Quantcast
Loading...
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)
Loading...

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Loading...

Channel Description:

Pour une REVolution de civiLISATION

older | 1 | .... | 13 | 14 | (Page 15) | 16 | 17 | .... | 36 | newer

    0 0

    Une ATSEM de l'école maternelle
    Varlin au Havre a battu un enfant
    En 2008. Le maire Antoine Rufenacht
     l'a laissée en poste.
    Comme l'a fait Edouard Philippe
    Deux barbares que nos juges
    révolutionnaires condamneront

    par Yanick Toutain
    21/5/2015
    "
    "J'escompte que prochainement les syndicats mettront comme priorité la défense des enfants et des témoins. Le Conseil de l'Europe pèsera prochainement dans ce sens.
    Je vous demande de prendre toutes dispositions nécessaires pour faire cesser immédiatement toutes nouvelles tentatives de harcèlement à mon encontre. En particulier dans le cas où - comme le le 26 septembre dernier - je suis en présence de mes élèves."
    extrait de la lettre de Julie Amadis à la Rectrice Claude Schmidt-Lainé
    Ce courrier lui valu une sanction : un avertissemert
    Qui fut suivi d'une exclusion pour deux ans



    "Quand Julie Amadis a été convoquée par Monique Béaur, adjointe de l'Inspecteur d'Académie de Rouen Philippe Carrière elle a reçu un avertissement de cette barbare qui rigolait de la mention du Conseil de l'Europe"


    NI LA RECTRICE
     NI L'ADJOINTE MONIQUE BEAUR
     NI LE DASEN PHILIPPE CARRIÈRE
     NI L'INSPECTEUR D'ACADÉMIE DU HAVRE SERGE TILLMANN
     NE DEMANDÈRENT à JULIE AMADIS
     LE NOM DES ECOLES OU
    ONT ETE COMMISES DES VIOLENCES A ENFANTS
     DEPUIS 2008.
    ILS NE VEULENT PAS SAVOIR LA VÉRITÉ



    Est-ce que le Conseil de l'Europe déraille ?

    La sanction est tombée. Le Conseil de l’Europe – l’organisme européen de défense des droits de l’homme – estime, dans une décision rendue publique mercredi 4 mars, que le droit français « ne prévoit pas d’interdiction suffisamment claire, contraignante et précise des châtiments corporels »De ce fait, elle viole l’article 17 de la Charte européenne des droits sociaux dont elle est signataire, qui précise que les Etats parties doivent « protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l’exploitation ».
    Aucune amende n’est prévue, mais le symbole est important. Le Conseil de l’Europe attend que les Etats condamnés mettent leur législation en conformité. Cette décision ouvrirait par ailleurs la voie à une condamnation par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), selon les associations qui mènent campagne pour l’interdiction de la fessée. « Des plaintes seront déposées », prévient Gilles Lazimi, médecin et coordonnateur de la campagne contre les violences éducatives de la Fondation pour l’enfance.
    Le Monde

    Est-ce que les anti-fessées sont des analphabètes ?
    Ou comme Edwige Antier - qui sait très bien qu'elle ment - des hypocrites ?
    L'article 222-13 du Code Pénal ne souffre aucune interprétation

    Article 222-13
    Les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende lorsqu'elles sont commises :
    1° Sur un mineur de quinze ans ;

    2° Sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de leur auteur.
    (...)
    Les peines encourues sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende lorsque l'infraction définie au premier alinéa est commise sur un mineur de quinze ans par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur le mineur. Les peines sont également portées à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende lorsque cette infraction, ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours, est commise dans deux des circonstances prévues aux 1° et suivants du présent article. Les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende lorsqu'elle est commise dans trois de ces circonstances.


    Au lieu de militer pour que les juges voyous cessent de boycotter l'article 222-13, de militer pour DEGAGER les procureur Nachbar qui persécutent les témoins de violences à enfants, les Recteurs et les Inspecteurs d'Académie comme ceux de Rouen ou de Nantes qui protègent les délinquants, voici qu'on nous invente une inexistence de la loi !!

    Abolir la fessée, c’est une étape vers plus de démocratie

    La France s’est fait rappeler à l’ordre le 4 mars par le Conseil de l’Europe, qui a considéré «qu’aucun des textes mentionnés par le gouvernement français n’énonce l’interdiction expresse et complète de toutes les formes de châtiments corporels infligés aux enfants» et qu’«une certaine ambiguïté subsiste quant à l’existence d’un "droit de correction" reconnu par la justice». Le droit français est ainsi en violation de la charte sociale européenne révisée.
    Absurde ! C'est 5 ans de prison pour les parents agresseurs !
    Méconnaissance des droits de l’enfant.
    Méconnaissance .... de l'article 222-13 !  C'est 5 ans de prison pour les parents agresseurs !
     La décision du Comité a suscité de nombreuses protestations. Certains revendiquent le droit des parents à donner les châtiments corporels, nommés génériquement par le terme la fessée, ou prétendent que la fessée n’est pas nocive. «Je conteste au Conseil de l’Europe le droit de me dire ce que je dois faire avec mes enfants» (un homme politique). D’autres, en positions d’experts, désapprouvent la fessée mais disent que «prôner une loi est une absurdité sans nom, et affaiblit le rôle du parent»
    Elle existe déjà ! C'est 5 ans de prison pour les parents agresseurs !
    Pour la secrétaire d’Etat à la famille, une loi n’est pas nécessaire, mais il faudrait faire la promotion d’une éducation sans violence. Quelques personnalités, dont la pédiatre Edwige Antier et le député Europe-Ecologie-les Verts (EE-LV) François-Michel Lambert, ont approuvé la décision du Comité européen. Les protestations témoignent d’une méconnaissance des droits de l’enfant, des textes internationaux et des études scientifiques.
    Mais ces gens camouflent l'article 222-13...
    Sans doute le trouvent-ils trop.... sévère !!!
    Rappelons qu’en 2009, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, dans son observation faite à la France, notait «une nouvelle fois avec préoccupation que les châtiments corporels, en particulier à la maison, mais aussi à l’école, restent très répandus, notamment dans les départements et territoires d’outre-mer». Il recommandait de nouveau à la France d’interdire explicitement les châtiments corporels dans tous les contextes, et de promouvoir le principe d’une éducation sans violence. La France s’est bornée à répondre que le code pénal interdisait les violences légères sur l’enfant, sans reconnaître le problème posé par la jurisprudence légitimant le droit de correction.
    Le BOYCOTT d'une loi ce n'est pas une JURISPRUDENCE, c'est un comportement DELICTUEL !
    Les effets des châtiments corporels. Plus de 150 études en ont montré les effets nocifs à court et à long terme. Ils augmentent le risque de survenue de mauvais traitements, la fréquence et la sévérité des troubles mentaux, de l’anxiété, de la dépression, de l’usage d’alcool et de médicaments, et sont associés à un moins bon développement cognitif. On observe uneassociation linéaire entre la fréquence de la gifle et de la fessée et la prévalence sur la vie des troubles anxieux, de l’alcoolisme et des problèmes de comportement et de violence conjugale chez l’adulte. Il n’y a donc pas de différence qualitative entre «mauvais traitements» et «fessée».
    C''est ce que dit la loi puisqu'elle punit de 5 ans de prison les "violences légères" commises par les parents !
    A contrario, l’arrêt des châtiments corporels a des effets positifs. En Suède, une quinzaine d’années après la loi les interdisant et apportant un soutien aux parents, aucun enfant ne serait plus mort des suites de violence familiale, le nombre de procès pour maltraitance d’enfants a diminué, ainsi que le pourcentage de jeunes condamnés pour vol (-20%), pour viol (-48%) et la fréquence des suicides (-20%). Et les parents suédois ne sont pas devenus plus permissifs. L’interdiction des châtiments corporels constitueune prévention efficace des violences graves envers l’enfant.
    Pourquoi mentir alors ?
    Pourquoi ne pas réclamer l'application de la loi ?
    Et pourquoi ne pas dénoncer la ministre qui tape ses propres enfants ?

    JEAN-JACQUES BOURDIN"vous avez déjà donné une fessée ? " 
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM :
    "Oui ! (...) Oui ! Ca m'est déjà arrivé. (...) Mais je l'ai regretté aussitôt après ! (...) Oui ! Mais… (...) Je pense que je suis comme tous les parents. "
    JEAN-JACQUES BOURDIN
     "est-ce que vous êtes favorable à l'interdiction de la fessée ?"
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM
    "Honnêtement ma position n'est pas faite sur ce sujet ! Je… (...) 'évidemment je suis opposée aux châtiments corporels dès lors qu'ils portent atteinte à la dignité…  (...) "
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM
    "Est-ce qu'il faut l'interdire par la loi ? C'est justement là que j'ai un petit doute, est-ce que c'est à la loi de se mêler de ça ? Non !"
    JEAN-JACQUES BOURDIN
    "Non. C'est interdit dans 18 pays d'Europe, j'ai vu, hein ?"
    NAJAT VALLAUD-BELKACEM
    "C'est vrai ! C'est vrai, c'est vrai.  (...) Je dis que ce n'est pas évident en tout cas."

    MERCREDI 21 MAI 2014

    La ministre Najat Vallaud-Belkacem qui donne des fessées à ses enfants de 5 ans milite pour empêcher une loi interdisant ces actes barbares ! C'est une agresseuse d'enfants qui est ministre des femmes ... et des enfants ! 




    "Oui, j'ai déjà donné une fessée [à l'un de mes enfants]. Et à chaque fois, je l'ai regretté. (interview par Jean-Jacques Bourdin ce mercredi 21/5/14)


    Sur le plan anthropologique, les châtiments corporels de l’enfant sont associés à la stratification sociale en plusieurs classes ou castes, à une structure de pouvoir autoritaire, à la violence envers les femmes, et à la fréquence de la guerre et de l’homicide.
    Quant à l’action publique, une étude effectuée en 2007 dans cinq pays européens ayant soit interdit les châtiments corporels avec une campagne d’information (Suède et Allemagne), soit interdit sans campagne d’information (Autriche), soit fait une campagne d’information sans interdiction (Espagne), soit fait ni l’un ni l’autre (France) a montré que l’interdiction et l’information doivent être associées pour modifier les comportements parentaux, et sont alors efficaces. La simple promotion de l’éducation sans violence n’a donc pas montré son efficacité.
    Mensonge pur et simple : l'ex-procureur du Havre en 2008 m'avait fait interroger par ses flics pour un article anti-violences à enfants
    En France, ceux qui comme Julie Amadis sont témoins de violences dans les écoles sont persécutés !

    141° jour d'exclusion d'une prof des écoles pour avoir dénoncé des violences à enfants


    mardi 20 mai 2014


    Le courrier de Julie Amadis à la rectrice Claudine Schmidt-Lainé (se plaindre de harcèlement suite à témoignage de violences en 2008 et signaler 4 autres cas a déclenché des sanctions terribles : suspension de la témoin et protection d'un nouvel agresseur)

    Claudine Schmidt-Lainé comme Philippe Carrière
     aura des comptes à rendre à la vraie justice
     pour sa protection aux enseignants
     agresseurs d'enfants
    C'est plusieurs mois après ce courrier de novembre 2013 que les délégués élus des parents de l'école Valmy informèrent Julie Amadis qu'il existait un instituteur professeur des écoles qui tapait 3 enfants cette année. Puis que d'autres témoignages d'adultes montrèrent que ces violences étaient une pratique datant de plus de... 20 ans !L'enseignante suspendue pour..... témoignage comprit alors l'origine du harcèlement qu'elle subissait depuis septembre 2013.

    UNE RECTRICE PROTECTRICE
    DES ENSEIGNANTS AGRESSEURS D'ENFANTS

    (...)
    Cinq motifs principaux m'incitent à me tourner vers vous
    - Le fait que je refuse d'être inspectée par l'IEN Mr Patrick Deplanque et que j'invoque la législation du refus d'inspection pour refuser toute inspection.
    - Le fait que cet inspecteur censé me protéger est venu - le 26 septembre 2013 peu après 16h -, faire pendant mon temps de classe, en présence de mes élèves, dans la classe et devant un témoin, la directrice de Valmy 2, un harcèlement moral totalement inacceptable: Une menace à peine déguisée de recommencer le licenciement abusif dont j'ai été victime en 2008 par ses soins et un réseaux ad hoc.
    - Le fait que votre prédécesseur de 2008, Recteur de Seine-Maritime, n'ait pas jugé bon de répondre à mon courrier de juin 2008 malgré les graves accusations qu'il contenait. (Et malgré le fait que, 4 mois plus tard, j'ai été agréée, par le Rectorat, à travailler comme institutrice suppléante dans l'enseignement privé catholique). J'attends encore la réponse à ce courrier de 2008 qui permettra de clarifier qui mentait dans les violences commises à l'école maternelle Varlin concernant Kévin (3 ans) et Luciano (4 ans).
    - Le fait que j'ai été informée que certain secrétariat de Rouen faisait campagne contre moi.
    - Le fait, enfin, que l'information que je faisais auprès de parents de mes élèves des années précédentes concernant les maltraitances dans l’Éducation Nationale m'a fait découvrir avant-hier un quatrième cas de violences à enfants du primaire au Havre.
    Ce 4° cas (de violences réitérées sur "plusieurs enfants" de maternelle) concerne, cette fois-ci , une école du centre ville. Et non des quartiers défavorisés pour lesquels on m'avait fait comprendre en 2008 qu'il était quasiment légitime d'user contre ces enfants de violences physiques. Je suppose qu'il doit exister, au Havre, plusieurs dizaines de cas du même genre.
    Dans la mesure où mon témoignage de 2008 n'avait été pris au sérieux et que l'on avait fini par me traiter de "menteuse" (cf la déclaration qui m'avait été lue par le policier) , je ne peux prendre le risque que ce même inspecteur mentent concernant son observation de la classe, c'est pour cette raison que je refuse qu'il entre dans ma classe. J'ai déjà été visitée dans le passé mais pas par quelqu'un qui
    1° m'a traité de menteuse
    2° a orchestré le harcèlement subi et mon renvoi (non renouvellement de contrat)
    3° vient "régler des comptes" 5 ans plus tard en commençant une campagne à mon encontre à peine il prend ses nouvelles fonctions.
    La terreur qui règne contre les témoins fait que, dans les 3 cas qui m'ont été rapportés, ceux qui ont vu ces violences ne veulent pas témoigner.
    Ils sont confortés dans leurs crainte par la perte de mon emploi d'assistante pédagogique en 2008 avec l'indifférence totale de votre prédécesseur, de l'Inspecteur d'Académie en résidence au Havre (qui, à l'époque, avait annoncé qu'il allait me convoquer), du maire du Havre que j'avais rencontré à l'époque et qui ne fit absolument rien contre les auteurs de violences ni en faveur de celle qui témoignait).
    Tout cela eut comme résultat, outre la perte de mon emploi par non renouvellement de contrat, une tentative de condamnation par la justice de celle qui avait témoigné et du blogueur qui me soutenait.
    Une justice qui "oublia" d'enquêter sur les faits de violences.... et qui dû néanmoins classer cette plainte contre moi.
    L'indifférence de votre prédécesseur eut donc comme résultat que c'est la témoin des violences qui fut la seule à être sanctionnée et que les diffamateurs et menteurs s'en sortirent la tête haute. Ainsi que les auteurs des violences évidemment.
    Par ailleurs, j'ai appris que des conseillers pédagogiques en réunion de circonscription de rentrée avaient entendu l'IEN Deplanque mener campagne contre moi en leur donnant une information diffamatoire à mon encontre.
    En réitérant mon annonce de refus d'inspection, je vous prie, madame de prendre enfin , au moins pour le Havre, les mesures urgentes en vue de protéger les enfants et les témoins. Que les témoins soient fonctionnaires ou auxiliaires.
    Je peux vous affirmer que les témoins sont tellement terrorisés que même l'annonce d'une enquête officielle de votre part qui ne leur garantirait pas leur emploi serait insuffisante à reconstituer leur confiance en la légalité du fonctionnement interne à l'institution.
    J'escompte que prochainement les syndicats mettront comme priorité la défense des enfants et des témoins. Le Conseil de l'Europe pèsera prochainement dans ce sens.
    Je vous demande de prendre toutes dispositions nécessaires pour faire cesser immédiatement toutes nouvelles tentatives de harcèlement à mon encontre. En particulier dans le cas où - comme le le 26 septembre dernier - je suis en présence de mes élèves.
    Il est insupportable de travailler pour des enfants avec la possibilité à tout moment de voir arriver dans ma classe un harceleur menaçant ironiquement de me faire une nouvelle fois chasser de l’Éducation Nationale.
    Dans l'attente d'une réaction active de votre part en faveur des enfants ayant été battus au sein de l’Éducation Nationale au Havre depuis 2008 et d'une intervention protégeant mon statut et mes conditions de travail, veillez, Madame la Rectrice, recevoir l'expression de mes salutations respectueuses.
    Julie Amadis




    Le parallèle avec les violences envers les femmes. La violence du propos«une fessée n’a jamais fait de mal à un enfant» apparaît quand on la transpose aux femmes. Qui oserait dire qu’«une gifle n’a jamais fait de mal à une femme» ? On accepte qu’un parent inflige à un enfant vulnérable et dépendant une violence qu’on ne tolère plus envers une adulte, surtout depuis la reconnaissance des violences conjugales commencée dans les années 70.
    De nombreux lecteurs qui se renseignent sur Google sur comment fesser des femmes ont la surprise de tomber sur mon article


    Comment inclure les claques et la fessée dans l'éducation d'une femme (un article dont il faut d'urgence lire l'original)

    "si vous châtiez votre femme tout en restant aimant et juste,
    vous ne devriez pas vous préoccuper des témoins
     et de ce qu'ils pourraient penser." (étape 2)
    un article présenté (et un peu modifié
     pour des raisons pédagogiques)
    par Yanick Toutain


    "Etape 6 D'abord, calmez-vous.
    Si vous êtes en colère, n'essayez pas
     de donner une correction à votre femme.
     Dites-lui que vous allez y réfléchir
     un certain temps et donnez-vous
     le temps de vous calmer
    pour ensuite réévaluer la situation."
    illustration provenant du texte original
    prohibant l'utilisation d'accessoires
    pour la fessée.
    "Etape 10 Donnez-lui un avertissement.
     Si vous pensez ne pas avoir
     été assez clair dans un premier temps,
     vous pourriez vous expliquer,
    mais ne donnez pas un avertissement après l'autre
    et vous attendre à ce que la femme soit conciliante.
    Elles savent toujours comment faire pour vous avoir à l'usure
    une fois que vous avez cédé.
     La femme doit parfaitement comprendre
     qu'il n'y aura qu'un avertissement, un point c'est tout.
     Si vous procédez ainsi, elles obéiront après le premier avertissement
    et si vous leur donnez dix avertissements,
    elles ne vous prendront probablement jamais au sérieux".
    (...) vous devez vraiment faire très attention
     quand vous corrigez votre femme ;
    soyez juste, soyez clair et assurez-vous
     de bien comprendre ce qui se passe ;
    vous ne devriez pas changer d'avis
    une fois que vous avez décrété : « cette fessée, tu l'as bien méritée ».


    Voici une version à peine modifiée (seuls deux mots ont été modifiés) du texte original. Ce texte est tel qu'il aurait pu circuler dans les années 50-60.... si Internet avait existé
    Les signatures du texte original sont les suivantes : "Modifiée par WikiHow Traduction, Chmuller, Team FR et 1 autre

    "
    AVERTISSEMENT : LES AUTEURS DE L'ARTICLE ORIGINEL ET CEUX QUI DIFFUSERAIENT DE TELS CONSEILS SONT ET SERONT PASSIBLES DE POURSUITE PENALES. L'article 222-13 ne restera pas longtemps un objet de musée pour juges poussiéreux rampant sur (pour et avec) des parquets barbares !


    Une relation de propriété. Ajoutons que le droit de correction parentale autorise le parent à faire un acte violent sur son enfant, mais pas sur un enfant qui ne serait pas le sien : le code pénal s’applique alors. La suspension du droit général à l’intérieur de la famille traduit donc une relation de propriété sur l’enfant, comme naguère sur l’épouse, le domestique ou l’esclave. Le long processus démocratique commencé à la fin du XVIIIe siècle avec l’interdiction des supplices et des châtiments corporels de l’adulte a ensuite protégé les épouses à la fin du XXe siècle, et doit désormais entièrement protéger les enfants. Comme l’ont déjà fait plus de vingt pays européens. La prochaine audition de la France au Comité des droits de l’enfant de l’ONU est prévue en janvier 2016.
    Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, université Paris Descartes, chef de service de la maison de Solenn, Maison des adolescents de l’hôpital Cochin
    Un article sur le sujet va paraître dans la revue «l’Autre, Cliniques, Cultures et Sociétés», www.revuelautre.com
    Marie-Rose MORO Professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, université Paris Descartes, chef de service de la maison de Solenn, Maison des adolescents de l'hôpital CochinTHIERRY BAUBET Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, université Paris-XIII Sorbonne Paris-Cité et DANIEL DELANOË Psychiatre, anthropologue, université Paris-XIII Sorbonne Paris-Cité


    Ces gens, au lieu de réclamer une loi qui existe déjà, feraient mieux
    1° De faire connaître l'article 222-13 au lieu de le camoufler
    2° De faire campagne en faveur des profs et éducateurs qui sont réprimés pour avoir fait des signalements de violences
    3° De dénoncer publiquement tous les hauts-fonctionnaires, juges, procureurs qui, au mépris de la loi, protègent les agresseurs
    4° De dénoncer parmi ceux-là ceux qui ajoutent le harcèlement, les menaces et les sanctions dans le but de protéger ces agresseurs.

    Après la visite menaçante de l'inspecteur Patrick Deplanque - qui protégeait les deux agresseuses de 2008 de l'école Varlin, Julie Amadis avait écrit à la Rectrice




    Quand Julie Amadis a été convoquée par Monique Béaur, adjointe de l'Inspecteur d'Académie de Rouen Philippe Carrière elle a reçu un avertissement de cette barbare qui rigolait de la mention du Conseil de l'Europe



    Gaëlle Dupont 


    journaliste au Monde
    n'a JAMAIS écrit d'article sur la répression subie par Julie Amadis

    0 0

    Hollande, le financier des terroristes
    Iyad AG Ghali Ansardine du Mali
    et sa marionnette collabo IBK
    membre de la mafia corse Michel Tomi


    par Yanick Toutain
    22/5/2015

    "... un vaste système de largesses en tout genre mis en place par Michel Tomi au profit d’IBK et, dans une moindre mesure, d’Ali Bongo : croisières sur un yacht, voyages en jets privés, séjours dans les plus grands palaces parisiens, transport en limousines, achats de costumes de luxe, de voitures, de lunettes, soins médicaux réglés rubis sur l’ongle.
    (...)  Pour justifier ces faveurs, l’homme d’affaires préfère revendiquer un lien de nature « familiale » avec Keita et Bongo, comme il le fera par exemple en garde à vue devant les enquêteurs.
    Fabrice Arfi Ellen Salvi


    "Ne jetons pas la pierre à notre très estimé et adulé président de la République. Ne l’accablons pas de tous les péchés d’Israël. Ne le couvrons pas de tous noms d’oiseaux. Ne le vouons pas aux gémonies.IBK n’est pas en accusation devant la justice française. Du moins pas encore. C’est une information judiciaire qui est ouverte contre Michel Tomi."
    Piteuse "Blague" de 
    Saouti Labass Haïdara
     "L'indépendant"




    Panique à bord chez les petits pantins compradores qui servent de "boucliers intellectuels" au système compradore de collaboration avec les troupes d'occupation.
    Des écoutes de juges franceàfric ont mis en lumière la corruption de deux présidents africains IBK au Mali et Ali Bongo au Gabon.

    Deux présidents africains écoutés par la justice française

     |  PAR FABRICE ARFI ET ELLEN SALVI Les présidents du Mali et du Gabon ont été écoutés téléphoniquement dans le cadre des investigations judiciaires visant l’homme d’affaires corse Michel Tomi, à la tête d’un empire financier en Afrique. Les retranscriptions policières révèlent un vaste système de largesses en tout genre dont profitent les deux chefs d’État africains concernés, Ibrahim Boubacar Keita (Mali) et Ali Bongo (Gabon). De la pure corruption pour les juges.
    Les révélations sont une catastrophe pour les deux mafieux IBK et Bongo
    "Les retranscriptions policières révèlent un vaste système de largesses en tout genre mis en place par Michel Tomi au profit d’IBK et, dans une moindre mesure, d’Ali Bongo : croisières sur un yacht, voyages en jets privés, séjours dans les plus grands palaces parisiens, transport en limousines, achats de costumes de luxe, de voitures, de lunettes, soins médicaux réglés rubis sur l’ongle.
    Contactées, les présidences du Mali et du Gabon n’ont pas donné suite à nos sollicitations.
    Tomi se met en quatre pour satisfaire les moindres désirs des présidents. Il est leur homme. Leur tiroir-caisse. Le facilitateur pour leur rendre la vie plus douce, à tous points de vue. Il fluidifie. En contrepartie, il a le champ libre pour faire prospérer ses affaires sur le continent. Pour justifier ces faveurs, l’homme d’affaires préfère revendiquer un lien de nature « familiale » avec Keita et Bongo, comme il le fera par exemple en garde à vue devant les enquêteurs. "

    (Fabrice Arfi Ellen Salvi)
    Se précipite donc les pompiers. Tel Saouti Labass Haïdara sur Malijet.
    Il est le directeur de publication de l'Indépendant.
    Il va tenter un numéro d'équilibriste en défense du voyou collabo IBK
    Un collabo tellement intégré dans un gang mafieux qu'il contraint ses ministres à obéir au chef des gangsters
    "Les écoutes montrent pourtant bien que tout le clan Tomi s’investit intensément dans cette vente. Par pure amitié, donc. Les policiers soulignent d’ailleurs dans le même rapport de synthèse « l’influence » de Tomi exercée sur IBK, de telle sorte que quand deux ministres du gouvernement malien s’opposent à l’achat de l’avion pour des raisons de bonne gestion, «Michel Tomi en est informé et contacte immédiatement le président malien, lui demandant d’appeler ses ministres ». « Le soir même, le président malien prend attache avec Tomi pour l’informer qu’il a contacté son ministre de l’économie et que la signature de la vente de l’avion ne pose aucun problème », notent, sidérés, les enquêteurs." (Fabrice Arfi Ellen Salvi)



    LIRE AUSSI

    VENDREDI 10 OCTOBRE 2014



    Mali: Le coupeur de mains Iyad Ag Ghali qui avait reçu 20M de F.Hollande en octobre 2013 accusé par El Watan et le ministre malien Abdoulaye Diop d'être derrière les attentats actuels

     
    Lire Un premier hommage au capitaine
     Sékou Traoré résistant anti-fasciste.
    Assassiné par MNLA Ansardine
    le 24 janvier 2012


    par Yanick Toutain
    10/10/14



    "Selon le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop,
     (...) « Nul n’ignore que le chef du groupe terroriste
     Ansar Eddine, Iyad AG Aghaly,
    qui figure depuis longtemps sur la liste de
    votre Comité contre le terrorisme,
    circule librement dans le Nord du Mali.
    Il vient solennellement de prêter allégeance
    à l’organisation de l’état islamique à travers
    une fracassante déclaration médiatisée » dit-il. "
    source Lassina NIANGALY /Tjikan/Malijet





    UN NIVEAU DE CORRUPTION ABSOLUMENT LAMENTABLE
    14 005 € 32950 €



    Michel Tomi est décidément un ami tout confort. Grâce à lui, IBK profite lors de ses séjours en France, officiels ou non, de nuitées dans les plus beaux palaces de Paris et de Marseille : le Royal-Monceau, La Réserve, le Meurice, le Sofitel, l’Intercontinental.
    C’est un homme de main de Tomi, Valentin Dos Reis, qui règle la facture à chaque fois, toujours en espèces :
    14 005 € par-ci, 32 950 € par-là. Mais c’est Tomi en personne qui fait les réservations. Le 5 février 2014, il appelle par exemple le Sofitel de la cité phocéenne « pour le président Keita ». Il veut « la grande suite, pour lui ». Il répète l’exercice avec Le Royal Monceau de Paris. Il lui faut sept chambres. Dont la plus grande.
    Quelques heures plus tard, Tomi appelle IBK pour lui dire qu’il s’occupe de tout pour le séjour qui s’annonce chargé. « On va chez le tailleur et tout. On peut faire les courses », souffle l’homme d’affaires, qui propose par ailleurs au président malien de lui mettre à disposition l’un de ses jets privés, le Falcon 900 ou le Global Express. Au même moment, vent de panique à la présidence. Sabane, l’homme de confiance d’IBK, appelle Tomi pour se plaindre que le Sofitel de Marseille ait envoyé la facture « au bureau ». « Nous avons demandé de ne pas faire ça », dit-il. « Ramènela, je vais m’en occuper », le rassure Tomi.
    (Fabrice Arfi Ellen Salvi)



    MA REPONSE A SAOUTI LABASS HAIDARA SUR MALIJET



    Votre défense de IBK -Saouti Labass HAIDARA- est piteuse. !!!
    Personne n'y croira !
    Les Maliens qui ont fini par comprendre que les terroristes avaient été envoyés par la France le 17 janvier 2012 à Ménaka et le 18 janvier à Aguel vont comprendre l'ampleur de la magouille : un président acceptant des troupes d'occupation est un collabo.
    COLLABO ATT complice des terroristes (il leur téléphonait le 20 janvier mais fut surpris par le capitaine Sékou Traoré)
    COLLABO un Dioncounda Traoré qui doit refaire sa lettre de demande d'invasion quand il paniqua de la révolte des étudiants de Bamako en janvier 2013,
    et COLLABO un IBK membre de la mafia corse franceàfric qui rend des services (évidemment rémunérés) au gangster mafieux Michel  Tomi
    Vos piètres demande de "je jure" sont grotesques !
    +++++
    Ce qu’il faut, c’est une déclaration publique du président de la République sur l’honneur affirmant qu’il n’entretient pas des relations d’affaires ni pécuniaires avec un personnage douteux, de surcroit condamné pour «corruption active» et que si les enquêtes en cours établissaient le contraire, il quitterait la charge suprême de l’Etat malien. Pour « l’honneur du Mali « .
    Là oui, avec un tel argument, IBK pourrait espérer conserver encore l’estime voire la confiance de ses concitoyens, profondément choqués par la révélation de cette affaire assurément inattendue. 
     Saouti Labass Haïdara  "L'indépendant"
    °°°°°°°°°°
    IBK est un maillon du dispositif terroriste contre le Mali
    Comme Iyad Ag Ghali, comme MNLA, comme Mujao, comme AL THANI et le Qatar, comme la DGSE, comme Serval, Barkhane et toute la racaille franceàfric
    Sarkozy a envoyé attaquer le Mali et Hollande est venu suivre le plan d'invasion
    IBK corrompu par la mafia française corse comme Ali Bongo pendant que Iyad Ag Ghali est corrompu par François Hollande (dernier versement connu : 20 millions d'euros en octobre 2013)
    http://revolisationactu.blogspot.fr/2014/10/mali-le-coupeur-de-mains-iyad-ag-ghali.html
    Que ce soit les terroristes ou leurs protecteurs toute la direction compradore franceàfric est POURRIE
    Naturellement, le président Hollande n'est pas la cible des juges pour financement d'entreprise terroriste.
    Ni Sarkozy dont on sait maintenant qu'il a envoyé le MNLA attaquer Ménaka et Aguel Hoc avec Ansardine en janvier 2012 sur financement Qatar...
    Ni Bolloré qui est le véritable bénéficiaire de toutes ces attaques terroristes en Côte d'Ivoire, au Cameroun et dans toute l'Afrique..... le véritable bénéficiaire de ces INVASIONS 4° GUERRE CONTRE L'"AFRIQUE
    INVASIONS des TERRORISTES DU QATAR suivies des INVASIONS DES MILITAIRES FRANCAIS VIOLEURS
    #IBK #AliBongo #SurEcoute par la #Franceàfric " vaste système de largesses en tout genre dont profitent les deux chefs d’État africains concernés, Ibrahim Boubacar Keita (Mali) et Ali Bongo (Gabon). De la pure corruption pour les juges."
     22 MAI 2015 |  PAR FABRICE ARFI ET ELLEN SALVI
    http://www.mediapart.fr/journal/international/220515/deux-presidents-africains-ecoutes-par-la-justice-francaiseLes présidents du Mali et du Gabon ont été écoutés téléphoniquement dans le cadre des investigations judiciaires visant l’homme d’affaires corse Michel Tomi, à la tête d’un empire financier en Afrique. Les retranscriptions policières révèlent un vaste système de largesses en tout genre dont profitent les deux chefs d’État africains concernés, Ibrahim Boubacar Keita (Mali) et Ali Bongo (Gabon). De la pure corruption pour les juges.
    Le 28 mars 2014, à 12h55, Michel Tomi, surnommé le “parrain des parrains”, condamné plusieurs fois par la justice dans des affaires financières liées à la mafia corse, décroche son téléphone. Un vieux complice est au bout du fil, Pierre-Nonce Lanfranchi, dit “Nono”. « Putain, ils ne te lâchent plus ! », s’agace “Nono”, élu historique du petit village de Guitera-les-Bains (Corse-du-Sud), entre deux échanges en patois insulaire avec l’homme d’affaires. Il faut dire que, ce jour-là, un article du Monde révélant l’existence d’une enquête judiciaire d’ampleur contre Michel Tomi tourne sur la Toile depuis plus d’une heure. 
    .


