroristes ribafascistes, islamofascistes au Congo RDC sont restées dans l'ombre sur les grand médias bourgeois.
    Ce ne sont pas les 31 lecteurs qui ont lu mon article qui pourront changer la compréhension des Français sur ce qui se passe réellement en Afrique
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/07/rdc-1500-jeunes-de-9-15-ans-futurs.html
    JEUDI 23 JUILLET 2015

    RDC 1500 jeunes de 9 à 15 ans futurs terroristes islamofascistes endoctrinés dans 3 camps sous protection de l'ONU (un scandale dénoncé par AED association de "droit pontifical")

    JEUDI 23 JUILLET 2015


    0 0

    Julie Amadis militante égaliste
    solidaire des Africains,
    des enfants battus et SDF, militait
    ici pour #ERDOGANDEGAGE

    par Yanick Toutain
    1/8/2015

    Cela fait 3 ans et 9 mois que la Franceàfric harcèle Julie Amadis avec des faux en écritures (commis par un policier-barbouze de l'ONU en fonction puis en retraite Jean-Marie Bourry et par son avocat candidat UMP Jean-François Changeur), des faux en écritures publiques (commis par le président du TGI d'Angoulême Michael Janas, recelant les précédents puis recelés par un juge (Bougon) de la Cour d'appel de Bordeaux.



    L'avocat voyou JF Changeur auteur de multiples faux
     pour faire condamner Julie Amadis et moi 
    par son complice le juge voyou Michael Janas
     était candidat UMP à Angoulême
    Le 3 juillet 2013 ce sont deux nouveaux juges de cette même Cour d'Appel de Bordeaux qui fabriquaient de nouveaux faux en écritures publiques dans un arrêt (de Cour d'Appel !!!) que la "justice" français camoufle et n'a jamais mis en ligne publiquement !!
    Ces juges Robert Miori et Bernard Ors ont osé inventé des aveux de Julie Amadis qu'elle aurait co-écrit mon article du 2 janvier 2011 - un article qui accusait un flic français de protéger les terroristes de Guillaume Soro - auteurs de 10 assassinats le 16 décembre 2010 à Abdijan.

    MARDI 9 JUILLET 2013


    Cour d’Appel de Bordeaux Arrêt du 03 juillet 2013
    5ème Chambre RG n° : 12/06552
    Sur la mise hors de cause de Mme Amadis
    La loi du 29 juillet 1982 concerne les poursuites qui peuvent être intentées
    contre le directeur ou co directeur d’une publication.
    En l’espèce, l’instance engagée est une procédure civile et Mme Amadis
    se reconnaît contributeur de l’article en question.
    Elle a donc participé à la rédaction de cet article et doit être retenue en
    la cause.

    Julie Amadis, contrairement aux mensonges des deux juges voyous Miori et Ors n'a jamais reconnu quoi que ce soit, ni comme co-auteur de mon article ni comme contributrice de l'article....
    Elle n'a eu de cesse de proclamer qu'elle avait été, dans le passé auteur d'AUTRES ARTICLES comme invitée exceptionnelle du blog Revactu. Des articles sans rapport avec la Côte d'Ivoire !
    C'est donc par une volonté fasciste et dolosive de faire du mal à Julie Amadis que les deux juges voyous de la Cour d'Appel de Bordeaux ont inventé de pseudo-aveux de sa part

    Mme Amadis se reconnaît contributeur de l’article en question.Elle a donc participé à la rédaction de cet article et doit être retenue en la cause."


    Ces deux voyous menteurs et faussaires seront condamnés prochainement par NOS juges révolutionnaires à 15 ans de prison !

    3 ANNÉES DE HARCÈLEMENT BOURRY-NACHBAR-SARKOZY-HOLLANDE FRANCEÀFRIC ONUCI OMERTA76


    Les huissiers continuent à harceler Julie Amadis dans son 9 m² et à questionner les voisins sur..... sa vie privée (quelles sont les visites ? Qui elle reçoit ? Est-ce qu'elle héberge des gens ? etc etc....)
    Une honte totalement illégale sous un prétexte bidon d'avoir écrit un article... qu'elle n'a lu que plus d'un an plus tard..... partiellement !!
    Julie Amadis est condamnée avec des faux pour une prétendue "atteinte à la vie privée" d'un barbouze menteur de l'ONU : Jean-Marie Bourry.
    La justice a totalement disparu en France.
    Nous sommes dans une dictature fasciste qui crache sur les apparences formelles de la justice !!!

    Interpellée par la police dans un café à cause d'.... un commentaire sur YouTube (Une plainte de Patrick Deplanque OMERTA76)





    Les 3 policiers de la BAC du Havre furent
    courtois mais menaçants. Sur ordre du
    procureur Nachbar, ils auraient agi comme sur
    la photo si Julie Amadis et l'auteur de ce
    blog n'avaient pas obéi immédiatement à
    leurs exigences de les suivre sans explication
    par Yanick Toutain

    Hier lundi, vers 17h10, l'institutrice Julie Amadis travaillait au chapitre 6 du livre qu'elle a commencé à écrire. Elle était assise dans un café-bar du Havre en haut de la plage – le Week-End- quand elle vit surgir devant elle trois hommes qui exigèrent qu'elle les suive.
    Elle apprendra une heure et demie plus tard, assise au dernier étage de l'hôtel de police, que c'est un simple commentaire écrit sur YouTube qui sera l'unique motif de cette interpellation musclée.

    mardi 5 août 2014

    En France, quand des puissants veulent votre perte, un simple commentaire YouTube et vous êtes attrapé manu-militari par la police nationale.

    Le seul argument utilisé fut « article 78 ». Les policiers n'utilisèrent pas un seul autre argument et prétendirent ne rien connaître des raisons de l'interpellation. Les 3 policiers expliquèrent qu'ils ne toléreraient aucune résistance. Et Julie Amadis fut donc contrainte – sous la menace de la force physique – de suivre trois policiers en civil. Trois membres anonymes de la brigade anti-criminalité.
    Emmenée – avec l'auteur de ces lignes lui aussi poursuivi pour d'autres textes, des articles de blog – dans une voiture blanche banalisée – à l'hôtel de police, elle apprendra là-bas que c'est un commentaire sur Youtube qui lui vaut cette procédure d'arrestation en public.
    Un simple commentaire déposé par cette enseignante pour expliquer au public pour quelle raison l'inspecteur qui l'avait traitée de menteuse en 2008 avait organisé un groupe de dénonciations calomnieuses pour la faire suspendre (le 28 mars 2014) puis la faire exclure sans traitement pour deux ans (un conseil de discipline le 3 juillet dernier)

    UN COMMENTAIRE JUSTIFIANT UNE ARRESTATION PUBLIQUE ?

    Le lecteur peut lire infra le commentaire qui – prétendent-ils – justifient une interpellation publique.
    Aucune insulte, aucun propos diffamatoire. Que des vérités.
    Celui qui organisait un complot en 2008 pour faire passer pour menteuse la témoin de l'agression d'une employée municipal contre un enfant de trois ans était traité de menteur.
    Quoi de plus légitime que d'utiliser le mot menteur pour quelqu'un qui ment comme un arracheur de dents pour protéger (au moins) trois enseignants ?

    POUR AVOIR LE PRÉTEXTE D'UNE ARRESTATION :
     LA POLICE NE LUI ÉCRIT PAS UN COURRIEL

    Le commentaire était signé Julie Amadis. Julie Amadis a un compte Youtube. Parce qu'elle a un compte Google. Elle a un blog de recherche pédagogique sur blogspot. Un site de blog appartenant à Google.
    Tous les utilisateurs de Youtube savent que les comptes Youtube sont reliés à des courriel Gmail et aux comptes Google Plus. Le flic ou le magistrat qui n'a pas encore compris ça devrait prendre sa retraite ou aller s'embaucher comme portefaix sur les marchés du tiers-monde. Les autres tâches seraient trop compliquées pour lui.
    Mais cette adresse gmail de Julie Amadis – qui la rend joignable en tous temps en tous lieux – la justice et la police française font comme si elle n'existait pas.
    Pourquoi ?

    UN SIMULACRE DE CONVOCATION POUR ORGANISER UNE INTERPELLATION PUBLIQUE

    Tout simplement pour pouvoir faire un simulacre de convocation et instrumentaliser l'article 78 en organisant une recherche – comme pour les criminels.
    Ici, la « ruse » a consisté à poster (le 3 juillet ont-ils dit) une convocation pour le 15. Puis à téléphoner. Un coup de téléphone anonyme jeudi dernier : L'appelant se prétend policier mais en disant qu'il ne dit pas son nom) sur son téléphone.



    On est en France. Tout est possible ! Etat voyou bourreau de l'Afrique. Etat protecteur des parents agresseurs d'enfants. Etat voyou dont un grand nombre d'enseignants tapent leurs élèves. Sous la protection bienveillante de l'Etat et du ministre Benoit Hamon !

    0 0

    par Yanick Toutain
    3/8/2015




    Ce texte vient d'être publié sur le site de Samir Amin dans les commentaires de son dernier article


    Bonjour
    J'ai posté ce texte sur Facebook.... sur une page à votre nom
    ++++++
    Questions à Samir Amin :
    Acceptez-vous l'idée qu'il puisse exister un AUTRE matérialisme historique que celui de Marx ?
    Acceptez-vous, donc, l'idée que la lutte des classes pourrait avoir été le CANCER de l'histoire humaine et non son moteur ?
    Lunaisons connues dès le Paléolithique !
    Acceptez-vous l'idée que le véritable moteur de l'Histoire seraient les Innovants, les Découvreurs, les Inventeurs, les Créateurs artistiques ?
    Et que le Néolithique aurait été la fin (provisoire) de la véritable Histoire humaine, celle des Innovants.
    Acceptez-vous l'idée que la productivité historique est la seule véritable mesure de la productivité ?
    (productivité historique étant proportionnelle à la capacité à l'accumulation de Découvertes, d'Inventions et de Créations artistiques visant à re-transformer toute l'humanité en une seule strate des Innovants par la robotisation des tâches répétantes et l'abolition de la strate des Parasites et de la strate des Répétants.
    Acceptez-vous l'idée que l'usage gratuit par certains des Innovations Ancestrales (en commençant par le feu, les mots, l'agriculture, les nombres) est le point de départ de la SPOLIATION ANCESTRALE quand ces usagers inventent des prétextes pour justifier un prétendu droit à consommer plus que les autres humains ?
    (à commencer donc par les voleurs de stocks agricoles du début du Néolithique devenus esclavagistes, banquiers Chevaliers de Rome etc.....)
    Acceptez-vous donc l'idée que l'"exploitation" est, chez Marx, un faux concept niant la primauté de la spoliation ancestrale ?
    Et donc, le fait que les erreurs de Marx concernant le skilled labour, travail complexe, [il nie que les différences de productivité entre prolétaires formés et non formés poseraient problème quant aux transferts de plus-value] ne pouvaient en aucune façon trouver de solution rationnelle...... autre que par le rejet du concept d'exploitation....
    Acceptez-vous donc les conséquences de cette grille théorique postmarxiste : droit à un salaire égal pour tous (1000 euros pour tous les Terriens) droit égal à investir pour tous (300 euros sans profit, dividende ni retour personnel) et abandon de la démocratie esclavagiste pour la délégation générale révocable.... ?
    Acceptez-vous l'urgence d'abolir non seulement l'actionnariat, mais aussi d'abolir les diplômes, les droits d'auteurs commerciaux et la propriété immobilière ? Et donc de la gratuité totale de l'immatériel.
    Acceptez-vous que l'ensemble des tâches actuellement confisquées par les élus et les fonctionnaires soient assumées par des délégués révocables de base, délégués conseillers, délégués députés, délégués internationaux et délégués mondiaux tous désignés des par des conseils de 25 délégués de l'étage inférieur ?
    Yanick Toutain
    NB
    Si oui..... luttons ensemble....
    Ma première demande porte sur deux pistes : les deux courbes historiques de l'Innovation et de la Spoliation.
    Elles sont certainement l'océan sur lequel les vagues de Kondratieff, Schumpeter et les autres se sont formées...
    Comment les construire ?


    L'article de Samir Amin sous lequel ce texte a été publié

    DIMANCHE 2 AOÛT 2015


    0 0


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    4/8/2015

    "En 2015, il est possible de former
    551 211 CDR de base
     au Burkina Faso
    avec 551 211 délégués de base
    (
    348 996 CDR adultes,
    66 600 CDR juniors,
    135 615 CDR pionniers)

    EUDI 4 DÉCEMBRE 2014


    "Rien désormais ne pourra empêcher le peuple de donner un châtiment exemplaire à toute cette racaille politique qui s’est nourrie de la famine, à toutes ces crapules qui l’ont toujours bafoué, humilié par mille et une vexations.
    Le peuple voltaïque accuse, et le monde tremble".
    (Thomas Sankara infra)

    Il y a 32 ans, la révolution du 4 août 1983 bouleversait l'Histoire africaine et donc l'Histoire humaine: des militaires marxistes léninistes proto-égalistes recommençaient depuis l'Afrique ce que les révolutionnaires militaires du Portugal avaient réalisé en 1974  une révolution anti-impérialiste à partir des casernes.
    Immédiatement, Thomas Sankara et ses camarades civils - à commencer par le jeune Valère Somé - appelèrent le peuple à prendre lui-même le pouvoir en formant des CDR.
    Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu."

    En relisant cet article du mois d'août 2014, on peut comprendre de quelle façon la révolution du 30 octobre a été trahie par les faux sankaristes

    LUNDI 4 AOÛT 2014


    Ecoutez Thomas Sankara ! Il faut des CDR dans toute l'Afrique ! Construisez des Comités de Défense de la Révolution Africaine

    présentation Yanick Toutain

    "L’objectif de cette révolution
    consiste à faire assumer
     le pouvoir par le peuple."
    DOP 1983

    2° REVOLUTION
    FOULES DE OUAGADOUGOU
    BIENTOT L AFRICATION
    THOMAS EST TOUJOURS DEBOUT
    NOUS F'RONS DELEGATION
    FOULES DE OUAGADOUGOU
    POUR LA REVOLUTION
    THOMAS EST PARMI NOUS

    Dans son DOP de 1983 - dont Valère Somé a dit qu'il l'avait rédigé préalablement - Thomas Sankara indiquait la marche à suivre

    CONSTRUIRE DES COMITES
    DE DEFENSE DE LA REVOLUTION

    En 2014, ce sont des groupes de 25 que doivent construire tous les activistes néosankaristes en Afrique. 25 personnes, ce sont 25 délégateurs et donc 1 délégué de base.
    Révocable à tous moments.
    Puis, des délégués de conseil, des délégués députés, des délégués nationaux formant des gouvernements, des délégués internationaux^puis des délégués mondiaux !
    Telle est la voie à suivre ! Celle de l'humanocratie, celle de la délégation générale révocable
    Voici un extrait du Discours d'Orientation Politique portant spécifiquement sur la question des CDR.

    "De la souveraineté du peuple dans l’exercice du pouvoir révolutionnaire

    Un des traits distinctifs de la révolution d’août, avons-nous dit, et qui lui confère son caractère populaire, c’est qu’elle est le mouvement de l’immense majorité au profit de l’immense majorité.
    C’est une révolution faite par les masses populaires voltaïques elles-mêmes avec leurs mots d’ordre et leurs aspirations. L’objectif de cette révolution consiste à faire assumer le pouvoir par le peuple.C’est la raison pour laquelle le premier acte de la révolution, après la Proclamation du 4 août, fut l’appel adressé au peuple pour la création des Comités de défense de la révolution (CDR). Le CNR a la conviction que pour que cette révolution soit véritablement populaire, elle devra procéder à la destruction de la machine d’État néo-coloniale et organiser une nouvelle machine capable de garantir la souveraineté du peuple. La question de savoir comment ce pouvoir populaire sera exercé, comment ce pouvoir devra s’organiser, est une question essentielle pour le devenir de notre révolution.
    L’histoire de notre pays jusqu’à nos jours a été essentiellement dominée par les classes exploiteuses et conservatrices qui ont exercé leur dictature anti-démocratique et anti-populaire, par leur mainmise sur la politique, l’économie, l’idéologie, la culture, l’administration et la justice.
    La révolution a pour premier objectif de faire passer le pouvoir des mains de la bourgeoisie voltaïque alliée à l’impérialisme aux mains de l’alliance des classes populaires constituant le peuple. Ce qui veut dire qu’à la dictature anti-démocratique et anti-populaire de l’alliance réactionnaire des classes sociales favorables à l’impérialisme, le peuple au pouvoir devra désormais opposer son pouvoir démocratique et populaire.
    Ce pouvoir démocratique et populaire sera le fondement, la base solide du pouvoir révolutionnaire en Haute-Volta. Elle aura pour tâche primordiale la reconversion totale de toute la machine d’État avec ses lois, son administration, ses tribunaux, sa police, son armée qui avaient été façonnés pour servir et défendre les intérêts égoïstes des classes et couches sociales réactionnaires. Elle aura pour tâche d’organiser la lutte contre les menées contre-révolutionnaires de reconquête du « paradis perdu » en vue d’écraser complètement la résistance des réactionnaires nostalgiques du passé. Et c’est là que résident la nécessité et le rôle des CDR, comme point d’appui des masses populaires à l’assaut des citadelles réactionnaires et contre-révolutionnaires.

    SUIVEZ LES CONSEILS DE THOMAS SANKARA


    Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
    Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
    Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
    [Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
    [Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
    Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
    Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
    Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
    [Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.

    EN 2015 FORMEZ 551 211 CDR DE BASE


    Il est possible de former 551 211 CDR de base au Burkina Faso avec 551 211 délégués de base.(348 996 CDR adultes, 66 600 CDR juniors, 135 615 CDR pionniers)

    La démographie du Faso nous renseigne sur le total possible de CDR
    BURKINA FASO18 355 573
    Adultes 18+8 724 90747,5%
    Juniors 14 à 171 665 0019,1%
    jeunes pionniers 7 à 133 390 38718,5%
    très jeunes -de 7 ans4 575 27824,9%
    +++++

    BURKINA FASO Dont adultes (adultes+juniors)juniorspionniers
    13 780 295délégateurs
    551 211délégués de base348 99666 600135 615
    22 048délégués conseillers13 9602 6645 424
    881délégués députés559106216
    35délégués nationaux2348
    1délégués internationaux100


    13 780 295 75,07%
    551 211 délégués de base
    440 968 délégué de base strict
    88 193 DIC
    17 638 délégués conseillers
    3 527 DID
    705 délégués députés
    141 DIN
    28 délégués nationaux
    5 D2I
    1 délégué international

    #BurkinaFaso #CNR #CDR #TPR #TPC #TPD #TPA

    SAMEDI 20 JUIN 2015


    Le programme NEOsankariste nous renseigne sur les INSTITUTIONS LEGALES à mettre en oeuvre pour le Burkina Faso 2015
    4631 juges DIC (Délégué Intermédiaire Conseiller)
    926 juges délégués conseillers
    185 juges DID (Délégué Intermédiaire Député)
    37 juges délégués députés
    7 juges DIN (Délégué Intermédiaire National)
    1 juge délégué national

    Un juge délégué député est contrôlé par 15625 citoyens réunis dans 625 CDR de base
    Un juge délégué conseiller est contrôlé par 625 citoyens réunis dans 25 CDR de base
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/06/cdr-cnr-tpr-tpc-tpd-tpa-les-seules.html

    Amélioration du système sankariste 83-87 (qui laissait encore en fonction des JUGES "PROFESSIONNELS" INCONTRÔLES)
    Les juges de base et correctionnel sont DIC
    Les juges d'instance sont DC
    Les juges d'appel sont DID
    Les juges de cassation sont DD
    Les juges internationaux sont DIN
    Les juges d'appel internationaux sont DN
    Les juges mondiaux sont D2I
    Les juges d'appel mondial sont DI
    ++++
    https://www.facebook.com/groups/creerdescdrdebase/permalink/883133608441519/

    LES ENSEIGNANTS ET LES PERSONNELS DE SANTE DOIVENT ETRE DES DELEGUES DE BASE ISSUS DES CDR ET DONC CONTRÔLES PAR LE PEUPLE






    40,00%33,00%


    profsmédic


    ProDRMédDR

    délégués de base220484181899

    délégués de base strict176387145519

    DIC3527729104

    délégués conseillers70555820

    DID14111164

    délégués députés282232

    DIN5646

    délégués nationaux119

    D2I21




    LES PROTECTEURS et ENQUETEURS (EX-POLICIERS) et LES DEFENSEURS (EX-MILITAIRES DOIVENT ETRE ISSUS DES CDR







    10,00%2,00%8,00%


    protecteursenquêteursdéfenseurs


    PDREDRDDR

    délégués de base551211102444096

    délégués de base strict44096881935277

    DIC881917637055

    délégués conseillers17633521411

    DID35270282

    délégués députés701456

    DIN14211

    délégués nationaux202

    Tous les personnels médicaux sont DB
    Les médecins spécialistes doivent être DIC
    Les juges de base et correctionnel sont DIC
    Les juges d'instance sont DC
    Les juges d'appel sont DID
    Les juges de cassation sont DD
    Les juges internationaux sont DIN
    Les juges d'appel internationaux sont DN
    Les juges mondiaux sont D2I
    Les juges d'appel mondial sont DI

    6 MOIS AVANT LA REVOLUTION DU 30 OCTOBRE 2014, IL FALLAIT COMMENCER LA CONSTRUCTION DES CDR

    DIMANCHE 1 JUIN 2014


    MARDI 11 NOVEMBRE 2014



    au Burundi aussi, il faut construire des CDR

    JEUDI 14 MAI 2015


    xxx


    ANALYSE THEORIQUE POSTMARXISTE SUR LE DOP 1983

    SAMEDI 7 MAI 2011


    Thomas Sankara et les classes sociales au Burkina Faso : une étude néo-marxiste et post-marxiste en rapport avec son discours d’orientation politique du 2 octobre 1983 (1/x)


    LUNDI 9 MAI 2011


    Thomas Sankara et les classes sociales au Burkina Faso : une étude néo-marxiste et post-marxiste en rapport avec son discours d’orientation politique du 2 octobre 1983 (2/x)

    par Yanick Toutain
    8 mai 2011
    1
    SANKARA, SANKARA (x2)
    SANKARA, SANKARA (x2)
    9
    BLAISE COMPAORE
    L'ASSASSIN TOMBERA
    IL T'A TUE
    MAIS TU NOUS REVIENDRAS
    13
    COMPLOTEUR FRANCE A FRIC
    LE TRAITRE ÉTAIT TROP BÊTE
    POURRI VENDU CYNIQUE
    1987

    VENDREDI 13 MAI 2011

    Thomas Sankara et les classes sociales au Burkina Faso : une étude néo-marxiste et post-marxiste en rapport avec son discours d’orientation politique du 2 octobre 1983 (3/x

    Les preuves en images de la corruption France à fric
    du PCF, du PS, du RPR et de l'UDF (Les Prédateurs)

    par Yanick Toutain
    12 mai 2011

    « Il nous fallait prendre la tête des jacqueries
    qui s’annonçaient dans les campagnes affolées
    par l’avancée du désert,
    épuisées par la faim
    et la soif et délaissées.
    Il nous fallait donner un sens
    aux révoltes grondantes des masses
    urbaines désoeuvrées, frustrées et
    fatiguées de voir circuler les limousines
    des élites aliénées qui se succédaient
    à la tête de l’Etat et qui ne leur offraient
    rien d’autre que les fausses solutions
    pensées et conçues par les cerveaux des autres.
    Il nous fallait donner une âme idéologique
    aux justes luttes de nos masses populaires
    mobilisées contre l’impérialisme monstrueux.
    A la révolte passagère, simple feu de paille,
    devait se substituer pour toujours
    la révolution,
    lutte éternelle contre la domination. »
    Thomas Sankara
    4 octobre 1984 discours de l'ONU
    Il faudrait préciser que l'Afrique est un demi-paradis
    pour les formois compradores et proto-formois
    compradores les plus élevés
    dans la hiérarchie des kapos
    et un demi-enfer pour les
    petits-proto-formois compradores
    ..... pendant que le véritable enfer
    est réservé à ceux qui voient
    plus d'un bébé sur dix mourir avant l'âge de un an !
    Ceux-là sont NOTRE BASE SOCIALE.
    NOTRE BASE SOCIALE : LE FORMARIAT !