    LE TEXTE INTEGRAL DE L'ARGUMENTAIRE DE SAOUFI LABASS HAIDARA
    PUBLIE SUR MALIJET


    Une sale affaire pour IBK il ya 30 minutes
    N’allons pas trop vite en besogne. Ne jetons pas la pierre à notre très estimé et adulé président de la République. Ne l’accablons pas de tous les péchés d’Israël. Ne le couvrons pas de tous noms d’oiseaux. Ne le vouons pas aux gémonies.

    IBK n’est pas en accusation devant la justice française. Du moins pas encore. C’est une information judiciaire qui est ouverte contre Michel Tomi. Ce dernier, pour ceux qui ne le savent pas, est un Français, un Corse pour être précis. L’homme est à la tête d’un empire financier pesant plusieurs dizaines de milliards de FCFA bâti principalement sur les jeux, à un moindre degré l’hôtellerie et le transport aérien. Il est propriétaire d’une chaine de casinos dont une partie est implantée dans la douce France, l’autre dans l’Afrique tropicale sous son obédience. On le décrit volontiers comme » le parrain des parrains » français. La formule est loin d’être élogieuse puisqu’elle renvoie plutôt au lexique mafieux. Dans le collimateur de la justice française depuis plusieurs années, Michel Tomi a écopé d’une condamnation pour«corruption active» en 2008 dans une affaire politico-financière en France.


    L’article du journal « Le Monde « qui a mis en ébullition le landernau politique malien, évoque de récentes rencontres dans l’Hexagone entre Tomi et le président IBK, les largesses posées par le premier en direction du second, les écoutes téléphoniques dans lesquelles le nom de notre président » revient souvent « la présence discrète de l’homme d’affaires corse à la cérémonie de prise de fonction d’IBK, le 19 septembre 2013, à Bamako.


    En réalité les relations entre les deux hommes remontent à une vingtaine d’années lorsque l’actuel président du Mali était ambassadeur au Gabon. Feu Omar Bongo aurait établi le lien entre eux. Nommé Premier ministre, sous Alpha Oumar Konaré, c’est IBK qui a permis à son « ami « Tomi d’ouvrir un casino à Bamako. Le projet initial prévoyait plusieurs casinos dans le pays mais a dû être circonscrit à la seule capitale en raison du tollé qu’il a soulevé pas seulement dans les milieux islamiques, mais à l’intérieur même de l’ADEMA, le parti majoritaire de l’époque où il était perçu par certains hauts responsables comme un » outil d’appauvrissement » des salariés déjà à bout de souffle.


    L’article du journal « Le Monde » évoque en outre la possibilité que IBK soit actionnaire au Fortune’s club de Bamako. Peut-être. Ce qui est sûr, c’est que Tomi, une fois installé dans la capitale malienne, a rendu de fiers services au gouvernement. Par exemple, il a participé à l’opération sauvetage des élections de 1997 en faisant transporter gracieusement par deux de ses avions le matériel et les documents électoraux dans les régions du nord et celle de Kayes. Pour que les délais électoraux puissent être tenus. Il est vrai que dans la hâte, des listes destinées à Gao se sont retrouvées à Tombouctou, celles de Tombouctou à Yelimané. Mais au moins les délais constitutionnels ont été respectés.


    Un détail : lorsque le président de l’ADEMA, IBK, s’est rendu à Nara pour prêter main forte à Dioncounda Traoré fortement menacé par ses concurrents de l’opposition, ce fut à bord d’un avion affrété par Michel Tomi.


    Y a-t-il véritablement des accointances entre les deux hommes dans le domaine des affaires? Peut-on sérieusement évoquer une implication d’IBK dans » le blanchiment aggravé en bande organisée« « l’abus de biens sociaux « , « le faux en écriture » toutes choses qui valent à Tomi l’ouverture d’une information judiciaire à son encontre par le parquet de Paris?
    Difficile d’y répondre en l’état actuel des enquêtes.


    Il reste, cependant, que cette affaire porte un coup sévère à IBK et, par ricochet, au Mali.
    IBK a été élu – ou plutôt plébiscité – (le mot est de lui-même) par plus de 77% des électeurs parce qu’ils avaient foi en son intégrité. A la création du RPM, le 30 juin 2001, le doigt ponté sur le palais de Koulouba alors occupé par le président Alpha Oumar Konaré, l’homme avait lancé sur un ton de défi : « Je jure devant Dieu de n’avoir jamais soustrait un sou du Mali pour mon usage personnel « . Ce contrat de confiance entre lui et le peuple malien est désormais atteint. Il est certes prématuré d’affirmer dans quelle mesure il l’est, mais le fait est là, indéniable. Un homme comme IBK ne peut entretenir des liens très suivis, presque intimes (à en juger par l’article de nos confrères Gérard Davet et Fabrice Lhomme) avec un personnage aussi décrié comme Michel Tomi (il a déjà été condamné pour « corruption active « rappelons-le) sans s’exposer à une perte de son intégrité auprès du public.

    D’autant plus que cette affaire « Tomi « survient deux mois à peine après celle du marché d’acquisition d’accessoires pour les forces de défense d’un montant de près de 70 milliards de FCFA, attribué dans des conditions douteuses à une petite SARL dont le promoteur se verra propulsé, peu de temps après, » conseiller spécial « du président de la République.
    Assurément, il y a comme quelque chose de pourri au Mali sous le règne débutant d’IBK comme jadis au royaume du Danemark à l’époque de Hamlet.

    Le porte-parole du gouvernement malien, Mahamane Baby, a réagi en invoquant » les valeurs d’intégrité et de rigueur morale (d’IBK) qui n’ont jamais été remises en cause par qui que ce soit « . Il faut plus qu’une incantation pour prouver aux Maliens que lesdites valeurs, reconnues chez IBK un certain temps, sont demeurées intactes et inviolées.
    Ce qu’il faut, c’est une déclaration publique du président de la République sur l’honneur affirmant qu’il n’entretient pas des relations d’affaires ni pécuniaires avec un personnage douteux, de surcroit condamné pour «corruption active» et que si les enquêtes en cours établissaient le contraire, il quitterait la charge suprême de l’Etat malien. Pour « l’honneur du Mali « .

    Là oui, avec un tel argument, IBK pourrait espérer conserver encore l’estime voire la confiance de ses concitoyens, profondément choqués par la révélation de cette affaire assurément inattendue.

    Quant à affirmer que l’article du journal « Le Monde « « au-delà de la personne du chef de l’Etat, veut jeter le discrédit sur les efforts inlassables de toute une nation pour sortir d’une crise sans précédent » ce type d’argutie, usé jusqu’à la corde, ne trompe plus personne. Nous sommes devant une affaire de droit commun dans laquelle il s’agit de savoir qui a fait quoi. Un point, c’est tout. La politique n’a rien à y voir.


    Pour le Mali, les dégâts pourraient être incommensurables. En effet, si les preuves de la collusion entre le président du Mali et un homme présumé appartenir à la mafia corse étaient formellement démontrées, les partenaires techniques et financiers pourraient être plus regardants sur l’opportunité et la manière de dépenser l’argent de leurs contribuables dans notre pays. Quant aux investisseurs de tous bords, ils préfèreraient sans doute se rendre sous d’autres cieux où leurs ressources seraient mieux sécurisées.
    Au total, et IBK et le Mali gagneraient à ce que les soupçons, qui pèsent désormais sur le président, soient levées. Et que toute la lumière soit faite sur cette affaire dont le Mali n’avait nullement besoin en cette période de sortie de crise qui s’écrit en pointillé. Et le plus tôt serait le mieux.
    Par Saouti Labass HAIDARA

    0 0

    Quand le vieillard sénile Valère Somé assassine
    le bras gauche de Thomas Sankara
    le jeune Valère Somé rédacteur du DOP 1983

    par Yanick Toutain
    REVACTU
    23/5/2015



    Depuis 2011, Valère Somé, devenu un traitre ayant assassiné le jeune Valère Somé a boycotté toute tentative
    1° de débat sur le DOP 1983 et la théorie
    2° de débat sur le programme égalitariste nécessaire aux Damnés de la Terre dont le DOP se faisait l'avocat
    3° de débat sur la tactique ou la stratégie révolutionnaire pour renverser la Rectification Compaoré puis la Rectification N° 2 Zida-Kafando mise en place par les traitres Hervé Ouattara
    4° de débat sur l'organisation du peuple en CDR, en CNR et en CIRAf panafricain
    On voit donc les deux faux Sankara, le traitre avocat Bénéwendé et Mariam occuper les médias pour faire la promotion des élections coloniales de la Transition esclavagiste !!!



    Le drame Inoussa Sawadogo c'est la trahison de Sankara PAR TOUS ses ANCIENS COMPAGNONS
    Je n'ai pas trouvé UN SEUL ex membre des CDR de Thomas Sankara pour MENER LA CAMPAGNE de RECONSTRUCTION des CDR du peuple !!
    PAS UN SEUL !!

    SAMEDI 1 NOVEMBRE 2014


    Lettre ouverte à Valère Somé : Appelez à la reformation de CDR (Comités de Défense de la Révolution) pour que le peuple burkinabé prenne le pouvoir


    une missive à Valère Somé
    par Yanick Toutain
    RevActu
    1/11/2014

    Quand Blaise Compaoré était le bras droit de Thomas Sankara, en 1983 et pendant 4 ans, vous vous étiez son bras gauche. Pas militaire mais civil, leader étudiant marxiste-léniniste tiers-mondiste proto-égalitariste un des dirigeants de l'ULC-R . Vous avez rédigé un des textes les plus fondateurs de cette révolution burkinabé 1983-1987 : Le DOP , le discours d'orientation politique.
    Un texte qu'une baderne militaire comme l'imposteur Yacouba Isaac Zida serait totalement incapable d'écrire ou de prononcer !
    Vous avez vécu en exil, puis êtes revenu à Ouagadougou comme universitaire, anthropologue.
    J'ai tenté, dès que vous avez revendiqué la paternité du DOP, de dialoguer avec vous. En vain.
    Aujourd'hui, vous êtes au pied du mur : Ce que je vous demandais, "à froid" depuis des mois ; enseigner aux jeunes les CDR et le modèle alternatif d'humanocratie dont ont besoin  les Africains et toute l'humanité, vous devez l'enseigner dès demain, place de la Révolution. Là o^sont morts plus de 30 martyrs révolutionnaires.

    Votre rôle est HISTORIQUE Valére !
    Si, demain vous apparaissiez pour APPELER LE PEUPLE à former des COMITES DE BASE DE DEFENSE DE LA REVOLUTION et à désigner UN pour 25 des délégués révocables.... ce n'est pas seulement la FACE DU BF qui serait changée mais la face de TOUTE L'AFRIQUE et de toute la planète !
    C'EST LE SEUL MODELE HUMANOCRATIQUE !
    Vous pouvez encore plus peser sur l'histoire que par le DOP !!
    PRENEZ VOS RESPONSABILITES
    MAXIMISEZ VOTRE PRODUCTIVITE HISTORIQUE

    J'écrivais ceci cet après-midi
    "Les seuls qui peuvent prétendre s'appeler SANKARISTES aujourd'hui ils SONT EN TRAIN D'APPELER LE PEUPLE à CONSTRUIRE des COMITES DE DEFENSE DE LA REVOLUTION
    Chaque COMITE DE BASE doit désigner un DELEGUE DE BASE
    Les autres prétendus "sankaristes" ne sont que des farceurs donnant dans l'escroquerie intellectuelle !"


    S'ils sont 250 000 manifestants demain dimanche pour crier ZIDA DEGAGE ! IIls doivent former 10 000 groupes de 25 et choisir 10 000 délégués de base
    S'ils sont 1 million sur la place de la Révolution demain, ce sont 40 000 délégués de base qui doivent être désignés
    En se groupant par 25 ils choisiront 1600 délégués de conseil puis 64 délégués députés et donc 2 DELEGUES NATIONAUX !
    Pour un GOUVERNMENT DE 10 DELEGUES NATIONAUX IL FAUT QUE 4 MILLIONS de burkinabés désignent leurs délégués révocables !S'ils sont 250 000 manifestants demain dimanche pour crier ZIDA DEGAGE ! IIls doivent former 10 000 groupes de 25 et choisir 10 000 délégués de base
    S'ils sont 1 million sur la place de la Révolution demain, ce sont 40 000 délégués de base qui doivent être désignés
    En se groupant par 25 ils choisiront 1600 délégués de conseil puis 64 délégués députés et donc 2 DELEGUES NATIONAUX !
    Pour un GOUVERNMENT DE 10 DELEGUES NATIONAUX IL FAUT QUE 4 MILLIONS de burkinabés désignent leurs délégués révocables !

    CE TEXTE N'A RECU AUCUNE REPONSE


    L'ARROGANCE ET LE MEPRIS
    DE L'UNIVERSITAIRE COMPRADORE
    VALERE SOME
    TRAITRE A LUI-MEME


    0 0

    par Yanick Toutain
    REVACTU
    26/5/2015

    A sa sortie d’audience, Mariam Sankara a confié que :
    « Je ne pouvais pas ne pas venir au Conseil national de la Transition.
     Un Conseil national né de l’insurrection populaire qui a entraîné ce changement ».
     Les organes de la transition, à l’entendre, ont été favorables à l’ouverture du dossier Thomas Sankara.
    Ce qu’apprécie positivement l’ancienne première dame du Burkina.
    Et de poursuivre que : « N’eut été l’insurrection, je ne serai pas là aujourd’hui, au Burkina. Le CNT étant la représentation du peuple, c’est de mon devoir de venir transmettre mes salutations pour le travail qu’ils font et pour leur engagement à combattre l’impunité dans ce pays ».

    LIRE AUSSI

    SAMEDI 23 MAI 2015



    LA HONTE SUR CES SOUTIENS AU CNT

    TRANSITION = RECTIFICATION BIS
    BAS LES PATTES SUR LE CORPS DE THOMAS SANKARA

    Burkina: des "ossements" exhumés de la tombe supposée de Sankara
    Des "ossements" ont été exhumés de la tombe supposée contenir la dépouille de l'ex-président burkinabé Thomas Sankara, a affirmé l'avocat de sa famille à l'AFP. Il avait été assassiné en 1987 lors d'un coup d'État.

    "Je peux certifier que dans la tombe supposée être celle de Thomas Sankara, des restes ont été exhumés. En tant qu'avocat représentant la famille, nous avons constaté aux environs de 8h35, à 45 cm de profondeur les premiers ossements", a déclaré Me Benwendé Stanislas Sankara. Il assiste à l'exhumation dans le cimetière de Dagnoën, un quartier de Ouagadougou.(Romandie.com)


    Le candidat rabatteur des élections coloniales Bénéwendé Sankara instrumentalise le corps du plus grand des Africains.
    En même temps qu'il combat frontalement le programme de Thomas Sankara, en même temps qu'il combat les CDR, le CNR, qu'il combat depuis des années la mise en place des délégués révocables du peuple sans élections, l'avocat Me Bénéwendé Sankara a passé alliance avec les assassins du RSP et leur chef Zida et leurs magistrats pourris pour mener campagne.
    Chacune de ses larmes est une infamie.

    ASSASSINER THOMAS SANKARA UNE DEUXIEME FOIS
    MARIAM SANKARA VENUE ENTERRER LES CDR


    Quant à celle qui félicitait un des complices des assassins de son mari - Hollande - pour son élection en 2012, elle est venue au Burkina Faso assassiner Thomas Sankara une deuxième fois.
    Mariam Sankara est venue participer à l'ENTERREMENT DÉFINITIF DES CDR de THOMAS SANKARA,

    JEUDI 4 DÉCEMBRE 2014



    "Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu."
    Thomas Sankara 4 avril 1986

    "... beaucoup étaient venus pour fêter la disparition de ces fameux CDR.
    Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
    Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
    Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
    [Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
    [Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
    Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
    Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
    Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
    [Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.
    Nous savons que nous CDR, nous ne sommes pas parfaits.
    Nous le savons, mais nous continuons de rechercher dans ce monde les exemples de perfection.
    Nous CDR, avons eu à exercer le pouvoir populaire.
    Sur le plan politique, sur le plan économique, sur le plan militaire, sur tous les plans de la vie nationale, à tous les niveaux de la vie des Burkinabè, nous, CDR, sommes impliqués directement.
    Il est donc important que nous comprenions que la marche correcte des CDR a une conséquence bénéfique et heureuse pour chacun de nous.
    Se détourner des CDR, c'est se faire à soi-même du tort ; à moins que l'on ne soit en mesure de quitter le Burkina Faso.
    Nous avons besoin des CDR et nous aurons toujours besoin des CDR quelle que soit la forme qu'un jour ils pourraient prendre.

    "Nous ne pouvons pas accepter de mettre les CDR de côté.
    Il n'y a pas deux Burkina Faso.
    Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR.
    Il commence avec les CDR et finit avec les CDR.
    [Applaudissements] C'est pourquoi, il faut que là où il n'y a pas encore des CDR qu'ils soient rapidement constitués.
    Partout où se trouvent des Burkinabè, le premier réflexe doit être pour eux de constituer un Comité de défense de la révolution parce qu'ils sont et existent grâce à la révolution.
    Et s'ils ne le font pas, ils vont à l'encontre de la révolution et il n'y a pas de raison qu'ils bénéficient des bienfaits de la révolution.


    Vous avez commenté la photo de Desire Guinko.

    Objectivement qui d'autres que maître @[100001850765721:2048:Bénéwendé Stanislas Sankara] méritait d'être le candidat des Sankaristes?je ne suis pas de son parti mais blague apart,que les gens arrêtent de prendre les autres pour des nez percés...ceux qui luttent c'est eux qui ont le merite!c'est clair et net.

    ‪#‎Transition‬ ‪#‎RSP‬ ‪#‎ZIDADEGAGE‬‪#‎BasLesPattesSurThomasSankara‬ !
    Ce ne sont pas les ASSASSINS RSP qui peuvent se permettre de METTRE LA MAIN SUR LES SANKARISTES MORTS !
    Que tous ces GENS quittent le cimetière et ATTENDENT qu'un CNR dirige le FASO !
    Seul un CNR sankariste est LEGAL pour EXHUMER quoi que ce soit !
    Et ce n'est pas la VOIX de la VEUVE TRAITRESSE PRO ZIDA PRO HOLLANDE qui peut dire quoi que ce soit !
    Elle trahit l'héritage CDR de Thomas Sankara depuis 27 ans et son départ !!!
    TOUT LE POUVOIR AUX CDR ! TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE !
    Formez des CDR de 25 et désignez vos délégués dé base !!
    https://www.facebook.com/groups/bf2pointo/permalink/508357535979221/


    Vous avez commenté la photo de Desire Guinko.

    Objectivement qui d'autres que maître @[100001850765721:2048:Bénéwendé Stanislas Sankara] méritait d'être le candidat des Sankaristes?je ne suis pas de son parti mais blague apart,que les gens arrêtent de prendre les autres pour des nez percés...ceux qui luttent c'est eux qui ont le merite!c'est clair et net.

    Charles Bado
    Cousin, je suis effectivement encore plus sankariste que Thomas... TOUT LE MESSAGE EGALITARISTE.... je prone de l'appliquer dès le PREMIER JOUR


    Vous avez commenté la publication deTamboura Tamson.
    ‪#‎Transition‬ ‪#‎RSP‬ ‪#‎ZIDADEGAGE‬‪#‎BasLesPattesSurThomasSankara‬ !
    Ce ne sont pas les ASSASSINS RSP qui peuvent se permettre de METTRE LA MAIN SUR LES SANKARISTES MORTS !
    Que tous ces GENS quittent le cimetière et ATTENDENT qu'un CNR dirige le FASO !
    Seul un CNR sankariste est LEGAL pour EXHUMER quoi que ce soit !
    Et ce n'est pas la VOIX de la VEUVE TRAITRESSE PRO ZIDA PRO HOLLANDE qui peut dire quoi que ce soit !
    Elle trahit l'héritage CDR de Thomas Sankara depuis 27 ans et son départ !!!
    TOUT LE POUVOIR AUX CDR ! TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE !
    Formez des CDR de 25 et désignez vos délégués dé base !!
    https://www.facebook.com/groups/bf2pointo/permalink/508357535979221/


    Vous avez commenté la publication deTamboura Tamson.
    ‪#‎Transition‬ ‪#‎RSP‬ ‪#‎ZIDADEGAGE‬‪#‎BasLesPattesSurThomasSankara‬ !
    Ce ne sont pas les ASSASSINS RSP qui peuvent se permettre de METTRE LA MAIN SUR LES SANKARISTES MORTS !
    Que tous ces GENS quittent le cimetière et ATTENDENT qu'un CNR dirige le FASO !
    Seul un CNR sankariste est LEGAL pour EXHUMER quoi que ce soit !
    Et ce n'est pas la VOIX de la VEUVE TRAITRESSE PRO ZIDA PRO HOLLANDE qui peut dire quoi que ce soit !
    Elle trahit l'héritage CDR de Thomas Sankara depuis 27 ans et son départ !!!
    TOUT LE POUVOIR AUX CDR ! TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE !
    Formez des CDR de 25 et désignez vos délégués dé base !!
    https://www.facebook.com/groups/bf2pointo/permalink/508357535979221/

    ‪#‎Transition‬ ‪#‎RSP‬ ‪#‎ZIDADEGAGE‬‪#‎BasLesPattesSurThomasSankara‬ !
    Ce ne sont pas les ASSASSINS RSP qui peuvent se permettre de METTRE LA MAIN SUR LES SANKARISTES MORTS !
    Que tous ces GENS quittent le cimetière et ATTENDENT qu'un CNR dirige le FASO !
    Seul un CNR sankariste est LEGAL pour EXHUMER quoi que ce soit !
    Et ce n'est pas la VOIX de la VEUVE TRAITRESSE PRO ZIDA PRO HOLLANDE qui peut dire quoi que ce soit !
    Elle trahit l'héritage CDR de Thomas Sankara depuis 27 ans et son départ !!!
    TOUT LE POUVOIR AUX CDR ! TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE !
    Formez des CDR de 25 et désignez vos délégués dé base !!
    https://www.facebook.com/groups/bf2pointo/permalink/508357535979221/

    ‪#‎Transition‬ ‪#‎RSP‬ ‪#‎ZIDADEGAGE‬‪#‎BasLesPattesSurThomasSankara‬ !
    Ce ne sont pas les ASSASSINS RSP qui peuvent se permettre de METTRE LA MAIN SUR LES SANKARISTES MORTS !
    Que tous ces GENS quittent le cimetière et ATTENDENT qu'un CNR dirige le FASO !
    Seul un CNR sankariste est LEGAL pour EXHUMER quoi que ce soit !
    Et ce n'est pas la VOIX de la VEUVE TRAITRESSE PRO ZIDA PRO HOLLANDE qui peut dire quoi que ce soit !
    Elle trahit l'héritage CDR de Thomas Sankara depuis 27 ans et son départ !!!
    TOUT LE POUVOIR AUX CDR ! TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE !
    Formez des CDR de 25 et désignez vos délégués dé base !!


    Yanick Toutain a partagé une publication.
    ‪#‎Transition‬ ‪#‎RSP‬ ‪#‎ZIDADEGAGE‬‪#‎BasLesPattesSurThomasSankara‬ !
    Ce ne sont pas les ASSASSINS RSP qui peuvent se permettre de METTRE LA MAIN SUR LES SANKARISTES MORTS !
    Que tous ces GENS quittent le cimetière et ATTENDENT qu'un CNR dirige le FASO !
    Seul un CNR sankariste est LEGAL pour EXHUMER quoi que ce soit !
    Et ce n'est pas la VOIX de la VEUVE TRAITRESSE PRO ZIDA PRO HOLLANDE qui peut dire quoi que ce soit !
    Elle trahit l'héritage CDR de Thomas Sankara depuis 27 ans et son départ !!!
    TOUT LE POUVOIR AUX CDR ! TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE !
    Formez des CDR de 25 et désignez vos délégués dé base !!

    Vous avez commenté la publication deTamboura Tamson.

    EXHUMATION DES RESTES DE THOMAS SANKARA : « ON A TROUVÉ DES OSSEMENTS ET MÊME BIEN PLUS » (ME AMBROISE FARAMA)  Les travaux d’exhumation des restes du président Thomas Sankara et de ses 12 compagnons tués le 15 octobre 1987 ont débuté ce 25 mai 2015. Sur 13 tombes, les experts n’ont pu qu’exhumer que deux tombes.  Environ 10 heures de temps, c’est le temps qu’ont mis les experts pour l’exhumation des restes de Thomas Sankara et de ses compagnons d’infortunes assassinés le 15 octobre 1987.  Sur 13 tombes, les experts ont pu exhumer selon l’un des avocats Me Ambroise Farama que deux tombes. Sans préciser les noms de ceux qui sont inscrits sur les épitaphes, l’avocat a déclaré que compte tenu de l’instruction, « je ne peux en dire plus ». Mais selon nos informations, la tombe du président Thomas Sankara n’est pas encore concernée.  « Les travaux d’expertises ont commencé, il faut reconnaitre que c’est travail laborieux, on a commencé depuis 9h et jusque-là on a pu expertiser deux tombes, il reste encore onze autres tombes à ouvrir. On a trouvé des restes, des ossements et même bien plus », dit-il.  Les onze autres tombes devraient être ouvertes demain selon l’avocat. Par ailleurs ce dernier espère qu’à travers ces exhumations, ils pourront retrouver des objets ou autres choses qui vont booster l’enquête.  Plus tôt ce lundi matin, la gendarmerie nationale a investi le cimetière de Dagnoën où les 13 tombes se trouvent et mises sous scellés. La police scientifique est également présente sur les lieux, ainsi que des services de pompes funèbres.  Journalistes et curieux font le pied de grue  © Burkina24   Seuls les proches des défunts, convoqués, ont accès au cimetière. Des curieux sont amassés à plusieurs mètres de l’entrée, sous surveillance des forces de l’ordre. Ce dispositif a été déployé afin de permettre aux juges et aux experts de travailler en toute quiétude.  Chose que ne comprennent pas les badauds. Pour eux, même si les citoyens n’ont pas accès au lieu des travaux, que les journalistes en soient au moins témoins.  Les curieux regardant de loin le cimetière  © Burkina24  Les curieux regardant de loin le cimetière © Burkina24  « Qu’est-ce qui prouve qu’ils exhument vraiment les restes« , s’interroge un citoyen. « S’ils viennent dire qu’ils n’ont pas trouvé Thomas Sankara là-bas, qu’est-ce qui prouve que c’est vrai ?, continue-t-il, on a vu ici avec l’affaire du juge Salifou Nébié, ce que le médecin français est venu faire« .  Un autre citoyen ajoute que pendant 27 ans, « personne ne gardait la tombe de Thomas Sankara« .  Une manifestation spontanée a été organisée par les quelques badauds présents. Mais après quelques moments d’explication, les forces de l’ordre et les manifestants ont fini par se comprendre, permettant de libérer l’entrée du cimetière.  Pour rappel, deux experts burkinabè et un français devront examiner les restes des défunts afin de déterminer les causes de leur décès, ceci dans le cadre de la réouverture du dossier Thomas Sankara et de ses 12 compagnons dans des circonstances non encore élucidées par la justice.  Bienvenue APIOU avec Abdou ZOURE

    Transition RSP ‪#‎BasLesPattesSurThomasSankara‬ !
    Ce ne sont pas les ASSASSINS RSP qui peuvent se permettre de METTRE LA MAIN SUR LES SANKARISTES MORTS !
    Que tous ces GENS quittent le cimetière et ATTENDENT qu'un CNR dirige le FASO !
    Seul un CNR sankariste est LEGAL pour EXHUMER quoi que ce soit !
    Et ce n'est pas la VOIX de la VEUVE TRAITRESSE PRO ZIDA PRO HOLLANDE qui peut dire quoi que ce soit !
    Elle trahit l'héritage CDR de Thomas Sankara depuis 27 ans et son départ !!!
    TOUT LE POUVOIR AUX CDR ! TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE !
    Formez des CDR de 25 et désignez vos délégués dé base !!


    Vous avez répondu à votre commentaire.
    Par ailleurs, il sont 1896 personnes qui viennent depuis 3 jours de se connecter depuis le Faso sur mon blog pour lire mon article dénonçant les TRAITRES DU BALAI à CHIOTTES
    http://revolisationactu.blogspot.com/2014/12/revolution-volee-au-burkina-faso-les-4.html
    LES COLLABOS VONT BIENTÔT VOIR ARRIVER LA 3° REVOLUTION SANKARISTE !!


    Vous avez répondu à votre commentaire.

    Objectivement qui d'autres que maître @[100001850765721:2048:Bénéwendé Stanislas Sankara] méritait d'être le candidat des Sankaristes?je ne suis pas de son parti mais blague apart,que les gens arrêtent de prendre les autres pour des nez percés...ceux qui luttent c'est eux qui ont le merite!c'est clair et net.

    Gnoumou Gnoumou
    Je milite contre l'impérialisme depuis 1973
    L'Etat français a saboté 7000 heures de mon travail et a commencé à me persécuter en 1987, l'année où il a assassiné Thomas Sankara
    Je suis devenu mendiant en 1991 SDF en 2000
    ET VOUS RAMENEZ VOTRE SCIENCE !!
    Vous êtes QUI pour avoir cette ARROGANCE PUANTE.... en défense d'une TRAITRESSE qui ASSASSINE SON MARI POUR LA 2° FOIS....