    Les autres CLASSES ET COUCHES DEVRONT
    SE RALLIER A NOTRE PROJET
    EN FAVEUR DU FORMARIAT DES PAYSANS,
    DES CHÔMEURS, DES SDF,
    DES ENFANTS ABANDONNES.
    (conclusion YT de ce texte)

    2° REVOLUTION
    FOULES DE OUAGADOUGOU
    BIENTOT L AFRICATION
    THOMAS EST TOUJOURS DEBOUT
    NOUS F'RONS DELEGATION
    FOULES DE OUAGADOUGOU
    POUR LA REVOLUTION
    THOMAS EST PARMI NOUS

    0 0



    par Yanick Toutain
    6/8/2015
    "certains ne manqueront pas
    de faire croire que la charte
    va faire de l'arabe une langue régionale.
    Ce n'est pas le cas ! "
    (François Hollande)
    Ce qu'il suggère c'est le fait qu'une région entière pourrait être considérée comme occupée
    par les "Arabes" au point que
    la question se poserait de considérer cette langue
    comme celle d'une région.
    Une "bonne blague" fasciste !

    "Avec quatre millions de locuteurs,
    l’arabe est la deuxième langue la plus parlée sur le territoire français
    (Monde Diplomatique 2012)








     "l'arabe ne peut pas être considéré comme une langue régionale." (François Hollande)



    Hier mercredi (5/8/15), le Canard Enchaîné, sous le titre douteux de "humour arabe" narre la dernière "blague" raciste du président de la Franceàfric

    "Je vous demande d'être extrêmement précis pour définir ce qu'est une langue régionale parce que certains ne manqueront pas de faire croire que la charte va faire de l'arabe une langue régionale. Ce n'est pas le cas ! Selon l'article 1° de la charte, ni les dialectes ni les langues des migrants ne sont considérées comme des langues régionales. Donc l'arabe ne peut pas être considéré comme une langue régionale."
    On imagine le sourire du crétin raciste qui prononce ces mots : il existe une vidéo où ce président se moque ouvertement des Français qui osent écrire des lettres à l'Elysée. On imagine le même sourire béat de contentement !

    LA BLAGUE ? UNE BLAGUE RACISTE SUR UNE "REGION OCCUPEE"


    Après les deux blagues sur l'Algérie, le "blagueur" imitateur des Le Pen a franchi un nouveau cap.
    Ce qu'il suggère c'est le fait qu'une région entière pourrait être considérée comme occupée par les "Arabes" au point que la question se poserait de considérer cette langue comme celle d'une région. Une "bonne blague" fasciste !

    "HOLLANDE SE MOQUE DES ALGERIENS
     DEVANT LES JUIFS" (TITRE DE ENNAHAR 2013)

    Comme en 2013
    François Hollande, connu pour son goût pour la plaisanterie, aurait mieux fait de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Lundi soir, le président de la République, invité à la soirée des 70 ans du Crif - le conseil représentatif des institutions juives de France - s'est félicité que Manuel Valls soit revenu "sain et sauf" d'Algérie. "C'est déjà beaucoup", a-t-il ajouté.  (...) La presse algérienne a été plus virulente avec le président français. "Hollande se moque de l'Algérie devant les juifs", pouvait-on lire samedi en première page du quotidien Ennahar. "Le peuple est renvoyé, sans autre forme de procès, à sa condition de colonisé, de sauvage à civiliser, d'indigène de la République, dénué aussi bien de cortex cérébral que d'humour", écrit El Watan, dans ses colonnes.(L'Express)

    On sait que dans le même temps ce président raciste soutient les dictatures dans toute l'Afrique, qu'il finance AQMI Al Qaeda dans le Maghreb (58 millions $ avec Sarkozy dénoncés par le New Yrok Times), Ansar Eddine au Mali (20 millions € en octobre 3013 que même RFI a avoués)..... qu'il protège les terroristes MNLA à qui il a offert le Nord Mali, le terroriste Wadoussène qu'il a fait libérer des prisons de Bamako, Iyad Ag Ghali qui a une école de "jeunes combattants du Jihad" financée par Hollande etc.....
    Mais là ce sont SES arabes, ses TERRORISTES....

    Mais derrière ces "blagues" raciste, on voit le racisme à l'oeuvre dans la discrimination des langues.
    Le Monde Diplomatique, en 2012 pointait le scandale de l'enseignement de la langue arabe.

    L’arabe, une « langue de France » sacrifiée

    Alors que l’arabe est la deuxième langue la plus parlée en France, son enseignement dans le secondaire perd sans cesse du terrain au profit du secteur associatif. Un basculement qui date des années 1980, quand l’immigration maghrébine a commencé à occuper une part de plus en plus grande de l’espace public et médiatique. Associé depuis à l’islam et aux ghettos, l’arabe parviendra-t-il à modifier son image ?
    par Emmanuelle Talon, octobre 2012

    LA DEUXIEME LANGUE DE FRANCE EST CELLE DES FIDAI

    Pour le Monde Diplomatique, la seconde langue parlée en France est l'arabe.
    Avec quatre millions de locuteurs, l’arabe est la deuxième langue la plus parlée sur le territoire français, et le succès de comiques dont l’humour repose en partie sur l’utilisation de l’arabe dialectal, comme Jamel Debbouze, témoigne d’un enracinement réel dans la culture populaire. Mais, si l’arabe a été reconnu « langue de France » en 1999, après la signature de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (non ratifiée à ce jour), choisir de l’étudier dans le secteur public relève encore du parcours du combattant.
    Dans quarante-cinq départements, il n’est pas du tout enseigné. A Paris, seuls trois collèges le proposent ; un élève scolarisé dans l’un des cent huit autres collèges doit donc attendre son entrée en seconde pour pouvoir suivre les cours dispensés, le samedi après-midi ou le mercredi soir, dans l’un des huit lycées qui le permettent au titre du dispositif Langues (...)
    Mais selon Slate, c'est la langue Berbère qui a cette position, devant la langue arabe :

    Le berbère, deuxième langue la plus parlée en France

    Près de 2 millions de locuteurs dans l'Hexagone utilisent cette langue nord-africaine.
    Il s'agit d’une des nombreuses questions que l’on se pose sans se les poser tout en se les posant quand même. En dehors du français,quelles langues parle-t-on en France? Mais surtout, quelle est la langue la plus parlée, après le français, au vu de la diversité des langues et des cultures que l’on peut rencontrer en France.
    Dans un rapport que vient de publier le Comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la pluralité linguistique interne, il apparaît quele berbère (avec ses variantes kabyle, chleuh, rifain, chaoui) est la deuxième langue non territoriale la plus parlée en France. Comme le souligne Algérie Focus, qui détaille le rapport, ils sont entre 1, 5 et 2 millions de personnes dans l’Hexagone à parler le berbère.
    Ces chiffres sont le résultat d’une enquête menée depuis 1999 auprès de personnes parlant une langue régionale ou non territoriale (issue d’un pays ou cette langue n’est pas la langue officielle).
    Après les différentes variantes du berbère, vient l’arabe dialectal, avec 270.000 locuteurs, l’arménien 180.000 personnes, le romani qui compte 200.000 locuteurs et le yiddish (100.000 personnes).
    S’agissant des langues territoriales, le rapport indique que dans les territoire d’Outre-mer, 1, 450 million de personnes parlent le créole à base française et 50.000 un créole à base anglo-portugaise. Toujours dans les langues territoriales, c’est le breton qui arrive en tête avec 900.000 locuteurs.
    Et pourtant, au milieu d’une telle diversité linguistique, souligne Algérie Focus, seul le français demeure la langue officielle en France.


    Les gens raisonnables sont capables de comprendre que les langues berbère et arabe parlées en France sont majoritairement parlées par les petits-enfants des anciens esclaves de la Franceàfric esclavagiste Pieds-Noirs en Algérie.
    Elles sont les langues parlées par les descendants de ceux qui furent les victimes de cette Guerre d'Algérie qui ne dit jamais son nom.

    SAMEDI 15 NOVEMBRE 2014

    La Révolution algérienne du 11 décembre 1960 fut l'acte déterminant de la chute de la slavoisie Franceàfric d'Algérie


    par Yanick Toutain
    #RevActu
    15/11/14

    "On sait tout sur la vie, les œuvres, (et même sur leurs querelles) des chefs du FLN et de l’ALN, mais quel historien étudiera la genèse mystérieuse et le déroulement de l’initiative flamboyante du peuple d’Alger" (s
    En fait, ce débat en cache un autre : de la même façon que les USA colonisant le Mexique et l'Amérique du Sud sont maintenant contraints d'admettre que la langue espagnole va devenir une langue nationale, de la même façon, la langue arabe voit son statut être mis en ghetto par l'Etat esclavagiste Franceàfric.
    L'auteur d'un rapport pour la gauche Franceàfric de 1997-2002 mettait la lumière sur ce scandale.
    (Wikipédia) En 1999Bernard Cerquiglini, dans un rapport au gouvernement Lionel Jospin en vue d'une ratification éventuelle de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, a dressé une liste de 75 langues régionales et minoritaires en France métropolitaine et d'outre-mer. La Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) s'en est largement inspirée pour établir sa propre liste25. Treize de ces langues font aujourd'hui l'objet d'un enseignement public :
    Depuis 2008, l'article 75-1 de la Constitution française de 1958 reconnaît les langues régionales comme appartenant au patrimoine de la France. Aucune n'a cependant statut de langue officielle, qui est celui du seul français.
    De nombreux habitants des départements français d'Afrique du Nord parlaient l'arabe dialectal ou le berbère et se sont installés en métropole sans cesser d'être des ressortissants français (ce qui est le cas des Harkis). Bernard Cerquiglini, auteur du rapport (voir infra), considère que cette situation correspond à ce que stipule la charte et intègre ces deux langues dans la liste des langues minoritaires de France.
    Il fait de même avec l'arménien occidental, du fait de l'implantation de population arménienne en France après le génocide des Arméniens de l'empire ottoman en 1915-191626. Dans son rapport les langues minoritaires sans territoires sont donc :
    La DGLFLF a, elle, rajouté deux langues :
    Mais le basculement de Hollande dans la politique raciste Franceàfric est tel que, même sur la question des langues, il pratique une politique bien plus proche de celle de Sarkozy que de celle de Jospin...... à coup de petites blagues..... et de 2,7 millions de morts par an en Afrique par le soutien aux Ouattara, Compaoré, Bongo et leurs marionnettes terroristes islamofascistes.....