    BAS LES PATTES SUR LE CORPS DE THOMAS SANKARA !!


    Vous avez commenté votre publication.
    Mon compteur Blogspot m'annonce 2294 lecteurs pour cet article avec une pointe géante le 23 mai (samedi)
    Je vois aussi un total ahurissant de 1896 connexions vers mon blog depuis le Burkina Faso
    La plupart probablement depuis Facebook
    Mais je ne sais toujours pas quelle page Facebook est à l'origine de ces visites massives...


    Vous avez commenté la publication deKorodjo Coulibaly.
    Les milices d'auto défense sont évidemment une NECESSITE face à des TERRORISTES
    Ce qui manque ce sont des COMITES DE DELEGUES REVOCABLES pour COMMANDER ces milices et REMPLACER IBK et son gouvernement collabo !


    Vous avez commenté la publication deMali Dambe.
    Photo de Mali Dambe.
    Photo de Mali Dambe.
    Sans délégués révocables cela ne servira à rien...
    Les Togolais s'épuisent en manifestations depuis 2012 pour RIEN !


    Vous avez commenté la publication deChris Ernesto.
    A BAS LE



    Thomas Sankara B24

    LES RESTES SUPPOSÉS DE THOMAS SANKARA EXHUMÉS : « JE N’AI PAS PU CONTENIR MES LARMES », ME SANKARA

    Les experts burkinabè et français, commis pour l’exhumation des restes du capitaine Thomas Sankara et de ses 12 compagnons d’infortune sont à leur deuxième jour de travail ce mardi 26 mai 2015, au cimetière de Dagnoën. Des ossements et des morceaux de vêtements ont été retrouvés dans la tombe supposée du père de la Révolution d’Août 83.
    11h33. Les restes présumés de la tombe du capitaine Thomas Sankara ont été exhumés. Selon Me Bénéwendé Sankara, ils ont trouvé des ossements et des morceaux de tissus.
    « À l’intérieur on vient de finir avec les restes du capitaine Thomas Sankara, ils viennent d’entamer celle de Gouem Abdoulaye. Les opérations se poursuivent. Pour le capitaine, on a trouvé bien sûr ses restes, ses vêtements. Maintenant, il appartient aux experts de faire un travail d’experts ».
    A la question de savoir quel a été son sentiment lorsqu’il a vu les ossements, le président de l’UNIR/PS affirme que ça été affligeant. « Je n’ai pas pu retenir mes larmes », a-t-il lâché.
    Après celle du capitaine Sankara, le leader de la révolution, les restes de Somda Der sont en exhumation. Ce qui portera le nombre des tombes exhumées à cinq sur treize. Les travaux se poursuivront jusqu’à l’exhumation entière des tombes.
    Bienvenue APIOU
    Burkina 24



    TRANSITION TRAHISON
    ZIDA DEGAGE

    La trahison de la veuve de Thomas Sankara atteint des sommets d'ignominie : Occupée à se faire recevoir par les assassins du RSP - des assassins qui tuaient encore après le 30 octobre -.
    Elle revient au Faso pour légitimer cette transition.
    "samedi 16 mai 2015
    Présente au Burkina pour répondre au juge d’instruction sur l’affaire Thomas Sankara, Mariam Sankara a été reçue, vendredi 15 mai, par le président du Conseil national de la Transition (CNT) Cheriff Moumina Sy. Accompagnée par des leaders des partis sankaristes, l’assurance lui a été donnée par la représentation nationale sur le dénouement de l’ensemble des dossiers de crimes, en particulier celui de Thomas Sankara.A sa sortie d’audience, Mariam Sankara a confié que :
    « Je ne pouvais pas ne pas venir au Conseil national de la Transition.
     Un Conseil national né de l’insurrection populaire qui a entrainé ce changement ».
     Les organes de la transition, à l’entendre, ont été favorables à l’ouverture du dossier Thomas Sankara.
    Ce qu’apprécie positivement l’ancienne première dame du Burkina.
    Et de poursuivre que : « N’eut été l’insurrection, je ne serai pas là aujourd’hui, au Burkina. Le CNT étant la représentation du peuple, c’est de mon devoir de venir transmettre mes salutations pour le travail qu’ils font et pour leur engagement à combattre l’impunité dans ce pays »." (source)
    Ils sont des milliers de lecteurs à être venus cette semaine lire l'article qui démasque les traitres du Balai à chiottes qui ont mis Zida au pouvoir.
    2324 lecteurs qui sont restés à lire ce texte plus de 4 minutes en moyenne.
    Ils sont 1928 lecteurs qui se sont connectés depuis le Burkina Faso pour lire Revactu.
    Dont la plus grande partie est venue depuis Facebook pour lire cet article "Révolution volée au Burkina Faso"
    1928 lecteurs du Faso quand ils n'étaient que 1060 lecteurs venus de France.

    MERCREDI 3 DÉCEMBRE 2014


    Révolution volée au Burkina Faso. Les 4 traîtres du 30-31 octobre: Hervé Ouattara, Serge Smockey Bambara, Guy Hervé Kam et Sams'K le Jah


    présentation et commentaires
    Yanick Toutain
    RevActu
    2/12/14


    Hervé Ouattara: "Au départ, nous avons
    voulu inciter Gilbert Diendiéré,
    lui-même, à perpétrer un coup d’Etat".

    "

    Hervé Ouattara: "On a discuté entre nous et finalement, c’est nous qui avons gagné. Sams’K Le Jah et Hervé Kam, qui sont arrivés plus tard, étaient dans la même logique que Smockey et moi. Finalement, nous avons dit à Zida de prendre ses responsabilités",


    Hervé Ouattara: "j’ai découvert monsieur Bambara qui est un militaire. C’est lui qui m’a informé qu’il se pourrait que le général Kouamé Lougué vienne notre la secours pour prendre Kosyam"




    0 0

    Stéphane Hessel
    supporter de Blaise Compaoré
    ex-dictateur du Burkina Faso
    Assassin de Thomas Sankara
    présentation Yanick Toutain
    REVACTU
    27/5/2015

    Stéphane Hessel soutenait la pire dictature en Afrique, celle de l'assassin de Thomas Sankara... mais les médias français oublient de le dénoncer comme tel.Il magouillait avec des antisémites déguisés en antisionistes pour aller boycotter Israël pendant que Bolloré faisait 80% de ses profits en Afrique et que la terreur Compaoré Diendéré Zida RSP assassinait Justin Zongo.Les regards des jeunes des quartiers étaient détournés vers Israel au lieu de l'Afrique aux 100 millions d'enfants morts depuis 25 ans !Une belle escroquerie qui fonctione encore !!
    Et maintenant, le fasciste franceàfric Stéphane Hessel est un "indigné"..Une belle imposture propagée par Europe 1
    Florence Augier, héritière du fasciste
    supporter de Blaise Compaoré
    ex-dictateur du Burkina Faso
    Assassin de Thomas Sankara

    Image Sébastien Tronche


    C’est la motion la moins médiatique du Congrès du PS, la C, dite "des militants", menée par Florence Augier, le petit poucet du congrès de Poitiers. Héritière de la motion 4portée en 2012 par l’indigné Stéphane Hessel, cette motion a comme fait d’arme le soutien de Lucienne du Petit Journal. Suffisant pour atteindre les 12% espérés ?
    Toujours est-il que, face aux craintes de magouilles exprimées par la motion B des frondeurs, la motion C veut croire qu’il n’y aura "pas plus de magouilles que d’habitude". Et Florence Augier, première signataire de la motion, d’espérer, lors d’une conférence de presse en (très) petit comité ce mardi 19 mai au siège du PS :
    Je veux croire qu’au PS il y a plus de gens honnêtes que de gens malhonnêtes. J’ai confiance.
    En revanche, des réunions militantes dans les fédérations remonte le sentiment de pressions "des caciques locaux". Florence Augier dénonce :


    .... mais les vérités de mes articles finissent toujours, même plusieurs années après, par trouver leur public !
    CE ARTICLE A ETE ECRIT EN 2013

    Le principal soutien médiatique du dictateur africain Compaoré assassin de Sankara vient de mourir : Stéphane Hessel


    L'indignation a ceci de génial qu'étant l'affect rousseauiste
    par excellence elle donne le sentiment d'être iconoclaste
    tout en appartenant à la majorité. Elle consiste à hurler avec
    la meute tout en persuadant l'indigné qu'il est son seul maître.
    Elle a l'air de la révolte, mais c'est un sédatif.
    Dormez, braves gens, faites comme tout le monde, indignez-vous!


    Raphaël Enthoven, Matière première, NRF/Gallimard, 2013.
    (citation Facebook :Françoise Lipchitz )
    Quand il est l'heure de renverser le capitalisme, l'indignation est,
    comme le réformisme, un camouflage subtile de la protection du système.
    Elle est à ce titre, in fine, une politique contre-révolutionnaire
    qui se place juste avant le fascisme. Mais sa fonction fondamentale
    est strictement la même : Saboter toute possiblité de
    construire un véritable pouvoir du peuple.
    Un pouvoir du peuple formé de groupes de délégués révocables
    dont le premier véritable acte gouvernemental
    consistera en l'abolition définitive du capitalisme
    YT infra
    Jean Guion, () -t-il publié en 1991, un ouvrage à la gloire de
    Blaise Compaoré () Il se trouve que ce livre est préfacé par Stéphane Hessel.
    Voilà ce qu’il écrit : « Dès ma première rencontre avec Blaise Compaoré,
    peu après son accession à la Présidence, j’ai reconnu en lui 
    un homme franc et déterminé, passionné par l’avenir de son peuple, 
    tel que me l’avait décrit mon ami Jean Guion.
    S’il y a eu des risques de dérive, et je peux en témoigner,
    ce ne fut jamais du fait de Blaise Compaoré mais d’organisations,
    d’hommes et de femmes, qui gardaient le secret espoir,
    au mieux de détourner le Président Compaoré
    de ses objectifs démocratiques,
    au pire de tuer dans l’œuf ses ambitions et ses espoirs.
    Et puis il y avait les réalistes, ceux qui, de par le monde,
    n’ont jamais douté. Ceux qui ont osé, et qui ont même risqué,
    non pas les dérives, mais l’espoir, quelques soient leurs fonctions
    ou leurs engagements politiques. Parmi ceux-ci, et je demande
    à l’avance pardon à ceux, nombreux,
    que je ne peux nommer faute de place,
    il y avait Pierre Messmer, Louis Michel, Solange Troisier,
    Jacques Pelletier, Stéphane Hessel, Michèle André,
    Jean Marie Cavada, Christiane Papon, Romano Prodi,
    Michel Rocard, Claudine Joseph,
    Jack Ralite, la regrettée Alice Saunier Seïté
    Puis cette chaîne d’amis s’est étendue en Europe,
    en Amérique, en Asie, au Moyen Orient et en Afrique
    bien sûr, créant une véritable famille d’adoption de la cause
    d’un homme et de son Peuple ! Comment ne pas évoquer mes frères,
    Jean Bertho avec qui nous montions parfois des stratégies dignes
    d’une bande dessinée pour établir un relationnel susceptible
    d’objectivité, et Pascal Chaigneau, Administrateur Général du CEDS,
    qui alla jusqu’à risquer la survie de son outil professionnel
    pour appuyer la démocratie burkinabè naissante…
    Tous avaient une certaine forme de foi et, comme le disait le poète,
    il n’était pas utile de leur dire d’espérer ! Et comme ils ont eu raison d’espérer…
    C’est ainsi qu’à travers le monde nous avons réunis
    des amis du Burkina Faso qui étaient avant tous, soyons objectifs
    une fois encore, des amis du Président Blaise Compaoré.

    Je ne suis personnellement qu’un ami parmi tant d’autres.
    Peut être plus intransigeant et plus vigilant que les autres,
    ce qui m’est parfois reproché. Mais c’est ainsi …
    Après plusieurs dizaines d’années d’amitié et
    de complicité je ne changerai plus …
    Je n’ai, en fait, avec des milliers d’autres, fait que mon devoir
    à un moment où l’amitié n’était pas
    un simple slogan mais une pierre fondatrice.
    Jean Guion parlant (Faso.net) de son
    lobby criminel international
    en soutien à l'assassin Blaise Compaoré

    Assassiné le 15 octobre 1987, le plus grand des Africains de toute l'Histoire, Thomas Sankara, avait émergé sur la scène politique par ce que les imbéciles appelaient un "coup d'Etat" et qui n'était que la Révolution Voltaïque de Aout 1983. La nécessaire cassure en deux de l'appareil d'Etat répressif avait été opéré de l'intérieur, comme au Portugal ou comme en mars 2012 au Mali. Ce furent donc 4 années de révolisation que connut le Burkina Faso. L'alliance de la formoisie compradore et de la bourgeoisie esclavagiste mondiale, le sabotage des stalinofascistes et la construction du complot impérialiste rassemblant Foccart, Houphouet, Kadhafi et Compaoré eurent raison de l'expérience. La première véritable expérience antiformoise sur le continent s'achevait le 15 octobre 1987 dans le sang.
    Thomas Sanakara mourait après avoir tenté de mettre en oeuvre une politique où les paysans pauvres, les femmes et les jeunes étaient les priorités.
    Le comploteur Blaise Compaoré, le "meilleur ami", devint donc dictateur et dirigeant d'un Front Populaire dont le caractère populaire n'était qu'une farce et donc le caractère frontal n'était que la violence des crimes commis pour le perpétuer.
    Ne citons que le jeune lycéen Justin Zongo assassiné en 2011 ou le journaliste Henri Segbo-Norbert Zongo assassiné pour s'être trop approché des réseaux criminels du pouvoir de Compaoré.
    Terreur Compadore, chanson en hommage à Norbert Zongo assassiné par Blaise Compaoré et son gang franceàfric © Amadis & Toutain

    Le plus efficace des propagandistes de cette barbarie africaine vient de mourir - Stéphane Hessel.
    Il était la vitrine médiatique principale du chef de réseau du lobby - Jean Guion.
    Stéphane Hessel s'était fait une réputation mondiale avec un texte creux dont se régalait la formoisie inquiète. Il réussit à hypnotiser les jeunes Espagnols par un discours creux et sans perspective.
    Il était "indigné" ! La belle affaire !
    Quand il est l'heure de renverser le capitalisme, l'indignation est, comme le réformisme, un camouflage subtile de la protection du système. Elle est à ce titre, in fine, une politique contre-révolutionnaire qui se place juste avant le fascisme. Mais sa fonction fondamentale est strictement la même : Saboter toute possibilité de construire un véritable pouvoir du peuple. Un pouvoir du peuple formé de groupes de délégués révocables dont le premier véritable acte gouvernemental consistera en l'abolition définitive du capitalisme
    Des centaines d'articles se sont acharnés à faire connaitre qui était véritablement Stéphane Hessel ! Mais la machine médiatique franceàfric était trop puissante. Et cette opération de camouflage put fonctionner jusqu'à la mort de l'imposteur.
    Voici un florilège d'articles ayant, dans le passé, tenté de rétablir la vérité concernant ce fidèle ami du directeur régional de la plantation franceàfric : Blaise Compaoré.
    Pour commencer, découvrons que la prétendue "neutralité" de Wikipédia se concilie très bien avec le crime :
    (S. Hessel) Ses liens avec l'Afrique sont profonds. Il est ainsi invité à Ouagadougou par Blaise Compaoré en 1991 pour exposer à la commission charger d'élaborer la nouvelle constitution, les principes qu'elle doit suivre[68] et il participe par deux fois à des missions de réconciliation au Burundi en 1993 et 1995[69].
    En 2007, Stéphane Hessel, va fêter, chez son ami Compaoré le 20° anniversaire de l'assassinat de Thomas, le 20° anniversaire du crime de 1987.
    Il est alors interviewé par un des principaux journaux du pays : le Faso. Face à un criminel qui martyrise le peuple burkinabé depuis deux décennies, il va aligner les lieux communs et les propos dithyrambiques.
    LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
    Stéphane Hessel : "J’ai vu en Blaise Compaoré un homme passionné par l’avenir de son peuple" lundi 15 octobre 2007
    Ancien résistant, déporté durant la Seconde Guerre mondiale après laquelle il participera à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, Stéphane Hessel qui a le titre d’Ambassadeur de France, a collaboré à la réflexion sur les institutions démocratiques dont le Burkina Faso s’est doté à partir de 1991. Dans ce témoignage sur Blaise Compaoré, il explique comment il a convaincu celui-ci de faire preuve de compréhension envers Joseph Ki-Zerbo, alors en exil, et Halidou Ouédraogo, militant des Droits de l’Homme.
    Dès ma première rencontre avec Blaise Compaoré, peu après son accession à la Présidence, j’ai reconnu en lui un homme franc et déterminé, passionné par l’avenir de son peuple, tel que me l’avait décrit mon ami Jean Guion.
    Il souffrait de l’injuste image d’usurpateur que lui infligeait la façon dont il avait mis un terme au règne de son prédécesseur, ami, compagnon des premières années de la révolution, Thomas Sankara, dont il avait condamné les excès et redouté l’évolution dictatoriale.
    J’avais pu me mettre à sa disposition pour réfléchir sur les institutions démocratiques dont il souhaitait doter le Burkina Faso.
    Je n’oublierai jamais l’accueil généreux qu’il m’a réservé en me proposant de participer aux travaux d’une Commission de futurs responsables à qui seraient transmis le respect des Droits de l’Homme et le souci de la pluralité démocratique.
    Je n’eus pas de peine à le convaincre de faire preuve de compréhension à l’égard d’anciens opposants du régime comme le grand historien de l’Afrique, Joseph Ki-Zerbo, ni à traiter comme une critique légitime celle des défenseurs des Droits de l’Homme come mon ami Halidou Ouedraogo.
    Durement frappé par la mort de son fils, Blaise Compaoré a su préserver la paix et la sécurité dans son pays, allier la modernité et le renouveau des grandes traditions mossi autour du Mogho Naba et jouer un rôle précieux de médiateur dans les conflits qui ont atteint cette région de l’Afrique.
    Il est aujourd’hui un des Chefs d’Etat expérimenté et respecté du Sahel. Ma sincère amitié lui est acquise.
    Sur Billets d'Afrique, l'association Survie tentait, en 2012, de briser la muraille franceàfric de mensonge sur ce Hessel cireur de chaussures pleines de sang africain qu'est le dictateur Blaise Compaoré :

    Survie France
    Accueil du site > Billets d’Afrique > 2012 > 210 - février 2012 > Indignez-vous M. Hessel !
    Indignez-vous M. Hessel !
    Publié le 2 février 2012 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...
    Le mois dernier nous attirions l’attention sur Jean Guion, attaché au service de Blaise et qui a été élevé au grade de Grand Officier de l’Ordre du Burkina Faso pour service rendu à son président. Et pour cause : attaché à son service rapidement après la mort de Sankara, il n’a cessé depuis de vanter son image.
    Ainsi a-t-il publié en 1991, un ouvrage à la gloire de Blaise : « Blaise Compaoré, réalisme et intégrité » où il écrit « Le président du Faso vit en ascète. Rien ne lui appartenait en propre : ni domaine, ni voiture ni fortune au Burkina encore moins à l’étranger ». « Blaise Compaoré est un homme qui a horreur des passe- droits, des privilèges et ne tolère pas le népotisme. »
    Il se trouve que ce livre est préfacé par Stéphane Hessel. Voilà ce qu’il écrit : « Dès ma première rencontre avec Blaise Compaoré, peu après son accession à la Présidence, j’ai reconnu en lui un homme franc et déterminé, passionné par l’avenir de son peuple, tel que me l’avait décrit mon ami Jean Guion. »
    Certes Stéphane Hessel prend quelques précautions, mais Jean Guion continue à chanter les louanges de Blaise Compaoré. Mieux il continue à citer Stéphane Hessel parmi ses amis.
    Sans renier votre amitié, M. Hessel, et puisque des amis devraient tout se dire : pourriez-vous peut-être demander à Jean Guion de se faire plus discret à votre égard. Surtout quand il s’agit de défendre un homme au passif aussi lourd que Compaoré.
    Celui-là même qui a éliminé un indigné précurseur : Thomas Sankara.
    Le principal complice de S. Hessel dans cette opération de blanchiment d'un assassin était Jean Guion. Celui-ci expliquait tranquillement, sur ce même Faso.net, journal du Burkina Faso, comment fonctionnait son lobby criminel. On comprend mieux la place qu'occupait Stéphane Hessel dans ce dispositif de protection du crime franceàfric.
    Jean R. Guion : « Avec l’arrivée de Blaise Compaoré, certains ont vu se briser leurs rêves de jeunesse … après les échecs de Cuba, du Nicaragua... »vendredi 12 octobre 2007
    Jean R. Guion est Juriste de formation, président de l’Alliance Francophone. Par amitié et fidélité au président Blaise Compaoré (qu’il a connu au milieu des années 70 lorsque celui-ci était jeune stagiaire militaire en France), il a fondé en 1987, le CISAB (Conseil International de Solidarité avec le Burkina Faso) afin de mobiliser au profit du Burkina Faso et de son président toutes formes de solidarité.
    Depuis quand et dans quelles conditions le CISAB a-t-il été créé ?
    JRG : Avant de commencer cet entretien, je voudrais vous préciser, que c’est la première fois, en 20 ans, que j’accepte de répondre, en temps que Président du CISAB, aux questions d’un journaliste ! J’ai toujours considéré que la réserve et la discrétion étaient des critères fondamentaux de réussite et d’efficacité. Et puis nous ne sommes que des amis au service d’une cause ! Mais ce vingtième anniversaire de l’arrivée au pouvoir d’un ami, qui précède de quelques mois le vingtième anniversaire du CISAB, vaut bien la livraison de quelques confidences.
    Le CISAB a été créé, soyons réalistes, à une époque où les institutionnels internationaux ne considéraient pas, pour d’absurdes raisons, le Burkina Faso et ses dirigeants comme « fréquentables ». Nous avons donc essayé, tant bien que mal, de « rectifier » l’image d’un pays et d’un homme que certains prenaient plaisir, sans risque d’ailleurs, à salir et à déformer.
    J’ai toujours pensé que l’amitié était la plus précieuse des richesses. C’est donc avec elle que nous avons géré la communication, sans agence, de l’événement et des moments importants, voire décisifs, de l’histoire du Burkina Faso, qui ont fait ce qu’il est devenu aujourd’hui.
    L’histoire du CISAB c’est aussi l’histoire d’une amitié et d’une fraternité nées onze ans plus tôt, qui m’ont uni à un homme, dont j’ai découvert puis apprécié les grandes qualités, puis à son Peuple dont j’ai rapidement découvert qu’il avait les mêmes. C’est ainsi que j’ai appris à aimer le Burkina Faso, à le découvrir et à tenter de mieux le faire connaître à travers le monde.
    A l’époque ce n’était pas très facile de trouver des amis prêts à s’engager, sans contre parties, pour la défense d’une démocratie naissante et d’un pays qui n’avait rien d’autre à offrir que la valeur de ses hommes, la chaleur de son accueil et l’intégrité de son esprit. Un pays qui tentait de sortir d’un cauchemar politique que d’autres autour d’eux, parfois leurs compagnons, cautionnaient aux noms d’idéologies d’un autre âge.
    L’objectif du CISAB c’était de parvenir à réunir des amis, à travers le monde, prêts à remplir un véritable apostolat, celui d’expliquer, il y a vingt ans, que le Burkina Faso pouvait devenir ce qu’il est aujourd’hui et, convenons-en, ce n’était pas évident ! Pourtant il suffisait d’écouter attentivement les propos cohérents et visionnaires de Blaise Compaoré ! En 1992 : « Démocratie et Développement doivent aller de pair...Que peut bien signifier la liberté et la dignité pour des personnes qui survivent du maïs de la Beauce et du sorgho du Kansas ? ». En 1995 : « La castration des libertés s’est toujours accompagnée d’une paupérisation à vaste échelle des populations africaines … ». En 1997 : « Les Pays qui ont oublié le travail sont des Pays qui ferment boutique.... » Pour ne citer que ceux-ci !
    Nous avons donc créé, puis consolidé, une chaîne d’amis, qui avaient tous en commun une certaine conception de l’homme et de la démocratie, qui se sont investis au niveau de leurs institutions et quelles que soient leurs fonctions, modestes ou importantes, dans le développement du Burkina Faso et dans l’espoir de voir réussir la mise en place de la démocratie par Blaise Compaoré.
    Il y a vingt ans, au Burkina Faso et autour du Burkina Faso, il y avait à l’intérieur ceux pour qui l’arrivée de Blaise Compaoré, et donc de la démocratie, constituait un véritable couperet à leurs ambitions personnelles, ceux qui avaient compris que leurs idéologies allaient devenir solubles dans l’Etat de droit … Il y avait ceux qui, en Europe, « voyaient se briser leurs rêves de jeunesse … après les échecs de Cuba, du Nicaragua … » et j’en passe. Je peux me permettre, après vingt ans, de lever un coin du voile de notre histoire commune. Ces propos m’ont en effet été tenus par le Président d’une Commission des Affaires Etrangères d’un grand pays européen pour qui ses rêves personnels semblaient avoir plus d’importance que ceux de liberté et de développement du peuple burkinabè. Il y avait aussi ceux, peut être les pires, qui doutaient, ceux qui, aussi prudents qu’hypocrites, « craignaient les dérives… » !
    C’était mal connaître l’homme, Blaise Compaoré, sa détermination démocratique, son intégrité « têtue » dès lors que les intérêts de son peuple étaient en jeu, son réalisme qui lui faisait prévoir la chute du Mur de Berlin bien des années avant celle-ci et alors que, souvenez-vous en, certains dirigeants occidentaux, et non des moindres, doutaient encore de cette réalité alors que l’événement était avéré !
    S’il y a eu des risques de dérive, et je peux en témoigner, ce ne fut jamais du fait de Blaise Compaoré mais d’organisations, d’hommes et de femmes, qui gardaient le secret espoir, au mieux de détourner le Président Compaoré de ses objectifs démocratiques, au pire de tuer dans l’œuf ses ambitions et ses espoirs.
    Et puis il y avait les réalistes, ceux qui, de par le monde, n’ont jamais douté. Ceux qui ont osé, et qui ont même risqué, non pas les dérives, mais l’espoir, quelques soient leurs fonctions ou leurs engagements politiques. Parmi ceux-ci, et je demande à l’avance pardon à ceux, nombreux, que je ne peux nommer faute de place, il y avait Pierre Messmer, Louis Michel, Solange Troisier, Jacques Pelletier, Stéphane Hessel, Michèle André, Jean Marie Cavada, Christiane Papon, Romano Prodi, Michel Rocard, Claudine Joseph, Jack Ralite, la regrettée Alice Saunier Seïté…
    Puis cette chaîne d’amis s’est étendue en Europe, en Amérique, en Asie, au Moyen Orient et en Afrique bien sûr, créant une véritable famille d’adoption de la cause d’un homme et de son Peuple ! Comment ne pas évoquer mes frères, Jean Bertho avec qui nous montions parfois des stratégies dignes d’une bande dessinée pour établir un relationnel susceptible d’objectivité, et Pascal Chaigneau, Administrateur Général du CEDS, qui alla jusqu’à risquer la survie de son outil professionnel pour appuyer la démocratie burkinabè naissante… Tous avaient une certaine forme de foi et, comme le disait le poète, il n’était pas utile de leur dire d’espérer ! Et comme ils ont eu raison d’espérer…
    C’est ainsi qu’à travers le monde nous avons réunis des amis du Burkina Faso qui étaient avant tous, soyons objectifs une fois encore, des amis du Président Blaise Compaoré. Je ne suis personnellement qu’un ami parmi tant d’autres. Peut être plus intransigeant et plus vigilant que les autres, ce qui m’est parfois reproché. Mais c’est ainsi … Après plusieurs dizaines d’années d’amitié et de complicité je ne changerai plus … Je n’ai, en fait, avec des milliers d’autres, fait que mon devoir à un moment où l’amitié n’était pas un simple slogan mais une pierre fondatrice.
    J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié le court portrait critique que m’a consacré le Journal du Jeudi, il y a quelques mois, publication avec laquelle personne ne peut me soupçonner de collusion, et qui déclarait que j’étais un des premiers à avoir « cru à la bonne étoile du Capitaine Compaoré… ». ! Aucun mérite, en réalité, de croire en son ami.
    Quels sont les objectifs du CISAB et comment fonctionne-t-il ? 
    JRG : Le CISAB fonctionne comme une association loi 1901 à l’échelle internationale, avec une implantation sur cinq continents de plus de 9000 adhérents, dont près de 5000 en Europe. Le reste est réparti essentiellement sur l’Asie, l’Afrique, le Moyen Orient et l’Amérique du Sud. Si nous n’avons que quelques membres aux Etats Unis, nous avons en revanche une importante délégation au Québec avec environ 500 adhérents.
    Quelles sont ses principales activités ? 
    JRG : Outre notre publication bimensuelle, « Burkina Faso Info », nous organisons des séries de conférences à travers le monde pour mieux faire connaître le Burkina Faso, très souvent au sein des Universités ou dans le cadre d’associations constituées par nos amis. Bien avant que ce ne soit la mode, nous avons intuitivement initié ce que l’on appelle maintenant la coopération décentralisée en rapprochant des communautés burkinabè de villes, de régions ou de communautés étrangère. C’est le CISAB qui fut un des initiateurs des premières journées de coopération décentralisée. Nous n’avions, en fait, qu’interprété un vœu du Président Compaoré qui souhaitait s’impliquer personnellement pour remercier les associations qui aidaient son pays. Je me souviens des angoisses protocolaires et sécuritaires qui furent les nôtres lorsque nous organisâmes la première réunion de coopération décentralisée dans une charmante ville du Rhône, à Saint Fons, grâce à nos amis Roland Chiavazza et Jean Paul Grollemund, le dynamique Consul honoraire du Burkina Faso à Lyon.
    Projet un peu fou que celui de réunir, dans une même salle, des représentants les plus divers, de toutes obédiences politiques ou religieuses, de toutes origines sociales qui n’avaient en commun que leurs farouches volontés d’aider, selon l’importance de leurs moyens, au développement du Burkina Faso. Ce qui nous inquiétait le plus c’était la volonté du Président Compaoré de s’adresser directement à ces représentants que personne ne contrôlait. Il fallait s’attendre aux questions les plus intelligentes comme aux plus saugrenues. Ce fut le cas, et le Président, comme d’habitude avec patience et humour, fit face à cette épreuve comme aucun Chef d’Etat occidental n’a jamais osé et n’osera sans doute jamais le faire.
    Quel est le profil de ses membres ? 
    JRG : Le profil de nos membres je l’ai esquissé dans la réponse précédente. Il va du très haut responsable politique international au citoyen lambda. Chaque membre du CISAB qu’il soit en France, en Belgique, au Japon, en Thaïlande, en Afrique du Sud ou au Québec, est un des maillons d’une chaîne d’amitié dont nous nous réjouissons qu’elle s’élargisse chaque jour un peu plus à travers le monde.
    Que pensez-vous de l’image du Burkina en France ? 
    JRG : S’agissant de l’image du Burkina Faso en France elle est devenue lentement mais sûrement excellente. Qu’on aime ou pas le Président Compaoré et son régime, force est de constater que les résultats sont là ! Le pays tourne, la démocratie fonctionne, la liberté de la presse est assurée, l’économie, en dépit de tous les facteurs qui défavorisent le développement, est en croissance permanente … Certes vous trouverez toujours, ici et ailleurs, des critiques, et c’est heureux car stimulant ! Par ailleurs vous ne pourrez jamais empêcher, en ce siècle comme dans les cents à venir, d’entendre s’exprimer des nostalgiques de la Monarchie ou de l’Empire. Il en est ainsi à travers le monde… Cela fait aussi partie de la liberté d’expression qu’il convient de respecter. Je lis, tous les jours, tout ce qui concerne le Burkina Faso à travers la presse francophone et française, et tout particulièrement régionale. C’est à travers ces lectures qu’on se fait une idée de l’image réelle du Burkina Faso et de l’estime que les « Gaulois » ont pour les Hommes Intègres.
    Aucun pays dans le monde ne peut se prévaloir de la même densité de coopération décentralisée, de jumelage, d’associations, de partenariats… Je voudrais toutefois vous préciser que c’est par courtoisie que j’ai répondu à votre question. Les pays dits démocratiques s’interrogent-ils sur la crédibilité d’une Chine qui proclame son refus de la démocratie dès lors que cette dernière signe des marchés ? Ce qui importe, c’est l’image du Burkina Faso tout court ! Pas celle qu’il peut avoir par rapport à l’ancienne puissance coloniale ou à qui que ce soit…
    Quelque 20 ans après, quel bilan pouvez-vous faire du développement du pays ? 
    JRG : On ne fait de bilan qu’en fin d’exercice ! Et il reste tant de choses à faire ! Tous ceux, dont je suis, qui ont eu l’honneur et le bonheur d’être associés à ce court moment de votre grande histoire, ne peuvent avoir qu’un sentiment mêlé d’humilité et de respect pour ces femmes et ces hommes du Burkina Faso qui, partis matériellement de rien, avec pour seules richesses leurs cultures et leurs volontés, sont parvenus à faire de leur pays un pays respecté politiquement, diplomatiquement et économiquement !
    Paradoxalement je dirais que c’est aujourd’hui que les risques de dérive sont les plus menaçants pour le Burkina Faso… Nombreux, en effet, sont les « vautours » attirés par ses succès diplomatiques qu’il n’est pas utile de citer tant ils sont nombreux et connus, économiques avec ses titres de meilleure gouvernance africaine attribuée par la Banque Mondiale, de premier producteur africain de coton, de classement dans le Top 50 du développement mondial, etc..
    Aujourd’hui, et c’est tant mieux, nombreux sont ceux qui se découvrent des affinités avec ce pays, devenu une sorte de « Suisse africaine », non par ses richesses, mais par la confiance qu’il inspire… Mais il est à craindre que certains, moins intègres que les Hommes qui le peuplent, aient le secret espoir de tirer, un jour, une part d’intérêt de ces succès et de cette réussite !
    Vous êtes aussi président d’une autre association, l’Alliance francophone ; quelles relations y a-t-il entre les deux structures ? 
    JRG : Le CISAB et l’ALLIANCE FRANCOPHONE n’ont en commun, en dehors de leur Président et de nombreux amis qui adhérent aux deux associations, que les valeurs qu’ils partagent avec des centaines de millions de gens à travers le monde dont au moins un Chef d’Etat, Blaise Compaoré.
    Vous vous êtes souvent fait l’avocat de la libre circulation des artistes et des intellectuels au sein de l’espace francophone ; avez-vous l’impression d’être entendu ? 
    JRG : C’est vrai qu’en tant que Président de l’ALLIANCE FRANCOPHONE je me suis souvent fait l’avocat, avec de nombreux autres, de la libre circulation des créateurs de richesses culturelles ou économiques au sein de l’espace francophone. Je suis en effet persuadé qu’une telle circulation contribuera activement à la promotion de cette diversité culturelle si vivement voulue, à l’exception d’un ou deux pays je crois dont les USA et Israël, par l’ensemble des pays du monde qui ont récemment signé la Convention pour la Diversité Culturelle proposée par l’UNESCO. Ai-je l’impression d’être entendu ? A dire vrai j’ai l’impression que cette proposition dérange une partie non négligeable du monde et des sociétés qui le composent repliées sur elles mêmes et qui ont peur de l’autre, de l’inconnu. Entendu je ne sais pas, écouté peut-être, avec courtoisie, « la politesse de l’indifférence » disait André Malraux. Une indifférence, hélas, très à la mode dès lors qu’il s’agit de protéger, à court terme, ses petits intérêts.
    Disons le tout net, le vrai problème reste le fantasme des migrants « envahisseurs ». Soyons d’autant plus à l’aise pour évoquer ce problème qu’il ne concerne pas le Burkina Faso. Car, comme le faisait remarquer malicieusement le Président Compaoré il y a quelques années, il y a aujourd’hui plus de français au Burkina Faso que de burkinabè en France, le risque s’inversant proportionnellement lorsqu’on sait qu’il n’y a que 14 millions de burkinabè et qu’il y a probablement plus de 65 millions de français…Là encore il faut se méfier des idées simplistes. En effet, selon le récent rapport d’un institut français de prospective publié dans la Lettre de l’Expansion, il faudra, d’ici 20 ans, trouver plus de 2 millions de travailleurs étrangers acceptant les postes refusés par les ressortissants français, faute de quoi l’économie française sera au mieux paralysée, et au pire s’effondrera !
    J’entendais récemment, avec tristesse, un homme politique et non des moindres reprocher « à l’homme africain », je le cite : « de n’être pas entré dans l’Histoire » et pire encore « de ne s’être jamais élancé vers l’avenir » ! Que serait notre Histoire, notre économie, notre musique, notre médecine, nos arts sans les apports de l’Afrique ! Qui a fermé la porte de l’Histoire ? Qui, par exemple, a contraint mon ami malien, Cheick Modibo Diarra, à quitter la France pour un stupide problème de visa, et à partir aux Etats-Unis où il est devenu un brillant dirigeant de la NASA, puis un de ceux de Microsoft ? L’homme blanc, pour paraphraser l’auteur des propos ci-dessus, a toujours cru qu’il était l’Histoire, et cette dernière n’a eu de cesse de lui rappeler, de façon de plus en plus cruelle, qu’il n’en était que l’objet ballotté par les contingences économiques et démographiques…Il serait vraiment temps que « l’homme blanc » reconsidère ses analyses d’antan et considère l’Histoire comme la biologie, cette science du vivant, qui nous a appris que l’homogénéité entraînait inexorablement l’extinction !
    Les Francophones ont des cultures et des valeurs communes, qu’ils doivent pouvoir partager et enrichir pour qu’elles survivent. Il faut donc, plus que jamais, envisager cette liberté de circulation au sein de notre espace linguistique, comme l’a fait depuis longtemps et si intelligemment le Commonwealth. Il faudra même construire des passerelles avec les lusophones et les hispanophones qui courent les mêmes risques que les nôtres. Et tant pis si l’on considère que cette idée est une utopie …Ce sont les utopies qui ont fait avancer le monde.
    Pour conclure, je dirai que l’espoir étant toujours un désespoir surmonté, je reste persuadé que cette idée de libre circulation au sein d’une même communauté francophone fera naturellement son chemin.
    Pour rester dans l’esprit de cet entretien revenons au Burkina Faso. Même si les structures étatiques riches, car la communauté francophone est aussi une des plus inégalitaires, restent frileuses pour mettre en place cette forme naturelle de solidarité, dans les faits, on le voit tous les jours au Pays des Hommes Intègres, des femmes et des hommes, des associations, des communautés, des villes, des régions francophones tracent le bon chemin, en effaçant les frontières, en métissant nos cultures, et en échangeant nos seules vraies richesses, celles de l’humanisme !
    Je crois aussi que cette liberté de circulation s’inscrit naturellement dans les aspects positifs de la mondialisation, car « les effets de la mondialisation sur les valeurs d’une nouvelle civilisation résulteront des efforts conjugués des nations pour préserver les diversités culturelles sans lesquelles naîtront de graves périls pour la paix et la stabilité du monde... » Est-il utile de vous donner le nom de l’auteur de cette citation datant de juin 2000 ? Un indice ? Il s’agit du Président d’un pays que je considère maintenant comme ma Co-Patrie !
    Interview réalisée par Cyriaque Paré
    Lefaso.net
    :
     En conclusion, un autre article intéressant tentait lui-aussi, en 2012, de mettre les projecteurs sur Stéphane Hessel
     CQFD