    Loading...
    0 0



    par Yanick Toutain
    7/8/2015



    Yanis Varoufakis a souvent raison dans ses analyses mais il ne va pas assez loin dans l'explication de la situation grecque qu'il donnait au journal espagnol El Pais il y a quelques jours et que relatait RT en français.

    Pour Yanis Varoufakis, imposer l'austérité en France est l'objectif final de la troïka


    (...) c'est au journal espagnol El Pais que Varoufakis a donné une interview.

    Dans cette dernière, le député de Syriza lance une nouvelle bombe. Selon lui, «le plan de Wolfgang Schäuble (le ministre allemand des Finances, ndlr) est de mettre la troïka partout : à Madrid, mais surtout à... Paris! Paris, c'est le gros lot. C'est la destination finale de la troïka», affirme ainsi Yanis Varoufakis. Sous-entendu, l'Allemagne veut imposer l'austérité partout en Europe, et la France serait son objectif final.
    Ainsi, selon son analyse, «le Grexit est utilisé pour créer la peur nécessaire pour forcer Paris, Rome et Madrid à acquiescer». Et d'ailleurs, le nouveau plan d'aide soumis à la Grèce serait voué à l'échec selon Varoufakis, et cela car «Wolfgang Schäuble n'a pas envie d'un accord qui fonctionne».

    LE BUT REEL DU COMPLOT DE l'UE ET DES USA : LES SALAIRES TUNIENS A 150 EUROS POUR TOUTE LA FORMOISIE D'EUROPE

    Le but réel du complot de l'UE (et des USA) est de faire glisser la Grèce (puis l'Espagne, puis l'Italie, puis la France) vers des salaires tunisiens à 150 euros par mois. (Le Figaro se félicitait que l'inflation tunisienne avait permis de conserver le ratio 1 à 5 entre les salaires de Tunisie et ceux de la France impérialiste malgré la chute de Ben Ali)
    Il faut élargir la perspective :
    Le complot de la #bankoslavoisie mondiale dure depuis 1979 (Thatcher Reagan + la fin de Carter)
    Il vise à écraser la formoisie (bourgeoisie de la formation).

    QUATRE PARTS POUR 20%


    Parmi les 20% de Terriens les plus riches (5° quintile) qui consomment 83% de la richesse mondiale, se trouvent les salariés européens au-dessus de 1000 euros par mois (850€ ajustés PPA)
    L'aristocratie financière (bancocratie chez Marx) associée à la bourgeoisie esclavagiste (tels Steve Jobs en Chine, Bolloré en Afrique etc...) celle qui paye des salaires à 50 euros en divisant par 20 les lois sociales de leurs pays forment la bankoslavoisie : une classe monstrueuse qui reprend tout le pouvoir qu'elle avait perdu après 1929 et les New Deal.
    Dans le 5° quintile des 20% des Terriens les plus riches se trouvaient un grand nombre de salariés Grecs..... Ils n'y sont plus.
    Le 4° quintile (les 20% suivants) n'ont pas 4 parts (83%) mais une DEMI-PART (10% de la richesse mondiale)
    C'est vers ce groupe que sont envoyés les travailleurs et  (ils sont 1 sur 4) les chômeurs grecs, les jeunes grecs..... puis ce seront les Espagnols, les Italiens, les Français... mais aussi les Portugais etc.....
    La Grèce est victime d'un complot Goldman Sachs JP Morgan etc.....
    +++++
    (LIRE L'ARTICLE

    VENDREDI 24 JUILLET 2015


    citant
    "…. pour en finir avec l'Etat providence européen
    JP MORGAN RÉCLAME DES RÉGIMES AUTORITAIRES EN EUROPE")
    ++++++
    Voir Draghi l'escroc comploteur de Goldman Sachs donner des leçons est totalement ahurissant !!!
    Mais si, sur le constat Varoufakis est plutôt lucide, c''est sur les solutions que son appartenance de classe l'aveugle !

    UN GREXIT.... ANTICAPITALISTE

    En effet, face à cela il faut un GREXIT mais sur la base d'un AUTRE MONNAIE EUROPENNE révolutionnaire POST-capitaliste.
    Il faut une révo-monnaie à laquelle les Grecs appelleraient les autres peuples.
    Mais cela implique la sortie du capitalisme et donc l'EGALISME.
    Et, l'égalisme, le formois Varoufakis n'en veut pas !
    Il n'est pas capable de vivre avec 1000 euros par mois !
    Mais cela implique l'humanocratie et la sortie de la DEMOcratie...
    Mais Varoufakis et la formoisie le refusent : ils ne veulent pas être REVOCABLES à TOUT MOMENT !!!
    Le modèle des délégués conseillers révocables (1 pour 500) mis en place par des menchéviks à l'automne 1905 à Petrograd, il n'en veut pas plus que le modèle des délégués de base (delegado del grupo) des CNT-POUM espagnols de 1936.

    VAROUFAKIS, UN KERENSKI COMMENTATEUR


    Varoufakis est une sorte de Kérenski impuissant mais lucide qui pleurnicherait des ukases de Buchanan et Paléologue....et les dénoncerait dans la presse.. après avoir été viré d'un gouvernement réformiste en juin 1917.
    Juste après il y aura les Journées de Juillet, l'attaque de Kornilov d'août puis celle du début novembre.....
    La réponse : "tout le pouvoir aux délégués révocables", il faut un Lénine pour le crer en Grèce, en Europe, en Afrique - un Sankara avec des CDR 1 pour 25 !
    La réponse : "tout le pouvoir aux délégués révocables", tant qu'elle ne sera pas mise en oeuvre, on verra la Grèce courir vers le précipice.
    Et les leçon d'économie ou de politique de Varoufakis ne seront que des leçons de rhétorique.
    Au lieu d'appeler 400 000 Grecs à le désigner délégué national révocable, au lieu d'appeler le KKE à faire de même en désignant son leader délégué national révocable, au lieu d'appeler les anarchistes et les autres révolutionnaires à construire un gouvernement du peuple formés de délégués nationaux tous révocables (chacun contrôlé par 25 délégués députés révocable).... Varoufakis continue à proclamer sa fibre européenne....
    Au lieu d'appeler les Français et tous les Européens à désigner des juges délégués révocables pour juger les comploteurs de Goldman Sachs, JP Morgan organisateurs d'un coup d'Etat doublé d'une escroquerie géante.... Varoufakis joue les Cassandre.......
    On attend plus une Pythie mais un solvateur !
    On attend qu'il crie "TOUT LE POUVOIR AUX DELEGUES REVOCABLES"




    0 0

    SOS Bonheur de Jean Van Hamme
    Le chômage et #PJLR prévu 40 ans avant
    par Yanick Toutain
    7/8/2015

    LIRE AUSSI

    VENDREDI 7 AOÛT 2015

    GREXIT FRANCEXIT Varoufakis voit le complot visant la France mais ne crie toujours pas "Tout le pouvoir aux délégués révocables"

    Quand on voit les courbes du chômage des jeunes des pays européens on comprend que l'attaque menée par la bankoslavoisie mondiale contre la formoisie européenne est surtout une attaque contre les nouvelles générations.

    Taux de chômage des jeunes en Italie à un niveau record


    Le taux de chômage des jeunes, soit la catégorie 15-24 ans, a également augmenté, à 44,2%, contre 42,4% (chiffre révisé) en mai, précise Istat, l'institut des statistiques nationales. Une porte-parole d'Istat a précisé que le taux de chômage des jeunes était au plus haut depuis le lancement, en 1977, de cette série statistique.


    La bankoslavoisie des malades mentaux esclavagistes et bancaires atteints de pathologie consumériste criminelle sont terrorisés par les jeunes Innovants du monde entier.
    C'est ce que démontrent ces courbes
    xxx
    sources Les Echos OCDE

    Toutes les données

    SOURCE : OCDE
    (en % de la population active)
    PÉRIODEITALIEGRÈCEFRANCEESPAGNE
    Jan. 200524,025,619,821,2
    Avr. 200523,425,819,820,1
    Juil. 200525,026,321,418,8
    Oct. 200522,926,321,218,3
    Jan. 200623,125,022,118,4
    Avr. 200621,725,121,718,0
    Juil. 200620,524,821,517,4
    Oct. 200620,825,921,217,6
    Jan. 200719,824,420,617,5
    Avr. 200719,422,719,417,9
    Juil. 200720,622,818,318,5
    Oct. 200721,122,018,219,1
    Jan. 200820,422,717,320,7
    Avr. 200821,621,218,123,1
    Juil. 200821,522,018,725,5
    Oct. 200822,422,420,129,7
    Jan. 200924,424,722,534,4
    Avr. 200924,825,123,637,3
    Juil. 200925,725,523,440,1
    Oct. 200926,727,923,439,7
    Jan. 201027,130,222,939,8
    Avr. 201028,531,823,141,1
    Juil. 201026,833,323,442,3
    Oct. 201028,136,321,943,5
    Jan. 201128,439,222,744,1
    Avr. 201127,943,422,145,5
    Juil. 201129,145,821,447,6
    Oct. 201130,849,622,048,3
    Jan. 201233,952,122,450,7
    Avr. 201234,754,123,152,5
    Juil. 201235,157,324,353,0
    Oct. 201237,557,725,755,1
    Jan. 201338,958,924,955,9
    Avr. 201338,559,624,255,4
    Juil. 201340,558,323,955,5
    Oct. 201342,056,422,955,1
    Jan. 201443,455,323,754,3
    Avr. 201442,552,523,753,1
    Juil. 201442,951,024,653,4
    Oct. 201442,051,124,752,0
    201542,050,224,950,5

    0 0

    Pascale Boistard a-t-elle,
    comme Vallaud Belkacem
     agressé ses propres enfants
     par des fessées
    condamnables
    à 5 ans de prison ?
    par Yanick Toutain
    8/8/2015

    "En France si vous dénoncez des fessées
     vous perdrez votre travail de professeur (2 ans d'exclusion)
     et serez condamné à 2 ans de RSA - sans toucher le chômage"

    LIRE AUSSI

    Julie Amadis, institutrice anti-fessées interpellée par la BAC du Havre le 29/7/2014 après sa condamnation à 2 ans d'exclusion le 3 juillet, il y a un an


    Peut-on dénoncer la banalisation de la fessée par Robert Ménard et siéger tous les mercredi aux côtés d'une agresseuse d'enfants notoire qui se vante de taper ses petits enfants de 5 ans ?
    Cet exploit dans le cynisme, Pascale Boistard le peut !
    Peut-on dénoncer une photo de fessée cinématographique à Béziers et protéger une ministre de l'éducation qui pratique la fessée sur ses jumeaux de 5 ans en prétendant (mensongèrement cf art222-13) qu'aucune loi ne lui interdit de le faire.
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM"Est-ce qu'il faut l'interdire par la loi ? C'est justement là que j'ai un petit doute, est-ce que c'est à la loi de se mêler de ça ? Non !"

    Pascale Boistard est capable de relever un tel défi !
    Elle est la collègue - ministérielle - de l'agresseuse d'enfants (et menteuse) Najat Vallaud Belkacem.

    Pascale BoistardCompte certifié

    @Pascaleboistard


    Secrétaire d'Etat chargée des Droits des Femmes
    Pascal Boistard est plus choquée par une photo de film (stupidement insérée dans une publication municipale) que par les agressions commises - et banalisées - par Najat Vallaud Belkacem.
    Cette ministre du droit des femmes à taper leurs enfants ne pourra pas prétendre ignorer ce scandale : une professeur exclue deux ans pour "distribution de tracts" dont le principal témoin de l'accusation est un prof agresseur d'enfants depuis 1993 - un menteur appelé Léon Launay enseignant dans la même école depuis plus de 20 ans sous la protection de ses amis OMERTA76

    MARDI 26 AOÛT 2014


    Hollande-Valls nomment une agresseuse d'enfants comme ministre de l'Education Nationale : Najat Vallaud-Belkacem se vantait de taper ses jumeaux de 5 ans chez JJ Bourdin en mai dernier

    Des activistes de Philadelphie proches de
    Occupy Wall Street apportent leur soutien à
    Julie Amadis contre Franceàfric et OMERTA76
    le lobby des agresseurs d'enfants
    par Yanick Toutain
    26/8/14

    Une délinquante comme elle (article 222-13 code pénal) aurait dù être condamnée (avec ou sans sursis) à 5 ans de prison. C'est ce que prévoir la loi (la vraie, celle qui est écrite, pas celle que les juges voyous prétendent être la véritable..... jurisprudentielle..... barbare...)
    5 ans de prison pour les violences légères sur mineurs de moins de 15 ans par ascendant.
    C'est l'article 222-13 du code pénal.
    Mais les médias OMERTA le passent sous silence. Et la ministre feint de ne pas connaître cette loi.

    "
    JEAN-JACQUES BOURDIN"vous avez déjà donné une fessée ? " 
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM :
    "Oui ! (...) Oui ! Ca m'est déjà arrivé. (...) Mais je l'ai regretté aussitôt après ! (...) Oui ! Mais… (...) Je pense que je suis comme tous les parents. "
    JEAN-JACQUES BOURDIN
     "est-ce que vous êtes favorable à l'interdiction de la fessée ?"
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM
    "Honnêtement ma position n'est pas faite sur ce sujet ! Je… (...) 'évidemment je suis opposée aux châtiments corporels dès lors qu'ils portent atteinte à la dignité…  (...) "
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM
    "Est-ce qu'il faut l'interdire par la loi ? C'est justement là que j'ai un petit doute, est-ce que c'est à la loi de se mêler de ça ? Non !"
    JEAN-JACQUES BOURDIN
    "Non. C'est interdit dans 18 pays d'Europe, j'ai vu, hein ?"
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM
    "C'est vrai ! C'est vrai, c'est vrai.  (...) Je dis que ce n'est pas évident en tout cas."

    MERCREDI 21 MAI 2014

    La ministre Najat Vallaud-Belkacem qui donne des fessées à ses enfants de 5 ans milite pour empêcher une loi interdisant ces actes barbares ! C'est une agresseuse d'enfants qui est ministre des femmes ... et des enfants !


    "En France si vous dénoncez des fessées  vous perdrez votre travail de professeur (2 ans d'exclusion)
     et serez condamné à 2 ans de RSA - sans toucher le chômage"


    0 0


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    8/8/2015

    POST SCRIPTUM : les gestionnaires du site Les Effrontées n'ont toujours pas dénoncé la présence au gouvernement d'une menteuse agresseuse d'enfants : Najat Vallaud Belkacem.
    Mais elles protestent sur Twitter qu'elles ne censurent pas les commentaires.
    Pour autant le 3° envoi du commentaire ci-dessous n'est toujours pas lisible
    Ni le 4°
    Dont voici la copie (avec un retour en arrière depuis la page de post

    "mon 3° essai de poster mon commentaire n'a pas fonctionné
    Je tente un 4° en changeant d'adresse et en ne postant que deux lignes"
    Quand elles auront la réponse au bug (ou qu'elles auront posté ELLES-MEMES mon commentaire) nous pourrons reprendre le débat. 

    On savait que les financements (20M€) des terroristes Ansar Eddine par François Hollande avait sonné le glas, en octobre 2013, de tout espoir de voir les socialofascistes faire semblant d'avoir une quelconque morale.
    Avec #PJLR on a compris que les terroristes étaient un prétexte (financé par eux) pour nous espionner dans la totalité de nos communications.
    Ce versement d'octobre 2013 au psychopathe Iyad Ag Ghali suivait la conquête du Nord Mali par les terroristes MNLA, les assassins du 24 janvier 2012 qui servaient de troupes auxiliaires aux envahisseurs Serval de janvier 2013.
    On a vu la dégenérescence continuer : celle qui se vantait d'agressions d'enfants en mai 2014 était nommée ministre de l'Education en août suivant : chargée de la répression des profs témoins d'agression dans les écoles (vous avez bien lu ! Ce sont les agresseurs qui sont protégés et les témoins qui sont exclus sur la base des faux témoignages des agresseurs)
    On voit maintenant ces gens sans morale venir critiquer la paille de Ménard le MachoFacho pour protéger la poutre dans l'oeil de leur voisine agresseuses d'enfants.
    On comprend que leurs thuriféraires puissent pratiquer la censure !

    xxx
    ===
    CE COMMENTAIRE N'A PAS ETE ENCORE VALIDE
    https://effrontees.wordpress.com/2015/08/06/menard-ne-repand-pas-tes-fantasmes-misogynes-sur-la-place-publique/comment-page-1/#comment-746

    Lutter contre les violences faites aux femmes en protégeant une ministre qui pratique les fessées contre ses enfants de 5 ans, telle est la politique des pseudo-féministes du socialofascisme dégénéré.
    La ministre Pascale Boistard s'indigne ?
     Seulement contre l'imbécile facho macho Ménard.
    Pas contre l'agresseuse d'enfants Vallaud-Belkacem !!!
    J'étais militant du MLAC (à l'aile gauche : partisan de la PRISE EN CHARGE et du REMBOURSEMENT IMMEDIAT de l'IVG et activiste féministe à la LC-FCR-LCR) dès mars 1973 et , à cette époque, bien rares étaient celles et ceux qui auraient toléré les propos immondes tenus par Belkacem....
    Elle se vante de taper des enfants de 5 ans et ose inventer l'élucubration que l'article 222-13 n"existerait pas et qu'il faudrait une loi spéciale pour interdire les fessées !
    http://lhavraisverite.blogspot.fr/2015/08/elle-critique-robert-menard-pascale.html
    Le début de mon article
    samedi 8 août 2015
    Elle critique Robert Ménard, Pascale Boistard ministre du droit des femmes à taper leurs enfants (#art22213 #OMERTA76) et protectrice de l'agresseuse d'enfants Najat Vallaud-Belkacem

    (image) Pascale Boistard a-t-elle, comme Vallaud Belkacem agressé ses propres enfants par des fessées
    condamnables à 5 ans de prison ?
    par Yanick Toutain
    L'Havrais Vérité
    8/8/2015

    "En France si vous dénoncez des fessées
     vous perdrez votre travail de professeur (2 ans d'exclusion)
     et serez condamné à 2 ans de RSA - sans toucher le chômage"

    LIRE AUSSI
    Julie Amadis, institutrice anti-fessées interpellée par la BAC du Havre le 29/7/2014 après sa condamnation à 2 ans d'exclusion le 3 juillet, il y a un an

    Peut-on dénoncer la banalisation de la fessée par Robert Ménard et siéger tous les mercredi aux côtés d'une agresseuse d'enfants notoire qui se vante de taper ses petits enfants de 5 ans ?
    Cet exploit dans le cynisme, Pascale Boistard le peut !
    Peut-on dénoncer une photo de fessée cinématographique à Béziers et protéger une ministre de l'éducation qui pratique la fessée sur ses jumeaux de 5 ans en prétendant (mensongèrement cf art222-13) qu'aucune loi ne lui interdit de le faire.
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM"Est-ce qu'il faut l'interdire par la loi ? C'est justement là que j'ai un petit doute, est-ce que c'est à la loi de se mêler de ça ? Non !"

    Pascale Boistard est capable de relever un tel défi !
    Elle est la collègue - ministérielle - de l'agresseuse d'enfants (et menteuse) Najat Vallaud Belkacem.
    Pascale BoistardCompte certifié
    @Pascaleboistard
    Secrétaire d'Etat chargée des Droits des Femmes
    Pascal Boistard est plus choquée par une photo de film (stupidement insérée dans une publication municipale) que par les agressions commises - et banalisées - par Najat Vallaud Belkacem.
    la suite ici
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/08/elle-critique-robert-menard-pascale.html



    LES PRO-MENARD EUX NE SONT PAS CENSURES

    3 réflexions sur Ménard : ne répand pas tes fantasmes misogynes sur la place publique !

    1. Cela dérange tellement les médias qu’un Maire efficace ait 5 fois raison en justice qu’ils veulent lui coller de faux procès sur le dos. La FRANCE pense tout bas. Heureusement que certains élus comme Menard ont le courage de se faire élire puis me mettre en application ce que la majorité pense et veux. Il suffit, les politiques, les gauchistes, les associations qui ne représentent que de toutes petites minorités de nos concitoyens mais qui ont l’oreille des médias et de la presse de gauche. Il faut que la majorité s’exprime librement. S’il le faut , il faudra re créer des journaux comme les tabloïds anglais qui osent dire tout.et tant pis pour les BOBO de gauche qui voudraient que tout soit comme ils l’ont décidé, croyant que c’est ce qui est bon pour le peuple…..
      J'aime
    2. Cela est scandaleux de voir encore ce type d’image rétrograde avec un homme donnant une fessée à sa femme. Alors que l’on dénonce les violences conjugales. En plus, la femme symbolise la Ligue des droits de l’Homme ! Espérons que celle-ci va réagir.
      Et de plus dans un bulletin municipal, payé par les contribuables.
      J'aime

    0 0

    présentation Yanick Toutain
    REVACTU
    10/7/2015

    "Les unités de base du modèle sont les assemblées de quartier ou ‟conseils” comme on les appelle indifféremment.
    Il y une participation populaire dans les conseils, y compris de la part de personnes non-kurdes, et tandis que les assemblées de quartier sont fortes dans plusieurs provinces, « à Diyarbakir, la plus grande ville du Kurdistan turc, il y a des assemblées presque partout.
    (infra)»
    "

    Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseil de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava.
    (Bastamag)


    Que ce soit en France, en Syrie ou en Irak, les islamofascistes sont des agents de la bancocratie mondiale. Ces gens, au lieu de lutter pour un monde sans banques, conformément aux préceptes de la religion qu'ils prétendent propager, ne sont que des agents du capitalisme comme l'était le grand mufti de Jérusalem, Al Husseini, mercenaire de l'Empire Britannique puis du régime nazi pro-banques de Hitler.
    Comme le sont les Frères Musulmans agents de la Riba.
    En Syrie, leur principal ennemi n'était pas Assad mais celui qui s'opposait à Assad sur un programme héritier de Rosa Luxembourg : Omar Aziz.
    Assassiné médicalement dans les prisons de Assad.

    JEUDI 22 AOÛT 2013

    Omar Aziz: "Repose en victorieux" (traduction en français du texte de Budour Hassan)

    Omar Aziz dit un jour:
    «Nous avons fait mieux que les travailleurs
     de la Commune de Paris.
    Ils ont résisté pendant 70 jours
    et nous, nous tenons depuis un an et demi" (Budour Hassan)

    (...) Alors que la plupart des intellectuels laïques et modernistes ont pris une position ambigue ou passives et ont même dénoncé les manifestants dont les cortèges commençaient à marcher à partir de mosquées, Aziz et ses camarades ont créé le premier conseil local de Barzeh, à Damas. Les conseils locaux, une idée proposée et cristallisé par Aziz à la fin de 2011, sont des associations volontaires horizontales inspirées par les écrits de Rosa Luxemburg. Cette idée a ensuite été adoptée dans la plupart des zones libérées en Syrie.
    (...)
    Alors que la plupart des intellectuels laïques et modernistes ont pris une position ambigue ou passives et ont même dénoncé les manifestants dont les cortèges commençaient à marcher à partir de mosquées, Aziz et ses camarades ont créé le premier conseil local de Barzeh, à Damas. Les conseils locaux, une idée proposée et cristallisé par Aziz à la fin de 2011, sont des associations volontaires horizontales inspirées par les écrits de Rosa Luxemburg. Cette idée a ensuite été adoptée dans la plupart des zones libérées en Syrie.