    Mais qu’est-ce qu’on va faire de... Stéphane Hessel
     par Thierry Degrave
    mis en ligne le 17/08/2012 -

    Spécialiste pendant trente ans de la coopération et du développement, et défenseur de relations plus justes avec les pays du Tiers-Monde, le petit père de l’indignation Stéphane Hessel s’est intéressé à l’Afrique tout au long de sa carrière. Mais, depuis son premier séjour au Congo en 1953, alors qu’il travaillait pour les Nations unies, jusqu’à ses voyages au Burkina Faso dans les années 1990, ses aventures africaines apparaissent comme une succession de déconvenues. Le mot « échec » revient d’ailleurs presque chaque fois qu’il est question du continent noir dans son autobiographie, Danse avec le Siècle (Seuil, 1997). Laquelle ressemble fort, du coup, à l’autoportrait d’un poisson rouge cherchant à faire rendre gorge à un banc de requins.

    Or, de requins, la Françafrique en est peuplée. Et de tellement carnassiers qu’ils digèrent tout ce qui leur passe sous le nez. Le chapitre que Stéphane Hessel consacre à ses amitiés avec le président burkinabé Blaise Compaoré est à ce titre assez éloquent. Les deux hommes se sont rencontrés au début des années 1990, quand le président du Burkina Faso cherchait des alliés pour ripoliner l’image internationale de son régime.

    Contacté par Jean Guion, lobbyiste français de Compaoré et président d’un nébuleux Conseil international de solidarité avec le Burkina Faso (Cisab), Hessel se rend pour la première fois à Ouagadougou, avec son épouse, en 1990. Invité officiellement pour donner une conférence sur la démocratie, il tombe en pâmoison devant l’apprenti dictateur. « Inutile de le nier, nous fûmes très séduits par cet homme intelligent, fin et qui exprimait bien ses convictions, écrit-il. Il mit l’hélicoptère présidentiel à notre disposition pour nous faire voir le barrage de Bagré et les travaux agricoles qui profiteraient de la régulation des eaux. »

    Subjugué, le vieux diplomate accepte même de rédiger une préface pour l’hagiographie que Jean Guion consacre à son champion : Blaise Compaoré, réalisme et intégrité (Berger-Levrault, 1991). Le président du Burkina, s’enthousiasme Hessel, fait partie de cette « nouvelle génération d’hommes politiques africains, épris de justice […] qui donnent à l’Afrique une nouvelle chance [1] ». Le préfacier ne s’émeut guère, à l’époque, des bruits insistants qui désignent Compaoré comme responsable de l’assassinat de son prédécesseur, Thomas Sankara. Un tantinet plus lucide, Hessel ne le condamne pourtant pas dans ses mémoires, rédigés cinq ans plus tard : « Estimant que Sankara passait les bornes de l’autoritarisme, il l’avait renversé et fait exécuter »… Vae victis.

    Toujours aussi peu indigné, Stéphane Hessel retourne à deux reprises au Burkina, dans les mois qui suivent l’élection présidentielle de décembre 1991, boycottée par toute l’opposition et par les trois quarts des électeurs burkinabés. Il s’y rend notamment en mai 1992, alors que se tiennent des élections législatives, dans le cadre d’une « mission d’observation » électorale. Menée par Pierre Messmer, grande figure de la Françafrique et grand ami de Guion, et guidée sur le terrain par des « chauffeurs » que l’on imagine bien formés, ladite mission validera sans surprise la « victoire écrasante » du parti au pouvoir, pourtant contestée par nombre d’observateurs indépendants.

    Depuis cette époque, les choses ont peu changé. Compaoré, au pouvoir depuis vingt-cinq ans, reste vissé sur son trône. Guion continue de défendre la réputation de son protecteur. Quant à Stéphane Hessel, devenu le saint patron des Indignés, valide-t-il toujours la « démocratie » burkinabée [2] ?

    Notes

    [1] On trouve sur le site du Cisab un texte signé Stéphane Hessel plus louangeur encore. Mais nulle indication sur le contexte de sa rédaction.

    [2] Stéphane Hessel ne semble pas (encore ?) avoir pris ses distances avec Jean Guion. Selon ce dernier, il serait toujours président d’honneur de L’Alliance francophone, association méconnue qui, présidée par Jean Guion himself, entend défendre à travers le monde les « valeurs véhiculées par la langue française ».

    Loading...
    0 0



    par Yanick Toutain
    1/6//2015



    Boukary Wobgo Il faut que l'État mate sans merci cette bande de délinquants. Ramantoulaye (...)
     
     mine de Karma. (...)
    ce sont des délinquants
    qu'il faut mater avec la dernière énergie

    Francis Some Yanik j sui desole mais l RSP doit les matter correctement


    Hervé Ouattara: "Au départ, nous avons voulu inciter Gilbert Diendiéré,
    lui-même, à perpétrer un coup d’Etat".
    "Hervé Ouattara: "On a discuté entre nous et finalement, c’est nous qui avons gagné. Sams’K Le Jah et Hervé Kam, qui sont arrivés plus tard, étaient dans la même logique que Smockey et moi. Finalement, nous avons dit à Zida de prendre ses responsabilités",


    Au moment où la marionnette de l'impérialisme esclavagiste français Kafando est en visite chez son maître de l'Elysée (Hollande, le financier des terroristes Ansar Eddine qui a versé 20 millions d'euros à leur chef Iyad Ag Ghali en octobre 2013),
    lundi 01 juin 2015 | 12:23Kafando à Paris : « Je voulais lui témoigner le soutien de la France dans le processus qu’il conduit », dixit François Hollande
    ...c'est la répression proto-fasciste qui est la réponse du duo Zida-Kafando à la population de Namissiguima victime d'un impérialisme vautour True Gold. Une société qui a la projet de piller le nord Burkina Faso en volant pour 1 milliard d'euros d'or en ne rendant que des miettes....
    Derrière la répression contre les habitants voisins de la mine de Karma c'est la racaille spoliatrice dont Thomas Sankara dénonçait les méfaits dans son discours d'orientation politique de 1983. Tout au début de cette révolution que haïssent publiquement la droite burkinabè et que haïssent secrètement la "gauche" du Balai à chiotte de la Transition Rectification et les gredins faux sankaristes de la clique des deux faux Sankara, la veuve traitresse Mariam et l'avocat traitre Bénéwendé.
    "En alliance avec les forces rétrogrades de la société traditionnelle, la petite-bourgeoisie intellectuelle de l’époque, dans un mépris total des masses fondamentales qui lui avaient servi de tremplin pour son accession au pouvoir, entreprit d’organiser les fondements politiques et économiques des nouvelles formes de domination et d’exploitation impérialistes. "  (Thomas Sankara DOP 1983) 

    SAMEDI 7 MAI 2011


    Thomas Sankara et les classes sociales au Burkina Faso : une étude néo-marxiste et post-marxiste en rapport avec son discours d’orientation politique du 2 octobre 1983 (1/x)


    par Yanick Toutain
    7 mai 2011
    ILS ONT TUE LUMUMBA
    POUR DES SALAIRES 50 EUROS
    ILS ONT TUE SANKARA
    L AFRIQUE EST UN GHETTO
    77
    2° REVOLUTION
    FOULES DE OUAGADOUGOU
    BIENTOT L AFRICATION
    THOMAS EST TOUJOURS DEBOUT


    81
    ILS ONT TUE LUMUMBA
    VAUTOURS DANS LA BATAILLE
    ILS ONT TUE SANKARA
    L AFRIQUE EST UN CAMP DE TRAVAIL
    84
    NOUS F'RONS DELEGATION
    FOULES DE OUAGADOUGOU
    POUR LA REVOLUTION
    THOMAS EST PARMI NOUS
    La question intelligente d'un participant Facebook déclencha la rédaction de ce texte dont le contenu avait été trop longtemps reporté.
    -existe-t-il une lutte de classe en Afrique et notamment au Burkina Faso?
    -si oui! quels sont les différentes classes sociales en présence?
    -quels sont les les intérêts de chacune de ses classes sociales ?
    Ces petits bourgeois intellectuels étaient derrière Compaoré entre 1983 et 1987. Ils sont derrière le Balai à chiottes et les faux sankaristes maintenant.

    Et donc, on voit Zida l'imposteur, Zida le voleur de révolution commencer à transformer la lvovisation en une véritable contre-révolution.
    DEPUIS LES NOTIFICATIONS
    A Namisgma ce matin!.
    Manifestation contre la reprise des travaux!.

    Photo de Abdoul Aziz Sawadogo.

    Photo de Abdoul Aziz Sawadogo.

    Photo de Abdoul Aziz Sawadogo.

    Photo de Abdoul Aziz Sawadogo.
    Alerte!.
    Les Manifestations font rage actuellement à Namisgma!.
    Plus d"une Dizaine de blessés!.
    Dieu nous protège et veille en nos frère de Rahmatoulaye

    Pour l'instant, Zida, l'adjoint de Diendéré le bourreau fait encore semblant - comme le faisait le prince Lvov en Russie de mars à juillet 1917 - d'être le protecteur de la révolution.
    Mais la poule aux oeufs d'or des impérialistes étrangers commence à réclamer du sang !
    Des appels à la répression des victimes de True Gold commencent à se multiplier parmi la formoisie et la proto-formoisie compradore

    • Boukary Wobgo Il faut que l'État mate sans merci cette bande de délinquants. Ramantoulaye n'est pas un État dans un Etat. Je pense même qu'il faut mettre le Cheick au youff. Comment un petit village peut dicter sa volonté à un État souverain. On est où là ?
    • Boukary Wobgo Francois Koala tu ne connais pas bien le problème de la mine de Karma. J'insiste et persiste que ce sont des délinquants qu'il faut mater avec la dernière énergie. Si dans les autres localités les populations se comportaient ainsi, allons nous parler de boom minier au BF?
    Francis Some Yanik j sui desole mais l RSP doit les matter correctement
    3 h · J’aime · 1

    Mais il existe des gens lucides au Faso. Des gens qui voient que la répression de Zida à Namisgma est une opération néo-coloniale .

    Francois Koala D ou le retard de l Afrique des societés etrangeres qui viennent signer des papiers appelés contrat d exploitation avec les voleurs de la republique consequences nos polpulations toujours pauvres et eux encore plus riche destruction d l environnement la santé de nos population deplorable ,ose tenter d aller en europe si tu meurs pas en route on te rappatri! Pourquoi nous nous reveillons de ce sommeil? Pourquoi toujours s assoire sur l or et d autres viennent le prendre sans qu on ne puissent en protiter?quand est ce qu on va dir non a ces zombie de blanc? Empechez les d exploiter votre or sans vous entres tués mes freres!

    Même si les caractéristiques néo-esclavagistes sont encore trop peu prises en considération.

    Hamade Ouedraogo On ne permettra pas que ces soit disant investisseurs etrangers pillent impunement nos maigres ressources minières..La population demande du concret en matières de developpement c'est tout.

    Un autres intervenant remettait à sa place le chantre de la répression RSP-Zida

    Toussaint Wobraogo Boukary Wobgo,vs parlez de boom minier ou koi? entouca pr le commun du mortel des Burrkinabe c'est le Boom de la pauvrété ils connaissent dep8 l'apparution de ce soit disant boom minier,peut êtr ke che vs c'est tout autr.Ep8,vs parliez d'Etat Souverain? mon oeil oui! Un Etat souverain incapable de negocier ne se reste qu'un taux de 30 pour cent a la faveur de l'epanouissement de son pauvre peuple qui croupit dans la misère.Si souverainété il y'a,c'est seul ce pauvre peuple qui est souverain de ses ressources,quand au sommet de l'Etat,il n'ya que des vendus de la republique capable de trahir leur propres consciences pr leurs interets


    Des assassins RSP comémorant la révolution de leurs victimes


    • Yanick Toutain #Lwili #Faso Est-ce qu'ils auraient accepté de SACRIFIER LEUR VIE les révolutionnaires MORTS le 30 octobre 2014 s'ils avaient su que le soir même, Hervé Ouattara et le Balai allaient DONNER la révolution à ZIda, l'adjoint de Diendéré et que celui-ci serait ENCORE AU POUVOIR 7 mois plus tard ?
      Est-ce que les morts du 30 octobre ne diraient pas : " JE N'AI PAS SACRIFIE MA VIE pour que ça CONTINUE PAREIL sans COMPAORE"
      http://revolisationactu.blogspot.fr/.../revolution-volee...
      Hervé Ouattara: "Au départ, nous avons
      voulu inciter Gilbert Diendiéré,
      lui-même, à perpétrer un coup d’Etat".
      "
      Hervé Ouattara: "On a discuté entre nous et finalement, c’est nous qui avons gagné. Sams’K Le Jah et Hervé Kam, qui sont arrivés plus tard, étaient dans la même logique que Smockey et moi. Finalement, nous avons dit à Zida de prendre ses responsabilités",

      Hervé Ouattara: "j’ai découvert monsieur Bambara qui est un militaire. C’est lui qui m’a informé qu’il se pourrait que le général Kouamé Lougué vienne notre la secours pour prendre Kosyam"

    • Evrard Bako C'est une honte et si cela n'est pas réglé avant la fin de la transition Zida et son pantin seront poursuivis pour haute trahison
      J’aime · Répondre · 2 · 17 min
    • Yanick Toutain Evrard Bako Cousin la TRANSITION est la boîte dans laquelle est cachée la TRAHISON 
      LE SOIR DU 30 c'est un CNR REVOLUTIONNAIRE DU PEUPLE qui aurait du prendre le pouvoir 
      APPUYE SUR DES CDR !

      C'est cela que THOMAS AURAIT VOULU !
      ET les ABRUTIS sur ces murs qui m'insultent sont envoyés pour CRACHER SUR L'HERITAGE DE THOMAS SANKARA !!
      SANKARA c'est égal à CDR !!
      LES BENEWENDISTES sont des AGENTS DES AMBASSADES !
      J’aime · Répondre · 3 · 14 min · Modifié
    • Yanick Toutain La 1° JUSTICE POUR LES MARTYRS de la REVOLUTION C'est DONNER LE POUVOIR A UN COMITE NATIONAL DE LA REVOLUTION appuyé sur des CDR
      J’aime · Répondre · 2 · 12 min
    • W Mouss Ouéd Une pensée pieuse à tous ces martyrs et que la cause pour laquelle leur sang a été versé soit vaillamment défendue pour toujours
      J’aime · Répondre · 2 · 12 min
    • Yanick Toutain Ma pensée PIEUSE pour mes CAMARADES REVOLUTIONNAIRES MORTS SUR LE FRONT ANTI FASCISTES c'est PENSER à EUX en train de REGARDER CETTE AFFICHE
      http://4.bp.blogspot.com/.../Il%2Bn'y%2Ba%2Bqu'un%2Bseul...

    • Yanick Toutain Ceux qui veulent FAIRE RECUPERATION de NOTRE COMBAT SANKARISTE anti Compaoré avec un FAUX PROGRAMME SANKARISTE PRO-ZIDA sont des IMBECILES de la PETITE BOURGEOISIE INTELLECTUELLE
      °°°°°°°°°°°°°
      Voici Thomas parlant des PRO ZIDA et de la racaille au pouvoir
      +++++++++++++++++
      "En alliance avec les forces rétrogrades de la société traditionnelle, la petite-bourgeoisie intellectuelle de l’époque, dans un mépris total des masses fondamentales qui lui avaient servi de tremplin pour son accession au pouvoir, entreprit d’organiser les fondements politiques et économiques des nouvelles formes de domination et d’exploitation impérialistes."

    ZIZANIE AU SEIN DE LA TRANSITION RECTIFICATION
    LES VAUTOURS ANTI-CDR COMMENCENT
     A SE RECTIFIER LES UNS LES AUTRES

    Des gredins de la transition Rectification font des Assemblées Générales en prétendant défendre le peuple....
    LE COLLECTIF CONTRE L’EXCLUSION RÉCLAME LA LIBÉRATION DE PASCAL ZAIDA 
    Ceci est une déclaration du Collectif anti-exclusion sur la situation de Pascal Zaida.
    Dans le cadre de nos activités, il était prévu une Assemblée Générale qui devrais se dérouler le Dimanche 31 Mai 2015 à 15h au Patrou a Bobo Dioulasso.Pour les préparatifs et enfin de réussir à cette activité, le camarade Pasacal ZAIDA s’est rendu plutôt soit le Samedi 30 Mai 2015 pour s’imprégner de l’avancé des préparatifs et de l’organisation.A notre grande surprise il a été interpelé de son hôtel par la police de Bobo Dioulasso au environ de 22h pour une interrogation qui jusqu’à présent malgré les multiples recherches dans les commissariats de polices, gendarmeries et police judiciaire, nous sommes jusqu’a présent sans nouvelle de lui.Soucieux de sa sécurité et de sa vie (après plusieurs recherches et communiqués sans nouvelle), conscient que tout cela est organisé et perpétré afin de saboter et empêcher la tenue de cette Assemblé Général qui vise non seulement à expliquer au peuple Bobolais et Burkinabè les déboires de ces autorités de transition qui après le vote de cette loi à crée une fracture profonde au sein de la société et ne favorise pas la paix, ni la cohésion sociale dans notre pays.Le Collectif Contre l’Exclusion(CCE) membre de cette coalition anti exclusion, loin de semer des troubles à l’ordre publique s’indigne de cela dit non à cette arrestation arbitraire et injustifié du camarade Pascale ZAIDA et demande sa libération immédiate et sans condition, rappelle aux autorités de transition que c’est par la volonté du peuple qu’ils sont là ou ils sont, et qu’ils ne peuvent pas restreindre , museler, ni lier notre liberté d’expression qui répondent aux aspirations du peuple par rapport à d’autres associations qui travaillent pour leurs volontés et certains des partis politiques et non pour le peuple.Nous leurs rappelons que moins d’une demi année de leurs fin de mandat que la possible prolongation dont ils aspirent, que la confiance et les espoirs placés en eux par le peuple sont perdus depuis les trois(03) premiers mois de leurs mandats.Constatant que depuis leurs arrivés aux pouvoir que la liberté est en recule pour ceux qui essaient d’exprimer la réalité dont le peuple vie, constatant qu’au lieu de s’occuper des questions d’urgence telle économique et sociales, que des questions politiques qui sont les leurs, le Collectif Contre l’Exclusion s’insurge et dit non ;A ces arrestations arbitraires et illégalesA la volonté de vouloir restreindre notre libertéA la volonté de vouloir museler certaines structures de la société civileA la volonté de vouloir exclure certaines personnalités de ces électionsA la volonté de créer une fracture idéologique au sein de la sociétéA la volonté de vouloir prolonger leurs mandatsAttire l’opinion Public de ce qui peu arriver a notre camarade sur sa vie ou son intégrité physiqueEt demande :                                    La libération immédiate et sans condition du Camarade Pascal ZAIDANous permettre de mener nos activités qui sont celle de la volonté du peuple sans inquiétudeDe la libération de certains prisonniers dits économiques pourtant politiquesDe l’abrogation de la loi du code électoralD’une déclaration situant le peuple sur leur intention et les élections du 11 octobre 2015 qui devraient mettre fin a leurs mandants.D’une distance avec certains partis politiques car le courtois et la collaboration ne favorisant pas une élection équitable qui peut mettre en péril la paix et la cohésion au BurkinaD’une démarcation avec certaines structures de la société civileDu règlement des problèmes sociaux et économiques qui sont une priorité pour nous, peuple BurkinabèDe l’érection d’un Mausolée des martyres et une journée d’hommage qui sera chômée et payée en leur honneur.Nous restons vigilants sur leurs actions et nos préoccupations dont nous sollicitons et attendons des réactions concrètes à cela !!!
     
    La Patrie ou La Mort 
    Nous Vaincrons !!!
    Le Collectif Contre l’Exclusion (CCE)

     UNE 3° REVOLUTION SANKARISTE VA BIENTÔT ECLATER

    Mais, dès que les 32000 habitants de Namisgma auront désigné leurs 1300 délégués de base, leurs 52 délégués conseillers, leurs 2 délégués députés, ces gredins de la petite-bourgeoisie intellectuelle recommenceront à raser les murs !
    La révolution recommencera sa route !
    Dès que des CDR auront été reconstruits, dès que le CNR aura été reconstruit, dès que les 720 000 délégués de base, les 28 800 délégués conseillers, les 1150 délégués députés, les 46 délégués nationaux pour le CNR et presque 2 délégués pour le CIRAf, un CNR panafricain


    15625NamisgmaBurkina FasoAfriqueTerre

    31250325001800000010000000007000000000DADA Délégateurs (tous les citoyens de +de 7 ans)
    6250650036000002000000001400000000DIBDIB
    1250130072000040000000280000000DBDélégués de base Membres des COMITES DE QUARTIERS
    250260144000800000056000000DICDIC
    505228800160000011200000DCDélégués conseillers Membres des COMITES DE VILLES
    101057603200002240000DIDDID
    22115264000448000DDDélégués députés membres de comité régionaux


    2301280089600DINDIN


    46256017920DNDélégués nationaux Membres des COMITES REGIONAUX


    95123584DIIDII


    2102717DIDélégués internationaux Membres des COMITES INTERNATIONAUX



    20143DIMDIM



    429DMDélégués mondiaux Membres du COMITE MONDIAL


    COMPLEMENT

    Burkina24 publie d'autres articles intéressants


    0 0

    Voici comment les amis de l'Empereur
     rêvent de voir les Africains en 2015.
    Ceux qu'ils ne tuent pas en France
     comme Abdoulaye Camara,
    ils divisent pas 20 leurs salaires en Afrique
    par Yanick Toutain
    3/6/2015

    19 mai 1802 création de la légion d'honneur par Napoléon 1°
    20 mai 1802 rétablissement de l'esclavage par Napoléon 1° 

    "Rose avait six ans ( Séparée de sa mère )
    La fille de Praxelle ( Acte juridictionnel )
    Vendue au plus offrant ( Par contrat à Basse-Terre )
    Elle fut vendu parce que métisse ( 19 décembre 1806 )
    "


    Les titulaires de la Légion d'Honneur sont des esclavagistes.
    Vincent Bolloré dans la promotion de la Légion d’Honneur
    Bien entendu, ils refusent de l'admettre.
    C'est pourtant bel et bien une médaille synonyme de crimes, de vol, de viols, de spoliation.
    Hollande, s'il le pouvait, donnerait la légion d'honneur à tous les soldats de Sangaris, même les violeurs d'enfants en Centrafrique.
    C'est lui qui a choisi une agresseuse d'enfants comme ministre de l'Education Nationale/ Hollande, s'il le pouvait, donnerait la Légion d'Honneur à tous les soldats de Serval, à tous ceux qui ont organisé le rétour à Ménaka des assassins du 17 janvier 2012.
    Comme Hollande, s'il ne lui donne pas la Légion d'Honneur a néanmoins versé 20 millions d'euros à Iyad Ag Ghali pour services rendus.
    Ce psychopathe avait été envoyé par Sarkozy, Compaoré et le Qatar assassiner 82 militaires maliens le 24 janvier 2012 à Aguel Hoc.....
    N'oublions pas ATT qui tentait de joindre au téléphone les précédents.... le 20 janvier de la même année....
    Les pourris de la bourgeoisie esclavagiste payent 50 euros leurs esclaves africains !



    les larbins de Bolloré

    ont menacé leur leader

    "si tu continues on va te tuer"

    menaces contre Michel Agbor



    Les représentants des autorités

    ont arrêté le syndicaliste

    les esclaves ne doivent pas protester

    pour les larbins sarkozystes
    ====



    10 000 planteurs 50 euros

    ça fait pas cher à leur verser

    les assassins sont un cadeau

    pour les esclaves de Bolloré

    Bravo Tardi ! le 20 mai 1802, lendemain de la création de la Légion d'honneur, Napoléon rétablissait l'esclavage.