    Au Kurdistan les médias impérialistes camouflent le fait que l'essentiel de la résistance est héritière des courants marxistes léninistes de gauche - ces courants para-égalistes qui s'inspirèrent des courants gauche de la Révolution Culturelle (une révolution égaliste égalitariste que Mao Tse Toung finit par trahir au profit de la formoisie.....qui muta en bourgeoisie des actions)
    Dans les territoires libérés, on commence à voir apparaitre des délégués révocables.
    Ces modes d'organisation doivent d'urgence être comparés à ceux de Thomas Sankara et de la révolution burkinabè du 4 août 1983

    JEUDI 4 DÉCEMBRE 2014

    "Il n'y a pas deux Burkina Faso. Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR. Il commence avec les CDR et finit avec les CDR" Thomas Sankara 1986

    Présentation 2014
    par Yanick Toutain
    RevActu
     4/12/14


    "Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu."
    Thomas Sankara 4 avril 1986

    "... beaucoup étaient venus pour fêter la disparition de ces fameux CDR.
    Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
    Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
    Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
    [Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
    [Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
    Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
    Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
    Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
    [Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.
    Il faut donc lire ce qui suit en ayant en tête la nécessité de construire un gouvernement mondial et donc la nécessité d'homogénéiser les modalités de désignation de ces délégués révocables.


    Comment s’organise maintenant la vie politique dans la région ?Michael Knapp : C’est complexe et dynamique à la fois. L’organisation s’adapte aux besoins. Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseil de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava. Les communautés s’organisent aussi en commissions à ces différentes niveaux, pour la sécurité, l’économie, la justice…
    Les commissions forment comme des ministères au niveau de la région. Les conseils sont toujours doubles, avec un conseil mixte et un conseil des femmes. Le conseil des femmes a droit de veto. Et dans tous les conseils mixtes, il y a une règle de parité, un quota de 40 % au moins pour chaque genre, et le principe d’une double direction, élue, avec une femme et un homme. Si dans une ville, il y a une communauté yézidie ou des communautés arabes, par exemple, ils ont aussi droit à une co-présidence dans les conseils. On a donc souvent une présidence de conseil triple voire quadruple.
    Parallèlement aux conseils, il existe un parlement, parce qu’il y a encore des gens qui sont membres de partis et qui doivent aussi pouvoir s’organiser et être représentés. Dans ce parlement, il y a les partis, mais une partie des sièges sont réservés à des organisations de la société civile, associations de défense des droits de l’homme, de la communauté yézidie… Malheureusement, il n’a pas encore été possible de tenir des élections au niveau de toute la région pour désigner par le vote les membres de ce Parlement, à cause de la guerre.
    D’où vient ce modèle de l’auto-organisation et de confédération démocratique ?Ercan Ayboğa : Des structures d’auto-organisation communalistes sont nées au Nord-Kurdistan, en Turquie, en 2007-2008. Ces expériences se sont ensuite transmises à Rojava à partir de 2011. Le projet de confédération lui-même vient du KCK (Union des communautés du Kurdistan), une branche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) créée en 2005. L’idée était de démocratiser le mouvement de libération kurde, de s’éloigner d’une structure de parti pour aller vers un mouvement porté par la société toute entière. Le mouvement a profité des héritages historiques comme la Commune de Paris (1871), mais surtout du mouvement zapatiste au Mexique. Avant, le PKK avait une démarche marxiste-léniniste. Le parti a lancé des discussions sur le « confédéralisme » démocratique au début des années 2000.

    Il faudrait recontacter Ercan Ayboğa pour avoir des précisions sur les modes de désignations des délégués: sont-ils clairement révocables à tout moment, sont-ils désignés selon le quota de 1 délégué pour 500 comme pour la révolution russe de 1905 et celles de Février 1917 et Octobre 1917 ?
    Ou bien le quota de 1 pour 25 utilisé en Espagne en 1936 est-il utilisé ?