    19 mai 1802 création de la légion d'honneur par Napoléon 1°
    20 mai 1802 rétablissement de l'esclavage par Napoléon 1°

    "Rose avait six ans ( Séparée de sa mère )
    La fille de Praxelle ( Acte juridictionnel )
    Vendue au plus offrant ( Par contrat à Basse-Terre )
    Elle fut vendu parce que métisse ( 19 décembre 1806 )
    "
    (Ne Les Ecoutez pas)
    Le dessinateur Tardi vient de refuser la légion qui lui a été attribuée « d’autorité » le 1er janvier et qu’il refuse voulant « rester un homme libre et ne pas être pris en otage par quelque pouvoir que ce soit ».(source : brève Médiapart)
    Il s'insurge sur le fait d'avoir été pris par surprise "m'attribuer d'autorité et sans m'en avoir informé au préalable, la Légion d'honneur ! "
    « Je ne suis pas intéressé, je ne demande rien et je n'ai jamais rien demandé. On n'est pas forcément content d'être reconnu par des gens qu'on n'estime pas. »
    LA LEGION DES BARBARES SANS HONNEUR
    « Etant farouchement attaché à ma liberté de pensée et de création, je ne veux rien recevoir, ni du pouvoir actuel, ni d'aucun autre pouvoir politique quel qu'il soit », poursuit Jacques Tardi.« C'est donc avec la plus grande fermeté que je refuse cette médaille. »
    Tardi fait bien !
    Cette médaille instaurée le 19 mai 1802 est pleine de sueur, de sang, de crimes, de barbarie !
    L’ordre national de la Légion d’honneur est l'institution qui, sous l'égide du grand chancelier et du grand maître, est chargée de décerner la plus haute décoration honorifique française. Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense depuis ses origines les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation. (...) Les premières nominations sont publiées en septembre 18034. Quatre grades sont créés : « légionnaire », « officier », « commandant » et « grand officier ». Les insignes sont fixés par décret le 22 messidor an XII (11 juillet 1804) : une étoile d'argent pour les légionnaires, une étoile d'or pour les autres grades. Le 26 messidor (15 juillet 1804)5 a lieu en la chapelle des Invalides la toute première remise de Légion d’honneur par Napoléon Bonaparte aux officiers méritants au cours d’une fastueuse cérémonie officielle, la première de l’Empire. La remise des insignes se fait selon un appel alphabétique des récipiendaires (tous des civils), signe de respect par le nouveau régime du principe révolutionnaire d’égalité6. Napoléon décore pour la première fois des militaites lors de la deuxième cérémonie au Camp de Boulogne le 16 août 1804. La légion d'honneur s'adresse dès les origines aussi bien aux civils qu'aux militaires, on prête d'ailleurs à Napoléon la célèbre phrase : « Je veux décorer mes soldats et mes savants »7.(Wikipédia)
    L'HONNEUR ET L'ESCLAVAGE
    Ce que personne ne vient rappeler aux récipiendaires c'est qu'accepter une telle décoration crée le 19 mai 1802, c'est cautionner la barbarie criminelle qui fut promulguée le lendemain : le rétablissement de l'esclavage qu'avait aboli Robespierre en 1794 !
    Sur Hérodote.net Fabienne Manière commente "Un décret mal inspiré"
    Dans ce contexte, le Premier Consul est encouragé à abolir le décret de Pluviôse par Cambacérès, avocat des planteurs, et sa propre femme, Joséphine de Beauharnais, issue d'une riche famille créole de la Martinique, les Tascher de la Pagerie ; l'un et l'autre mettent en avant les difficultés des milieux d'affaires coloniaux depuis l'abolition de 1794.
    Il signe enfin le décret par lequel il légalise à nouveau l'esclavage dans les colonies où il perdure.
    L'esclavage revient à priver les hommes de couleur de leur citoyenneté et les travailleurs des plantations de leur salaire ; les maîtres ont le droit de punir leurs esclaves sans passer par la justice civile.
    Le décret du 30 floréal An X (20 mai 1802)
    AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, BONAPARTE, premier Consul, PROCLAME loi de la République le décret suivant, rendu par le Corps législatif le 30 floréal an X, conformément à la proposition faite par le Gouvernement le 27 dudit mois, communiquée au Tribunat le même jour.
    DÉCRET. 
    ART. Ier Dans les colonies restituées à la France en exécution du traité d'Amiens, du 6 germinal an X, l'esclavage sera maintenu conformément aux lois et réglemens antérieurs à 1789.
    II. Il en sera de même dans les autres colonies françaises au-delà du Cap de Bonne-Espérance. 
    III. La traite des noirs et leur importation dans lesdites colonies, auront lieu, conformément aux lois et réglemens existans avant ladite époque de 1789. 
    IV. Nonobstant toutes lois antérieures, le régime des colonies est soumis, pendant dix ans, aux réglemens qui seront faits par le Gouvernement 
    Par-delà son caractère immoral, le décret du 30 floréal va avoir pour la France un résultat désastreux en poussant à la révolte les anciens esclaves de Saint-Domingue et en précipitant la perte de l'île.
    Mais le Premier Consul ne s'en tient pas à la légalisation de l'esclavage. Animé par un sentiment «raciste» qui le distingue de la plupart de ses contemporains, encore pétris de l'esprit desLumières, il prend plusieurs mesures qui renouent avec le préjugé de couleur des décennies précédentes et l'aggravent nettement...
    Il y a donc un trait d'égalité entre ces deux mesures : l'une achète la conscience des formois (formois civils et formois militaires) et des bourgeois de 1802 et l'autre rétablit le pire crime contre l'humanité qui soit : l'esclavage.
    (Paroles et musique : Yanick Toutain 2006)
    (à la petite Rose née libre en 1800 et victime de l'esclavagiste Napoléon en 1806 et merci à Claude Ribbe dont le livre "Le crime de Napoléon" a inspiré ce texte basé sur une anecdote réelle : la fuite de 50 Guadeloupéens destinés à la vente, nageant jusqu'à Haïti et prévenant les Haïtiens de la trahison (page 165). Merci à lui pour ces vérités historiques dont celle de la petite Rose page 104)
     Ne vous rendez pas Ils vous tendent un piège
    J'ai fui la Guadeloupe Vous rejoindre par la mer
    Ne les écoutez pas Ils préparent un siège
    Ils avancent la troupe Ils ont sorti les fers

    Ici à Saint-Domingue Ils veulent vous endormir
    Sous les ruses du tyran Ils préparent le supplice
    Ils cachent sous leur langue Les mots pour vous punir
    Ils cachent aux innocents Les projets de leurs vices

    Ne vous rendez pas Rompez la trêve
    Leclerc est hypocrite Il vous cache leur rage
    Ne vous désarmez pas Conservez votre rêve
    Bientôt la réussite Gardez votre courage

    Les bateaux sont en route Le commerce recommence
    Depuis la Françafrique Arrivent vos remplaçants
    Quittez le moindre doute Vos morts pour Richepance
    C'est la suite logique En vous exterminant

    Rose avait six ans ( Séparée de sa mère )
    La fille de Praxelle ( Acte juridictionnel )
    Vendue au plus offrant ( Par contrat à Basse-Terre )
    Elle fut vendue parce que métisse ( 19 décembre 1806 )

    Ne vous rendez pas Ce ne sont que ruses
    Pour vos généraux Leur plan est écrit
    Ne les écoutez pas Ils violent ils abusent
    Tous leurs mots sont faux Ils veulent toutes vos vies

    Ne vous rendez jamais Ils veulent l'esclavage
    Le vol du travail Gardez libres vos bras
    Ne les écoutez jamais Leurs lois sont leurs cages
    Gardez la bataille Restez au combat

    Ne les écoutez pas Ils vous tendent un piège
    J'ai fui la Guadeloupe Vous rejoindre par la mer
    Ne les écoutez pas Ils préparent un siège
    Ils avancent la troupe Ils ont sorti les fers


    Mais ce rétablissement nécessitera des comportements génocidaires que dénonça récemment l'excellent Claude Ribbe dans son livre "Le Crime de Napoléon" :
    NAPOLEON ET HITLER
    Selon Claude Ribbe, face à la résistance des citoyens français qu'on voulait mettre en esclavage au motif qu'ils étaient dans cette situation avant le soulèvement d'août 1791, Leclerc décida d'exterminer la population de Saint-Domingue au-dessus de douze ans selon un critère « racial », utilisant notamment le gazage au dioxyde de soufre, les noyades et l'usage de chiens dressés. L'auteur estime le nombre de victimes à plusieurs dizaines de milliers.
    Claude Ribbe, s'appuyant sur de nombreux témoignages inédits1, met également en évidence les déportations en Corse et à l'île d'Elbe qui accompagnèrent ces massacres et la mise en œuvre, sur le territoire français métropolitain, d'une législation raciale qu'il met en comparaison avec les lois de Nuremberg. L'armée fut épurée de ses officiers de « couleur » et les mariages « mixtes » furent interdits, en contradiction avec les dispositions du code civil. Claude Ribbe souligne que Claude Ambroise Régnier, ministre de la Justice et auteur de cette initiative, dictée par Napoléon, est au Panthéon.(...)
    La couverture de l'ouvrage évoque la visite de Hitler, venu s'incliner à Paris aux Invalides sur le tombeau de l'Empereur, qu'il admirait, avant de « rendre » à la France vaincue les cendres de l'Aiglon dont le cercueil entrerait aux Invalides porté par des SS. Claude Ribbe révèle par ailleurs l'existence d'un film à la gloire de Napoléon produit en Allemagne par Goebbels dans les années mille neuf cent trente et inspiré d'une œuvre de Mussolini. (Wikipédia)


    Mais, les récipiendaires sont aussi les complices de ce qui accompagne le rétablissement de l'esclavage et qui est un des fonds structurels du capitalisme : le racisme en tant que pathologie fondamentale inoculée par le système.
    LE RACISME VISCERAL DE NAPOLEON :
    "JE SUIS POUR LES BLANCS, PARCE QUE JE SUIS BLANC"
    Sur la page du site Hérodote - citée supra - Fabienne Manière rappelait le racisme viscéral de Napoléon
    Après la Révolution, le Premier Consul reprend cette tradition tardive. «Je suis pour les blancs, parce que je suis blanc. Je n'ai pas d'autre raison, et celle-la est la bonne,» aurait-il déclaré au Conseil d'État en 1802. Il exclut de l'armée des officiers «de couleur», parmi lesquels le père d'Alexandre Dumas.
    Bonaparte supprime aussi d'un trait de plume l'Institution nationale des Colonies, créée 5 ans plus tôt à l'instigation de l'abbé Grégoire pour promouvoir les enfants des colonies quelle que soit leur couleur de peau. Les 22 élèves noirs de l'institution, qui étaient appelés à devenir officiers, sont affectés comme simples tambours dans autant de régiments.
    HOLLANDE DISTRIBUE DES HOCHETS ESCLAVAGISTES : LA LEGION D'HONNEUR
    En même temps qu'il attaque le Mali
    par MISMA-nord-Qatar-AnçarEddine
    et par MISMA-sud-lespsychopathestueursdelArméeFrançaise
    Ce racisme a une fonction actuelle : dénigrer l'Africain.
    Il faut, en effet, qu'il existe une sorte de justification morale à l'application de la loi du 1/20° en Afrique.
    Il faut que le Français puisse croire en une fatalité métaphysique dans le fait que Vincent Bolloré puisse être autorisé à payer 1/20° du SMIC de France à Kienké, au Cameroun.... et dans toutes les plantations néo-esclavagiste qu'il trouva dans les coffres de la banque pourrie - Rivaud - qu'il récupéra de la Franceàfric gaulliste...
    Hollande boucle la boucle : il distribue des hochets esclavagistes.
    Pendant qu'il soutient Ançar Eddine et le MNLA - les deux groupes criminels qui commenèrent l'attaque contre le Mali. Normal : celle-ci, coordonnée par ATT, le président, était une arnaque Franceàfric-Qatar pour aller occuper Bamako et ouattariser toute la gauche malienne !
    Il faut bien perpétuer l'esclavage à 50 euros en Afrique !
    Les Esclaves de Bolloré (une médaille et des troupes pour perpétuer 50 €/mois) © Yanick Toutain
    Tardi a bien agi !
    Qu'il continue ainsi et fasse une petite BD pour les cousins africains : qu'il nous montre comment les Communeux décidèrent de CONSTRUIRE LA REVOCABILITE des DELEGUES DEPUTES !
    Cet exemple inspirera les résistants anti-esclavagistes.... en Afrique et ailleurs...
    Il sera un outil pour la construction de gouvernement de délégués révocables !
    Pour en finir avec l'esclavage, Napoléon, Bolloré, François Hollande et ces médailles esclavagistes : la Légion des barbares sans honneur !

    0 0


    Farid Zighem, père de la victime
    "J"ai eu l'information par un OPJ
     qu'il y avait eu "début de poursuite"
    par Yanick Toutain
    3/5/2015

    Farid Zighem, père de la victime
    "J"ai eu l'information par un OPJ qu'il y avait eu "début de poursuite"

    "selon la police, aucune course poursuite n'avait été engagée" (Figaro) 




    Comme pour Abdoulaye Camara au Havre, le cirque des mensonges de l'Etat voyou Franceàfric a déjà commencé.


    Ce jeune homme est mort dans un accident de voiture.
    Le Figaro est comme Paris-Normandie et Normandie Actu : ils répètent les mensonges policiers sans aucun recul critique
    Alors que, selon la police, aucune course poursuite n'avait été engagée, la voiture était retrouvée écrasée contre un platane quelques minutes plus tard par les forces de l'ordre. Un des occupants de la voiture est décédé, les deux autres, dont le conducteur, ont été grièvement blessés. Une source policière indique que «les occupants roulaient à une vitesse excessive par temps humide».

    Cela ne tient pas debout : comment connaître la vitesse d'une voiture qu'on ne poursuit pas......
    Mais ils sont tombés sur un os : le père d'une des victimes connait déjà ce monde.
    Farid Zighem connait même des OPJ honnêtes (pas comme les deux menteurs du Havre OPJ Gosselin et le menteur de 2008 au pseudonyme "Capitaine Maelle")

    UN DEBUT DE POURSUITE REVELE
    PAR UN OPJ AU PERE DE LA VICTIME


    "J'ai eu l'information par un OPJ qu'il avait eu "début de poursuite""

    Farid Zighem avait même eu l'occasion de se présenter aux élections municipales
    candidats 2001
    " CAUS... toujours "
    " Plus que jamais, le Collectif associatif "CAUS... toujours" entend obtenir, de la gauche comme de la droite, le placement de personnes issues de l'immigration sur le haut des listes. L'action menée ne peut être que salutaire afin d'éviter tous les communautarismes ". Farid Zighem corrige le tir et ne s'adresse plus seulement à Christian Vanneste, lorsqu'il demande, au nom du collectif, une place d'adjoint à Tourcoing.
    Farid Zighem déplore " le désengagement personnel " de Kamel Mouada, président de la mosquée de la rue du Bus. L'ennui, c'est que M. Mouada a bien précisé qu'il se désengageait du collectif en son nom personnel... et aussi au nom de l'association qu'il préside.
    La Voix du Nord (éd. Tourcoing) Mercredi 24 Janvier 2001  " CAUS... toujours "Farid Zighem, président du " Collectif associatif uni solidaire "toujours"", note " avec satisfaction " que sa demande a été " actée et entendue " par J.-P. Balduyck, qui a positionné "une personne issue de l'immigration dans les neuf premières places de sa liste". F. Zighem attend une réponse de la droite républicaine : " La liste de M. Christian Vanneste prendra-t-elle en compte la même demande ? " s'interroge-t-il.La Voix du Nord (éd. Tourcoing) Mardi 30 Janvier 2001 

    Ecoutez son témoignage


     x  x


    Les jeunes sont sortis en masse pour protester.





    Tourcoing : une centaine de personnes dans la rue après la mort de Pierre-Eliott Zighem


    PUBLIÉ LE 
    PAR AU. C. AVEC R. L. – PHOTO HUBERT VAN MAELE

    Une centaine de personnes marchent dans les rues de Tourcoing, ce mercredi après-midi, après la mort de Pierre-Eliott Zighem, tué dans un accident de la route survenu lundi. Les obsèques du jeune homme, qui devaient se dérouler ce mercredi, seront finalement célébrées jeudi.




     Environ 150 personnes marchent, ce mercredi après-midi, du cimetière du Pont-de-Neuville à l’hôtel de ville de Tourcoing, après la mort d’un jeune Tourquennois dans un accident de la route.  VDN





    Une centaine de personnes participent, ce mercredi après-midi, à la marche organisée à Tourcoing pour Pierre-Eliott Zighem, le jeune homme tué dans un dramatique accident de la route survenu lundi après un refus d’obtempérer. Vers 15 h 30, elles se dirigeaient vers le parvis de l’hôtel de ville.

    L’inhumation reportée

    Le cortège est parti du cimetière du Pont-de-Neuville, où Pierre-Eliott Zighem devait être inhumé ce mercredi après-midi. Des obsèques reportées pour des raisons techniques, a annoncé le père de la victime : une canalisation a été percée lors du creusement de la tombe. L’inhumation est donc reportée à jeudi. Farid Zighem a néanmoins tenu à ce que la marche ait lieu.
    Les manifestants sont réunis derrière une banderole « Pas de justice, pas de paix ». Farid Zighem souhaite connaître la vérité sur les circonstances de la mort de son fils. Il a appelé les manifestants à marcher dans le calme et s’est exprimé sur les incidents survenus à la Bourgogne et à l’Épidème depuis lundi. « Les violences, que je peux comprendre, n’arrangent rien à la situation », a-t-il dit.

    Une banderole qui dérange

    En queue de cortège est présent le collectif « Front uni des immigrations et quartiers populaires ». Il a souhaité déployer une banderole mettant en cause la police dans l’accident qui a coûté la vie à Pierre-Eliott Zighem, mais a été prié par la famille de la ranger.
    La population ne va pas tarder à comprendre que, comme au Havre, comme aux USA (sauf Baltimore), c'est la population elle-même qui doit désigner ses propres enquêteurs pour connaître la vérité.
    A commencer par la mise en ligne de toutes les vidéos du trajet parcourus pas les victimes

    0 0



    par Yanick Toutain
    REVACTU
    4/6/2015







    La nuit prochaine, la Lune passera DEVANT la Terre.
    (La Terre sera donc DERRIÈRE la Lune)


    Tel est le contenu de l'hypothèse Ain Al Rami.
    (l'étoile 
    ν1 SGR qu'on voit dans le petit cercle et qui se trouve dans la constellation du Sagittaire)


    En effet cette étoile est celle qui se trouvera le 2 juillet 2015 dans l'axe Soleil Terre au moment de l'aphélie optique



    Or si cette aphélie n'est qu'un phénomène lumineux lié à la fuite du récepteur DEVANT le Soleil, en regardant la Lune cette nuit, vous regarderez en DIRECTION de l'AVANT de notre course dans l'espace absolu



    LIRE AUSSI

    MARDI 6 JANVIER 2015

    Le 4 janvier 2015 étions nous DERRIERE le Soleil ? (Périhélie, Ain Al Rami, relativité VS matérialisme)

    par Yanick Toutain
    6/1/2015


    Observez vos voisins-voisines les plus proches.
    Regardez leurs nez. Vous voyez une image,
    vous recevez des photons dans les yeux. 

    Et l'image de leur nez a quitté leur corps après le reste de ce que vous voyez 


    Abstract :Le diamètre visible du Soleil 1/60° plus grand le 4 janvier 2015 est-il effet d'optique ou bien dû à notre proximité réelle comme le proclament les relativistes ? (et Isaac Newton quand il croyait que le Soleil était immobile)
    Allions-nous à la rencontre du signal lumineux (image) provenant du Soleil ?
    Est-ce notre déplacement vers Ain Al Rami qui réduit de 1/60° le trajet parcouru par ces photons ?



    Ce qui suit est une actualisation de l'article publié le 3 janvier 2010 (3 janvier 2010 : périhélie des charlatans.)

    Il répond aux proclamations d'ignares faites par les pseudo-scientifiques de la clique Einstein

    Ce matin la Terre est passée à son périhélie (distance la plus proche du Soleil 147 096 km). Comme quoi ça n'a rien à voir avec les saisons.


    Comme si la distance visible entre deux corps était EGALE à la distance INSTANTANEE entre ces deux corps



    4 janvier 2015 : périhélie des charlatans.

    par Yanick Toutain
    écrit le 13 novembre 2009et actualisé le 6 janvier 2015

    Au début du mois était-il vrai, comme le prétendent les orthodoxes relativistes que c'était l'instant de l'année où la Terre était la plus proche du Soleil ?
    Ou est-ce que l'instant de la plus grande proximité du Soleil et de la Terre se produit un autre jour de l'année ? Un autre mois ?

    Ce texte – en défense du matérialisme – étaye la thèse selon laquelle personne n'a, actuellement, de réponse à cette question, et qu'il faudra retourner à la science de Isaac Newton – et à celle de Jean Philipon (Yahya Al-nahwi) – pour, enfin , connaître l'instant précis de ce périhélie vrai de la Terre par rapport au Soleil.
    1) PÉRIHÉLIE VISIBLE
    Êtes-vous capable de remarquer que quelqu'un a gagné six centimètres en six mois ? Est-ce que vous remarquerez que votre voisin qui mesurait 1 mètre 80 en janvier dernier aura grandi pour atteindre 1 mètre 86 au début du mois de juillet ?
    Vous répondez oui ?
    Et si votre voisin - à croissance accélérée - vous le rencontrez, non pas près de vous, mais … pendant qu'il est en train de marcher devant vous …. 200 mètres plus loin …
    Êtes-vous capable de remarquer - si vous le voyez à cette distance - qu'il a grandi de six centimètres ?

    Pire encore ! Six mois plus tard, vous le rencontrez à nouveau, et il a ...rétréci !
    Il vient de perdre 1/30° de sa taille. Mais vous le voyez toujours à 200 mètres de l'endroit où vous êtes. Il mesure à nouveau 1 mètre 80 comme un an auparavant.

    200 mètres, c'est loin !
    Comment faire ?
    Vous tendez votre index gauche pour désigner ses pieds. Et l'index de votre main droite va désigner le sommet de son crâne. Vos bras formeront alors un angle.
    Vos souvenirs scolaires vous indiqueront que cet angle sera déterminé par le rapport – la fraction – entre la taille du personnage (ses tailles successives) et la distance à laquelle il se trouve.
    On appelle cette fraction, fonction « tangente ». Une fonction trigonométrique « tangente » à calculer (et qui n'est pas la même chose que l'horripilante – et stupide – droite tangente. Cette droite absurde qui « frôle » les courbes et ne les touche qu'en un seul point. Cette fameuse « tangente » qui permet de calculer les - tout aussi horripilantes, et absurdes – dérivées.).

    Cette fraction trigonométrique tangente nous est donnée par le rapport entre son mètre 80 (taille) et 200 mètres (distance) ou, six mois plus tard, entre son mètre 86 et 200 mètres.

    L'observateur attentif remarquera donc que l'angle visible en janvier mesurerait 1/105 ° de degrés. Et que l'angle de juillet sera plus petit et ne mesurera que 1/109 ° de degrés.
    En détaillant selon les conventions géométriques on aura donc une mesure hivernale (pour l'observateur de l'hémisphère nord) égale à 34 secondes de degrés.[1/105*60*60 pour les conversions]
    Et une mesure d'été (d'hiver pour nos cousins d'Afrique) égale à presque 33 secondes d'arc.

    DANS LE CIEL, LE SOLEIL
    CHANGE DE TAILLE TOUS LES SIX MOIS !
    Cette variation semestrielle, elle est – quasiment – exactement celle que nous voyons dans le ciel. Elle est celle que nos ancêtres ont pu observer en regardant le Soleil.
    Il fallut qu'ils soient bien attentifs pour remarquer que le Soleil de janvier [le mois varie très lentement.. nous laissons cette dérive de côté pour l'instant]) était plus grand dans le ciel que le Soleil de juillet.
    Il fallut qu'ils soient bien observateurs pour remarquer ce grossissement de 1/30° de taille – diamètre angulaire – entre le mois de juillet et le mois de janvier.
    Puis un rétrécissement de 1/30 ° entre le mois de janvier et le mois de juillet suivant.

    [ATTENTION POUR LES JEUNES : REGARDER LE SOLEIL DIRECTEMENT DÉTRUIT NOS YEUX !]
    Il fallut qu'ils soient très observateurs. Mais cette obstination a permis de calculer ce qu'ils ont appelé « excentricité ». Et ils ont pu faire ce calcul avant même de connaître la taille du Soleil et la distance entre le Soleil et la Terre.
    Et les charlatans de l'orthodoxie officielle actuelle sont capables de calculer « cette » excentricité.
    La formule est très simple. Si notre distance au Soleil est 105,7 fois plus grande que la taille du Soleil, en janvier. Si notre distance au Soleil a augmenté et est, en juillet, 109,3 fois plus grande que le diamètre réel du Soleil.... une soustraction, une addition et une division sont suffisants pour calculer cette excentricité.
    Il suffit de soustraire ces deux nombres et de diviser le résultat par la somme de ces deux mêmes nombres.
    L'excentricité visible n'est rien d'autre que cela.
    Et on peut connaître ces deux nombres même sans connaître la véritable dimension du Soleil ni sa distance par rapport à la Terre.

    Mais il y a un hic !
    Mais tout ce qui précède est faux. Ou presque.
    Tout ce qui précède est basé sur une croyance stupide.

    Une croyance en une espèce de pseudo-matérialisme mais qui n'est – en définitif – qu'une variante moderne et améliorée des thèses absurdes de l'évêque Berkeley – l'un de pires ennemis de Isaac Newton.
    2° RÉALITÉ, ÉVÉNEMENT, SIGNAL, RECEPTION
    Cette croyance est celle qui a bloqué toute la science depuis 1905. C'est cette croyance qui a connu son triomphe en 1919 suite à l'escroquerie – reconnue bien plus tard comme dénuée de toute force probante par le ponte relativiste Stephen W. Hawkins dans son livre « Une brève histoire du monde ». La marge d'erreur était égale à …. ce que Eddington et Einstein ont prétendu …. prouver !
    Cette croyance consiste à croire – ou à faire semblant de croire – que ce que nous voyons EST la réalité.
    Elle consiste à prétendre que ce que nos yeux voient, ce que nos sens perçoivent, serait l'unique objet de la science.
    Cette croyance pernicieuse – sous le nom d'empirisme, d'empiriocriticisme ou diverses autres étiquettes mensongères – a été le cheval de Troie dans la lutte menée par certains contre le véritable matérialisme.
    Cette croyance – ou ce « mensonge » a abouti à déclencher un siècle d'obscurantisme.
    Un siècle de croyance en un temps qui ralentit, en des distances qui deviennent du chewing-gum, en des trajectoires rectilignes mais qui ne sont pas droites car se produisant dans « un continuum spatio-temporel », dans un espace dont on nie la réalité objective, mais un espace qui serait « courbé » comme un drap le serait par la présence d'une boule.
    Un siècle d'obscurantisme qui nie l'existence réelle de notre univers réel. Un siècle d'obscurantisme dont la fonction principale fut de tenter de mettre définitivement Isaac Newton et sa science à la poubelle.
    Un siècle qu'il faut maintenant balayer comme on balaye la poussière d'une bibliothèque ptolémaïque, une bibliothèque d'ouvrages magiques.
    Pour cela, nous allons commencer par « nettoyer » le « périhélie » et l'« aphélie » des stupidités relativistes.
    Revenons à notre Soleil de janvier. Notre Soleil au « point de périhélie » tel qu'il était prévu pour le 4 janvier 2015 à 7h du matinPhnomènes du mois de janvier 2015
    Les phénomènes du mois : janvier 2015
    2015 01 04 00:32 CONJONCTION entre Pluton et le Soleil (dist. géoc. centre à centre = 2,2°)2015 01 04 07:00 La Terre à son périhélie (distance au Soleil = 0,98328 UA)2015 01 04 20:23 Début de l’occultation de 26 Gem (magn. = 5,20)2015 01 04 21:30 Fin de l’occultation de 26 Gem (magn. = 5,20)2015 01 05 05:53 PLEINE LUNE2015 01 08 05:47 Rapprochement entre la Lune et Jupiter (dist. topocentrique centre à centre = 5,6°)extgrait de jeudi 1er janvier 2015, par 
    Didier Vothy 
    Quel est donc ce « point d'aphélie » ? Nous le verrons plus tard.
    Donc, ce jour-là, à cette heure là – minuit passé - nous serons dans la nuit.
    Imaginons-nous sur un gros paquebot. Nous sommes sur le côté droit de ce bateau. Comme ce bateau figure la Terre, nous étions donc – nous Français -, en ce 4 janvier 2015, à sept heures du matin passé, à tribord de ce paquebot.
    Et nos cousins de Chine, eux, étaient à babord.
    Et le Soleil était derrière nous.

    EN DIRECTION DU SOLEIL …
    sans doute VERS AIN AL RAMI....

    7 heures plus tôt, à minuit, nous, qui regardions à l'arrière du bateau, nous ne voyons aucune lumière. Mises à part celles des étoiles que notre course fuit.
    A la même heure, nos cousins chinois - il est midi pour eux -, ne pouvaient pas voir – droit devant – la très faible lueur d'une étoile dont le nom reviendra plus tard dans ces exposés : Aïn Al Rami.
    Au moment du périhélie, à midi, cette étoile a une particularité : Si je désigne du doigt le Soleil, l'axe de mon bras est exactement la direction de cette étoile. On pourrait dire que le Soleil « cache » Ain Al Rami.
    LE 4 JANVIER SOLEIL-TERRE-AIN AL RAMI ALIGNES
    En effet, si, actuellement, la connaissance de notre direction – celle du paquebot – est encore hypothétique, pour autant, cet axe Soleil-Terre-Ain Al Rami est vérifié par les observations.
    Des observations qui – depuis la Terre – ne peuvent pas être faites en janvier : La lumière du Soleil, dans la même direction bouscule littéralement la faible quantité de photons qui nous parviennent de cette étoile.
    Pour autant, est-il possible d'affirmer en choeur, comme le font tous les relativistes de la planète que le 4 janvier est le jour où la Terre est à sa plus petite distance du Soleil ?
    La réponse est définitivement non.
    Et la suite de ce texte le prouvera sans laisser le moindre interstice aux arguties relativistes.


    3° UN SIGNAL QUI VOYAGE …. EN PLUS DE 8 MINUTES
    … et qui atteint UN CORPS …. EN MOUVEMENT !