    Il faudrait aussi propager les analyses actuelles de Ocalan

    Le nouveau PKK a déclenché une révolution sociale au Kurdistan

    Publié le 
    par 
    Par Rafael Taylor, militant socialiste libertaire et journaliste indépendant résidant à Melbourne. Il est également animateur de l’émission de radio “Floodgates Of Anarchy”, membre de l’ASF-IWA (AIT) et coordinateur de l’Alliance de la gauche libertaire à Melbourne.
    EXTRAIT
    La lutte des Kurdes, cependant, est loin d’être étroitement nationaliste. Dans les montagnes au-dessus d’Erbil, dans le cœur historique du Kurdistan qui serpente à travers les frontières de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie, une révolution sociale est née.
    La théorie du confédéralisme démocratique
    Au tournant du siècle, alors que le radical étatsunien Murray Bookchin avait échoué dans sa tentative de revitaliser le mouvement anarchiste contemporain avec sa philosophie de l’écologie sociale, Abdullah Öcalan, le fondateur et dirigeant du PKK, était arrêté au Kenya par les autorités turques et condamné à mort pour trahison. Dans les années qui suivirent, le vieil anarchiste gagnait un improbable adepte chez le militant endurci, dont l’organisation paramilitaire – le Parti des travailleurs du Kurdistan – est largement considérée comme une organisation terroriste pour mener une guerre violente de libération nationale contre la Turquie.
    Dans ses années de confinement solitaire – le leader du PKK se trouve derrière les barreaux depuis que sa peine a été commuée en réclusion à perpétuité – Öcalan a adopté une forme de socialisme libertaire si obscure que bien peu d’anarchistes en avaient entendu parler : le municipalisme libertaire de Bookchin. Öcalan a ensuite modifié, atténué et rebaptisé la vision de Bookchin sous le nom de « confédéralisme démocratique » avec le résultat que l’Union des Communautés du Kurdistan (Koma Civakên Kurdistan ou KCK), l’expérience territoriale du PKK d’une société libre basée sur la démocratie directe, est restée largement un secret pour la plupart des anarchistes, et plus encore, pour le grand public.
    Bien que la conversion d’Öcalan a été le point décisif, la renaissance plus large d’une littérature de gauche libertaire et indépendante a commencé à souffler dans les montagnes et à passer de main en main parmi la base du mouvement après l’effondrement de l’Union soviétique dans les années 1990. « (Ils) ont analysé des livres et des articles de philosophes, de féministes, de (néo)anarchistes, communistes libertaires, communalistes et écologistes sociaux. C’est ainsi que des écrivains comme Murray Bookchin (et d’autres) ont attiré leur attention », nous dit le militant kurde Ercan Ayboga.
    Öcalan s’est lancé, dans ses écrits de prison, dans un profond réexamen et une autocritique de la terrible violence, du dogmatisme, du culte de la personnalité et de l’autoritarisme qu’il avait favorisé : « Il est devenu clair que notre théorie, notre programme et notre praxis des années 1970 n’a rien produit d’autre qu’un séparatisme et une violence vaines, et, ce qui est pire encore, que le nationalisme auquel nous aurions dû nous opposer, nous a tous infestés. Même si nous étions opposés à ses principes et à sa rhétorique, nous l’avons néanmoins accepté comme inévitable ». Une fois que le leader incontesté, Öcalan a estimé que le « dogmatisme prospère sur des vérités abstraites qui deviennent des façons courantes de penser. Dès que vous mettez ces vérités générales en mots, vous vous sentez comme un grand prêtre au service de son dieu. C’est l’erreur que j’ai commise. »
    Öcalan, athée, a en fin de compte écrit comme un libre penseur, libéré de la mythologie marxiste-léniniste. Il a indiqué qu’il était à la recherche d’une « alternative au capitalisme » et d’un « remplacement du modèle en ruine du…‟socialisme réellement existant” » quand il a rencontré Bookchin. Sa théorie du confédéralisme démocratique s’est développée à partir d’une combinaison d’inspiration intellectuelle communaliste, de « mouvements comme les zapatistes » et d’autres facteurs historiques issus de la lutte au Kurdistan du Nord (Turquie). Öcalan a proclamé lui-même qu’il était un étudiant de Bookchin, et après l’échec d’une correspondance électronique avec le vieux théoricien, qui était à son grand regret trop malade en 2004 pour poursuivre un échange épistolaire depuis son lit de mort, le PKK lui a rendu hommage en déclarant qu’il était « l’un des plus grands chercheurs en sciences sociales du XXe siècle » à l’occasion du deuxième anniversaire de sa mort.
    La pratique du confédéralisme démocratique
    Le PKK a apparemment suivi son chef, non seulement en adoptant l’étiquette spécifique de Bookchin de l’éco-anarchisme, mais aussi en intériorisant activement cette nouvelle philosophie dans sa stratégie et sa tactique. Le mouvement a abandonné sa guerre sanglante pour la révolution stalinienne/maoïste et les méthodes de terreur qui l’accompagnaient, et a commencé à examiner une stratégie largement non-violente visant à une plus grande autonomie régionale.
    Après des décennies de trahisons fratricides, de cesser le feu manqués et sans lendemains, de détentions arbitraires et de reprises des hostilités, le 25 avril de cette année, le PKK a annoncé un retrait immédiat de ses forces de Turquie et leur redéploiement dans le nord de l’Irak, mettant ainsi fin à un conflit de 30 ans avec l’État turc. Le gouvernement turc s’est engagé simultanément dans un processus de réforme constitutionnelle et juridique devant consacrer les droits humains et culturels de la minorité kurde à l’intérieur de ses frontières. C’est là le dernier volet d’une négociation tant attendue entre Öcalan et le Premier ministre turc Erdogan, faisant partie d’un processus de paix qui a commencé en 2012. Il n’y a pas eu de violence de la part du PKK pendant une année et des appels raisonnables ont été lancés pour que le PKK soit retiré de la liste mondiale des organisations terroristes.
    Il reste, cependant, une sombre histoire attachée au PKK : des pratiques autoritaires qui ne cadrent pas avec sa nouvelle rhétorique libertaire. À divers moments, ses branches ont été accusées ou soupçonnées de collecte de fonds par le trafic d’héroïne, d’extorsion, de recrutement forcé et de racket à grande échelle. Si cela est vrai, il n’y a aucune excuse pour ce genre d’opportunisme mafieux, malgré l’ironie évidente que l’État turc génocidaire était lui-même en grande partie financé par le monopole lucratif sur l’exportation légale vers l’Occident de produits opiacés ‟médicaux” cultivés par l’État, et rendu possible par le service militaire obligatoire et par les impôts pour un énorme budget anti-terroriste et ses forces armées surdimensionnées (la Turquie possède la deuxième armée de l’OTAN après les États-Unis).
    Il en est ainsi de l’hypocrisie habituelle dans la guerre contre le terrorisme : lorsque les mouvements de libération nationale imitent la brutalité de l’État, ce sont invariablement les non représentés qui sont désignés comme terroristes. Öcalan lui-même décrit cette période honteuse comme celle des « gangs au sein de notre organisation et des pratiques ouvertement de banditisme, [qui] organisaient des opérations dangereuses, inutiles, en envoyant en masse des jeunes gens à la mort ».
    Pour Öcalan, le confédéralisme démocratique signifie une « société démocratique, écologique et libérée en matière de genre », ou simplement « la démocratie sans l’État ». Il oppose explicitement la « modernité capitaliste » et la « modernité démocratique », dans laquelle « les trois anciens éléments de base : le capitalisme, l’État-nation et l’industrialisme » sont remplacés par « une nation démocratique, une économie communale et une industrie écologique ». Cela implique « trois projets : un pour la république démocratique, un pour le confédéralisme démocratique et un pour l’autonomie démocratique » ;
    Le concept de ‟république démocratique” se réfère essentiellement à l’obtention, longtemps niée, de la citoyenneté et des droits civils des Kurdes, y compris la capacité de parler et d’enseigner librement dans leur langue. L’autonomie démocratique et le confédéralisme démocratique font à la fois référence aux « capacités autonomes des personnes et à une forme de structure politique plus directe, moins représentative ».
    Pendant ce temps, Jongerden et Akkaya soulignent que « le modèle du municipalisme libre vise à réaliser l’approche de bas en haut (‟bottom-up”) dans la conception et le fonctionnement d’un organe administratif participatif, du local au provincial ». Le « concept de citoyen libre (ozgur yarttas) [est] un point de départ » qui « comprend les libertés civiles fondamentales comme la liberté d’expression et d’organisation ». Les unités de base du modèle sont les assemblées de quartier ou ‟conseils” comme on les appelle indifféremment.
    Il y une participation populaire dans les conseils, y compris de la part de personnes non-kurdes, et tandis que les assemblées de quartier sont fortes dans plusieurs provinces, « à Diyarbakir, la plus grande ville du Kurdistan turc, il y a des assemblées presque partout. » Par ailleurs, « dans les provinces d’Hakkari et de Sirnak… il y a deux autorités parallèles [le KCK et l’État], parmi lesquelles la structure confédérale démocratique est la plus puissante dans la pratique. » La KCK en Turquie « est organisé au niveau du village (köy), du quartier urbain (mahalle), du district (ilçe), de la ville (kent), et de la région (bölge), qui est appelée « Kurdistan du Nord ».
    Le niveau le ‟plus élevé” de la fédération au Kurdistan du nord, le DTK (Congrès de la Société Démocratique) est un mélange de délégués de base élus par leurs pairs avec mandats révocables, qui constituent 60% de l’ensemble et des représentants de « plus de cinq cents organisations de la société civile, syndicats et partis politiques », qui composent les 40% restants, dont environ 6% sont « réservés aux représentants des minorités religieuses, des universitaires ou autres spécialistes et d’autres personnes ayant un point de vue particulier. »
    La proportion au sein des 40% de ceux qui sont pareillement délégués directement des groupes de la société civile démocratique et non-étatiste comparé à ceux qui n’ont pas été élus ou sont choisis par les bureaucraties des partis politiques n’est pas claire. Le chevauchement d’individus entre mouvements kurdes indépendants et partis politiques kurdes, ainsi que l’intériorisation de nombreux aspects de la procédure de démocratie directe par ces partis, compliquent encore plus la situation. Toutefois, le consensus informel qui se dégage parmi les observateurs est que la majorité des prises de décision correspond à des procédures de démocratie directe d’une manière ou d’une autre ; que la plupart de ces décisions sont prises au niveau local ; et que les décisions sont prises à partir de la base, selon la structure fédérale.
    Du fait que les assemblées et le DTK sont coordonnées par la KCK illégale, dont fait partie le PKK, ils sont désignés comme ‟terroristes” par la Turquie et la soi-disant communauté internationale (UE, États-Unis et autres). Le DTK sélectionne aussi les candidats du BDP, le parti pro-kurde (Parti pour la paix et de la démocratie), pour le Parlement turc, qui propose « l’autonomie démocratique » pour la Turquie, une combinaison de démocratie représentative et de démocratie directe. Conformément au modèle fédéral, il propose la création d’environ 20 régions qui autogouverneraient directement (selon le schéma anarchiste, pas la Suisse) « l’éducation, la santé, la culture, l’agriculture, l’industrie, les services sociaux et de sécurité, les questions des femmes, de la jeunesse et des sports », avec l’État continuant de conduire « les affaires étrangères, les finances et la défense. »
    La révolution sociale prend son envol
    Pendant ce temps, sur le terrain, la révolution a déjà commencé. Dans le Kurdistan turc, il y a un mouvement éducatif indépendant des ‟académies” qui organise des forums de discussion et des séminaires dans les quartiers. Dans la municipalité de Sûr à Amed [nom kurde de Diyarbakır, NdT], où une avenue s’appelle ‟Rue de la Culture”, le maire Abdullah Demirbas se félicite de la « diversité des religions et de systèmes de croyance » et déclare que « nous avons commencé à restaurer une mosquée, une église catholique chaldéo-araméenne-, une église orthodoxe arménienne et une synagogue juive ».
    Jongerden et Akkaya signalent ailleurs que « les municipalités DTP ont lancé un ‟service municipal multilingue”, qui a suscité des débats houleux. Des panneaux indicateurs municipaux ont été érigés en kurde et en turc, et des commerçants locaux ont suivi le mouvement ».
    La libération des femmes se poursuit par les femmes elles-mêmes à travers les initiatives du Conseil des femmes du DTK, qui établit de nouvelles règles de « quotas de femmes de quarante pour cent » dans les assemblées. Si un fonctionnaire bat sa femme, son salaire est reversé directement à la femme battue afin de maintenir sa sécurité financière et son usage comme bon lui semble. « À Gewer, si le mari prend une deuxième épouse, la moitié de sa succession ira à la première. »
    Il existe des « Villages de la Paix », des communautés de coopératives, nouvelles ou transformées, appliquant leur propre programme complètement en dehors des contraintes logistiques de la guerre kurdo-turque. La première de ces communautés a été construite dans la province d’Hakkari, limitrophe de l’Irak et de l’Iran, où « plusieurs villages » ont rejoint l’expérience. Dans la province de Van, « un village écologique de femmes » est en construction pour abriter les victimes de la violence domestique, auto-suffisant « pour toute ou presque toute l’électricité nécessaire. »
    La KCK tient des réunions deux fois par an dans les montagnes avec des centaines de délégués de chacun des quatre pays, avec comme priorité à son agenda, la menace de l’État islamique envers l’autonomie du Kurdistan du sud et de l’ouest. Les partis iraniens et syriens affiliés à la KCK, le PJAK (Parti pour une vie libre au Kurdistan) et le PYD (Parti de l’union démocratique) mettent en avant également le confédéralisme démocratique. Le parti irakien de la KCK, le PÇDK (Parti pour une solution démocratique du Kurdistan) est relativement peu important car le Parti démocratique du Kurdistan (PDK, centriste) au pouvoir et son chef Massoud Barzani, président du Kurdistan irakien, n’a que récemment cessé de le harceler et commencé à le tolérer.
    Mais, dans les régions montagneuses du Kurdistan irakien plus au nord, là où se trouvent la plupart des guérilleros et guérilleras du PKK et du PJAK, la littérature radicale et les assemblées s’épanouissent, avec l’intégration de nombreux Kurdes de la montagne après des décennies de déplacements. Au cours des dernières semaines, ces militant-e-s sont descendus des montagnes du nord pour combattre aux côtés des peshmergas irakiens contre l’EIIL, sauvant 20 000 yézidis et chrétiens dans les montagnes de Sindjar et ont reçu la visite de Barzani dans un affichage public de gratitude et de solidarité, mais surtout pour mettre la Turquie et les États-Unis dans l’embarras.
    Le PYD syrien a suivi l’exemple du Kurdistan turc dans la transformation révolutionnaire de la région autonome sous son contrôle depuis l’éclatement de la guerre civile. Après les « vagues d’arrestations » de la répression baasiste, avec « 10.000 prisonniers, dont des maires, des chefs locaux du parti, des élus, cadres et militants […] les forces du PYD kurde ont renversé le régime du parti Baas dans le nord de la Syrie, ou Kurdistan occidental, [et] des conseils locaux ont éclos partout. » Des Comités d’auto-défense ont été improvisés pour fournir « la sécurité après la chute du régime baasiste » et « la première école enseignant la langue kurde » a été établie en même temps que les conseils intervenaient dans la distribution équitable du pain et de l’essence.
    Dans le Kurdistan de Turquie, de Syrie, et dans une moindre mesure dans le Kurdistan irakien, les femmes sont désormais libres de se dévoiler et fortement encouragées à participer à la vie sociale. Les anciens liens féodaux sont brisés, les gens sont libres de suivre une religion ou aucune et les minorités ethniques et religieuses coexistent pacifiquement. S’ils sont capables de contenir le nouveau califat, l’autonomie du PYD dans le Kurdistan syrien et l’influence de la KCK au Kurdistan irakien pourrait bien servir de ferment pour une explosion encore plus profonde de culture et de valeurs révolutionnaires.
    Le 30 juin 2012, le Comité national de coordination pour le changement démocratique (NCB), la plus grande coalition de la gauche révolutionnaire en Syrie, dont le PYD est le groupe principal, a adopté « le projet d’autonomie démocratique et le confédéralisme démocratique comme un modèle possible pour la Syrie ».
    Défendre la révolution kurde face à l’État islamique
    La Turquie, quant à elle, a menacé d’envahir les régions kurdes si « des bases terroristes étaient installées en Syrie », au moment où des centaines de combattants de la KCK (y compris du PKK) de tout le Kurdistan traversaient la frontière pour défendre Rojava (l’ouest) face à l’avancée de l’État islamique. Le PYD affirme que le gouvernement islamiste modéré de la Turquie est déjà engagé dans une guerre par procuration contre eux, en facilitant le transit des djihadistes internationaux à travers la frontière pour qu’ils combattent aux côtés des islamistes.
    Au Kurdistan irakien, Massoud Barzani, dont la guérilla a combattu aux côtés de la Turquie contre le PKK dans les années 1990 en échange de l’accès aux marchés occidentaux, a appelé à un « front uni kurde » en Syrie à travers une alliance avec le PYD. Barzani avait signé en 2012 avec Salih Muslim, leader du PYD, l’‟Accord d’Erbil” formant le Conseil National Kurde et reconnaissant que « toutes les parties sont sérieuses et déterminées à continuer à travailler ensemble ».
    Pourtant, alors que l’étude et la pratique des idées socialistes libertaires parmi la direction et les bases de la KCK est assurément un développement positif, il reste à voir dans quelle mesure cette influence est suffisamment sérieuse pour qu’ils abandonnent leur passé autoritaire sanglant. Le combat kurde pour l’autodétermination et la souveraineté culturelle est une lueur d’espoir au milieu des sombres nuages qui s’amoncellent au-dessus de l’État Islamique et des guerres sanglantes inter-fascistes entre l’islamisme, le baasisme et le sectarisme religieux qui leur a donné naissance.
    Une révolution pan-kurde socialement progressiste et laïque, avec des éléments socialistes libertaires, unifiant les Kurdes irakiens et syriens et revitalisant les luttes en Turquie et en Iran peut encore être une perspective. Pendant ce temps, ceux d’entre nous qui apprécient l’idée de civilisation doivent reconnaître leur gratitude aux Kurdes, qui combattent en première ligne jour et nuit contre les djihadistes du fascisme islamiste en Syrie et en Irak, en défendant de leur vie les valeurs de la démocratie radicale.
    « Les Kurdes n’ont pas d’amis sauf les montagnes » – Proverbe kurde


    LIRE L'ARTICLE ENTIER DE BASTAMAG

    EMANCIPATION

    En Syrie, une expérience de démocratie directe, égalitaire et multiconfessionnelle tient tête à l’Etat islamique