    Un groupe de photons s'échappe du Soleil.
    Il est midi pile.
    Nous sommes à l'équateur du Soleil.
    Ce groupe de photon s'échappe depuis la surface de notre étoile. Et il va voyager dans l'espace.
    Il est midi pile.
    En ce 5 janvier 2015.
    Ce groupe – qu'on va appeler « image de l'équateur solaire » - va voyager dans l'espace.
    Mais il va se disperser dans toutes les directions. Cela est indispensable. Sinon, comment les « Martiens » pourraient-ils voir le Soleil.
    Ces « images du Soleil », ces photons vont donc partir dans toutes les directions.
    Jusqu'à nos yeux.
    Mais, au moment de quitter les abords du Soleil, ce groupe de photons va rencontrer un autre groupe. Un groupe de photons formés de collègues à eux qui ont pris leur envol plus de deux secondes auparavant.
    Et ces photons, eux, sont partis de la région qui sera pour nous la « couronne visible », ce qu'on appellera les « bords » du Soleil. Ce qui apparaitra comme la « circonférence » du disque solaire.
    Et la taille du Soleil est telle – près de 1,4 millions de kilomètres de diamètre – qu'il faut bien que l'« image des bords du Soleil » commence son voyage 2,3 secondes avant le départ de l'« image du centre du Soleil ».
    Il découle de cela un constat. Un constat qu'aucun professeur relativiste de physique ne vous a jamais fait observer : vous ne voyez pas UNE image du Soleil, vous observez l'arrivée conjointe de milliards d'images du Soleil. Des images qui ont quitté cet astre à des instants différents.
    Ceci est la première des impostures relativistes.
    LA LISTE DES IMPOSTURES RELATIVISTES
    On n'observe jamais l'image d'un corps, on observe – instantanément - des images ayant pris leur envol en des instants distincts.
    Et plus le corps est grand, plus le délai est important.
    Observez vos voisins-voisines les plus proches. Regardez leurs nez. Vous voyez une image, vous recevez des photons dans les yeux.
    Et l'image de leur nez a quitté leur corps après le reste de ce que vous voyez : lorsque les photons montrant leur nez ont quitté leur corps pour faire le voyage jusqu'à vos yeux, il fallait bien que l'image de leurs chaussures ou de leurs cheveux aient pris leur essor préalablement.
    Nous savons, depuis les travaux géniaux de Römer que la lumière a une vitesse supérieure à 200 000 kilomètres par seconde. Et l'orthodoxie actuelle a fixé définitivement cette vitesse à 299792458 mètres par seconde. Et cela sans décimales -sans aucun chiffre après la virgule - : c'est la valeur de la seconde qui variera. Ni la distance parcourue en une seconde par la lumière ni la vitesse de la lumière ne bougeront plus.
    Il en résulte que l'image du Soleil a voyagé pendant une durée qui nous est connue.
    Il en résulte que le délai du voyage pendant lequel les grains de lumière, les photons qui ont quitté le Soleil pour arriver jusqu'à nos yeux est supérieur à huit minutes.
    Et c'est là que se situe le cœur de l'imposture relativiste : Pendant les presque 490 secondes du voyage de l'« image-Soleil » est-ce qu'il est possible que la Terre, que notre planète soit restée parfaitement immobile ?
    UNE ABSURDE IMMOBILITÉ ou UNE VITESSE ABSOLUE ?

    Est-ce qu'un être humain doté de raison peut imaginer que pendant 8 minutes la Terre cesse tout mouvement ?
    La réponse est naturellement négative.
    Et donc, ceux qui iront prétendre le contraire – ou, pire encore, ceux qui iront prétendre que l'effet est tellement négligeable que ce n'est pas la peine de s'en inquiéter, qu'il est inutile et vain de chercher à analyser cela, ne sont que des charlatans. Soit des ignares dépourvus de logique. Soit des escrocs qui ont un intérêt matériel à faire semblant de croire à cela.
    Pendant les huit minutes du trajet de la lumière du Soleil vers la Terre, nous bougeons, nous reculons peut-être, avançons plus probablement. Mais il n'est pas envisageable que la Terre attende sans bouger que ces photons nous parviennent.
    Les relativistes cachent leur trucage sous le nom absurde de « isotropie ». Et taxent les matérialistes de « croyance en l'anisotropie ».
    Faisons une supposition : imaginons que notre trajet de huit minutes nous rapproche du Soleil. Ou plutôt, que le Soleil soit en train de fuir la Terre, qu'il soit en train de se déplacer dans la direction inverse de celle où nous sommes et que, en conséquence, notre mouvement en direction du Soleil nous rapproche à la fois du Soleil qui nous fuit …. et à la fois de l'« image-Soleil » , de ce groupe de photons qui sont en train de voyager …. dans notre direction.
    Dans ce cas – et c'est l'hypothèse que décrit l'image précédente du paquebot – nous serions, pendant huit minutes, en train de voyager VERS ces photons.
    Quiconque a fait du rugby ou du football connait l'« effet passe » : si l'on fait une passe (ballon = les photons) vers l'arrière, la longueur et la durée du trajet du ballon seront plus courts que si le joueur récepteur était resté immobile.
    Si la Terre va en direction des photons le jour du périhélie, la longueur du trajet parcouru par ces photons sera plus courte.
    Et leur voyage durera moins longtemps.
    Et, dernière conclusion : puisque le trajet parcouru par les photons sera plus court, l'oeil de l'observateur humain aura – en conséquence – l'illusion que le Soleil est plus proche qu'il ne l'est en réalité.
    Tout cela se calcule. Ce pourra être l'objet d'une série de textes ultérieurs. Pour l'heure, la conclusion de tout cela, c'est le fait que ce « périhélie » n'en est pas un. Il n'est qu'un « périhélie optique », un périhélie que j'appelle « périhélie perceptif ».
    C'est, certes une illusion d'optique pour les naïfs et les ignorants. Mais le mot perceptif a, pour autant, une signification matérielle, il est un concept matérialiste.
    Car la longueur raccourcie du voyage des photons a, néanmoins, des conséquences physiques très précises.
    En effet – et nous en resterons là – l'instant du périhélie perceptif est l'instant de l'année où la Terre reçoit au mètre carré le maximum d'énergie solaire. Elle reçoit environ (60/59) à la puissance deux de l'énergie moyenne qu'elle reçoit dans l'année.
    Il nous restera à connaître un jour l'instant du périhélie objectif, c'est-à-dire l'instant de l'année où la distance réelle entre le Soleil et la Terre est la distance minimale.
    Et cela pourrait tout aussi bien avoir lieu au mois de février, au mois de décembre !!! Personne ne le sait.
    Il faudra le comprendre, puis le trouver.
    Et les orthodoxes relativistes, charlatans imbus d'eux-mêmes sont bien les derniers à être capables d'effectuer une pareille recherche, une pareille découverte.
    Il faudra, en effet, pour parvenir à cette découverte, retourner aux travaux et aux recherches de celui qui est honni par la clique relativiste – Isaac Newton – et recommencer à construire la science à partir de son principal concept – la vitesse absolue – un concept issu des analyses de Jean Philipon au 6° siècle, un concept matérialiste qui sera le socle sur lequel les matérialistes scientifiques du 21° siècles balayeront toute l'imposture immobiliste einsteiniste. 


    Un adversaire du matérialisme cite Jean Philipon en donnant un nombre impressionnant de pièces de ce dossier enfoui par les relativistes : Pierre Duhem [RTF] Le mouvement relatif et le mouvement absolu (scan de Alain Blachair)



    LA THESE DE CET ARTICLE A ABOUTI A UNE PROPOSITION DE PROTOCOLE EXPERIMENTAL ADRESSE AUX ASTRONOMES CHINOIS

    LUNDI 2 DÉCEMBRE 2013


    Can we discover that, tonight, the Moon is almost BEFORE the Earth (Chang'e3, Yutu, HAAR (Hypothesis Ain Al Rami) and Newton's absolute speeds


    JEUDI 28 NOVEMBRE 2013Chang'e 3: LETTRE OUVERTE AUX SCIENTIFIQUES CHINOIS: un protocole Yutu pour connaitre notre vitesse absolue et notre direction dans l'universpar Yanick Toutain
    Ce courrier s'adresse prioritairement à "L'actuel administrateur de l'agence () Chen Qiufa, nommé en 2010. Jin Zhuanglong et Luo Ge ont été nommés vice-administrateurs en 2005." (China National Space Administration)
    Messieurs
    Il y a trois ans, dans un article publié sur RevActu -(dont le site internet du "quotidien du peuple" n'avait pas jugé bon d'en porter connaissance du contenu à ses lecteurs) - je m'étais moqué dugaspillage des ressources du programme spatial chinois.
    Si nos Cousins Chinois voulaient réellement apporter une contribution décisive à la science, ils commenceraient par aller relire Isaac Newton en utilisant la philosophie de VI. Lénine.
    Ils comprendraient que cette sonde aurait pu être utilisée avec un tout autre usage : celui de discréditer définitivement la philosophie Mach-Poincaré-Berkeley cachée à l'intérieur de la non-science einsteinienne.
    Une fusée lancée en direction de la Lune pourrait faire SIMULTANÉMENT des photos de la Terre et de la Lune.
    Les diamètres respectifs (VISIBLES) de la planète et de son satellite permettraient de CALCULER quelle est notre VITESSE ABSOLUE.
    Ces deux photons prises simultanément depuis la fusée viendraient en complément des photos prises (au même moment) depuis la Terre.
    Photos de la Lune depuis la Terre, photos de la Terre depuis la Lune, photos de la Lune et de la Terre prises au même moment depuis la fusée suffiraient à démontrer que Isaac Newton avait raison : Les "vitesses absolues" sont la clé de la science matérialiste.
    Les images des photos sont des troupeaux de photons qui se déplacent EN MÊME TEMPS que le récepteur de l'image se déplace....
    Là est la clé de la construction d'une science néo-newtoniste.
    Les chercheurs chinois qui ont mis en œuvre l'expérience de "la sonde lunaire chinoise Chang'e II" ont gaspillé des ressources humaines inutilement....
    On peut supposer que le poids du lobby réactionnaire des partisans de Einstein, l'influence de la secte einsteiniste est aussi puissant en Chine qu'en France....
    La révolution mettra bon ordre à tout cela...."
    Je signalais à nouveau ce que j'avais écrit en 2008 : le fait qu'il était possible, à partir de la surface de la Lune, de prouver ou d'infirmer une partie des thèses de Isaac Newton.
    http://monsyte.blogspot.fr/2008/10/la-chose-en-soi-explique-par-lnine-dans.html


    "mon commentaire (13/10/2010)
    "Il est à espérer que des matérialistes chinois réussissent à convaincre les responsables de la fusée chinoise sur la Lune de simplement prendre des photos de la Terre depuis la Lune - au moment où des photos "symétriques" seront faites de la Lune depuis la Terre. (...)

    DIMANCHE 17 NOVEMBRE 2013


    Looking at Venus tonight , I think " We're going over there ! We move in this direction. An absolute path. "

    by Yanick Toutain

    With a little luck tonight, it will be possible to watch - no clouds - Venus located BEFORE the Earth ( with a very high probability ) .
    Indeed, the planet Venus passes close to the image of the star Ain al Rami (v1 and v2 Sgr ) ( Nu ¹ Sagittarii ( Nu ¹ Sgr ν ¹ Sagittarii , ν ¹ Sgr ) is a triple star system lying Approximately 1,850 light years from earth . )
    However, this star has a special status in materialistic science ( néonewtoniste ) . It shows (most likely ) our ABSOLUTE DIRECTION.
    If this night you point the finger to the south , then to Venus ( a very bright planet having the appearance of a star) you show the direction towards which the Earth, Venus, Ain al Rami and even the Galaxy " Milky Way" they all travel .
    This is the conclusion of the Ain al Rami hypothesis.

    In the vocabulary of Isaac Newton, the absolute place the star Ain Al Rami is currently will be occupied by the Sun and its planets in 1853 multiplied by 60 years.
    Indeed, the Ain al Rami hypothesis also considers that our top speed is 1 /60 ° of the speed of light .
    It considers that the aphelion point is a pure optical illusion due to the passage of the Earth BEFORE the Sun. This hypothesis considers that the reduction of 1/60 of the apparent diameter of the Sun, July 3, is simply the fact that the sun's rays have their travel increased by 1/60 of the Sun-Earth distance.
    It is this assumption (which rejects the idea of an Earth Sun distance would be increased by 1/60 on July 3), which allows us to suppose (with high probability) that this night, Venus is BEFORE us .



    En regardant Venus ce soir, je pense "Nous allons par-là ! Nous nous déplaçons dans cette direction. Une trajectoire absolue."

    Avec un peu de chance, cette nuit, il sera possible de regarder - sans nuages - Venus se trouvant  DEVANT la Terre (avec une très grande probabilité).
    En effet, la planète Vénus passe à proximité de l'image de l'étoile Ain Al Rami (v1 et v2 Sgr) (Nu¹ Sagittarii (Nu¹ Sgr, ν¹ Sagittarii, ν¹ Sgr) is a triple star system lying approximately 1850 light years from Earth.)
    Or, cette étoile a un statut particulier en science matérialiste (néonewtoniste). Elle indique (fort probablement) notre DIRECTION ABSOLUE.
    Si, cette nuit, vous montrez du doigt la direction du Sud, puis celle de Venus (une planète très lumineuse ayant l'apparence d'une étoile) vous montrez la direction vers laquelle se dirige, la Terre, Venus, Ain Al Rami et même toute la Galaxie "Voie Lactée".
    C'est la conclusion de l'hypothèse Ain Al Rami.
    Dans le vocabulaire d'Isaac Newton, le lieu absolu que l'étoile Ain Al Rami occcupe sera occupée par le Soleil et ses planètes dans 1853 fois 60 années.
    En effet, l'hypothèse Ain Al Rami considère aussi que notre vitesse absolue est égale à 1/60° de la vitesse de la lumière.
    Elle considère que le point d'aphélie est une pure illusion optique lié au passage de la Terre DEVANT le Soleil. Cette hypothèse considère que la diminution de 1/60 du diamètre apparent du Soleil, le 3 juillet, est simplement du au fait que les rayons du Soleil ont un trajet augmenté de 1/60 de la distance Soleil-Terre.
    C'est donc cette hypothèse (qui refuse l'idée d'une distance Terre Soleil augmentée de 1/60 le 3 juillet) qui nous permet de suppposer (avec de grandes probabilités) que, cette nuit, Venus se trouve DEVANT nous.

    LIRE AUSSI CETTE PAGE où un chercheur REdécouvre mais sans dialoguer avec ses prédécesseurs

    1. 86

      Hello
      I understood this in 1999. I call it now “Hypothese Ain Al Rami” or, in english language “Ain Al Rami Hypothesis” or HAAR
      Later, as you, I discover that Wilhelm Reich and Giorgio Piccardi understood the non-heliocentrism BEFORE YOU AND ME.
      But, I refuse aether and I agree with Isaac Newton’s absolute space, absolute time,
      I could be ally with partisan of (wrong) aether of Huygens. But the real struggle is NEONEWTONIST. We must understand the universe with the basis of Newton’s theory.
      Go and read De Gravitatione (written at 23 by Isaac Newton) and the Scholies.
      IF YOU AGREE WITH THAT THESIS…. WE, TOGETHER CAN CHANGE THE WORLD !!
      I was writing a text about the biology, the living, contraction , dilatation, acceleration etc…. when Google gave me you link because of Piccardi
      You can read my last text here on my blog RevActu
      http://revolisationactu.blogspot.fr/2014/02/lorigine-de-la-formation-du-vivant-il.html

    0 0


    présentation Yanick Toutain
    REVACTU
    6/6/2015

    "Et voilà ! Ils sont qualifiés.
    Avec deux hors jeux et une main !" (YT 2009)







    ILS AVAIENT PAYE L'IRLANDE !!!

    Thierry Henry a coûté - relativement - cher à la Fifa. Interrogé jeudi au micro de RTE, le président de la fédération irlandaise de football (FAI) John Delaney a confirmé que la fédération internationale avait versé de l’argent à la FAI en 2009.Interrogée par lequipe.fr, la Fifa a reconnu avoir prêté cinq millions d'euros à la FAI, en échange de l'arrêt de toute procédure, pour la construction d'un stade. Le remboursement de la somme n'a jamais été réclamée.(20mn)

    ARTICLE MONSYTE DE 2009 PAR YANICK TOUTAIN

    JEUDI 19 NOVEMBRE 2009


    Et voilà ! Ils sont qualifiés. Avec deux hors jeux et une main !
    En d'autres temps, de pareils vainqueurs se seraient adressés à l'arbitre : « S'il vous plait, ne laissez pas pareille injustice ! Annulez ce but déloyal ! »


    Ce texte - comme les précédents - a été déposé sur Agoravox pour validation. L'attente vaine m'a contraint à en déposer une copie - en tant que commentaire - sur la page d'un autre texte "Football : une main et beaucoup de "si"...par MusashiChan jeudi 19 novembre 2009 - 119 réactions


    En d'autres temps, en cas de refus de l'arbitre, le joueur fautif se serait sanctionné lui-même. En quittant, au besoin, le terrain.

    Mais on vous parle, ici, de sport, pas de guerres de l'Antiquité ou du Moyen-Age.

    LA SUCCURSALE FOOTBALL DE L'ARMÉE FRANCAISE

    Déloyauté, mensonge ? On retrouve ici toutes les petites crapuleries de l'armée française. On retrouve ici la déloyauté de l'armée française à l'aéroport de N'Djaména ; une armée sans honneur qui bafoue sa parole et envoie les mercenaires des pays de l'Est mitrailler les rues de la ville pour protéger le pouvoir de l'exécuteur Déby... quand les patriotes avaient interrompu leur avancée vers ce même aéroport : Mensonge, trucages, escroquerie, absence d'honneur, déloyauté. On a eu les mêmes recettes à l'œuvre hier soir.

    « Seul le résultat compte ! »

    Toute l'armada des perroquets de l'impérialisme triomphant sont aux commandes, sont au micro. La jeunesse française reçoit les consignes de ses ainés : « seul le résultat compte ! ».
    « Traitrise, mensonge, trucage. Prends modèle sur le mercenaire Thierry Henry, tu seras soldat français mon enfant ».
    Trucage, mensonge, déloyauté. Voilà le bel exemple donné aux jeunes Français. Le millionnaire mercenaire qui va se vendre à Barcelone ou au plus offrant a offert à son pays un « but d'escroc » !

    « UN BUT D'ESCROC ! »

    Guy Carlier, en ce jeudi matin, sur Europe 1 caractérisait justement la « victoire » de hier. « La main de la FIFA » corrigeait-il avec malice.
    On retrouve ici les techniques habituelles de l'ONU.
    « Arbitre » qui travaille pour permettre à la France d'écraser les plus faibles.
    On retrouve ici les techniques habituelles de l'OUA.
    Un « arbitre » qui travaille à écraser les petits pays qui tenteraient de s'élever contre la puissance malfaisante de la France à fric.
    « La main de la FIFA » qui « oppose » la France à la plus petite ile disponible : il fallait l'ile Feroë pour prouver les compétences de l'incapable Domenech. Il fallait le plus petit pays disponible – la Lituanie – pour que l'astrologue de l'équipe de France puisse nous prouver ses talents de « sélectionneur ». Le sarkozysme a les héros qu'elle mérite.

    DOMENECH – SARKOZY – MORIN – ALLIOT-MARIE
    Mêmes crétins mêmes méthodes !
    Mêmes ruses, même déloyauté

    Ce que l'équipe de France à fric a montré sous les objectifs des télévisions du monde entier mercredi soir, c'est l'habituelle absence d'intelligence, c'est la ruse habituelle, c'est la déloyauté habituelle du militaire français … dans la pénombre de l'absence de caméras.
    Les « bleus », les petits soldats idéologiques de la France à fric, les combattants de la sphère gonflée étaient – eux – sous le regard de plusieurs centaines de millions de Terriens, sous le regard, demain, de milliards de Terriens.
    Quand, en 2004, Alliot-Marie assassinait 90 civils sur une place d'Abidjan, les faibles images qui furent enregistrées ont permis l'enfouissement de la ruse déloyale. Quand Morin permettait l'assassinat – par les mercenaires héliportés – de civils tchadiens – il manquait des caméras.

    VICTOIRE « FRANCAISE » ? UNE DÉFAITE DE LA FRANCE A FRIC !

    Hier soir, c'est l'Humanité toute entière qui a remporté une victoire : la mise en lumière de la malhonnêteté de Thierry Henry, la mise en lumière de la malhonnêteté foncière de tous ces « sportifs », la mise en lumière de la malhonnêteté de Domenech et de son agent-propagandiste Jean-Michel Aulas, c'est la mise en lumière de la malhonnêteté de celui qui était assis, dans les tribunes du Stade de France, entre ces deux compères, complices en trucages malhonnêtes : Nicolas Sarkozy.

    Déloyauté est la ligne stratégique de ce personnage inintelligent mais rusé. Mais la mise en lumière de cette déloyauté est la victoire des gens honnêtes.
    Les apologistes de la magouille qui se plaignent de ce que les arbitres et les spectateurs surveilleront de près tous les gestes du tricheur Thierry Henry oublient un détail : la conséquence sera aussi la surveillance accrue de tous les gestes de chaque soldat de chacune des Armées d'Occupation de notre « beau pays ».

    DU SPORT ?
    UNE SIMPLE PROPAGANDE DE L'IMPÉRIALISME FRANÇAIS

    L'équipe de France n'est pas un groupe d'aimables – et honnêtes – praticiens du sport. Elle est un gang de mercenaires qui – au quotidien - vont se vendre au plus offrant et qui – répondant à l'appel – viennent combattre sous le drapeau du crime de la France à fric. Une classe sociale, une « égérie-oisie » qui se vend aux publicitaires les plus offrants. Pour nous laver le cerveau.

    La « Marseillaise », le chant du massacre contre les Africains est aussi le chant de la « victoire » footballistique.
    Ce « sport » est une simple officine de propagande en faveur du chauvinisme. Les crétins qui défilent pour la « victoire française » sont les descendants lointains des imbéciles chauvins qui hurlaient « A Berlin ! » en Aout 1914. Et l'équipe de France est un corps de supplétifs de l'armée française.
    Chaque victoire, chaque point marqué par les sportifs de la France à fric est un mort supplémentaire commis par « nos » Troupes d'Occupation qui sera passé sous silence.
    Le brouillard de guerre de la propagande sportive permet d'accumuler les victimes de la barbarie française impérialiste en les maintenant dans le silence, dans l'oubli.

    JEUX OLYMPIQUES 1936 -2008
    Hitléro-fascisme et Stalino-capitalisme

    Les bourgeoisies mondiales qu'elles soient étasunienne, chinoise ou allemande aiment le sport. Elles aiment cet opium du peuple.




    Pour deux humains honnêtes aux jeux olympiques de Mexico, en 1968,
    -Tommie Smith[1] et John Carlos - des milliers, des dizaines de milliers de crétins arrivistes en short sont allés participer à la foire aux marionnettes, ont donné leur caution à la barbarie. Barbarie hitlérienne en 1936, barbarie stalino-capitaliste en 2008. Les nazis récupéraient les corps des victimes de la Shoah pour son appareil industriel, Hu Jintao assassine les condamnés à mort de sa « justice » à date et à heure prévue afin de vendre aux riches étrangers de morceaux du corps des Chinois victimes de cette barbarie. Une justice certes rapide et dont la rapidité fut encensée par Ségolène Royal. Un modèle de justice pour tous les barbares de la France à fric.
    Les intérêts commerciaux de Bernard Arnault et de l'« assa-Chine » des exploiteurs furent vaillamment défendus par Nicolas Sarkozy en 2008.
    Le sport, comme le relevèrent Jean-Marie Brohm – traducteur et élève de Wilhelm Reich – et toute l'équipe de feue la revue « Quel Corps ?» est le strict reflet des valeurs économiques du mode de production capitaliste. Une névrose antisexuelle de masse destinée à modeler les corps pour les transformer en machines concurrentielles.
    La concurrence – tous les coups sont permis, toutes les mains-Henry sont validées – est une valeur fondamentale de la barbarie bourgeoise.

    CONCURRENCE ET LAVAGE DE CERVEAU DE LA JEUNESSE

    Il faut que les barbares capitalistes reproduisent leur mode de production. Et donc qu'ils détruisent la solidarité spontanée des enfants. Que ce soit dans la concurrence des équipes ou dans les salles de classe, l'entraide est interdite. Guerre d'une équipe contre une autre équipe, guerre de l'élève contre l'autre élève.
    Et toutes les « mains » sont permises.
    Quand un président d'université se fait prendre la main dans le sac à tricher en faveur de riches « étudiants » chinois, combien passent au travers des mailles du filet ?
    Les syndicats étudiants sont prompts à dénoncer le développement de la prostitution parmi les étudiantes. Mais gardent un étrange silence sur le développement de la vente des devoirs : des étudiants payent les plus pauvres pour rédiger à leur place des devoirs écrits.
    Concurrence à l'école et triche à l'école, trucages sur le terrain du Stade de France et triche sur le terrain : l'exemple de Thierry Henry, la triche de Thierry Henry et de ses camarades est une abjection. Elle est un acte abject envers leurs « camarades » footballeurs de l'équipe d'Irlande.

    Mais qui, dans cette « équipe de France » aura le courage de démissionner, le courage de ne pas aller en Afrique du Sud, par éthique ou par simple respect loyal des intérêts bafoués de leur « camarades » irlandais ?
    Poser cette question est donner la réponse.

    Que ce soit l'équipe de France ou l'armée française, la thèse ancienne du mouvement ouvrier est toujours valide : « L'ennemi est dans notre pays ».

    Et la réponse à cela est aussi vraie pour le football que pour les guerres impérialistes de la bourgeoisie : « DÉFAITISME RÉVOLUTIONNAIRE » . ?
    Nous appelons les joueurs du monde entier à – le plus vite possible – battre l'équipe de « France » et à éjecter le plus rapidement possible ce gang de tricheurs qui font honte à la France de la rebellion, la France des Lumières, la France révolutionnaire, la France anticolonialiste,..... la France honnête !

    DOMENECH ET SA CLIQUE DE TRICHEURS : DEHORS !



    PS :Je découvre ce "sondage" sur le site du Monde.

    Avec plus de 100 000 votants

    Les Bleus méritent-ils leur place à la Coupe du monde ?


    Oui, ils se sont battus et ont gagné leur billet dans l'adversité.
    12,3 %


    Non, les Irlandais le méritaient plus, l'arbitre a sauvé les tricolores.
    87,7 %


    Nombre de votants : 104534

    Loading...
    0 0

    par Yanick Toutain
    8/6/2015

    "Avec l’appui financier et logistique des monarchies wahhabites
    (essentiellement le Qatar et l’Arabie saoudite),
    se sont ainsi formé des sanctuaires constituant
    autant de bases arrière des groupes salafistes armés engagés au Mali,
    dans d’autres pays du Sahel ainsi qu’en Syrie"Ambitions stratégiques américaines,britanniques et russes en Méditerranée
    Bastien Alex, Didier Billion, Alain Coldefy et Richard Labévière
    Cette étude a été réalisée pour le compte du bureau STRATPOL
     de l’état-major de lamarine nationale entre mars et octobre 2013.

     Ils sont bien là pour aider le Mujao,
     financièrement et logistiquement »,
     (...) , l’action humanitaire n’est qu’une couverture
    pour un soutien moins avouable :
    « A Gao, ils sont très proches du Mujao. »

    LIRE AUSSI

    VENDREDI 20 FÉVRIER 2015

    20M€ Hollande finance une école d'enfants terroristes au Mali "Nous formons ici les petits combattants du jihad" clame Iyad Ag Ghali l'assassin des 82 militaires maliens de Aguel Hoc le 24/1/2012



    QATAR SOUTIEN DU MUJAO ET DE ANSAR EDDINE

    Quel est le but réel du Qatar, de Hollande et de Mignard ?
    Quel est le projet politique de ces deux financiers du terrorisme que sont Hollande (58 millions de dollars pour AQMI - 20 millions d'euros pour Iyad Ag Ghali) et le Qatar (financier de Ansar Eddine AQMI, DAECH etc...) et de leur avocat commun Jean-Pierre Mignard ? Un avocat notoirement connu comme l'avocat de la dictature terroriste mise au pouvoir en 2010-2011 par l'ONUCI et LICORNE en tant que l'avocat du chef terroriste Alassane Ouattara. Un terroriste dont les victimes assassinées se comptent par milliers ?
    Quel est leur projet politique réel par cette absurde plainte contre Philippot ?

    LE BUT DE LA PLAINTE DU QATAR ? 
    PROMOTIONNER LE FRONT NATIONAL FLORIAN PHILIPPOT 
    et DISQUALIFIER LES ANTI-ISLAMOFASCISTES

    Le but des deux voyous Hollande et Mignard et de leur pantin du Qatar Al Thani ?
    Il est d'une simplicité enfantine : forcer les anti-fascistes à se porter en DEFENSE du dirigeant du Front National Philippot !
    Alors même que celui-ci est dirigeant d'un parti qui est le syndicat politique des troupes d'occupation en Afrique.
    Alors même que sa base sociale est telle que 37% des militaires proclamaient voter FN au premier tour.
    Des militaires qui sont les acteurs en Afrique de cette politique de soutien aux terroristes.... payés et formés par le Qatar !
    Et même exfiltrés par celui-ci en cas de pépin !

    LE QATAR EST LA POUR AIDER LE MUJAO

    « Ils grugent tout le monde » (source RFI 2/12/2012 )
    A Gao, parler de la présence qatarienne ne laisse pas indifférent. Plusieurs de nos interlocuteurs, médecins ou acteurs de la société civile, bottent en touche et nous renvoient sur des voix plus officielles. D’autres au contraire se disent fatigués devant toute l’hypocrisie autour du rôle exact des Qatariens : « Depuis qu’ils sont arrivés, ils trompent tout le monde… Ils sont bien là pour aider le Mujao, financièrement et logistiquement », affirme avec véhémence un membre de la société civile. Selon lui, l’action humanitaire n’est qu’une couverture pour un soutien moins avouable : « A Gao, ils sont très proches du Mujao. »
    Un élu local de Ménaka confirme : « Quand j’ai demandé au Croissant-Rouge qatarien d’intervenir sur un projet humanitaire, on m’a répondu que ce n’était pas possible car le Mujao n’était pas présent à Ménaka. »
    L’attitude du Qatar interroge y compris chez les voisins nigériens, qui s’étonnent aussi du fonctionnement des ONG qatariennes qui travaillent dans leur coin, sans coopération et sans transparence. A Niamey, des appels d’offres qatariens fleurissent depuis des semaines dans la presse, appels d’offres pour la construction de centres de santé, de puits, de systèmes hydrauliques villageois. « Ce ne sont que des couvertures grossières pour justifier de l’argent qui est déversé sur place à des partenaires peu recommandables, et qui sont loin de faire du développement », explique un acteur économique nigérien, convaincu de la manipulation.
    Quant à la présence éventuelle d’avions affrétés par le Qatar qui auraient atterri ces derniers mois dans le nord du Mali, nuitamment, avec à leurs bords des cargaisons suspectes, les avis restent partagés. Les démentis officiels du Qatar et des services secrets français n’ont pas réussi à lever le doute sur des ambitions difficiles à cerner.