    PAR 
    Les médias occidentaux relaient abondamment les décapitations, les appels au meurtre et les exactions perpétrés par Daech, le pseudo « Etat islamique ». Pourtant, face à cette barbarie, les populations kurdes, arabes ou yézidis de la région de Rojava, au nord de la Syrie, mettent en oeuvre un autre modèle de société, émancipateur, égalitaire, multiconfessionnel, et très démocratique. Une expérience qui pourrait même servir d’inspiration pour ramener la paix dans la région. En attendant, les Kurdes et leurs voisins combattent pour défendre cette utopie concrète, sans véritable soutien international. Entretien avec des chercheurs et activistes qui en reviennent.
    Les raisons d’espérer sont rares en provenance de Syrie. Mais en janvier 2015, le monde découvre, ébahi, les images de femmes kurdes en treillis qui participent à la résistance puis à la libération de la ville syrienne de Kobané. Un mouvement démocratique et anti-patriarcal vient de défaire les forces ultra-réactionnaires de l’État islamique, victorieuses ailleurs. Deux modèles de société radicalement différents se font face. Car le Kurdistan syrien fait l’expérience depuis 2011 d’une révolution démocratique inédite.
    Assez vite débarrassé des forces du régime de Bachar el-Assad, le mouvement de libération kurde y a développé une organisation politique basée sur la démocratie directe, l’organisation en communes et la libération des femmes. Malgré la guerre, les attaques de l’État islamique (EI), l’embargo turc, sur fond d’indifférence de la communauté internationale, la région poursuit la mise en pratique de ce confédéralisme démocratique, un modèle de société multiconfessionnelle et multi-ethnique, sans État, pour l’émancipation de tous. Entretien avec Ercan Ayboğa et Michael Knapp, co-auteurs de Revolution in Rojava, ouvrage d’enquête militante sur cette révolution en cours au milieu du chaos syrien.
    Basta ! : Ce qui se passe depuis 2011 dans la région syrienne de Rojava (au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie), représente-t-il le contre-modèle absolu de la violence de l’État islamique ?
    Ercan Ayboğa [1] : L’État islamique représente la ligne la plus réactionnaire qui existe aujourd’hui et en Syrie et au Moyen Orient, plus réactionnaire encore qu’Al-Qaïda, et le pôle le plus opposé au mouvement de Rojava. Il y a d’un côté le modèle de société de Rojava, une démarche démocratique et émancipatrice, et de l’autre, l’EI, extrêmement réactionnaire, hiérarchique, misogyne, absolument anti-démocratique, violent, et qui exploite les populations.
    Michael Knapp : Rojava ressemble évidemment à une antithèse de l’EI. Mais c’est beaucoup plus profond. L’EI est aussi l’expression du jeu des forces présentes au Moyen Orient. Rétrospectivement, vu de l’Occident, on peut avoir l’impression que le mouvement de Rojava est né en opposition à l’EI. Mais en fait, c’est plutôt l’EI qui a été renforcé par des puissances comme la Turquie, entre autres pour détruire ce projet de Rojava.
    Comment le projet démocratique du mouvement kurde s’est-il mis en place en Syrie, malgré la guerre civile ? Un compromis a-t-il dû être passé avec le régime de Bachar el-Assad ?
    Michael Knapp : Quand la guerre civile a commencé en Syrie, le mouvement kurde n’a pas voulu s’allier à l’opposition. Il soutenait bien évidemment l’opposition démocratique, celle qui misait sur une sortie de crise politique et pas sur une escalade de la violence. Mais il voyait aussi que les forces d’opposition étaient soutenues par la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar et les pays occidentaux. C’est pour ça que le mouvement kurde a décidé de prendre une troisième voie.
    Du point de vue militaire, les forces combattantes d’autodéfense kurdes sont allées encercler les casernes du régime et leur ont dit : soit vous partez, soit on vous combat. Souvent, les soldats du régime se sont retirés relativement pacifiquement, pensant que les forces kurdes n’allaient pas combattre aux côtés de l’Armée syrienne libre. Le régime a donc préféré poster ses soldats ailleurs. Même s’il y a eu des combats autour des puits de pétrole. C’est dans ce vacuum que le modèle de Rojava a pu prendre naissance.
    Les membres de la coalition nationale syrienne et de l’armée syrienne libre reprochent parfois aux structures d’auto-organisation de la région de collaborer avec le régime. Mais il faut comprendre que le mouvement kurde suit un principe d’autodéfense légitime et de primat de la politique civile. Cela veut dire qu’aussi longtemps qu’on n’est pas attaqué, il faut tout résoudre politiquement. C’est aussi la politique suivie par la guérilla du Nord-Kurdistan (Kurdistan turc).
    Comment s’organise maintenant la vie politique dans la région ?
    Michael Knapp : C’est complexe et dynamique à la fois. L’organisation s’adapte aux besoins. Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseil de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava. Les communautés s’organisent aussi en commissions à ces différentes niveaux, pour la sécurité, l’économie, la justice…
    Les commissions forment comme des ministères au niveau de la région. Les conseils sont toujours doubles, avec un conseil mixte et un conseil des femmes. Le conseil des femmes a droit de veto. Et dans tous les conseils mixtes, il y a une règle de parité, un quota de 40 % au moins pour chaque genre, et le principe d’une double direction, élue, avec une femme et un homme. Si dans une ville, il y a une communauté yézidie ou des communautés arabes, par exemple, ils ont aussi droit à une co-présidence dans les conseils. On a donc souvent une présidence de conseil triple voire quadruple.
    Parallèlement aux conseils, il existe un parlement, parce qu’il y a encore des gens qui sont membres de partis et qui doivent aussi pouvoir s’organiser et être représentés. Dans ce parlement, il y a les partis, mais une partie des sièges sont réservés à des organisations de la société civile, associations de défense des droits de l’homme, de la communauté yézidie… Malheureusement, il n’a pas encore été possible de tenir des élections au niveau de toute la région pour désigner par le vote les membres de ce Parlement, à cause de la guerre.
    D’où vient ce modèle de l’auto-organisation et de confédération démocratique ?
    Ercan Ayboğa : Des structures d’auto-organisation communalistes sont nées au Nord-Kurdistan, en Turquie, en 2007-2008. Ces expériences se sont ensuite transmises à Rojava à partir de 2011. Le projet de confédération lui-même vient du KCK (Union des communautés du Kurdistan), une branche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) créée en 2005. L’idée était de démocratiser le mouvement de libération kurde, de s’éloigner d’une structure de parti pour aller vers un mouvement porté par la société toute entière. Le mouvement a profité des héritages historiques comme la Commune de Paris (1871), mais surtout du mouvement zapatiste au Mexique. Avant, le PKK avait une démarche marxiste-léniniste. Le parti a lancé des discussions sur le « confédéralisme » démocratique au début des années 2000.
    L’écologie joue-t-elle un rôle dans ce mouvement ?
    Michael Knapp : L’écologie en est un point central. Pour développer le projet du confédéralisme démocratique, Öcalan (le leader du PKK, emprisonné en Turquie depuis 1999) s’est saisi du principe de l’écologie sociale du militant américain Murray Bookchin. Avec l’idée que le capitalisme est un système qui conduit à la destruction de la planète, et qu’il faut donc construire une économie basée sur une production régionale, écologique et décentralisée.
    Quelles sont les structures d’émancipation des femmes à Rojava, à côté des conseils de femmes et des brigades féminines des forces d’auto-défense ?
    Ercan Ayboğa : Dans chaque ville, il y a une maison des femmes. C’est un centre politique, mais aussi un centre de conseil, avec des séminaires, des cours, du soutien. Il y a aussi de nombreuses coopératives de femmes, des boulangeries, des coopératives textiles, de produits laitiers…
    Michael Knapp : Le mouvement de libération des femmes profite aussi aux autres communautés, par exemple aux communautés suryoyes (chrétiens) et arabes. Sur la zone près de la frontière irakienne, il y avait des groupes arabes très conservateurs mais qui sont entrés en conflit avec l’EI et ont demandé aux unités kurdes des les aider à s’en libérer. Du coup, beaucoup se sont joints au mouvement. J’ai vu des unités de formations de ces hommes. Il ne s’agissait pas seulement de savoir-faire militaire, mais aussi de discussions sur les droits des femmes et sur la démocratie directe.
    Nous avons aussi rencontré des jeunes femmes des communautés arabes qui ont rallié les forces combattantes d’autodéfense [2]. Elles nous ont dit qu’il y a deux ans, elles ne sortaient pas de leur maison, et maintenant, elles protègent la frontière les armes à la main. Ce modèle de confédéralisme démocratique n’est pas identitaire. C’est pour ça qu’on peut espérer qu’à plus grande échelle, il puisse aussi représenter un modèle de résolution des conflits ailleurs au Moyen Orient.
    Comment s’organise l’économie ?
    Michael Knapp : C’est très difficile notamment à cause de l’embargo imposé par la Turquie. Dans le canton de Jazirah par exemple [La région de Rojava a été découpée en trois cantons : Kobané, Jazirah et Afrin, ndlr] il y a, comme ressources, du pétrole et des céréales. Mais il n’y a pas de raffinerie et presque pas de moulins. Nous avons vu des silos assez pleins pour nourrir toute la Syrie pendant dix ans. Mais les céréales ne peuvent pas être transformés sur place. Une économie collectivisée se développe pourtant, avec des coopératives, qui raffinent, comme elles peuvent, le pétrole, des coopératives agricoles…
    Ercan Ayboğa : Les coopératives jouent un rôle toujours plus important à Rojava. Elles sont soutenues par les conseils. Mais l’économie privée est aussi possible, ce n’est pas interdit.
    Le mouvement reçoit-il des soutiens de l’étranger, du Kurdistan turc, irakien, ou de la communauté internationale ?
    Ercan Ayboğa : Il y a quelques médicaments et des outils qui arrivent du Nord-Kurdistan, en Turquie. Mais la Turquie ne laisse passer que peu de choses. Le soutien du Nord-Kurdistan reste néanmoins très important. Les administrations auto-organisées du Nord-Kurdistan soutiennent vraiment Rojava. La ville de Diyarbakir a par exemple envoyé à Kobané des machines de construction, des ingénieurs, un soutien technique. Mais pas officiellement. Sinon, de l’aide arrive d’ailleurs, d’ONG, mais c’est très peu. La communauté internationale dit qu’elle a besoin de l’autorisation du gouvernement syrien pour envoyer de l’aide vers Rojava. Mais les gens à Rojava attendent évidemment plus de soutien international parce qu’ils considèrent qu’ils combattent pour l’ensemble du monde démocratique.
    Michael Knapp : Rojava n’a presque pas de moyens financiers, et ne reçoit pas d’aide humanitaire. La communauté internationale dit que le problème, c’est que ce n’est pas un État. Manifestement, aux yeux de la communauté internationale, le système d’auto-organisation de Rojava n’a pas à être soutenu.
    Pourtant, les forces combattantes kurdes d’autodéfense ont à leur actifs plusieurs succès militaires contre le pseudo État islamique...
    Michael Knapp : Dans ces forces d’autodéfense, les gens combattent pour survivre, pour des convictions, et pour un projet de société. Certains ont longtemps combattu au Nord-Kurdistan auparavant. Ils ont déjà beaucoup d’expérience militaire. Mais leur armement est vraiment modeste, en comparaison à celui de l’EI par exemple.
    Recueilli par Rachel Knaebel

    Notes

    [1Ercan Ayboğa, activiste, et Michael Knapp, historien, sont les co-auteurs, avec Anja Flach, ethnologue, de Revolution in Rojava, paru en allemand chez VSA Verlag en février 2015.
    [2Pour les hommes comme pour les femmes, l’âge minimum pour rallier les forces d’autodéfense est de 18 ans.





    Loading...

older | 1 | .... | 15 | 16 | (Page 17) | 18 | 19 | .... | 36 | newer


Loading...