    L'OBS AVANT QU'IL NE CENSURE MES ARTICLES PUBLIAIT DES VERITES DERANGEANTES POUR L'EMIR ISLAMOFASCISTE DU QATAR

    source Nabil Ennasri | Auteur de « L’Enigme du Qatar », éd. Iris, mars 2013
    Dominées par les courants salafis littéralistes, ces associations n’hésitent pas à intervenir au cœur des lignes de fracture du monde musulman. Présents au Bangladesh pour soutenir les réfugiés musulmans birmans, elles sont également actives en Somalie malgré la gravité de la situation sécuritaire. En plus du Croissant rouge qatari, les structures telles que Qatar Charity ou la Mou’assassat Eid ont fait des pays du Sahel (et donc du Nord-Mali) l’un de leurs terrain d’intervention privilégiés.
    Au début du mois d’août, le Croissant rouge qatari a lancé une campagne de dons à l’adresse des nécessités du Nord-Mali et, en vertu d’un accord avec la Croix-rouge malienne, certains humanitaires qataris ont pu se rendre dans des villes comme Gao et Kidal.
    Le mois suivant, la Qatar Charity y inaugurait un centre d’accueil pour les enfants déplacés. La force de frappe financière de ces structures est colossale. A l’été 2011, lors du mois de Ramadan, elles avaient débloqués près de 100 millions de dollars afin de répondre à la catastrophe humanitaire qui frappait la Corne de l’Afrique.
    Dans un pays considéré par le magazine Forbes comme étant le plus riche de la planète en PNB/habitant, la simple récolte de la zakat (troisième pilier de l’islam) peut dégager des dizaines de millions de dollars. Même si la majorité des donations fait l’objet d’une surveillance étroite de diverses instances gouvernementales (et américaines), il se peut qu’une partie d’entre elles aient pu passer les mailles du filet.
    3
    Un détournement des fonds qataris ?
    La véritable question qui se pose est celle de l’éventuelle déplacement de cette aide financière, initialement destinée aux camps de réfugies, vers les rebelles armés. Le Canard enchaîné croit savoir, sur la base de fuites des renseignements militaires français, qu’une partie de ces fonds ont été affectés aux insurgés d’Ansar Dine ou du Mujao.
    Les islamistes du Mujao, à Gao le 8 août 2012 (Romaric Ollo Hien/AFP)
    Du fait de la situation conflictuelle et de l’absence de preuves irréfutables d’une implication directe de ces ONG auprès de ces réseaux jihadistes, la question d’une affectation délibérée ou d’un détournement de force des fonds qataris reste ouverte.



    LE 31 JANVIER 2013 L'HUMANITE IRONISAIT



    Le Qatar confirme… sans le vouloir

    Le pouvoir qatarien a tenté de démentir tout soutien aux islamistes via le Croissant-Rouge. Une thèse mise à mal par la présence d’avions de l’émirat à Gao, qui ont dû partir précipitamment face à l'avancée des troupes françaises.
    C’est à l’occasion d’une conférence de presse organisée mardi soir à Doha que le premier ministre du Qatar a tenté de démentir les accusations récurrentes de soutien aux « islamistes radicaux ». « Le Qatar ne s’ingère pas dans les affaires du Mali et ne soutient aucune partie contre une autre », a juré Hamad Ben Jassem Al Thani, tout en se prenant, à son insu, les pieds dans le tapis.
    « Le Qatar a apporté une assistance humanitaire au Mali l’année dernière avec l’aide du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et on a été accusés de distribuer des armes. Ce sont de fausses allégations et notre mission n’a été qu’humanitaire », a-t-il en effet ajouté.
    Le CICR, dont l’un des responsables affirmait à l’Humanité la semaine dernière « qu’il ne fallait surtout pas confondre l’action d’un gouvernement et celle d’un Croissant-Rouge du même pays », sera donc ravi d’apprendre que, pour l’émirat du Qatar, la différence n’existe pas. Invité à réagir aux propos du premier ministre, un autre s’étonne de voir le cheikh Hamad persister à raconter que ses bonnes œuvres s’étaient déroulées avec « l’aide du CICR », alors que le Croissant-Rouge qatarien était rentré sur le territoire malien sans coordonner ses actions avec la Croix-Rouge malienne (comme c’est l’usage, lire l’Humanité du 28 janvier), et qu’il s’était promené au nord du Mali par le Niger, selon plusieurs sources concordantes, sous la protection des coupeurs de main du Mujao. C’est ce qui s’appelle, dans la langue de M. Al-Thani, ne soutenir « aucune partie contre une autre ». « Le président du CICR doit se rendre à Doha dans les jours qui viennent » pour dissiper tous ces malentendus, explique en substance le même représentant de l’ONG suisse. Questionné sur les informations publiées hier par le Canard enchaîné, selon lesquelles deux avions du Croissant-Rouge qatarien ont précipitamment quitté la ville de Gao face à l’avancée des troupes françaises, il assure ne pas être au courant, d’autant qu’« ils étaient censés ne plus intervenir pour le moment ». Sûrement un malentendu de plus à dissiper.
    Dans ce contexte, les conclusions d’une réunion organisée la semaine dernière au Quai d’Orsay, consacrée entre autres aux critiques montantes en France sur le poids acquis par le Qatar, une monarchie peu inspirée par la philosophie des Lumières, laissent songeur. « Le Qatar bashing, ça suffit », semblent toujours considérer les architectes de la diplomatie hexagonale.
    Tous les gens lucides connaissent le rôle criminel du Qatar au Nord Mali : ce pays était le chef logisticien des terroristes qu'il avait envoyé

    Des avions qatariens au secours des djihadistes ?

    Source : Le Temps d'Algérie. Edité le 06/02/13 à 02:03.
    Croissant rouge qatariCroissant rouge qatarien
    Bien sûr, la France a démenti. Bien sûr, le Qatar a démenti. Mais tout de même, les rumeurs sur l’interventionnisme quatarien dans les troubles du Nord Mali (comme dans d’autres régions du monde d’ailleurs) se multiplient. La rumeur est toujours dangereuse et suspecte. Mais là, quand même, ça devient gros.
    Le croissant rouge quatarien est régulièrent montré du doigt. Souvenez-vous, déjà à Gao, quand le MUJAO a ejecté le MNLA de la ville. Des ambulances qatarienne étaient arrivées deux jours avant. Et comme par hasard, le matin de l’attaque du centre névralgique du MNLA, les téléphones mobiles de toute la ville étaient tombés en panne.
    On parle aussi (rumeurs, rumeurs…) de primes exorbitantes allouées à certains membres du personnel hospitalier de la ville. Et de la remise au MUJAO d’argent (peut-être) mais surtout de quantités importantes de vivres : 21 tonnes tout de même selon un membre de la société civile de Gao. Lesquelles vivres étaient alors distribuées, par le MUJAO, aux populations affamées, selon une stratégie bien connue des islamistes : « Vous voyez, tout le monde vous oublie, alors que nous vous assurons de quoi vivre. »
    Et des témoignages multiples (rumeurs, toujours ?) affirment que des avions quatariens assuraient des livraisons sur l’aéroport de Gao. Tout ce faisceau d’indices ont conduit certains esprits à en conclure que le Qatar soutenait le MUJAO.
    Ces rumeurs ont commencé en juin (humanitaires à Gao), se sont poursuivies en septembre (livraison d’armes depuis le Burkina Faso), ont repris en novembre (rotation suspecctes sur les aéroports de Gao et de Tessalit). La presse s’en est faire l’écho à Paris, Bamako, Niamey, Ouagadougou, Alger… Rumeurs, toujours ?
    Et en voici une nouvelle version : si on ne trouve pas les chefs des mouvements islamistes, c’est qu’ils sont partis ! Par avion, depuis le Nord Mali, avec des avions (2)… qatariens ! Cette fois-ci cela n’a pas été encore formellement démenti…

    L'Etat voyou du Qatar ne porte pas plainte contre l'armée française, la Marine Nationale,  Bastien Alex, Didier Billion, Alain Coldefy et Richard Labévière ni contre le Canard Enchaîné qui révéla l'existence de ce rapport


    Jack Lang : "J'affirme que le Qatar ne participe ni de près ni de loin, ni hier ni aujourd'hui, au financement d'activités terroristes"


    Jack Lang, le menteur ne doit pas avoir le temps de lire REVACTU ni le Canard Enchaîné !

    MERCREDI 13 AOÛT 2014


    Mali-France: Le coupeur de mains Iyad Ag Ghali financé (20M€) par François Hollande en octobre 2013 appelle à combattre la France en août 2014 ! HollandeGATE financier et chef secret de Ançar Eddine

    par Yanick Toutain

    10 mois après le versement de 20 millions par François Hollande, le terroriste Iyad Ag Ghali le coupeur de mains de Aguel Hoc (crimes du 24 janvier 2012) annonce combattre la France ! De qui se moque-t-on ?
    La seule explication rationnelle ? Iyad Ag Ghali est un psychopathe qui a été payé par la police secrète sarkhollandiste franceàfric pour justifier des lois fascistes en France ! Même RFI est obligée parfois de reconnaître cette vérité terrible :

    "Hollande autorise ses services à travers les Fonds destinés aux services de renseignements, et ses entreprises dont AREVA à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes" (sic cité sur RFI)

    Les présidents Sarkozy et Hollande sont les responsables secrets du terrorisme islamofasciste en Afrique. Ce sont eux les protecteurs du groupe terroriste criminel Ançar Eddine, les meurtriers du Nord-Mali. Nous dénoncions la somme ahurissante de 20 millions d'euros versée au leader d'Ançar Eddine, Iyad Ag Ghali en octobre dernier.

    MARDI 13 MAI 2014


    Mali-Nigeria: Le salaire de 10000 terroristes islamofascistes pour 3 ans : la somme payée par Hollande à Iyad Ag Ghali, le leader des assassins Ansar Eddine du 24 janvier 2012

    "Hollande autorise ses services à travers les Fonds destinés aux services de renseignements, et ses entreprises dont AREVA à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes" (sic cité sur RFI)




    "Pour L’Observateur Paalga  au Burkina, comme pour la plupart des médias africains,
     il y a bel et bien eu rançon.
    Tous reprennent l’information révélée
    par le quotidien français 
    Le Monde hier
    qui affirmait que 20 millions d’euros
    avait été versés aux ravisseurs.
    " (...)
    "
    Commentaire désabusé du quotidien bamakois :
    «
    alors que la question terroriste
    est toujours actuelle au nord Mali,
    Hollande autorise ses services à travers les Fonds
    destinés aux services de renseignements,
    et ses entreprises dont AREVA
     à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes.
     (…)
     Conséquences au Mali ?
     La remise en selle de ceux-là même
    qui ont poignardé la République et trahi la nation.
    »''
    (RFI 
    Diffusé le jeudi 31 octobre 2013



    L'ARMEE FRANCAISE DENONCE LE QATAR

    Jack Lang n'a donc pas lu non plus le rapport qui dénonce le Qatar !
    Il est pourtant sur le site du gouvernement !!

    Ambitions stratégiques américaines,britanniques et russes en MéditerranéePar Bastien ALEX, Didier BILLION, Alain COLDEFY et Richard LABÉVIÈRE Octobre 2013



    "Avec l’appui financier et logistique des monarchies wahhabites (essentiellement le Qatar et l’Arabie saoudite), se sont ainsi formé des sanctuaires constituant autant de bases arrière des groupes salafistes armés engagés au Mali, dans d’autres pays du Sahel ainsi qu’en Syrie"


    Sans conclure et avant même l’intervention française au Mali, il était à craindre qu’une segmentation opérationnelle – tout au moins ponctuelle – finisse par s’établir des côtes de Mauritanie jusqu’à la Corne de l’Afrique. Des jonctions ponctuelles entre Sahraouis, activistes marocains et Aqmistes ont déjà eu lieu et peuvent se reproduire. Les alliances entre Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont connu diverses évolutions donnant naissance à d’autres surgeons comme AnsarEddine et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO). D’autres articulations opérationnelles entre AQMI et Boko-Haram sont actives, de même qu’entre les activistes nigérians et les Shebab somaliens. Sans tomber dans les facilités d’une « afghanisation » de la zone et d’une Al-Qaïda « globale », on ne peut exclure des jonctions ponctuelles, rhizomatiques entre ces différents mouvements d’autant que leurs sanctuaires du Sud libyen (autour de la ville de Sebbah) constituent de véritables plateformes de formation, d’entraînement et de projection criminelle
    Au moment même où ces lignes étaient publiées par le quatuor des auteurs, Bastien Alex, Didier Billion, Alain Coldefy et Richard Labévière le président français actuel François Hollande versait une somme astronomique (20 millions d'euros) au chef d'un de ces groupes terroristes. Une information que relaiera y compris le site RFI

    Ex-otages français d'Arlit: questions sur l'implication d’Iyad Ag Ghaly

    Par RFI
    media
    Photo d'Iya Ag Ghaly, le chef d'Ansar Dinetherevealer.org

    Les questions restent nombreuses après la libération des quatre otagesd’Arlit mardi 29 octobre et parmi celles-ci le paiement d’une rançon. Malgré le démenti de l’Elysée, plusieurs sources évoquent le versement d’une somme de 20 millions d’euros. L’autre question est le rôle de Iyad Ag Ghaly. Le chef d’Ansar Dine, ex-rebelle touareg des années 1990, aujourd'hui islamiste et leader charismatique dans sa région d’Abeibara au nord de Kidal. Est-il lié à la détention et la libération des quatre Français?


    ON PEUT "HERITER" D'OTAGES
     ET RECEVOIR 20 MILLIONS D'EUROS

    Le corps de l'article montre l'hypocrisie de cette presse
    C’est par le biais d’Abdelkrim le Targui que Iyad est lié aux otages d’Arlit. En septembre 2010, lors de l’enlèvement des sept Français, Abou Zeid n’est pas seul, assure une source sécuritaire malienne. Il y a aussi Abdelkrim, le seul touareg à la tête d’une katiba d’Aqmi. Abdelkrim est un cousin de Iyad , les deux hommes sont intimement liés. Dans les années 1990, Abdelkrim est l’imam de la mosquée de la Dawa fondée par Iyad à Kidal. A la création d’Ansar Dine, Abdelkrim mettra ses combattants au service de son parent.
    A la mort d’Abou Zeid, en mars dernier, les deux hommes héritent des otages français. Des otages qui n’étaient pas cachés loin, assurent plusieurs bons connaisseurs du secteur. Juste de l’autre côté de la frontière en territoire algérien, au nord de Bourassa là où les Français ne risquent pas de s’aventurer sans le feu vert d’Alger. Des otages qui, au fil des mois, vont devenir une planche de salut pour Iyad, une monnaie d’échange contre des garanties d’impunité pour lui et ses hommes.
    Une fois de plus, Iyad a gagné sur tous les tableaux, estime un officiel malien qui constate quelque peu dépité le récent retour à Kidal des combattants d’Ansar Dine. Un retour en toute impunité qui interroge sur les objectifs de Serval affirme cet officiel qui rappelle que la mission des forces étrangères au nord du Mali est la lutte contre les groupes terroristes
    Ce même 31 octobre un autre article de RFI montre le début de la vérité
    Par ailleurs, les Algériens et les Qataris auraient également joué un rôle dans cette libération… C’est ce qu’affirme le quotidien algérien El Watan . «Il y a deux mois, précise-t-il,les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine. Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly», rapporte encore El Watan. Et «pendant ce temps, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle.»El Watan ne précise pas laquelle.
    Voilà, cela fait beaucoup d’hypothèses et de scénarios… Saura-t-on un jour la vérité ?

    Mais la preuve de la complicité de Hollande, de Al Thani , de l'ONU et des terroristes, elle est donnée par 3 preuves : les cas de Wadoussène, Iyad Ag Ghali et du chef véritable du réseau des Buttes Chaumont - Boubakeur Al Hakim protégé de Ennahdha.... parti fasciste financé par le .... Qatar !

    VENDREDI 20 MARS 2015


    Le complot Franceàfric prépare la dictature en France. Réponse à Damaye sur Numérama

    Les 82 victimes de l'attaque d'Aguel Hoc
    sont aussi les victimes de Sarkozy qui
    appela le MNLA et Iyad Ag Ghali à envahir le Mali
     le 24 janvier 2012 à Ménaka puis Aguel Hoc


    Par Yanick Toutain


    20/3/15

    @Damaye
    Vous écrivez 
    "la théorie du complot : le méchant Etat français qui vous veut du mal et vous ment en permanence"

    Vous semblez ne rien voir de l'actualité.
    Il y a effectivement un complot permanent contre les Africains.
    Et ce complot Franceàfric commence à faire exploser les "libertés démocratiques"à l'intérieur même des frontières de la France :
    Voici quelques faits (parmi des dizaines d'autres depuis 3 ans) qui ne peuvent être que le résultat d'un vaste complot contre l'Afrique et contre les Français qui en subissent le contre-coup sous la forme d'une dictature en construction dans la métropole 

    0 0


    Yanick Toutain a partagé une publication.
    4 h ·
    Quand l'Etat voyou refuse d'enquête pour Mohamed Rajhi, pour Abdoulaye Camara pour Karim et pour tous les autres.... quand l'Etat voyou préfère ses mensonges et ses insultes plutôt que la lumière de la vérité, c'est l'HEURE POUR LE PEUPLE de DESIGNER SES DELEGUES REVOCABLES et de choisir parmi eux des
    DELEGUES REVOCABLES ENQUETEURS pour faire le boulot à leur place
    des
    DELEGUES REVOCABLES PROTECTEURS pour REMPLACER leurs POLICIERS devenus BOLLORICIERS
    des
    DELEGUES REVOCABLES DEFENSEURS pour REMPLACER Leur MILITAIRES DEVENUS les COMPLIES DES TERRORISTES FAUX MUSULMANS de la RIBA !

    Demain. 5/6/2015 sa fera 14mois que tes parti sans nous dire au revoir et nous a laisse un vide en ta memoir un concert pour nous remémorer  ta courte vie tu restera a vie le petit Mourad aux yeux bleu qui nous a marque a vie ❤❤❤❤❤❤ ton absence est cruelle a supporté. O quotidien  repose en paix mon FILS

    Demain. 5/6/2015 sa fera 14mois que tes parti sans nous dire au revoir et nous a laisse un vide en ta memoir un concert pour nous remémorer  ta courte vie tu restera a vie le petit Mourad aux yeux bleu qui nous a marque a vie ❤❤❤❤❤❤ ton absence est cruelle a supporté. O quotidien  repose en paix mon FILS
    Demain. 5/6/2015 sa fera 14mois que tes parti sans nous dire au revoir et nous a laisse un vide en ta memoir un concert pour nous remémorer ta courte vie tu restera a vie le petit Mourad aux yeux bleu qui nous a marque a vie  ton absence est cruelle a supporté. O quotidien repose en paix mon FILS


    Le 1er avril 2014, vers 15h, deux policiers en civil interviennent dans un bâtiment de la cité Fontvert, dans les quartiers nord de Marseille. Morad Touat, 16 ans, tente d’échapper aux policiers et se réfugie dans un appartement au deuxième étage. Poursuivi par l’un des policiers jusqu’au balcon, Morad chute. Le 5 avril, après quatre jours dans le coma, il décède. Depuis, sa famille se bat de toutes ses forces pour comprendre les circonstances exactes du décès du minot. Le 10 juillet 2014, la police des polices remet les conclusions de son enquête, sur la base desquelles le Procureur de la République de Marseille décide de fermer le dossier pour « absence d’infraction » de la part des policiers. La réaction de la maman de Morad est immédiate. Pour elle, l’enquête a été bâclée et son « fils est mort deux fois : une fois le 5 avril, une deuxième fois le 10 juillet ». Elle décide de se constituer partie civile et porte plainte, cette fois-ci auprès du doyen des juges d’instruction. Nous espérons que cela permettra de relancer l’affaire. A ce jour, aucune information judiciaire n’a été ouverte. La famille de Morad est dans l’attente, totalement délaissée par les institutions. Trop de questions restent sans réponse. Le Procureur de la République, la police des polices et les journalistes de La Provence et de Metronews veulent laisser croire que Morad serait décédé par sa faute. (...) 
    Organisons-nous pour nous défendre ! Organisons-nous pour connaître la vérité et obtenir justice ! Nous croyons que nous pouvons mettre fin aux brutalités policières en les dénonçant publiquement, en épuisant tous les recours judiciaires possibles et en se mobilisant ensemble pour défendre nos droits élémentaires. La réalité est plus effroyable encore. Quasi systématiquement, la justice couvre les policiers impliqués, leur délivrant par la même occasion un « permis de tuer » (5). 
    Organisons-nous pour Morad ! Organisons-nous pour Wissam El-Yamni, lynché par des policiers le 31 décembre 2011, à Clermont-Ferrand (63) ! Organisons-nous pour Amine Bentounsi, tué d’une balle dans le dos le 2 avril 2012, par un policier à Noisyle-Sec (93) ! Organisons-nous pour Lahoucine Aït Omghar, abattu de cinq balles le 28 mars 2013 par trois policiers, à Montigny-en-Gohelle (59) ! 
    Organisons-nous pour Zyed et Bouna ! Continuons aussi à nous organiser pour les frères Kamara, condamnés pour l›exemple, sans preuve, à 12 et 15 ans de prison suite aux révoltes de 2007, à Villiers-le-Bel (6) (95). 


    SUR GOOGLE + actualités

    Me Anne-Sophie Grardel, l’avocate de l’adolescent a déposé plainte en son nom afin de mettre en lumière les circonstances exactes de l’incident.
    L’IGPN (l’Inspection générale de la police nationale, police des polices) aurait également été saisie par le parquet de Marseille.

    LIRE AUSSI

    Farid Zighem, le père de Pierre-Eliott "J"ai eu l'information par un OPJ qu'il y avait eu "début de poursuite" donc j'ai rétorqué qu'il y avait eu poursuite"


    Farid Zighem, père de la victime
    "J"ai eu l'information par un OPJ
     qu'il y avait eu "début de poursuite"
    par Yanick Toutain
    3/5/2015

    Farid Zighem, père de la victime
    "J"ai eu l'information par un OPJ qu'il y avait eu "début de poursuite"

    "selon la police, aucune course poursuite n'avait été engagée" (Figaro) 




    Comme pour Abdoulaye Camara au Havre, le cirque des mensonges de l'Etat voyou Franceàfric a déjà commencé.


    LIRE AUSSI



    Marseille : Morad aurait été defenestré par un policier


    C’est le 1er avril 2014 que la vie tranquille de Houda bascula suite au tragique et non moins suspicieux décès de son fils MORAD.
    Selon la version officielle il tentait de fuir une brigade de police (… ) et c’est là d’après cette même version qu’il se serait sciemment défenestré dans un geste de désespoir.
    C’est dans ces circonstances que la maman de Morad décida d’apporter son propre témoignage dans cette triste affaire, excédée de l’image de « voyou » propagée par les médias sur son » petit garçon ».
    Voilà donc ce qu’il s’est passé vraiment passé selon elle :
    Témoignage de la mére de Morad :
    « Aujourd’hui je tiens à éclaircir ce qui et arrivé à mon fils.
    Ce mardi 1er avril 2014 à 15h25 à font vert quartier du 14ème arrondissement de Marseille.
    Morad était devant l’immeuble comme beaucoup de jeunes de son âge qui vivent dans un quartier populaire où l’ennui prime faute de structures encadrantes .
    Á ce moment-là une intervention de police a eu lieu au même endroit.
    De peur de subir une garde à vue arbitraire comme il se produit souvent pour les jeunes issus de « cités dites difficiles », Morad a pris la fuite en se réfugiant sur le balcon d’un appartement au 2ème étage de ce même immeuble qu’il connait bien.
    Le policier se nommant AZIZ (équipe de police de Noailles) a poussé mon enfant du balcon du 2éme étage; surpris par ce geste inattendu de la part d’un policier Morad n’a pas pu se rattraper et s’est donc heurté la tête la première en tombant.
    Un autre agent de police AMMAR (équipe de police de Noailles ) a secoué violemment mon fils jusqu’à le faire convulser .
    Mais l’histoire ne s’arrête pas là car malgré la multitude de policiers présents sur les lieux autour de lui.
    Mon cher enfant de 16 ans a été laissé sans secours pendant prés d’une heure.
    « Cela aurait-il pu changer quelque chose…? Je ne sais pas mais je tiens à dire à tout ce monde que Morad TOUAT ne s’est jamais jeté du balcon, il n’était ni suicidaire ni fou.
    Je souhaite réellement donner une justice à mon enfant qui ne méritait pas d’arrêter de vivre à 16 ans et parce que c’est la police c’est pas grave. « NON!!! » c’est extrêmement grave parce qu’un enfant est parti et maintenant une famille entière est en deuil.
    Pour « CES POLICIERS CRIMINELS » tout va bien. Ils ont juste brisé toute une famille .
    Donc pour la mémoire de Morad voilà la réelle histoire en espérant toucher un maximum de personne . » Houda (mère de Morad TOUAT ).
    Je vous laisse le soin de juger par vous-même de cette affaire. Mais pour ma part ayant une bonne connaissance de la réalité des rapports entre policiers et jeunes des quartiers, je suis persuadée qu’une enquête minutieuse doit être menée pour élucider cette affaire très trouble.
    A ECOUTER :
    Morad, mort « tombé d’un balcon », poursuivi par la police. Récits et discussion autour des crimes policiers.
    par Libre débat ⋅ mercredi 5 novembre 2014
    Réalisée le 22 octobre 2014 par l’équipe de Libre Débat, sur Radio Galère, 88.4 FM – Marseille
    Rencontre, récits et discussion autour des crimes sécuritaires et de l’impunité policière.
    Pour Morad, mort « tombé d’un balcon » poursuivi par la police : « On a décidé de faire ce qu’il faut pour savoir de quoi est mort Morad, et pourquoi il n’y a pas eu d’enquête ».
    On y parle de la criminalisation posthume des victimes, de la nécessaire solidarité entre et avec les familles des victimes ; des combats judiciaires et militants ; de l’urgence de la transmission des outils forgés par l’expérience face à la police, à la justice, aux grands médias.
    Avec des membres de la famille Cheraft, dont le fils Morad, 16 ans, est mort en avril 2014 lors d’une intervention policière à Font Vert, dans les quartiers nord de Marseille. Lien facebook « Combat Pour Morad »
    Avec un membre du collectif Angles Morts, qui publie l’ouvrage collectif « Permis de tuer – Chroniques de l’impunité policière » aux éditions Syllepse, série de six entretiens avec des proches de victimes de la police et des collectifs qui s’organisent pour obtenir Vérité et Justice.
    Télécharger le podcast :

    http://www.sonsenluttes.net/spip.php?article768
    MP3 – 111.7 Mo
    LibreDébat-Morad Cheraft-Marseille
    Durée : 1h21’
    Format : MP3 – 192 bit
    Source : http://police-bavures.fr/article/marseille-ado-decede-suite-chute-en-voulant-fuir-la-police/



    LIRE AUSSI

    UN TRAVAIL PASSIONNANT DE GENS QU'IL FAUT NOMMER EDR
    DES ENQUETEURS DELEGUES REVOCABLES





    Le « bâtiment de la mort » - Vérité et Justice pour Morad !

    Le 1er avril 2014, vers 15h, deux policiers en civil interviennent dans un bâtiment de la cité Fontvert, dans les quartiers nord de Marseille. Morad Touat, 16 ans, tente d’échapper aux policiers et se réfugie dans un appartement au deuxième étage. Poursuivi par l’un des policiers jusqu’au balcon, Morad chute. Le 5 avril, après quatre jours dans le coma, il décède. Depuis, sa famille se bat de toutes ses forces pour comprendre les circonstances exactes du décès du minot. Le 10 juillet 2014, la police des polices remet les conclusions de son enquête, sur la base desquelles le Procureur de la République de Marseille décide de fermer le dossier pour « absence d’infraction » de la part des policiers. La réaction de la maman de Morad est immédiate. Pour elle, l’enquête a été bâclée et son « fils est mort deux fois : une fois le 5 avril, une deuxième fois le 10 juillet ». Elle décide de se constituer partie civile et porte plainte, cette fois-ci auprès du doyen des juges d’instruction. Nous espérons que cela permettra de relancer l’affaire. A ce jour, aucune information judiciaire n’a été ouverte. La famille de Morad est dans l’attente, totalement délaissée par les institutions.
    Trop de questions restent sans réponse. Le Procureur de la République, la police des polices et les journalistes de La Provence et de Metronews veulent laisser croire que Morad serait décédé par sa faute. Pour eux, après tout, il n’était qu’« un charbonneur (1) ». Pour nous, les nombreux éléments contradictoires que nous exposons ici devraient justifier l’ouverture d’une véritable enquête. L’enquête de la police des polices n’est pas satisfaisante. Nous ne nous contenterons pas de la thèse d’un « simple accident dans le feu de l’action ».
    Le policier qui poursuivait Morad a menti dans ses dépositions et de nombreux témoins n’ont jamais été entendus par les autorités. Nous ne cherchons pas à affirmer à n’importe quel prix que Morad a été tué par un policier. Ce dont nous sommes certains, c’est que si les policiers n’étaient pas intervenus comme ils l’ont fait ce jour là, Morad serait encore parmi nous. Nous voulons savoir ce qui s’est exactement passé dans ce bâtiment, surnommé « le bâtiment de la mort » par ses habitants en raison des nombreux décès qui y sont survenus. Nous voulons poser la question des modalités d ’intervention et des pratiques policières dans les quartiers populaires comme Fontvert.


    Voici les principaux faits que nous avons pu établir et les questions que nous nous posons :

    1. Le policier lancé à la poursuite de Morad a menti. Dans une première déposition à la police des polices, il affirme ne pas être entré dans l’appartement où Morad voulait se réfugier. Dans une autre déposition, il revient sur ses propos et s’excuse d’avoir menti. Il avoue avoir suivi Morad jusqu’au balcon. Il ajoute lui avoir saisi le poignet droit au moment de la chute, pour tenter de le sauver. Quelle crédibilité peut-on accorder à ses propos sachant qu’il n’a pas dit la vérité dès le départ ?

    2. Le policier explique qu’il a menti car il n’était pas sûr d’avoir le droit de poursuivre Morad à l’intérieur de l’appartement. Nous pensons qu’il s’agit là de la première infraction commise par l’agent. Une infraction « pas assez caractérisée » selon la police des polices ?

    3. La police des polices a fondé ses conclusions principalement sur les dépositions d’un unique témoin, en plus de celles des policiers présents. Or les dépositions de ce témoin se contredisent sur au moins deux points : la position de Morad par rapport au balcon et l’attitude adoptée par « l’autre personne sur le balcon ».
    Plusieurs autres témoins sont prêts à faire leurs dépositions. Un an après, ils n’ont pas été entendus par les autorités. Pourquoi ?

    4. Le dossier a été classé sans suite après qu’un habitant du quartier a déclaré de lui-même à la police que d’autres habitants s’apprêtaient à établir de faux témoignages pour « enfoncer les policiers ». Ce qui, un an après les faits, peut être démenti puisque cela n’est jamais arrivé.
    Cet informateur n’était pas présent au moment des faits. Nous avons appris qu’il entame une carrière dans la police, en tant qu’adjoint de sécurité. Et pour couronner le tout, il s’avère être le fils du seul témoin écouté. Quelle est sa crédibilité ?

    5. La police des polices a été appelée suite à « la découverte d’une personne grièvement blessée ». Morad n’est pas mort sur le coup, mais des séquelles de la chute. Or, plusieurs témoins non entendus, affirment qu’entre le moment où Morad était au sol et le moment où les secours sont intervenus, il a été violemment secoué par un agent. Nous posons donc la question suivante : Morad aurait-il pu survivre à la chute s’il n’avait pas été secoué par ce deuxième policier ?

    6. Morad portait une sacoche. Les policiers affirment que la sacoche a été récupérée à l’intérieur du bâtiment, avant la poursuite. A contrario, plusieurs témoins affirment que la sacoche lui a été enlevée après la chute, par le policier qui l’aurait secoué avec force. Ce point ne mérite-t-il pas vérification ?

    7. Les renforts sont arrivés très rapidement (sept voitures de police) bien avant les secours. Pour nous, c’est une honte. Cela a peut-être pu contribuer à aggraver l’état de Morad, à un moment où chaque seconde peut être vitale. La priorité absolue aurait dû être d’appeler les secours, pas de constituer un cordon de sécurité pour protéger les policiers.

    8. Selon les forces de l’ordre, une vidéo montrant la scène après la chute, prise par un policer en tenue, existe. Pourtant, elle n’a pas été versée au dossier. Pourquoi ?

    9. Le policier lancé à la poursuite de Morad connaissait son identité et l’avait déjà contrôlé et interpellé plusieurs fois. Était-il vraiment nécessaire de le prendre en chasse alors qu’il lui aurait été possible d’aller le chercher à son domicile dans les heures ou jours suivants ?

    10. Les policiers impliqués dans la mort de Morad sont toujours en fonction. Le 9 juillet 2014, l’un d’eux a même reçu une médaille, celle de la sécurité intérieure, échelon bronze. Cette médaille a été décernée par le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, alors que l’enquête de la police des polices était en cours. Il est à noter, d’ailleurs, que cette enquête à été fermée dès le lendemain, soit le 10 juillet.


    En toute logique, ces contradictions auraient dû inciter la police des polices à approfondir son enquête plutôt qu’à la classer sans suite. Cette décision est une marque de mépris pour la famille de Morad. Et la décoration du policier une provocation indécente. Nous appelons à l’ouverture d’une véritable enquête qui devra commencer par le recueil de tous les témoignages possibles. Nous demandons à ce qu’une reconstitution des faits soit réalisée dans les meilleurs délais, avec au préalable une expertise de la chute. Cette expertise devra prendre en compte la taille et le poids de Morad, la hauteur de la chute, et donc sa vitesse. Elle devra également prendre en compte la position du corps une fois à terre, en considérant d’une part qu’il y a eu contact physique entre le policier du balcon et Morad, et d’autre part qu’il a pu être secoué une fois à terre. Nous voulons que tous les éléments, dont la vidéo existante, soient ajoutés au dossier. Ces policiers ne peuvent pas ne pas rendre des comptes. Ils doivent être punis à la hauteur des fautes commises, car fautes il y a. Leurs supérieurs devraient également rendre des comptes et cesser de bénéficier de l’impunité. Nous connaissons la politique sécuritaire du parti socialiste au niveau national, et celle de la droite au pouvoir à Marseille, sans oublier celle, encore pire, de l’extrême droite montante. Les quartiers populaires sont perçus par l’État et la grande majorité des municipalités comme des territoires à reconquérir. à leurs yeux, cet objectif
    justifie l’application de méthodes quasi militaires contre des gamins. Nous refusons ces méthodes.


    Nous avons rencontré la famille de Morad et plusieurs témoins. Voici ce qu’ils disent :

    Un jeune homme de 17 ans, présent sur les lieux : « J’étais au terrain de jeu quand j’ai entendu des cris. Quand j’ai rejoint le bâtiment K, j’étais choqué, Morad était au sol tandis qu’un policier lui enlevait sa sacoche en le secouant violemment. Les renforts sont arrivés très rapidement, sept voitures en tout. On ne pouvait pas s’approcher de Morad. Les pompiers ont été appelés par un habitant, pas par les policiers ». Quand nous lui demandons pourquoi Morad ne s’est pas laissé interpeller, voici ce qu’il nous répond : « Il y a un mois, deux flics sont venus dans le bloc, ils sont venus pour frapper. Je te jure. Ils ont même mis des coups de matraque télescopique dans la tête d’un des jeunes. Franchement, ils viennent pour gazer tout le monde, ils s’en foutent complètement, ils gazent ta mère, ton frère, tous les habitants du bloc, pourtant il y a des enfants, et même des asthmatiques. Ici, à Fontvert, rien que c’est la répression. Surtout avec les CRS. Maintenant, c’est contrôle en force. Et ils le savent, quand ça part comme ça, ça part d’entrée, ils le savent et le font exprès. Ils nous provoquent ». Le témoin ajoute : « Il faut savoir que trois jours avant le décès de Morad, deux flics ont débarqué. Morad jouait sur son IPAD, ils l’ont coursé, pris sa tablette, sa sacoche avec ses affaires personnelles et même les clés de son scooter ! ».

    Un autre habitant, un jeune homme de 19 ans, ajoute ceci : « J’ai vu un attroupement en bas du bâtiment K et là j’ai compris qu’il était tombé très fort. Je m’approche à 30 ou 40 mètres de la scène, je ne pouvais pas m’approcher plus avec le périmètre de sécurité mis en place par les policiers. Je n’ai pas vu la chute, mais j’ai vu et entendu un policier en civil sur le balcon crier à son collègue en bas : « Laisse le, le touche pas ! ». Morad a été secoué par le col par le policier qui lui a enlevé sa sacoche et l’a posée juste à côté du corps. Morad, c’était un jeune de quartier comme nous, on rigolait bien, il mettait l’ambiance, il était apprécié à Fontvert et dans d’autres quartiers de Marseille. En quatre ans, tous les ambianceurs du quartier sont morts ou en prison. Les condés ont tué le quartier. Ils nous cherchent, nous insultent, nous lancent des « Va niquer ta mère », ils nous provoquent ».

    La tante de Morad : « Morad était suivi par la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) depuis l’âge de 12 ans. Il fumait beaucoup et voulait arrêter. Il avait demandé à ce que la mesure de suivi judiciaire soit reconduite jusqu’à sa majorité, mais cela lui a été refusé, considérant qu’il n’en avait plus besoin. Déscolarisé, Morad a très mal pris ce refus et s’en sortait comme il pouvait. Dans l’affaire de mon petit neveu, il faut rappeler que ce n’était qu’un gamin de 16 ans. On veut nous criminaliser pour que les gens gardent confiance dans la police. La police des polices a classé l’affaire sur la base d’un seul témoignage et d’un jeune homme qui dénonce les autres pour faux témoignages potentiels. Ces deux personnes sont mère et fils. En plus, le fils est dans la police. Pour moi, ce n’est pas crédible une seule seconde. Or, l’enquête a été arrêtée suite à ce témoignage là. Une personne était présente dans l’appartement où Morad est entré. Au niveau des horaires, son témoignage ne colle pas du tout. De nombreux témoins n’ont jamais été entendus, franchement c’est pas sérieux. Pour moi, il y a une vraie impunité policière, c’est la parole sacrée du policier contre celle du jeune. Si tu es policier et que tu comprends ça, tu fais ce que tu veux, les policiers se foutent de la gueule des jeunes de Fontvert, surtout quand ils leur lancent : « Oh les gars, attention au balcon ! ». Je croyais que la peine de mort était abolie… mais elle revient, sous d’autres formes en fait. Quand il n’y a pas de justice, c’est simple, on a envie de se rebeller. Les jeunes respectent moins les forces de l’ordre parce que la confiance est brisée. On a fait confiance à la police des polices. Quand on s’est aperçu que c’était des conneries, on n’a décidé de plus avoir peur d’eux ».

    Un des frères de Morad : « Ce qui me touche, c’est qu’on a l’impression que si on est jeune, on sera plus vite puni que les forces de l’ordre. On nous parle d’égalité, mais c’est que pour eux. Ils se couvrent entre eux. On a l’impression que c’est normal, alors que non, il faut le dire, c’est pas normal. Mon frère n’aurait pas pu connaître un pire sort. Il n’est pas handicapé, il est mort. C’est horrible, surtout pour une mère. A l’extrême, on peut imaginer que c’est un accident. Mais il faudrait aussi qu’ils assument leurs actes et qu’ils disent la vérité. Ils se font de moins en moins respectés pour des faits similaires. On ira jusqu’au bout pour mon frère ».

    Sa maman : « Pour moi, Morad est mort deux fois : une fois le 5 avril, puis une autre fois, le 10 juillet, lorsque la police des polices a décidé de classer le dossier sans suite. Ils ont fermé le dossier sans chercher à comprendre. La seule réponse de l’État est que Morad était un « charbonneur ». J’ai été entendue par la police des polices, j’ai même été reçue par le commissaire. Ca n’a pas duré longtemps. On m’a expliqué comment Morad avait chuté, que le policier était dans le feu de l’action. Sur le coup, j’ai été un peu rassurée, je pensais qu’ils allaient mener l’enquête sérieusement, que j’allais savoir ce qui s’était passé. Le commissaire m’avait demandé si on pouvait se revoir pour parler de la vie quotidienne de Morad, mais je n’ai plus jamais eu de nouvelles. Un an après, toute notre famille souffre. Pire, nous faisons l’objet d’un harcèlement policier au quotidien. Au fur et à mesure, on a moins peur de la police et on la respecte moins, franchement, ça rend service à personne. Quand je vois que pour Abdelhakim Ajimi (2), les policiers n’ont eu que du sursis, alors qu’il a été tué par trois policiers en plein centre ville de Grasse en 2011…
    en résumé, ce qu’il faut comprendre c’est que le premier meurtre pour les policiers, il est gratuit ! Voilà le message que le gouvernement nous envoie ».


    Dix ans après le décès de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois (3) (93), poursuivis par des policiers qui seront jugés à la cour d’appel de Rennes du 16 au 20 mars 2015, des gamins de nos quartiers continuent à mourir dans le cadre d’interventions policières.
    Depuis 2005, ce sont près de 150 personnes qui ont ainsi perdu la vie. Cette statistique ne s’appuie que sur les cas révélés par la presse, donc connus du public (4), et ne concerne que des personnes non-armées. Malheureusement, à chaque fois, c’est le même scénario qui se reproduit pour les familles qui vivent ce cauchemar. Elles doivent supporter le silence ou les mensonges des médias les plus regardés, écoutés et lus. Elles doivent mener, à leurs frais, un combat judiciaire long et âpre, qui généralement ne mène à aucune condamnation, lorsque procès il y a, ce qui est très rare. Aucun soutien psychologique et financier ne leur est apporté. La politique de « reconquête » des territoires populaires, menée par l’État et ses services de répression, mentionnera-t-elle dans son bilan le nombre de blessés et de morts inconsidérés qu’elle produit ?

    Organisons-nous pour nous défendre ! Organisons-nous pour connaître la vérité et obtenir justice ! Nous croyons que nous pouvons mettre fin aux brutalités policières en les dénonçant publiquement, en épuisant tous les recours judiciaires possibles et en se mobilisant ensemble pour défendre nos droits élémentaires. La réalité est plus effroyable encore. Quasi systématiquement, la justice couvre les policiers impliqués, leur délivrant par la même occasion un « permis de tuer » (5).

    Organisons-nous pour Morad ! Organisons-nous pour Wissam El-Yamni, lynché par des policiers le 31 décembre 2011, à Clermont-Ferrand (63) ! Organisons-nous pour Amine Bentounsi, tué d’une balle dans le dos le 2 avril 2012, par un policier à Noisyle-Sec (93) ! Organisons-nous pour Lahoucine Aït Omghar, abattu de cinq balles le 28 mars 2013 par trois policiers, à Montigny-en-Gohelle (59) !

    Organisons-nous pour Zyed et Bouna ! Continuons aussi à nous organiser pour les frères Kamara, condamnés pour l›exemple, sans preuve, à 12 et 15 ans de prison suite aux révoltes de 2007, à Villiers-le-Bel (6) (95).

    Organisons-nous partout où nous sommes informés de violences ou de crimes policiers ! Organisons-nous pour l’égalité des droits !


    Le 11 mars 2015, à Marseille.
    Collectif Angles Morts - anglesmorts@gmail.com


    1. Voir : www.laprovence.com/article/actualites/2820814/un-charbonneur-de-17-ans-gravement-blesseen-tentant-de-fuir-la-police.html et http://www.metronews.fr/marseille/marseille-mort-a-17-ans-en-voulantfuir-la-police/mndf!7uJcumEbDHYOE et http://www.metronews.fr/marseille/marseille-mort-a-17-ans-en-voulantfuir-la-police/mndf!7uJcumEbDHYOE
    2. Abdelhakim Ajimi est mort le 9 mai 2008 des suites de son interpellation par pas moins de quinze agents de police, en pleine rue, devant témoins, à Grasse
    3. Le décès de Zyed Benna et Bouna Traoré avait été le déclencheur de trois semaines de révoltes dans toute la France, de centaines de condamnation et de la mise en application de couvre-feu dans certaines villes. Ce qui était inédit depuis la guerre de libération de l’Algérie
    4. www.bastamag.net/Homicides-accidents-malaises
    5. Permis de tuer, Chroniques de l’impunité policière, Éditions Syllepse, 2014
    6. Vengeance d’État. Villiers-le-Bel, des révoltes aux procès, Éditions Syllepse, 2011 



    Réalisée le 22 octobre 2014 par l’équipe de Libre Débat, sur Radio Galère, 88.4 FM - Marseille
    Rencontre, récits et discussion autour des crimes sécuritaires et de l’impunité policière.
    Pour Morad, mort « tombé d’un balcon » poursuivi par la police : « On a décidé de faire ce qu’il faut pour savoir de quoi est mort Morad, et pourquoi il n’y a pas eu d’enquête ».
    On y parle de la criminalisation posthume des victimes, de la nécessaire solidarité entre et avec les familles des victimes ; des combats judiciaires et militants ; de l’urgence de la transmission des outils forgés par l’expérience face à la police, à la justice, aux grands médias.
    Avec des membres de la famille Cheraft, dont le fils Morad, 16 ans, est mort en avril 2014 lors d’une intervention policière à Font Vert, dans les quartiers nord de Marseille. Lien facebook "Combat Pour Morad"
    Avec un membre du collectif Angles Morts, qui publie l’ouvrage collectif « Permis de tuer – Chroniques de l’impunité policière  » aux éditions Syllepse, série de six entretiens avec des proches de victimes de la police et des collectifs qui s’organisent pour obtenir Vérité et Justice. Lien facebook Collectif Angles Morts
    Avec Amel Bentounsi, membre du collectif « Urgence, notre police assassine » www.urgence-notre-police-ass....
    Appel à rejoindre la manifestation du 15 novembre 2014 à Paris, devant le ministère de la justice.

    0 0


    par Yanick Toutain
    9/6/2015

    "Le père de Mohamed Merah aurait monnayé
     la remise aux services secrets français
    de deux vidéos d'une durée de 20 minutes chacune
    qu’il détenait depuis la mort de son fils.
    Celles-ci montreraient les dernières minutes de la vie du terroriste
    pendant lesquelles il expliquerait ses collaborations
     avec les services de renseignements français."

    Sihem Souid Chargée de mission au ministère de la Justice

    "lbert Chennouf-Meyer était convoqué
    ce mardi à 9 h 30 par les gendarmes
    de la brigade de recherches de Nîmes,
    en lien avec sa plainte contre les services secrets.
    « Nous demandons, enfin, l’ouverture
    d’une information judiciaire sur ce volet »,
    indiquent ses avocats après ce nouveau rebondissement."
    A quoi joue Christiane Taubira ?
    Albert Chennouf-Meyer, le père d’Abel Chennouf, une des victimes assassinées par Mohamed Merah, a déposé plainte pour destruction de preuves. Le parquet de Paris vient juste de décider de l'entendre sur l'ensemble de ces faits. Cela vient après qu’il a dénoncé la lenteur de traitement de sa plainte.
    Personne n'imaginerait qu'elle n'ait pas donné son feu vert à la publication d'un tel article....
    Comme on n'imaginerait pas non plus le directeur du Point ne pas prendre la précaution de joindre le ministère de la Justice face à une telle accusation de la part d'une chargée de mission.

    SI C'EST VRAI LE DRIAN DEMISSIONNE ET VALLS DERRIRE

    Si l'info est vraie..... Le Drian démissionne !
    Placée sous l'autorité du ministre français de la Défense, la DGSE est dirigée depuis le  par Bernard Bajolet.
    Sa devise serait « Partout où nécessité fait loi », qui exprime l'impératif de la raison d'État2 ou, selon d'autres sources3, « Ad augusta per angusta » (« À des résultats grandioses par des voies étroites »).
    Valls aussi ... et le gouvernement tombe...
    Quant au président d'une république bananière où les services secrets utilisent l'argent de l'Etat non seulement pour financer les terroristes mais de surcroît pour acheter les preuves pour ensuite les détruire.... il se retrouve.... en prison avec ses complices....

    PAS APOLOGIE MAIS ORGANISATION
    ET FINANCEMENT DE TERRORISME


    58 millions de dollars pour AQMI ! Telle était l'accusation du New York Times contre le duo Sarkozy-Hollande. Le second étant un plus gros financiers de terroristes que le premier.
    On ne sait pas si les 20 millions versés à Iyad Ag Ghali faisait partie du total....
    En tout état de cause, il est évident que ces terroristes sont les pantins des services secrets..... et pas seulement : l'ONU demandait une audience à Wadoussène, l'auteur de l'enlèvement de Lazarevic....
    Quant à Iyad Ag Ghali, il a une école de petits djihadistes en pleines zone contrôlée par les impérialistes... à 65km de Kidal.... une révélation du journal allemand Der Spiegel.

    MARDI 14 AVRIL 2015


    Bernard Bajolet DGSE-PNCD un fasciste qui espionne les citoyens français, finance et protège les terroristes MNLA, Ansar Eddine meurtriers du Mali


    par Yanick Toutain
    REVACTU
    14/4/2015

    Hollande autorise ses services à travers les Fonds destinés aux services de renseignements, et ses entreprises dont AREVA à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes" (sic cité sur RFI)

    "C’est un sigle impersonnel, « PNCD », mais il cache un secret sur lequel la République a réussi, depuis 2007, à maintenir un silence absolu. () la Plateforme nationale de cryptage et de décryptement, un système complexe et occulte de recueil massif et de stockage de données personnelles étrangères et françaises dans lequel les services de renseignement français puisent à leur guise et sans aucun contrôle autre que leur propre hiérarchie." (Jacques Follorou Le Monde)

    BERNARD BAJOLET LE PROTECTEUR
    ET FINANCIER DE IYAD AG GHALI

    A CETTE LISTE DE FORFAITS CRIMINELS AVERES
     IL FAUDRAIT DONC AJOUTER
    ACHAT DE PREUVES PROUVANT LES LIENS DGSE-TERRORISTES
    ET DESTRUCTIONS DE CES PREUVES


    Comme on a vu de quoi sont capables ces criminels en Côte d'Ivoire : l'ONU faisait le trafic d'or pour armer les terroristes de Guillaume Soro pendant que Jean-Marie Bourry organisait le trucage des élections puis protégeait l'attaque de la Télévision ivoirienne par ces mêmes terroristes psychopathes...
    Comme on a vu les juges voyous de Taubira faire non seulement recel de faux en écritures - fabriqués par le commissaire voyou Bourry de l'ONUCI et son avocat faussaire JF Changeur......
    Comme on a vu les juges voyous de Taubira en cour d'Appel de Bordeaux (en l'absence de l'avocate de la défense ..... achetée par la partie plaignante et s'étant faite portée.... démissionnaire....) fabriquer eux-mêmes de faux en écritures supplémentaires.....
    .....On sait que ce régime pourri est basculé en mode Coup d'Etat depuis le 16 décembre 2010 et le 17 janvier 2012....
    Les terroristes ont assassiné les deux leaders de la gauche tunisienne dans une opération commandée dont on demandera un jour aux responsables de la DGSE de rendre des comptes...... L'abruti psychopathe Boubakeur Al Hakim (le véritable chef du réseau des Buttes Chaumont) a eu trop d'impunité pour que l'on n'imagine pas qu'il soit comme Iyad Ag Ghali, le MNLA, Wadoussène and co.... et Mohamed Mérah..... un agent actif des projets terroristes de la DGSE...
    Les interrogations des avocats de la famille d'Abel Chennouf n'en sont pas pour nous :

     la DGSE est une BANDE CRIMINELLE ORGANISEE
     qui TREMPE DANS UN NOMBRE DE CRIMES
    se CHIFFRANT PAR MILLIERS...


    Il suffit de dénombrer les crimes commis par leurs terroristes protégés en Côte d'Ivoire et au Mali.
    Le total des crimes Soro-IB-Ouattara-MNAL-Ansardine.... en y ajoutant les chouchoux psychopathes du Qatar : MUJAO..... dépassent les milliers depuis..... 2010

    LUNDI 8 JUIN 2015


    Le Qatar ne porte pas plainte contre l'armée française ni la Marine Nationale (STRATPOL), ni contre Bastien Alex, Didier Billion, Alain Coldefy et Richard Labévière ni contre le Canard Enchaîné qui révéla l'existence de ce rapport dénonçant le financement Qatar Arabie Saoudite des terroristes

    par Yanick Toutain
    8/6/2015

    "Avec l’appui financier et logistique des monarchies wahhabites 
    (essentiellement le Qatar et l’Arabie saoudite), 
    se sont ainsi formé des sanctuaires constituant 
    autant de bases arrière des groupes salafistes armés engagés au Mali,
    dans d’autres pays du Sahel ainsi qu’en Syrie"Ambitions stratégiques américaines,britanniques et russes en Méditerranée
    Bastien Alex, Didier Billion, Alain Coldefy et Richard Labévière
    Cette étude a été réalisée pour le compte du bureau STRATPOL
     de l’état-major de lamarine nationale entre mars et octobre 2013.

     Ils sont bien là pour aider le Mujao,
     financièrement et logistiquement »,
     (...) , l’action humanitaire n’est qu’une couverture
    pour un soutien moins avouable :
    « A Gao, ils sont très proches du Mujao. »

    LIRE AUSSI

    VENDREDI 20 FÉVRIER 2015

    20M€ Hollande finance une école d'enfants terroristes au Mali "Nous formons ici les petits combattants du jihad" clame Iyad Ag Ghali l'assassin des 82 militaires maliens de Aguel Hoc le 24/1/2012

    ALIMENTER LA THEORIE DU COMPLOT ? QUELLE THEORIE ?
    C'EST UN COMPLOT !











    Sihem Souid




    La DGSE aurait acheté le silence du père de Mohamed Merah








    Le Point - Publié le  - Modifié le 

    Le père de l'une des victimes accuse les services secrets français d'avoir versé 30 000 euros à Mohamed Benalel Merah en échange de vidéos compromettantes.

    Mohamed Benalel Merah, le père de l'auteur des attentats de Toulouse et Montauban, a été interpellé en France et expulsé vers son pays, l'Algérie.
    Mohamed Benalel Merah, le père de l'auteur des attentats de Toulouse et Montauban, a été interpellé en France et expulsé vers son pays, l'Algérie. © AFP PHOTO/ FRANCE 24 / AFP PHOTO/ FRANCE 24
    912
    326
    23
    Par 


    Le père de Mohamed Merah aurait monnayé la remise aux services secrets français de deux vidéos d'une durée de 20 minutes chacune qu’il détenait depuis la mort de son fils. Celles-ci montreraient les dernières minutes de la vie du terroriste pendant lesquelles il expliquerait ses collaborations avec les services de renseignements français.

    Albert Chennouf-Meyer, le père d’Abel Chennouf, une des victimes assassinées par Mohamed Merah, a déposé plainte pour destruction de preuves. Le parquet de Paris vient juste de décider de l'entendre sur l'ensemble de ces faits. Cela vient après qu’il a dénoncé la lenteur de traitement de sa plainte.

    Une arrestation « éclair »

    Mohamed Benalel Merah a été interpellé vers 10 heures vendredi 5 juin, pour séjour illégal sur le sol français, et a été reconduit en direction d'Oran à 13 h 25 le jour même. Cette arrestation « éclair » n'est pas passée inaperçue. Elle a déclenché la colère des avocats d’Albert Chennouf-Meyer, maîtres Béatrice Dubreuil et Frédéric Picard, qui expriment « leur indignation devant la précipitation dont ont fait preuve les autorités publiques alors qu'il était absolument impératif qu'il soit entendu concernant les vidéos enregistrées et l'argent monnayé en échange de son silence ».

    Mohamed Benalel Merah aurait fait l'acquisition d'un terrain avec la somme qu’il aurait reçue de la DGSE.

    EN 2010 SIHEM SOUID ETAIT COURAGEUSE
    MAIS ELLE N'A PAS SOUTENU JULIE AMADIS
    EN 2013,
    EN 2014,
    EN 2015


    0 0


    REVOLISATION NEWS (#RevoliNews) with Google Translate
    The original article by Sihem Souid was the most read article of the Le Point website (1592 Facebook shares)

    UK Telegraph tell the story

    France paid €30,000 to buy Mohamad Merah film detailing links with spy service


    TUESDAY, JUNE 9, 2015


    by Yanick Toutain
    09/06/2015

    "The father of Mohamed Merah would have coined 
    surrender to the French secret services 
    two videos lasting 20 minutes each 
    it has held since the death of his son. 
    These would show the last minutes of the life of the terrorist 
    during which he explained his collaborations 
    with the French intelligence services. " 
    Sihem Souid Policy Officer at the Ministry of Justice 
    "Lbert Chennouf-Meyer was convened 
    Tuesday at 9 am 30 by the gendarmes 
    of the Nîmes investigative police headquarters 
    in connection with his complaint against the secret service. 
    "We ask finally opening 
    a judicial investigation on this aspect " 
    indicate his lawyers after this new development. "
    What plays Christiane Taubira?
    Albert Chennouf-Meyer, father of Abel Chennouf, one of the victims murdered by Mohamed Merah, filed a complaint for destruction of evidence. The Paris just decided to hear about all these facts. This comes after he criticized the slow processing of the complaint.
    No one would imagine that it has not given the green light to the publication of such an article ....
    Since we do not imagine the Point manager does not take the precaution of joining the Department of Justice face such a charge by a project manager.

    IF THIS IS TRUE AND RESIGNS Le Drian behind VALLS

    If the info is true ..... Le Drian quit!
    Under the authority of the French Minister of Defense , the DGSE is managed from the by Bernard Bajolet . 
    Its motto is "Anywhere necessity knows no law," which expresses the imperative of reason of state 2 or, according to other sources 3 , "Ad augusta per angusta" ("At grandiose results by narrow lanes") .
    Valls also ... and the government falls ...
    As for the president of a banana republic where the secret services use state money to fund not only the terrorists but moreover to buy the evidence to destroy them .... then he finds himself in jail .... with his accomplices ....

    APOLOGY BUT NOT ORGANIZATION
    AND TERRORISM FINANCING


    $ 58 million for AQIM! Such was the charge of the New York Times against the Sarkozy-Hollande duo. The second being a bigger financial terrorists than the first.
    It is not known if the 20 million Iyad Ag Ghali paid to part of the total ....
    In any event, it is clear that these terrorists are the puppets of the secret services and not only .....: UN requested a hearing Wadoussène the abductor Lazarevic ....
    Iyad Ag Ghali As for, it has a small school jihadists in full area controlled by the imperialists ... 65km from Kidal .... a revelation of the German newspaper Der Spiegel.

    TUESDAY, APRIL 14, 2015


    Bernard Bajolet DGSE-PNCD a Fascist spying French citizens, finance and protects terrorists MNLA, Ansar Eddine murderers of Mali


    by Yanick Toutain
    REVACTU
    14/04/2015

    Holland authorizes its services through the Fund for the intelligence services, and companies including AREVA watering AQIM, Ansar Dine or terrorist organizations "( sic quoted on RFI )

    "It is an impersonal symbol" PNCD "but he hides a secret on which the Republic has managed since 2007 to keep absolute silence. () National Encryption Platform and décryptement,a complex system and occult massive collection and storage of foreign and French personal data in which the French intelligence services draw at will and without any controlother than their own hierarchy. " ( Follorou Jacques Le Monde )

    BERNARD BAJOLET PROTECTOR
    AND FINANCIAL IYAD AG Ghali

    THIS LIST OF PACKAGES CRIME AVERES
    SO IT SHOULD ADD
    EVIDENCE PROVING THE PURCHASE DGSE-TERRORIST LINKS
    AND DESTRUCTION OF THIS EVIDENCE


    As we have seen what these criminals are able to Côte d'Ivoire: UN made the traffic of gold to arm terrorists Guillaume Soro while Jean-Marie Bourry organized the rigging of the elections and protected the attack Ivorian television by these same terrorists psychopaths ...
    As we saw the Taubira rogue judges do not just concealment of forgery - manufactured by the Commissioner of UNOCI Bourry thug and his lawyer forger JF changer ......
    As we saw the Taubira rogue judges in Bordeaux appeals court (in the absence of the defense lawyer ..... bought by the complainant and having made range .... resigned. ...) make themselves false in further submissions .....
    ..... We know that this rotten system is switched to fashion coup since 16 December 2010 and 17 January 2012 ....
    The terrorists assassinated the two leaders of the Tunisian left in a controlled operation that will be asked one day those responsible for the DGSE accountable ...... The psychopathic asshole Boubaker Al Hakim (the real leader of the network Buttes Chaumont) had too much impunity that one can not imagine it to be like Iyad Ag Ghali, the MNLA, Wadoussène and co .... and ..... Mohamed Mérah an active agent of terrorist projects DGSE ...
    The questions of the lawyers for the family of Abel Chennouf are not for us:

    DGSE is a BAND ORGANIZED CRIME
    which QUENCH IN A NUMBER OF CRIMES
    amounting THOUSANDS ...


    Just count the crimes committed by their terrorist protected in Ivory Coast and Mali.
    Total Soro-IB-Ouattara-MNAL-Ansardine crimes .... adding psychopaths chouchoux Qatar: MUJAO ..... exceed the thousands since 2010 .....

    LUNDI 8 JUIN 2015


    Qatar does not press charges against the French Army nor the Navy (STRATPOL) nor against Alex Bastien, Didier Billion, Alain and Richard Coldefy Labévière nor against the Chained Duck who revealed the existence of this report denouncing Qatar Saudi funding terrorist Arabia

    by Yanick Toutain
    08/06/2015

    "With the financial and logistical support Wahhabi monarchies
    (Mainly Qatar and Saudi Arabia)
    have formed sanctuaries constituting
    as rear bases of armed Salafist groups engaged in Mali
    in other Sahel countries and in Syria, " US strategic ambitions, British and Russian in the Mediterranean 
    Alex Bastien, Didier Billion, Alain and Richard Coldefy Labévière This study was conducted on behalf of the office STRATPOL 
    the staff of national lamarine between March and October 2013.
    They are there to help the Mujao, 
    financially and logistically, " 
    (...), Humanitarian action is only a cover 
    support for less blameless: 
    "In Gao, they are very close Mujao. "

    ALSO READ

    FRIDAY, FEBRUARY 20, 2015

    20M € Netherlands finance a terrorist school children in Mali "We are here small jihad fighters" Iyad Ag Ghali proclaims the murderer of 82 Malian military Aguel Hoc on 24/1/2012

    POWERING THE CONSPIRACY THEORY? THEORY WHAT?
    IT'S A CONSPIRACY!











    Sihem Souid






    The DGSE would have bought the silence of the father of Mohamed Merah










    The Point - Published - Changed the 

    THE FATHER OF ONE OF THE VICTIMS ACCUSED THE FRENCH SECRET SERVICE TO